Paris: quelques cafés parisiens où écrire sa thèse

Chaque jour, les doctorants parisiens disparaissent mystérieusement sous terre, plongeant dans les entrailles de la BnF. Par-delà ses interminables escalators, le tapis rouge calfeutre les pas qui mènent vers la fourmilière universitaire la plus singulière de la ville. Le dos cognant contre les lourdes chaises, les yeux éblouis par les microfiches et les oreilles encombrées de boules Quies, chacun s’affaire à la préparation de sa thèse.

Soudain, les gargouillements viennent briser la douce mélodie des crissements feutrés et des reniflements réguliers. Il est l’heure de se restaurer et de regagner les « clubs », qui n’ont rien du repaire molletonné britannique, ou les deux cafés aux noms alarmants : Le Café du Temps et Le Café des Nombres. Quoi de plus inquiétant en effet que ces rappels du temps qui file et du nombre de pages à rédiger ? Voilà pourquoi, pendant mon doctorat, j’ai préféré rédiger à l’air libre et au niveau de la mer, jetant mon dévolu sur les cafés. Après des années passées à écumer les terrasses, je vous propose une petite cartographie de mes lieux préférés où écrire sa thèse.

A terrace with a view
La meringue qui évite de devenir foldingue

Si l’expression « a room with a view » fait désormais office de légende instagram mi-vantarde mi-touristique, je crois pourtant qu’E. M. Forster confirmerait qu’une vue dégagée offre le meilleur cadre possible pour la rédaction. La vue d’un peu de verdure, d’un enfant qui joue, ou même, plus prosaïquement, celle d’un pigeon en quête de sa pitance m’a toujours apporté un salutaire répit lorsque je m’efforçais de nouer mes transitions. Au Square Trousseau, le café demeure certes trop cher (3 euros), mais est accompagné d’une meringue maison qui apporte indubitablement les glucides nécessaires aux cerveaux en ébullition. La terrasse, qui donne sur un joli square, est exemplairement calme pendant l’après-midi et les serveurs ne poussent guère à la consommation. Le Square Gardette offre un cadre similaire, pour un café moins onéreux mais sans friandise. La Seine, petite terrasse paisible, ouvre quant à elle sur le charmant port de plaisance de l’Arsenal.

Un kawa pour nada
Le doux fumet des neurones en surchauffe

Trois autres lieux, cependant, ont vu ma thèse prendre forme sans creuser les trous parfois béants de mon porte-monnaie. Le Penty, sur la jolie petite place du marché d’Aligre, propose l’un des cafés les moins chers de Paris, ainsi qu’un thé à la menthe maison (pignons compris) pour une somme modique. Le 2bis, plus bruyant et rive gauche, demeure également l’un des meilleurs rapports qualité prix de la capitale. Mieux vaut s’y rendre le matin, car la fin d’après-midi voit les badauds en quête d’Happy Hour s’y ruer. La terrasse des Nautes, sur les quais de Seine, permet quant à elle de contourner entièrement la question du prix. Les tables et bancs sont accessibles en journée, tandis que le bar est fermé jusqu’à 17h00. Libre à vous d’emporter votre thermos et votre goûter préféré pour rédiger face au fleuve.

Quartier libre au Quartier latin
Bête sauvage en terrasse

Si vous aimeriez retrouver l’ambiance de vos années de premier cycle, plusieurs terrasses du 5earrondissement pourront combler vos élans nostalgiques. Au Petit Café, à l’abri de la circulation place de l’Ecole polytechnique, ou au Comptoir du Panthéon, en haut de la rue Soufflot, vous tiendrez compagnie aux étudiants qui préparent – plus ou moins sagement, il est vrai – leurs concours ou leurs partiels. L’occasion également de retourner dévaliser les rayons de Gibert ou de faire un tour par la Bibliothèque Sainte-Geneviève.

Un Americano à Paris
Walden-sur-Seine

Votre amour du café confine peut-être toutefois à l’obsession. Auquel cas, certains coffee shops parisiens n’ont rien à envier à leurs équivalents américains. Rue Faidherbe, les baristas de Kabane vous proposent les meilleurs crus internationaux, ainsi que des pâtisseries gluten-free et vegan. La Caféothèque, dans le Marais, s’avère également un lieu de choix pour les amateurs de torréfaction subtile.

Troquer les livres contre les troquets
Flyer surprise à l’Arsenal

Enfin, lorsqu’on souhaite combiner les ressources de la bibliothèque de l’Arsenal et la fraîcheur du plein air, la terrasse de Chez Margot, boulevard Henri IV, comprend des prises où charger vos ordinateurs, tandis que celle du Temps des Cerises, rue de la Cerisaie, paraît sortir d’une carte postale.

Voilà de quoi s’aérer avant de regagner les tréfonds du Rez-de-Jardin où, malgré tout, les distributeurs automatiques distillent sans relâche un café instantané.

Les adresses

4ème

  • Les Nautes, 1 Quai des Célestins
  • Chez Margot, 25 bis boulevard Henri IV
  • Le Temps des Cerises, 31 rue de la Cerisaie
  • La Caféothèque, 52 rue de l’Hôtel de Ville

5ème

  • Le Petit Café, 6 rue Descartes
  • Le Comptoir du Panthéon, 5 rue Soufflot
  • Le 2bis café, 2 bis rue des Écoles

11ème

  • Square Gardette, 24 rue Saint-Ambroise

12ème

  • Square Trousseau, 2 rue Antoine Vollon
  • Le Penty, 15 rue Emilio Castelar
  • La Seine, 32 ter boulevard de la Bastille
Amélie Derome
Amélie Derome

CFP: Women and Religion in Eighteenth-Century France

nuns in formation at a funeral of one of their own
Magdeleine Horthemels, ‘L’enterrement des religieuses’ (Musée de Port-Royal des Champs)

Symposium, 24 June 2022

Queen Mary, University of London

Keynote Speaker: Prof. Mita Choudhury

Call for Papers

In the decades since Peter Gay argued that religion occupied no place in the French Enlightenment, scholars including Dale Van Kley, Suzanne Desan and Mita Choudhury have shown how religious beliefs and controversies informed philosophical ideas, political practices, social relations and cultural identities in eighteenth-century France.

Owing to this scholarship, it has also become clear that women of faith – from the Jansenist nuns forcibly removed from Port-Royal to the Carmelites guillotined during The Terror – played an important role in French social, cultural and political life in the period. Representations of convents took on new and urgent meanings amidst mounting political
and financial pressure on the Ancien Régime. Influential women on the peripheries of religion were instrumental in the dissemination of controversial beliefs and new philosophical ideas, like the Protestant salonnière Mme Necker who hosted celebrated writers and academicians at her home and Mlle de Joncoux, known as l’invisible, who devoted her life to defending the nuns of Port-Royal. In the revolutionary period, nuns challenged the suppression of religious orders while Catholic women became symbols of resistance in the religious riots of the late 1790s.

Drawing on new approaches and sources, this interdisciplinary workshop will consider the identities, controversies, ideas, experiences and representations of religious women in eighteenth-century France. What role did these women play in the political and intellectual culture of the Ancien Régime and the French Revolution? How did they and their supporters or enemies navigate a period of extraordinary social change and political upheaval? In what ways did they adopt, challenge or subvert the religious canon, cultural norms and societal conventions as the understanding of religion, politics and power shifted rapidly throughout the eighteenth century?

We invite proposals for twenty-minute papers from scholars in History or related disciplines such as Art History, Gender and Sexuality Studies, Literary Studies and Theology. We especially welcome proposals from Graduate and Early Career researchers. Proposals for papers may wish to consider the following themes:

  • Devotional and liturgical practices
  • The circulation of religious ideas, books and objects
  • Representations of women religious in art, literature and material culture
  • Education
  • Charity and nursing
  • Interdenominational relations
  • The relationship between religious orders and the state
  • Marriage and motherhood
  • Popular and lay religion
  • Emotions and bodies

To apply, please email your abstract and a brief bio to m.s.giraud@qmul.ac.uk and c.i.mair@qmul.ac.uk by the deadline of 21 January 2022. Abstracts should be no more than 250 words for papers of 20 minutes in length. Please specify whether you would prefer to
present in person or online.

The symposium will take place in hybrid format, meaning speakers can attend in person or virtually via Microsoft Teams. The symposium will be free to attend and all speakers will be invited to dinner. Travel grants will be available to support PhD and ECR scholars speaking at the workshop.

For more information, please visit womenandreligionfrance2022.wordpress.com

Obtenir son détachement ou sa mise en disponibilité : un combat rude mais loin d’être perdu d’avance

Vous venez juste d’obtenir un poste d’ATER/de PRAG/un contrat doctoral ? Félicitations ! Il est maintenant temps de vous confronter à l’une des entités les plus terribles que vous aurez l’occasion de rencontrer au cours de votre carrière : le Rectorat.

Dans quelle situation demander un détachement ou une disponibilité ?

Afin de pouvoir prendre votre poste dans le supérieur sans perdre votre statut de professeur certifié ou agrégé, il vous faut obtenir un détachement ou une mise en disponibilité. Le détachement est généralement accordé pour un an (vous devrez donc refaire une demande chaque année, sauf si vous avez un poste fixe comme celui de PRAG) et vous permet de bénéficier du même régime d’avancement d’échelon et de cotisation retraite que les enseignants en poste dans le secondaire. La mise en disponibilité, quant à elle, ne vous permet pas de bénéficier de l’avancement et vous fait cotiser auprès de votre employeur et non de l’éducation nationale. La mise en disponibilité étant généralement accordée pour la durée de votre contrat, vous aurez simplement à notifier votre gestionnaire chaque année début juin que votre contrat court toujours. Le détachement est donc plus avantageux, mais peut aussi s’avérer plus compliqué à obtenir.

Malheureusement, le détachement et la mise en disponibilité ne sont pas de droit : si le rectorat estime avoir besoin de vous, il peut invoquer la nécessité de service pour refuser votre demande. Ces cas sont fréquents dans les académies peu attractives qui manquent de personnel, à savoir l’éternelle trinité Amiens, Créteil, Versailles. Je vous conseille donc vivement de les éviter si vous savez déjà que votre projet est de partir dans le supérieur.

carte des académies de l'éducation nationale
The Dark Trinity (source : note d’information sur l’attractivité des académies, 13/10/12, ministère de l’éducation nationale)

Quand et comment formuler sa demande ?

En théorie, les demandes de détachement et de mise en disponibilité doivent être formulées lors des mutations intra académiques. Dans les faits, le décalage entre les calendriers du secondaire et du supérieur fait que la plupart des demandes sont effectuées en juin ou en juillet, bien après les résultats des mutations intra. Une demande tardive ne signifie en aucun cas un refus assuré : il est possible d’obtenir son détachement ou sa mise en disponibilité fin août ou début septembre. Veillez simplement à informer votre gestionnaire que vous comptez postuler dans le supérieur et à formuler votre demande dès que vous obtenez votre poste afin de montrer votre bonne volonté.

Afin d’effectuer votre demande, il vous faut contacter votre gestionnaire (DPE 11 pour l’anglais), dont l’adresse mail (et parfois le numéro de téléphone) se trouve sur l’organigramme des ressources humaines de votre académie. La procédure consiste généralement à formuler une lettre adressée au recteur qui lui est transmise directement par votre gestionnaire. Il vous est possible de joindre des courriers à l’appui de votre demande. Je vous conseille vivement de demander une lettre à autant de personnes que possible : à la présidence de l’université et la direction de l’UFR ; si vous êtes en doctorat à votre directeur de thèse et la direction de l’école doctorale ; et pourquoi pas même à la présidence de la SAES qui connaît bien ce genre de situation. Le but de ces lettres est de montrer que l’université tient à vous et est prête à se battre pour que vous puissiez prendre votre poste – ces lettres permettent souvent d’échapper au refus initial presque automatique dans certaines académies (je vous laisse deviner lesquelles).

site de l'académie de créteil pour contacter la DPE






Contacter la DPE de Créteil (crédit : site de l’académie de Créteil, capture d’écran par Alice Marion-Ferrand)

En cas de refus, rien n’est perdu : vous pouvez effectuer un recours gracieux (également sous forme de lettre adressée au recteur), une demande de mise en disponibilité si vous aviez demandé un détachement, et même un recours contentieux – à éviter si possible : souvent mal vu, il mène à une procédure au tribunal administratif qui vous demandera de payer un avocat et peut prendre plusieurs mois.

En résumé : les 8 étapes pour obtenir son détachement ou sa mise en disponibilité

  1. Syndiquez-vous. Les syndicats sont de bon conseil et connaissent bien les rouages des différentes académies. Il est aussi possible de les contacter dans être syndiqué ;
  2. Lors des mutations inter académiques : fuir les académies d’Amiens, Créteil et Versailles si possible ;
  3. Lors des mutations intra académiques : demander un poste de TZR et déjà informer le rectorat de son intention de partir dans le supérieur ;
  4. Formuler votre demande auprès du recteur et y joindre le plus de lettres possible en soutien ;
  5. En cas de refus : formuler un recours gracieux, de nouveau avec des lettres à l’appui de votre demande ;
  6. Si vous aviez effectué une demande de détachement : faire une demande de mise en disponibilité ;
  7. En attendant de recevoir une réponse : monter un dossier pour le tribunal administratif. L’idéal est de trouver une personne ayant effectué une demande similaire à la vôtre mais ayant obtenu un avis favorable. Vous pourrez ainsi plaider la rupture d’égalité entre fonctionnaires ;
  8. Traîner le rectorat au tribunal administratif. Ultime recours, qui vous coûtera du temps, de l’argent et probablement le peu de santé mentale qui vous restera à ce stade.

En ce qui me concerne, j’ai effectué ma demande de détachement mi-juillet, auprès du recteur de Créteil, alors que j’avais obtenu un poste fixe en lycée aux mutations intra. Après un refus initial, j’ai effectué un recours gracieux et une demande de mise en disponibilité en parallèle, auxquelles j’ai joint cinq lettres. En deux jours, j’ai obtenu une mise en disponibilité pour la durée de mon contrat doctoral. Je n’ai absolument pas suivi la procédure indiquée mais ai tout de même obtenu gain de cause. Ne désespérez pas : la bataille est âpre, mais vous en sortirez vainqueur. Good luck and may the force be with you!

arrêté de mise en disponibilité
Le Graal : arrêté de mise en disponibilité (crédit : Alice Marion-Ferrand)

Quelques subtilités :

  • La mise en disponibilité pour convenances personnelles ne peut être attribuée qu’à des fonctionnaires titulaires. Si vous souhaitez partir dans le supérieur avant d’avoir effectué votre année de stage, il faudra demander un détachement ;
  • Si vous obtenez un détachement, il débutera en même temps que votre contrat, ce qui signifie que si votre contrat commence après le 1er septembre, vous devrez formuler une demande de mise en disponibilité pour la période entre le 1er septembre et le début de votre contrat.

Potrait de l'autrice, Alice Marion-Ferrand
Alice Marion-Ferrand

 

 

CFP: Journée d’étude jeunes chercheurs lettres / histoire / sciences humaines

« Passer à la postérité : contours et représentations des figures du passé »

Université Littoral Côte d’Opale, Boulogne-sur-Mer, Centre universitaire du Musée
Mercredi 6 avril 2022
Unité de Recherche sur l’Histoire, les Langues, les Littératures et l’Interculturel
(UR 4030 HLLI)

Argumentaire

Nombreux sont aujourd’hui les médias (presse, télévision, littérature, cinéma, radio, expositions, etc.) qui se consacrent à la biographie de telle figure historique, afin de la faire découvrir au grand public. Leur démarche varie selon le degré de célébrité du personnage, qu’il appartienne à l’histoire locale ou nationale. Preuve qu’il n’est pas rare, lorsqu’il s’agit de présenter un pan de la vie d’une figure du passé, que l’histoire et la littérature proposent des versions divergentes, qui s’enchevêtrent parfois, voire s’interpénètrent.

Ce phénomène n’est d’ailleurs pas l’apanage de notre époque. En effet, pour ne citer que deux exemples placés aux antipodes de l’Histoire, déjà dans l’Antiquité, le rôle de l’historien ne se résumait pas stricto sensu à ce que l’on entend de nos jours par cette profession : l’historien, à bien des titres, était l’équivalent de l’écrivain qui rédige sa version de l’histoire : songeons par exemple à Suétone lorsque, dans la Vie des douze Césars, il se délecte à nous narrer les forfaits perpétrés par Néron et à en accentuer la monstruosité ; l’on peut comparer ces épisodes à la version différente proposée par Tacite. De même, au XIXe siècle, Chateaubriand constatait pour sa part en littérature l’engouement de ses contemporains pour l’histoire : « Tout prend aujourd’hui la forme de l’histoire : théâtre, roman, poésie… » Au point d’ailleurs que les Goncourt définissent l’histoire et le roman l’un par rapport à l’autre : « l’histoire est un roman qui a été, le roman de l’histoire qui aurait pu être ».

Par ailleurs, parler de « figures du passé » plutôt que de « personnages » n’est pas un choix anodin ; il résulte de la volonté de garder une neutralité suffisante et de ne pas nous restreindre au fictionnel qu’implique en premier lieu la seconde appellation ; de surcroît, les acceptions pour le terme « figure » sont très riches. En effet, en latin, la figura signifie largement la « configuration », la « forme extérieure » ou encore l’« aspect », l’« apparence physique » d’une personne. Ces sens s’étendent jusqu’à l’« illustration », la « représentation sculptée » et donc les « effigies » et les « statues » qui modélisent de manière figée une personnalité, qui en dessinent les contours extérieurs et qui en laissent une impression. Au-delà des contours, et si l’on n’oublie pas toutes les expressions comprenant le mot et faisant appel à l’expression, vraie ou composée, du visage, comme « faire bonne figure », le substantif inclut également tout ce qui constitue un personnage, ce qui le façonne, lorsqu’il « prend figure ». Un personnage devient une figure lorsque l’on peut le citer en guise d’« exemple » ou de « modèle ». Ainsi, si l’on veut pleinement saisir la notion défigure, il faut la considérer dans son ensemble, pour ses actes, pour ce qui l’illustre, pour ce qu’elle a suscité dans nos esprits et pour ce que nous en avons gardé.

Pour cette question de la « figure du passé », nous opterons pour la dichotomie suivante. Deux types de figures du passé sont à distinguer :

– le premier type est le personnage historique de grande envergure qui a marqué une époque ou qui reste encore présent dans les esprits, tels Vercingétorix, Jeanne d’Arc ou Napoléon ;

– le second type s’attache à une histoire plus locale qui s’est répandue au niveau national, tels Gilles de Rais, dit Barbe Bleue, les attaques imputées à la bête du Gévaudan, ou Landru et sa cheminée.

Il s’agira donc de nous concentrer sur des figures du passé qui ont marqué les mémoires, si bien qu’elles sont passées à la postérité. Ces dernières peuvent appartenir à l’histoire locale ou nationale. Nous nous proposons donc de nous pencher sur cette thématique sous l’angle suivant : comment l’image d’un personnage bien réel peut-elle évoluer au fil de la tradition historique et littéraire ?

Axes de recherche

Sans exclure pour autant toute approche relevant du champ de l’histoire de l’art ou du domaine de la cinématographie, cette Journée d’Étude centrée sur les figures historiques passées à la postérité, encore célèbres de nos jours ou seulement renommées à une période précise de l’Histoire, privilégiera les approches historiques et littéraires.

Sans exclusive, pour le corpus, au préalable, il semble indispensable que l’ensemble des contributions portent sur une figure historique qui a réussi, volontairement par des techniques d’expression ou autre (discours, propagande, embrigadement idéologique, etc.) ou par la force des événements, à atteindre les foules. De surcroît, sans nous borner à la littérature et aux genres historiques, mais sans non plus négliger ces textes, en parallèle des œuvres qui traitent de figures historiques identifiables, il sera utile de confronter les différentes représentations aux travaux des historiens qui ont établi la biographie de telle figure en s’appuyant sur des sources variées incluant des textes littéraires et/ou les médias. Il peut alors être judicieux de travailler sur les préfaces, avant-propos, postfaces ou autres documents exprimant les intentions de l’auteur et ses démarches lors du processus d’écriture. Ou encore il peut également être intéressant de confronter des textes à dominante littéraire portant sur la même figure du passé aussi bien écrits par des historiens de profession que par des littéraires ; les auteurs peuvent appartenir à d’autres domaines. Quelques pistes d’exploitation non exhaustives sont proposées pour l’étude :

  • Comment aborder la figure historique et l’analyser ? Comment son identité a-t-elle été élaborée et selon quelles motivations ? Quels sont les paramètres qui peuvent influer sur la représentation d’une figure ? Le statut de l’auteur pose-t-il un problème de légitimité quant à sa manière de traiter d’un personnage historique ? De quelle manière l’auteur justifie-t-il parfois son choix d’écriture pour restituer la vie d’une figure historique ? Et quelles sont les répercussions notables sur ladite figure ?

D’une part, le problème que peut poser cette popularité de la matière historique, et particulièrement la curiosité du grand public pour les personnages historiques, est la question de la légitimité de celui qui s’empare de cette matière. Un journaliste, comme Stéphane Bern qui a popularisé l’histoire en la vulgarisant sans en être pourtant spécialiste, est-il moins légitime qu’un Christian Jacq, formé en égyptologie, qui excelle en tant qu’auteur de romans historiques se déroulant en Égypte ancienne, ou qu’un Ken Follett, philosophe de formation et journaliste, qui situe notamment une partie de ses romans à la période médiévale ?

D’autre part, cette perspective est doublée d’une seconde approche où c’est ici le document qui est sujet à caution : l’on peut considérer le texte littéraire comme un document historique de seconde main. Si l’on songe entre autres à Alban Gautier et à ses travaux sur le roi Arthur1 à partir de textes littéraires, ces historiens privilégient leurs capacités d’expertise dans leur domaine respectif pour reconstruire le réel ou bien pour mieux comprendre les us et coutumes d’une époque ou encore pour retracer dans les moindres détails et nuances la vie d’une figure historique, l’imaginaire qu’elle a convoqué et ses différentes représentations selon l’époque.

  • Comment évaluer l’évolution d’une figure dans le temps ? À quel titre peut-on parler de détournement, de dépassement, voire de transfiguration ? Dans ces cas précis, comment la figure peut-elle parfois se démanteler, voire se déconstruire totalement ? Comment alors mesurer le décalage entre la vérité historique de la vie d’un personnage et l’instrumentalisation d’une figure ? Que retient-on finalement de cette figure ? Pourquoi certains personnages accèdent-ils à la postérité et d’autres sombrent-ils dans l’oubli ? Pourquoi d’autres connaissent-ils une période de gloire définie et n’ont-ils plus la même notoriété de nos jours ? À quel moment la dimension mémorielle intervient-elle (aspect politique, acteur d’une période, la censure, etc.) ? Une reconfiguration de l’histoire est-elle nécessaire pour pérenniser une figure ou les aspects purement historiques peuvent-ils suffire ? Ou à l’inverse existe-t-il des figures historiques, bien que plébiscitées, que l’on a choisi volontairement de faire oublier, mais qui ne disparaissent pas et qui restent des symboles ? Pour quelles raisons ?

Nous évaluerons ainsi de quelles manières les auteurs intègrent et exploitent ces figures dans leurs œuvres. Dans son ouvrage Le Roman historique, Isabelle Durand-Le Guern liste plusieurs démarches. La première est celle du père du genre du roman historique, Walter Scott, qui la pratique notamment dans son Ivanhoé ; ce dernier utilise le personnage historique comme une figure d’arrière-plan : dans ce cas ce personnage aura des contacts limités avec les personnages de fiction.

La deuxième option consiste à utiliser un personnage historique dont la trajectoire de vie est peu connue et dont la biographie recèle des lacunes que l’auteur peut combler. Cette conception est notamment reprise par Alejo Carpentier pour le Siècle des Lumières. Si l’on poursuit son idée, un personnage de l’envergure d’un Napoléon ne peut, de toute manière, convenir à l’invention : « […] je doute qu’on puisse faire un grand roman avec un personnage central de type Napoléon, ou du type de Robespierre, ou de n’importe quel personnage dont la trajectoire soit connue dans son entier. Ces personnages tuent le roman ou le transforment en biographie romancée ».

Néanmoins, cet avis n’est pas partagé par des auteurs comme Alfred de Vigny qui choisissent au contraire de Walter Scott de placer au premier plan les grandes figures historiques : « Je crus aussi ne pas devoir imiter les étrangers qui, dans leurs tableaux, montrent à peine à l’horizon les hommes dominants de leur histoire ; je plaçai les nôtres sur le devant de la scène, je les fis principaux acteurs de cette tragédie ». Cependant cette manière d’opérer contient un écueil qui est de faire d’une de ces grandes figures un stéréotype et de s’éloigner de plus en plus de la vérité historique pour favoriser l’esthétique. Fait dont est parfaitement conscient, du reste, Vigny qui le revendique même : « L’art ne doit jamais être considéré que dans ses rapports avec sa beauté idéale. Il faut le dire, ce qu’il y a de vrai n’est que secondaire ; c’est seulement une illusion de plus dont il s’embellit, un de nos penchants qu’il caresse. Il pourrait s’en passer, car la vérité dont il doit se nourrir est la vérité d’observation sur la nature humaine, et non l’authenticité du fait. Les noms des personnages ne font rien à la chose ».

Pourtant ce choix peut aussi instaurer un jeu entre l’auteur et son public, dans lequel le premier peut déjouer les attentes du second, en ne s’appesantissant pas sur les faits indissolubles de la personnalité historique choisie mais en s’intéressant davantage à sa nature humaine. On trouve cette démarche sous la plume de Prosper Mérimée dans sa Chronique de Charles IX au moment du portrait du monarque « Au reste, on ne lit pas écrit dans ses yeux : SAINT BARTHÉLÉMY, ni rien de semblable ».

Autant de perspectives qui s’offrent aux auteurs pour exploiter le personnage historique, chacun leur trouvant des qualités et des défauts, et qui démontrent ainsi l’intérêt de sonder des figures historiques ainsi que d’étudier leur évolution au fil de la tradition historique et littéraire pour mieux comprendre les ressorts qui les ont fait passer à la postérité. Ce ne sont que quelques pistes d’approches pour aborder cette thématique ; d’autres perspectives peuvent être envisagées, si elles sont complémentaires, et peuvent venir à l’appui de ces réflexions.

Comité scientifique

Jean DEVAUX , Professeur à l’ULCO, Littérature française du Moyen Âge et de la Renaissance

Xavier ESCUDERO, Professeur à l’ULCO, Études hispaniques

Jean-Louis P ODVIN, Professeur à l’ULCO, Histoire ancienne, Directeur de l’UR HLLI

Modalités de soumission

Pour cette Journée d’Étude, nous prendrons uniquement en considération les propositions de jeunes chercheurs (doctorants et jeunes post-doctorants). Dans une perspective pluridisciplinaire, nous souhaiterions croiser les regards de littéraires et d’historiens sur cette thématique. Les spécialistes d’autres disciplines d’arts ou de sciences humaines ou de sciences du langage peuvent bien entendu proposer des communications pour cette journée si elles éclairent l’un des points mentionnés ci-dessus. Les interventions seront limitées à 25 minutes. Les propositions de communications se présenteront sous la forme d’un résumé d’une dizaine de lignes précédé d’un titre provisoire. Elles seront suivies d’un bref curriculum vitae. Ces propositions sont à soumettre par mail sous un format lisible (Word, OpenOffice, PDF) aux organisatrices Grace Baillet, Virginie Picot et Cécile Rault avant le 25 novembre 2021 aux adresses mail suivantes :

ulcogracebaillet@gmail.com

ulcovirginie@gmail.com

cecile-rault@laposte.net

Une réponse individuelle sera communiquée par mail.

Pour toute information pratique supplémentaire concernant la journée d’étude, merci d’écrire à la même adresse. Il est à noter que l’Unité de Recherche HLLI ne pourra pas prendre en charge les frais de déplacement.


  1. 1 Alban GAUTIER, Le Roi Arthur, Paris, Presses universitaires de France, 2019. []

Compte-rendu de la journée d’études « Ut Pictura Poesis – Faire dialoguer le texte et l’image dans le monde anglophone de 1500 à 1800 »

 

Affiche de la journée d'étude
Affiche de la journée d’étude

 

Le 20 mars 2021 s’est tenue « à » Strasbourg (par écrans interposés, naturellement) la journée d’études « Ut Pictura Poesis – Faire dialoguer le texte et l’image dans le monde anglophone de 1500 à 1800 », organisée par quatre jeunes chercheurs/-euses spécialisés dans les aspects intersémiotiques de la littérature de la première modernité anglaise. L’éventail de thématiques possibles, ainsi que le bornage chronologique large, ont donné lieu à une série de propositions de communication variées, dont huit ont été retenues. D’abord conçue comme une journée doctorale, celle-ci a finalement attiré doctorant(e)s, chercheurs/-euses plus aguerris et même une professeure émérite, liés par l’intérêt partagé pour la question complexe et large du rapport entre le textuel et le visuel à la Renaissance anglaise.

Atelier 1 – La question intersémiotique au XVIIème siècle

Ce premier atelier s’est penché sur la question des interactions entre le texte et l’image dans plusieurs types de publication intersémiotique du dix-septième siècle.

D’abord, Vanessa Chaise-Brun, membre du Centre Interdisciplinaire de Recherche sur les Langues et la Pensée (CIRLEP, Université de Reims Champagne-Ardenne), s’est intéressée aux stratégies discursives et picturales mises en œuvre par les partis royalistes après l’exécution de Charles Ier, afin de réhabiliter le monarque, ainsi que la monarchie, aux yeux d’une population diverse et divisée. Afin de toucher un public très large, notamment à travers l’Eikon Basilike (1649), les royalistes s’appuient sur des images emblématiques frappantes, dont le célèbre frontispice de William Marshall, auxquelles sont associés des textes, qui, tout en explicitant le sens symbolique intrinsèque aux représentations visuelles, entrent avec celles-ci dans une dialectique intersémiotique particulièrement efficace d’un point de vue rhétorique.

Ensuite, Guillaume Braquet, membre de l’Institut d’Études Transtextuelles et Transculturelles (IETT, Université Lyon 3), a proposé une communication sur un ouvrage aux objectifs très différents, l’Ars Memoriae de Robert Fludd (1619), dans lequel l’image, mimétique comme symbolique, est mise à profit pour faciliter la mémorisation. Le texte et l’image s’inscrivent ici l’un dans l’autre, dialoguent et se complètent, remettant en cause leur cloisonnement supposé par Lessing et bien d’autres.

Enfin, Pierre Le Duff, membre de l’équipe Savoirs dans l’Espace Anglophone – Représentation, Culture, Histoire (SEARCH, Université de Strasbourg), s’est appuyé sur A Collection of Emblemes de George Wither (1635) en guise d’étude de cas afin de soulever plusieurs questions méthodologiques propres aux études intersémiotiques, surtout à l’époque de la première modernité. Comment les images étaient-elles perçues par ceux qui en usaient ? Quelle différence faisaient-ils entre l’image et le texte ? Comment envisageaient-ils la complémentarité des deux codes sémiotiques, et leur perception par leurs lecteurs ?

Atelier 2 – L’image par les mots : ekphrasis et illustration

Dans le cadre de cet atelier, nous avons eu le grand plaisir d’écouter deux chercheurs de renommée, Jean-Louis Claret et Danièle Berton-Charrière, qui se sont intéressés, respectivement, au cheminement du texte vers l’image, et de l’image vers le texte.

Jean-Louis Claret, MCF HDR à l’Université d’Aix-Marseille, nous a proposé une communication très originale portant sur la capacité du texte – en l’occurrence, du texte théâtral – de produire, dans l’esprit de son lecteur, des images visuelles poignantes qui donnent corps, d’une façon alternative à celle de la mise en scène, à un medium textuel. Après avoir examiné la question de l’« Ut Pictura Poesis » à la lumière, entre autres, d’auteurs comme Foucault ou Rancière, il nous a présenté une série d’illustrations de son cru, nées de sa lecture de plusieurs pièces de Shakespeare.

Danièle Berton-Charrière, Professeure émérite à l’Université Blaise Pascal Clermont-Auvergne, quant à elle, s’est intéressée aux représentations ecphractiques et intersémiotiques de Marie Stuart au fil de sa vie, des panégyriques la déifiant dans sa jeunesse aux représentations, parfois acerbes, de la Reine des Écossais déchue. Parmi ces représentations, tantôt visuelles, tantôt textuelles, tantôt intersémiotiques, cette communication a également soulevé la question de la place des autoportraits, en vers ou en broderie, de ce personnage historique fascinant.

Atelier 3 – Image et poésie

Ce dernier atelier, consacré à l’image produite par le texte poétique, a réuni trois communications centrées sur deux poètes métaphysiques : John Donne et Richard Crashaw.

Clémentine Bénard, membre du Centre interdisciplinaire d’étude des littératures d’Aix-Marseille (CIELAM, Université d’Aix-Marseille), s’est interrogée sur l’esthétique picturale de John Donne, notamment dans ses poèmes majeurs Metempsychosis et The First Anniversary, et sur la possibilité d’étudier ces textes à travers une grille de lecture propre aux arts visuels, ainsi que sur la question de la place qu’occupait cet aspect pictural dans le projet esthétique de Donne.

Jean du Verger, membre de l’équipe de recherche Voix Anglophones Littérature et Esthétique (VALE, Sorbonne), s’est penché quant à lui sur l’usage fréquent, par Donne, d’images directement tirées de la littérature emblématique et des codes héraldiques, et de la contribution de celles-ci aux caractéristiques presque visuelles et tactiles de sa poésie profane.

Enfin, Fabrice Schultz, membre, lui aussi, de l’équipe Savoirs dans l’Espace Anglophone – Représentation, Culture, Histoire (SEARCH, Université de Strasbourg), s’est intéressé à la question centrale du regard dans l’œuvre d’un autre poète métaphysique, Richard Crashaw. Crashaw, lui-même peintre de talent, propose à son lecteur une poésie destinée à son édification morale et religieuse, qui passe par l’éducation de son regard, afin que le lecteur adopte un mode herméneutique s’inscrivant dans la tradition méditative catholique et apprenne à transcender le regard physique pour se fier, plutôt, à celui de l’âme.

La journée s ‘est conclue par une table ronde, au cours de laquelle c’est la question de la possibilité, ou non, de « lire » une image (au sens où l’entendent des chercheurs comme Michael Leslie), approche qui constituerait une interface possible entre ces deux codes sémiotiques.

Pierre Le Duff

 

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search