À propos

Le carnet de recherche des doctorants et doctorantes de la SEAA 17-18 vise à regrouper des conseils sur le déroulement du doctorat en anglistique portant sur les XVIIe et XVIIIe siècles, des billets sur l’actualité de la recherche dans ce domaine, des informations sur les colloques jeunes chercheurs de la SEAA 17-18, des expériences personnelles de jeunes chercheurs, ainsi qu’une veille des bourses et opportunités.

Les membres du comité éditorial

Juliette-Misset Amélie Derome
Juliette Misset
Amélie Derome
Juliette Misset est en 5e année de doctorat. Elle travaille sur le didactisme moral dans les romans britanniques du tournant du XIXe siècle sous la direction d’Anne Bandry-Scubbi, et s’attache à inclure des extraits de ces œuvres plus ou moins oubliées dans ses cours en tant qu’ATER à l’université de Strasbourg. Elle est la représentante des doctorant·es au sein de la SEAA 17-18 depuis janvier 2019.
Amélie Derome a soutenu sa thèse consacrée aux traductions françaises de Gulliver’s Travels, supervisée par M. Jean Viviès au LERMA d’Aix-Marseille-Université, en juin 2021. Enseignant l’anglais à Nanterre, elle est membre du conseil scientifique d’Hypotheses.org.
Louise McCarthy Ines Ettaoui
Louise McCarthy
Inès Ettaoui
En première année de thèse au LARCA (Université de Paris) et ancienne élève de l’ENS Paris-Saclay, Louise travaille, sous la direction de Ladan Niayesh, sur la cartographie et la littérature de propagande des Compagnies de la Virginie et des Indes Orientales (17e). Cette année, elle est chargée de TD à l’UFR d’études anglophones à l’Université de Paris. Inès est doctorante en deuxième année à l’université de Strasbourg. Passionnée par la symbolique humaniste, elle travaille sur l’art emblématique des 16e et 17e siècles en Angleterre, sous la direction de M. Jean-Jacques Chardin.

Soumettre un article

Si vous souhaitez nous proposer un article, merci de nous envoyer un message à l’adresse suivante, nous discuterons ensemble de votre idée et vous donnerons des indications concernant le format : carnetseaa1718[@]gmail.com

Image de la bannière : A London Coffeehouse, c. 1700.

Appel à communications : Journée d’étude jeunes chercheurs lettres / histoire / sciences humaines

« Passer à la postérité : contours et représentations des figures du passé »

Université Littoral Côte d’Opale, Boulogne-sur-Mer, Centre universitaire du Musée
Mercredi 6 avril 2022
Unité de Recherche sur l’Histoire, les Langues, les Littératures et l’Interculturel
(UR 4030 HLLI)

Argumentaire

Nombreux sont aujourd’hui les médias (presse, télévision, littérature, cinéma, radio, expositions, etc.) qui se consacrent à la biographie de telle figure historique, afin de la faire découvrir au grand public. Leur démarche varie selon le degré de célébrité du personnage, qu’il appartienne à l’histoire locale ou nationale. Preuve qu’il n’est pas rare, lorsqu’il s’agit de présenter un pan de la vie d’une figure du passé, que l’histoire et la littérature proposent des versions divergentes, qui s’enchevêtrent parfois, voire s’interpénètrent.

Ce phénomène n’est d’ailleurs pas l’apanage de notre époque. En effet, pour ne citer que deux exemples placés aux antipodes de l’Histoire, déjà dans l’Antiquité, le rôle de l’historien ne se résumait pas stricto sensu à ce que l’on entend de nos jours par cette profession : l’historien, à bien des titres, était l’équivalent de l’écrivain qui rédige sa version de l’histoire : songeons par exemple à Suétone lorsque, dans la Vie des douze Césars, il se délecte à nous narrer les forfaits perpétrés par Néron et à en accentuer la monstruosité ; l’on peut comparer ces épisodes à la version différente proposée par Tacite. De même, au XIXe siècle, Chateaubriand constatait pour sa part en littérature l’engouement de ses contemporains pour l’histoire : « Tout prend aujourd’hui la forme de l’histoire : théâtre, roman, poésie… » Au point d’ailleurs que les Goncourt définissent l’histoire et le roman l’un par rapport à l’autre : « l’histoire est un roman qui a été, le roman de l’histoire qui aurait pu être ».

Par ailleurs, parler de « figures du passé » plutôt que de « personnages » n’est pas un choix anodin ; il résulte de la volonté de garder une neutralité suffisante et de ne pas nous restreindre au fictionnel qu’implique en premier lieu la seconde appellation ; de surcroît, les acceptions pour le terme « figure » sont très riches. En effet, en latin, la figura signifie largement la « configuration », la « forme extérieure » ou encore l’« aspect », l’« apparence physique » d’une personne. Ces sens s’étendent jusqu’à l’« illustration », la « représentation sculptée » et donc les « effigies » et les « statues » qui modélisent de manière figée une personnalité, qui en dessinent les contours extérieurs et qui en laissent une impression. Au-delà des contours, et si l’on n’oublie pas toutes les expressions comprenant le mot et faisant appel à l’expression, vraie ou composée, du visage, comme « faire bonne figure », le substantif inclut également tout ce qui constitue un personnage, ce qui le façonne, lorsqu’il « prend figure ». Un personnage devient une figure lorsque l’on peut le citer en guise d’« exemple » ou de « modèle ». Ainsi, si l’on veut pleinement saisir la notion défigure, il faut la considérer dans son ensemble, pour ses actes, pour ce qui l’illustre, pour ce qu’elle a suscité dans nos esprits et pour ce que nous en avons gardé.

Pour cette question de la « figure du passé », nous opterons pour la dichotomie suivante. Deux types de figures du passé sont à distinguer :

– le premier type est le personnage historique de grande envergure qui a marqué une époque ou qui reste encore présent dans les esprits, tels Vercingétorix, Jeanne d’Arc ou Napoléon ;

– le second type s’attache à une histoire plus locale qui s’est répandue au niveau national, tels Gilles de Rais, dit Barbe Bleue, les attaques imputées à la bête du Gévaudan, ou Landru et sa cheminée.

Il s’agira donc de nous concentrer sur des figures du passé qui ont marqué les mémoires, si bien qu’elles sont passées à la postérité. Ces dernières peuvent appartenir à l’histoire locale ou nationale. Nous nous proposons donc de nous pencher sur cette thématique sous l’angle suivant : comment l’image d’un personnage bien réel peut-elle évoluer au fil de la tradition historique et littéraire ?

Axes de recherche

Sans exclure pour autant toute approche relevant du champ de l’histoire de l’art ou du domaine de la cinématographie, cette Journée d’Étude centrée sur les figures historiques passées à la postérité, encore célèbres de nos jours ou seulement renommées à une période précise de l’Histoire, privilégiera les approches historiques et littéraires.

Sans exclusive, pour le corpus, au préalable, il semble indispensable que l’ensemble des contributions portent sur une figure historique qui a réussi, volontairement par des techniques d’expression ou autre (discours, propagande, embrigadement idéologique, etc.) ou par la force des événements, à atteindre les foules. De surcroît, sans nous borner à la littérature et aux genres historiques, mais sans non plus négliger ces textes, en parallèle des œuvres qui traitent de figures historiques identifiables, il sera utile de confronter les différentes représentations aux travaux des historiens qui ont établi la biographie de telle figure en s’appuyant sur des sources variées incluant des textes littéraires et/ou les médias. Il peut alors être judicieux de travailler sur les préfaces, avant-propos, postfaces ou autres documents exprimant les intentions de l’auteur et ses démarches lors du processus d’écriture. Ou encore il peut également être intéressant de confronter des textes à dominante littéraire portant sur la même figure du passé aussi bien écrits par des historiens de profession que par des littéraires ; les auteurs peuvent appartenir à d’autres domaines. Quelques pistes d’exploitation non exhaustives sont proposées pour l’étude :

  • Comment aborder la figure historique et l’analyser ? Comment son identité a-t-elle été élaborée et selon quelles motivations ? Quels sont les paramètres qui peuvent influer sur la représentation d’une figure ? Le statut de l’auteur pose-t-il un problème de légitimité quant à sa manière de traiter d’un personnage historique ? De quelle manière l’auteur justifie-t-il parfois son choix d’écriture pour restituer la vie d’une figure historique ? Et quelles sont les répercussions notables sur ladite figure ?

D’une part, le problème que peut poser cette popularité de la matière historique, et particulièrement la curiosité du grand public pour les personnages historiques, est la question de la légitimité de celui qui s’empare de cette matière. Un journaliste, comme Stéphane Bern qui a popularisé l’histoire en la vulgarisant sans en être pourtant spécialiste, est-il moins légitime qu’un Christian Jacq, formé en égyptologie, qui excelle en tant qu’auteur de romans historiques se déroulant en Égypte ancienne, ou qu’un Ken Follett, philosophe de formation et journaliste, qui situe notamment une partie de ses romans à la période médiévale ?

D’autre part, cette perspective est doublée d’une seconde approche où c’est ici le document qui est sujet à caution : l’on peut considérer le texte littéraire comme un document historique de seconde main. Si l’on songe entre autres à Alban Gautier et à ses travaux sur le roi Arthur1 à partir de textes littéraires, ces historiens privilégient leurs capacités d’expertise dans leur domaine respectif pour reconstruire le réel ou bien pour mieux comprendre les us et coutumes d’une époque ou encore pour retracer dans les moindres détails et nuances la vie d’une figure historique, l’imaginaire qu’elle a convoqué et ses différentes représentations selon l’époque.

  • Comment évaluer l’évolution d’une figure dans le temps ? À quel titre peut-on parler de détournement, de dépassement, voire de transfiguration ? Dans ces cas précis, comment la figure peut-elle parfois se démanteler, voire se déconstruire totalement ? Comment alors mesurer le décalage entre la vérité historique de la vie d’un personnage et l’instrumentalisation d’une figure ? Que retient-on finalement de cette figure ? Pourquoi certains personnages accèdent-ils à la postérité et d’autres sombrent-ils dans l’oubli ? Pourquoi d’autres connaissent-ils une période de gloire définie et n’ont-ils plus la même notoriété de nos jours ? À quel moment la dimension mémorielle intervient-elle (aspect politique, acteur d’une période, la censure, etc.) ? Une reconfiguration de l’histoire est-elle nécessaire pour pérenniser une figure ou les aspects purement historiques peuvent-ils suffire ? Ou à l’inverse existe-t-il des figures historiques, bien que plébiscitées, que l’on a choisi volontairement de faire oublier, mais qui ne disparaissent pas et qui restent des symboles ? Pour quelles raisons ?

Nous évaluerons ainsi de quelles manières les auteurs intègrent et exploitent ces figures dans leurs œuvres. Dans son ouvrage Le Roman historique, Isabelle Durand-Le Guern liste plusieurs démarches. La première est celle du père du genre du roman historique, Walter Scott, qui la pratique notamment dans son Ivanhoé ; ce dernier utilise le personnage historique comme une figure d’arrière-plan : dans ce cas ce personnage aura des contacts limités avec les personnages de fiction.

La deuxième option consiste à utiliser un personnage historique dont la trajectoire de vie est peu connue et dont la biographie recèle des lacunes que l’auteur peut combler. Cette conception est notamment reprise par Alejo Carpentier pour le Siècle des Lumières. Si l’on poursuit son idée, un personnage de l’envergure d’un Napoléon ne peut, de toute manière, convenir à l’invention : « […] je doute qu’on puisse faire un grand roman avec un personnage central de type Napoléon, ou du type de Robespierre, ou de n’importe quel personnage dont la trajectoire soit connue dans son entier. Ces personnages tuent le roman ou le transforment en biographie romancée ».

Néanmoins, cet avis n’est pas partagé par des auteurs comme Alfred de Vigny qui choisissent au contraire de Walter Scott de placer au premier plan les grandes figures historiques : « Je crus aussi ne pas devoir imiter les étrangers qui, dans leurs tableaux, montrent à peine à l’horizon les hommes dominants de leur histoire ; je plaçai les nôtres sur le devant de la scène, je les fis principaux acteurs de cette tragédie ». Cependant cette manière d’opérer contient un écueil qui est de faire d’une de ces grandes figures un stéréotype et de s’éloigner de plus en plus de la vérité historique pour favoriser l’esthétique. Fait dont est parfaitement conscient, du reste, Vigny qui le revendique même : « L’art ne doit jamais être considéré que dans ses rapports avec sa beauté idéale. Il faut le dire, ce qu’il y a de vrai n’est que secondaire ; c’est seulement une illusion de plus dont il s’embellit, un de nos penchants qu’il caresse. Il pourrait s’en passer, car la vérité dont il doit se nourrir est la vérité d’observation sur la nature humaine, et non l’authenticité du fait. Les noms des personnages ne font rien à la chose ».

Pourtant ce choix peut aussi instaurer un jeu entre l’auteur et son public, dans lequel le premier peut déjouer les attentes du second, en ne s’appesantissant pas sur les faits indissolubles de la personnalité historique choisie mais en s’intéressant davantage à sa nature humaine. On trouve cette démarche sous la plume de Prosper Mérimée dans sa Chronique de Charles IX au moment du portrait du monarque « Au reste, on ne lit pas écrit dans ses yeux : SAINT BARTHÉLÉMY, ni rien de semblable ».

Autant de perspectives qui s’offrent aux auteurs pour exploiter le personnage historique, chacun leur trouvant des qualités et des défauts, et qui démontrent ainsi l’intérêt de sonder des figures historiques ainsi que d’étudier leur évolution au fil de la tradition historique et littéraire pour mieux comprendre les ressorts qui les ont fait passer à la postérité. Ce ne sont que quelques pistes d’approches pour aborder cette thématique ; d’autres perspectives peuvent être envisagées, si elles sont complémentaires, et peuvent venir à l’appui de ces réflexions.

Comité scientifique

Jean DEVAUX , Professeur à l’ULCO, Littérature française du Moyen Âge et de la Renaissance

Xavier ESCUDERO, Professeur à l’ULCO, Études hispaniques

Jean-Louis P ODVIN, Professeur à l’ULCO, Histoire ancienne, Directeur de l’UR HLLI

Modalités de soumission

Pour cette Journée d’Étude, nous prendrons uniquement en considération les propositions de jeunes chercheurs (doctorants et jeunes post-doctorants). Dans une perspective pluridisciplinaire, nous souhaiterions croiser les regards de littéraires et d’historiens sur cette thématique. Les spécialistes d’autres disciplines d’arts ou de sciences humaines ou de sciences du langage peuvent bien entendu proposer des communications pour cette journée si elles éclairent l’un des points mentionnés ci-dessus. Les interventions seront limitées à 25 minutes. Les propositions de communications se présenteront sous la forme d’un résumé d’une dizaine de lignes précédé d’un titre provisoire. Elles seront suivies d’un bref curriculum vitae. Ces propositions sont à soumettre par mail sous un format lisible (Word, OpenOffice, PDF) aux organisatrices Grace Baillet, Virginie Picot et Cécile Rault avant le 25 novembre 2021 aux adresses mail suivantes :

ulcogracebaillet@gmail.com

ulcovirginie@gmail.com

cecile-rault@laposte.net

Une réponse individuelle sera communiquée par mail.

Pour toute information pratique supplémentaire concernant la journée d’étude, merci d’écrire à la même adresse. Il est à noter que l’Unité de Recherche HLLI ne pourra pas prendre en charge les frais de déplacement.


  1. 1 Alban GAUTIER, Le Roi Arthur, Paris, Presses universitaires de France, 2019. []

Publications récentes des doctorant·es et jeunes docteurs de la SEAA 17-18

La publication scientifique est un Graal de la recherche, le moment où on partage avec le (plus ou moins grand) monde de la recherche ce à quoi nous avons longuement œuvré. Afin d’avoir un aperçu des types de travaux que notre communauté de jeunes chercheurs et chercheuses conduit, voici une liste des publications récentes de nos membres. Enjoy!

open book floating in bookstore
Photo by Jaredd Craig on Unsplash

Bobeica, Cezara. “Channelling the meaning from the margins: the hermeneutical potential of the paratextual quotations in Henry Peacham’s Minerva Britanna (1612),” Revue XVII-XVIII 77, 2020. URL

Délant, Laura, Marie Dincher, Jérémy Filet, David Gocel-Chalté, Alexis Olry, Dominique Macaire. “The experience of Early Career Researchers in mobility: discovering transculturality at international conferences.” Etudes en Didactiques des Langues 35, 2020.

Derome, Amélie. “Horsing around, the swan song of the Houyhnhnm race.” E-rea 18(2), 2021.

Derome, Amélie. « Totalité et infini de la machine à tout dire de Gulliver : du programme littéraire au programme informatique.” XVII-XVIII 77, 2020. URL

Desnain, Alix. “Bathing ‘in Origane and Thyme’: Baths in Spenser’s The Faerie Queene.” Sophie Chiari & Samuel Cuisinier-Delorme (eds.) Culture and Literature in England, 1500-1800. London: Palgrave Macmillan, 2021. URL

Dupouy, Justine. « Sur les traces de Lady Mary Wortley Montagu : The Turkish Embassy Letters. » Grave Baillet (ed.) Sur les traces du voyageur-écrivain : témoignages croisés d’une histoire. Shaker Verlag, 2021.

Filet, Jérémy. “The networks of Francis Taaffe, 3 rd Earl of Carlingford and Irish Jacobite émigrés in the Duchy of Lorraine.”Eighteenth-Century Ireland 36, 2021.

Filet, Jérémy. « Vers un comparatisme des écrits du déplacement ? Littérature et voyageurs comparatistes. » Cahier Tocqueville des Jeunes Chercheurs 2(1), April 2020.

Gasparini, Florence. « Préserver la mémoire de Louis Dubois, l’un des fondateurs de New Paltz. » Figures Huguenotes dans les Amériques. De l’histoire à la mémoire. Rennes : Presses Universitaires de Rennes, 2020. 

Gasparini, Florence. « La maison Guillebeau: étude d’une maison huguenote en Caroline du Sud. » Figures Huguenotes dans les Amériques. De l’histoire à la mémoire. Rennes : Presses Universitaires de Rennes, 2020. 

Katgely, Lucy-Anne. “Treading in Camilla’s footsteps? Oneiric Experience and Women’s Voices in Julia de Vienne (by a lady, 1811) and Tales of Fancy (S. H. Burney, 1816–1820),” Isabelle Hervouet & Anne Rouhette (eds.) Dream and Literary Creation in Women’s Writings in the Eighteenth and Nineteenth Centuries. London: Anthem Press, 2021.

Le Duff, Pierre. “‘Ev’ry Gamester winneth by the sport’: George Wither’s Emblem Lottery (1635).” Angles 11, 2020. URL

Le Duff, Pierre. “‘Emblemes, Ancient and Moderne’: George Wither’s Collection of Emblemes (1635) as an epitome of a changing mode of literary expression.” XVII-XVIII 76, 2019. URL

Manco, Clara. Games and the Margins: Winning Fops and Gambling Women on the Restoration Comic Stage.” Etudes Episthemê 39, 2021. URL

Manco, Clara. Coffee-houses on the Restoration Comic Stage: A Reading of Tarugo’s Wiles (1667) and other examples,” Annick Cossic & Emrys Jones (eds.) The Representation and Reinvention of Sociable Spaces in the Long Eighteenth Century. Paris : Le Manuscrit, 2021.

Misset, Juliette. « Entre modernité, tradition et conventions : la figure du/de la pédagogue chez Mary Wollstonecraft, Maria Edgeworth et Hannah More. » Lumières 32, 2019.

Monter, Alice. “Harley, Political Narratives, and Deceit in Defoe’s Secret History of the Secret History of the White Staff.Digital Defoe, 12(1), Fall 2020. URL

Nguyen, Kim. “Crime and Punishment in Adam Smith’s Moral Philosophy.” Crime, Punishment and the Scots – Le crime, le châtiment et les Écossais. Besançon: Presses Universitaires de Franche-Comté – série Caledonia : Regards sur l’Écosse, 2019.

Ozoux, Mireille. “Letter to a Censor in the Age of Academies.” E-rea 18(2) 2021. URL

Juliette-Misset
Juliette Misset

Remercier des communicant(e)s : « fascinating » ou pas « fascinating » ?

« fascinating » : il faut l’admettre, ce mot nous est familier. Après une journée d’étude, un colloque ou un séminaire de recherche, on est poursuivi par l’écho de ce mot-clef. Peut-être l’a-t-on soi-même prononcé. Alors, langue de bois ou authentique signe d’un souffle coupé ?

après la prise de parole: silence et remerciements

Après quelques événements virtuels et en présentiel, j’ai rapidement constaté l’omniprésence du « fascinating » qui semble être de mise pour remercier un(e) communicant(e). La première fois que je l’entendais, j’étais interpellée par la force du mot. Mais à mesure que je l’entendais se répéter d’une rencontre à l’autre, je m’étonnais de sa prévalence.

crowd - cheering - event
(Jaime Lopes on Unsplash)

La doctorante néophyte que je suis n’a pas encore eu l’occasion de participer, ou même d’assister à de si nombreux colloques et autres manifestations scientifiques. Malgré tout, j’ai eu, l’année passée, cet été et en cette rentrée, le loisir d’entendre des chercheurs, jeunes ou expérimentés, se congratuler – généralement avec chaleur et enthousiasme – à l’issue d’une communication.

“fascinating”

En fin de présentation, le terme « fascinating » fleurissait dans les chats zoom, dans les commentaires des organisateurs, ou encore en début de question/remarque. J’observais la même passion pour le terme chez des anglophones que chez des non-anglophones en études anglophones.

fascinating - workspace
“Fascinating” (credit: Andrew Neel on Unsplash; edited by Louise McCarthy)

Il me semblait que le mot, qui doit exprimer une admiration profonde pour un sujet, un objet ou un agent de recherche, perdait un peu de sa puissance à force d’utilisation. Encore relativement étrangère aux pratiques établies dans la profession, je me suis demandé s’il s’agissait d’un terme à l’usage convenu entre initié(e)s ou bien d’une difficulté à trouver un mot juste après avoir été subjugué(e) par une présentation, à recouvrer sa voix après avoir été speechless.

alternatives

postman - mail
Looking for synonyms (credit: Audrey Mari on Unsplash)

Si d’autres comme moi s’interrogent sur les possibilités lexicales qui s’offrent à nous pour remercier un enseignant-chercheur ou un collègue doctorant, voici quelques alternatives auxquelles j’ai songé (et que j’ai occasionnellement entendues à la place du « fascinating » dominant) :

thought-provoking – striking – stimulating – captivating – convincing – compelling – riveting – impressive – arresting – inspiring…

Post-Scriptum: “interesting”

J’ai exclu « interesting » de la liste, mais j’imagine qu’il n’est pas interdit. Bien qu’on admette généralement qu’ « interesting » est un mot creux, il ne paraît plus si insipide dans un monde où il n’y a de place que pour le f-word.

Louise McCarthy
Louise McCarthy

CFP: “Genre Trouble in Early Modern England (1500–1800)”

Friday 11th March 2022, 9:30–4pm (Online)
Queen Mary University of London and Sorbonne Université
Keynote: Dr Kathryn Murphy (University of Oxford)

 

Early modern writings frequently resist neat or easy generic categorisation. Subject to interpretation, pastiche and modification, generic categories offer flexible guidelines rather than a strict set of rules. This one-day conference aims to look at generic experimentation, hybridity and innovation in early modern writing as a way to better understand the period’s multiple and evolving conceptions of genre.

In the last decade, scholars have come to accept and even embrace generic complexity and variety as a common feature of many early modern texts, in particular in the wide category of “life-writing”. This has led to reappraisals of both canonical and lesser-known texts, as well as the recovery of previously neglected genres such as mother’s legacies, conversion narratives and biblical verse paraphrase. Recent companions to early modern literature and women’s writing have also established a more specific and varied generic classification to better represent the generic engagements of writers of the period. And in archival research it has become common for literary scholars to pay closer attention to the genre ascribed to manuscripts  –– on bindings, title-pages, flyleaves, or in catalogues –– with these initial descriptions increasingly thought to be of crucial value. Genre, that is, is back: raising questions of interpretation, formal development, kinds of contextualism and literary value –– with its capacity to bring about new categories of understanding, which appear, evolve and disappear, often leaving early modern texts unfamiliar and strange. 

We will be particularly interested in investigating questions about the emergence, popularity, evolution and decline of genres; about how best to track generic changes and developments; and about the relationship between a choice of genre and a writer’s socio-cultural role. We are further interested in asking about early modern conceptions of genre and demonstrations of early modern genre-consciousness. 

Topics can include, but are not limited to:

  • Early modern genre theory (traditional genre categorisation, treatises, definitions) 
  • Early modern libraries and genre classification 
  • Print and genre (editors, printers, booksellers, catalogues)
  • Manuscript and genre  
  • Genre and society (social rank, gender)
  • Uncategorisable texts 
  • Generic hybridity 
  • Evolution of genres (characters, dialogues, meditations etc)
  • “New” genres (imported from abroad, reception of classical genres)
  • Writers’ genre-consciousness (prefatory material, letters, titles)
  • Readers’ genre-consciousness (organising, annotating, miscellanies, commonplace books) 

Abstracts of 150–200 words and short bios to be submitted to Katie Ebner-Landy (QMUL) and Emma Bartel (Sorbonne Université, VALE) at genre.emp.conference@gmail.com by 15 December 2021. We welcome 20 minute papers by scholars at all stages of their careers. A special issue of the conference proceedings will be submitted to a peer-reviewed journal for publication.

Financer sa thèse avec un contrat doctoral : le graal à portée de main ?

Avant de se lancer corps et âme dans la recherche, la première question qui nous vient souvent à l’esprit est la suivante : comment financer sa thèse ? Le contrat doctoral apparaît alors comme une option particulièrement attrayante.

Le contrat doctoral, késako ? 


Il s’agit d’un contrat de travail d’une durée de trois ans (en général), permettant au doctorant de vivre une première expérience professionnelle en tant que chercheur en produisant, dans les meilleures conditions possibles, un travail de recherche au sein d’un laboratoire. Le contrat doctoral peut aussi inclure d’autres tâches que l’activité de recherche comme un service d’enseignement, des missions de conseil ou d’expertise pour les entreprises, ou encore des missions d
e diffusion de l’information scientifique et technique ou de valorisation de la recherche. Merveilleux, n’est-ce pas ? « Où est le problème ? » me direz-vous. Eh bien il faut savoir qu’un contrat doctoral ne s’obtient pas en claquant des doigts. Mais pas de panique, vous trouverez dans ce billet quelques conseils afin de vous guider dans votre démarche.

Puisqu’il s’agit d’une possibilité de financement particulièrement intéressante, il n’est pas surprenant qu’elle soit difficile à obtenir. Cependant, difficile ne veut pas dire impossible. 

En raison du nombre restreint de postes, notamment en sciences humaines et sociales, et de son haut niveau d’exigence, le contrat doctoral appelle à une préparation particulière. En effet, votre candidature doit être élaborée avec soin et rigueur, afin de mettre toutes les chances de votre côté. Vous pouvez soit poser votre candidature dans les six mois qui suivent votre inscription en première année de doctorat (et pas un mois de plus !), soit la poser avant votre inscription en première année, d’où la nécessité de prendre le temps de réaliser votre projet de thèse ! 

Gardez à l’esprit, par ailleurs, qu’un bon dossier ne se prépare pas un an à l’avance seulement. Au contraire, c’est un travail de longue haleine, comme la préparation à un marathon par exemple. Il est important, dès votre première année d’études supérieures, de vous atteler à une ‘mise en beauté’ de votre CV. Il est vrai que l’on n’a pas forcément conscience de vouloir se lancer en thèse – et donc candidater à un contrat doctoral – des années à l’avance, d’où le principe du ‘on ne sait jamais’, pour ne rien regretter ensuite. Vos expériences professionnelles, diplômes, concours, stages, participations à des manifestations scientifiques seront autant d’atouts dans votre CV pour vous démarquer. Attention, pour poser une candidature auprès d’une école doctorale, il faut nécessairement que le centre de recherche auquel vous souhaitez être rattaché fasse partie de l’école doctorale en question (logique, me direz-vous) !

Comment faire partie des heureux élus ?

Vous devez forcément présenter un dossier universitaire de (très) bonne qualité – gardez précieusement vos relevés de notes, ces derniers vous seront demandés. Si vous êtes passés par la case CPGE (Classes Préparatoires aux Grandes Écoles) c’est encore mieux – mais pas nécessaire. Avoir obtenu des diplômes avec mention, ainsi qu’être lauréat de concours nationaux (l’agrégation par exemple) est également important pour montrer au jury votre rigueur, votre capacité de travail et votre détermination.

La candidature à un contrat doctoral consiste en un petit dossier présentant votre projet de thèse, en insistant sur la pertinence de votre problématique, le choix de votre corpus, la cohérence de la méthodologie adoptée avec votre sujet, ainsi que la précision de votre cadre théorique.

Votre dossier doit être original et percutant pour retenir l’attention du jury. Dans la majorité des situations, le projet que vous allez présenter découlera de votre mémoire de recherche de M2 (c’est d’ailleurs un critère apprécié par les écoles doctorales au moment de la sélection. La note obtenue au mémoire sera prise en compte également ! Attention, certaines écoles affichent une ‘note plancher’ pour pouvoir ne serait-ce que candidater à un contrat, renseignez-vous bien sur la question). Votre directeur de thèse, très souvent votre ancien directeur de mémoire, est là pour vous épauler dans la préparation de votre dossier : vous devez le/la voir comme un soutien (et ce tout au long de votre parcours de thèse) ! Il va de soi qu’avant de vous lancer dans la rédaction de votre projet, vous devrez avoir convaincu votre directeur de sa pertinence. Mon conseil : parlez-en avec lui/elle au moins un an à l’avance (surtout si vous pensez poursuivre sur la lancée de votre mémoire).

Enfin (fun part), prévoyez suffisamment de temps pour rassembler les pièces demandées au dossier pour ne pas être pris de court. 

Si votre dossier retient l’attention du jury…

 Vous serez sélectionné pour passer une audition face au conseil de l’école doctorale. Elle se déroule en deux étapes : vous aurez dix minutes pour faire un exposé et le jury aura ensuite dix minutes pour vous poser des questions.

Le conseil de l’école doctorale est composé d’enseignants-chercheurs faisant partie des différents centres de recherche de l’école doctorale mais aussi des représentants des doctorants élus pour deux ans.

Entraînez-vous à l’oral avec vos amis, votre famille, votre chat, mais surtout avec votre directeur de thèse pour votre exposé ainsi que pour les dix minutes de questions. Vous devez vous préparer à devoir justifier votre bibliographie, votre cadre théorique ainsi que vos choix méthodologiques, mais aussi à répondre à des questions d’ordre plus général.

Les résultats des candidatures tombent généralement le lendemain de l’audition, voire le jour même. Il existe trois cas de figures : dans le meilleur des cas votre candidature est retenue (bravo), elle peut aussi être sur liste d’attente, ou être définitivement rejetée. Il y a une liste d’attente car il est fréquent pour les candidats agrégés et certifiés, dépendants donc de leur rectorat d’affectation, de ne pas obtenir de mise en disponibilité ou de détachement. Contraints de se rendre à leur établissement d’affectation en septembre et donc d’abandonner leur contrat doctoral, la première personne placée sur la liste d’attente reçoit le contrat.

en bref…

Candidater à un contrat doctoral n’est pas un sprint, cela prend du temps et de l’énergie. N’hésitez jamais à partager vos projets avec votre entourage universitaire afin d’obtenir des retours, ou à demander conseil à d’anciens doctorants qui sont passés par la même épreuve du contrat doctoral. 

Finalement, croyez en vous et en votre projet et montrez à la communauté scientifique pourquoi vous et pas un.e autre !

(all pictures from Unsplash)

Ines Ettaoui
Inès Ettaoui

Compte-rendu de la journée d’études « Ut Pictura Poesis – Faire dialoguer le texte et l’image dans le monde anglophone de 1500 à 1800 »

 

Affiche de la journée d'étude
Affiche de la journée d’étude

 

Le 20 mars 2021 s’est tenue « à » Strasbourg (par écrans interposés, naturellement) la journée d’études « Ut Pictura Poesis – Faire dialoguer le texte et l’image dans le monde anglophone de 1500 à 1800 », organisée par quatre jeunes chercheurs/-euses spécialisés dans les aspects intersémiotiques de la littérature de la première modernité anglaise. L’éventail de thématiques possibles, ainsi que le bornage chronologique large, ont donné lieu à une série de propositions de communication variées, dont huit ont été retenues. D’abord conçue comme une journée doctorale, celle-ci a finalement attiré doctorant(e)s, chercheurs/-euses plus aguerris et même une professeure émérite, liés par l’intérêt partagé pour la question complexe et large du rapport entre le textuel et le visuel à la Renaissance anglaise.

Atelier 1 – La question intersémiotique au XVIIème siècle

Ce premier atelier s’est penché sur la question des interactions entre le texte et l’image dans plusieurs types de publication intersémiotique du dix-septième siècle.

D’abord, Vanessa Chaise-Brun, membre du Centre Interdisciplinaire de Recherche sur les Langues et la Pensée (CIRLEP, Université de Reims Champagne-Ardenne), s’est intéressée aux stratégies discursives et picturales mises en œuvre par les partis royalistes après l’exécution de Charles Ier, afin de réhabiliter le monarque, ainsi que la monarchie, aux yeux d’une population diverse et divisée. Afin de toucher un public très large, notamment à travers l’Eikon Basilike (1649), les royalistes s’appuient sur des images emblématiques frappantes, dont le célèbre frontispice de William Marshall, auxquelles sont associés des textes, qui, tout en explicitant le sens symbolique intrinsèque aux représentations visuelles, entrent avec celles-ci dans une dialectique intersémiotique particulièrement efficace d’un point de vue rhétorique.

Ensuite, Guillaume Braquet, membre de l’Institut d’Études Transtextuelles et Transculturelles (IETT, Université Lyon 3), a proposé une communication sur un ouvrage aux objectifs très différents, l’Ars Memoriae de Robert Fludd (1619), dans lequel l’image, mimétique comme symbolique, est mise à profit pour faciliter la mémorisation. Le texte et l’image s’inscrivent ici l’un dans l’autre, dialoguent et se complètent, remettant en cause leur cloisonnement supposé par Lessing et bien d’autres.

Enfin, Pierre Le Duff, membre de l’équipe Savoirs dans l’Espace Anglophone – Représentation, Culture, Histoire (SEARCH, Université de Strasbourg), s’est appuyé sur A Collection of Emblemes de George Wither (1635) en guise d’étude de cas afin de soulever plusieurs questions méthodologiques propres aux études intersémiotiques, surtout à l’époque de la première modernité. Comment les images étaient-elles perçues par ceux qui en usaient ? Quelle différence faisaient-ils entre l’image et le texte ? Comment envisageaient-ils la complémentarité des deux codes sémiotiques, et leur perception par leurs lecteurs ?

Atelier 2 – L’image par les mots : ekphrasis et illustration

Dans le cadre de cet atelier, nous avons eu le grand plaisir d’écouter deux chercheurs de renommée, Jean-Louis Claret et Danièle Berton-Charrière, qui se sont intéressés, respectivement, au cheminement du texte vers l’image, et de l’image vers le texte.

Jean-Louis Claret, MCF HDR à l’Université d’Aix-Marseille, nous a proposé une communication très originale portant sur la capacité du texte – en l’occurrence, du texte théâtral – de produire, dans l’esprit de son lecteur, des images visuelles poignantes qui donnent corps, d’une façon alternative à celle de la mise en scène, à un medium textuel. Après avoir examiné la question de l’« Ut Pictura Poesis » à la lumière, entre autres, d’auteurs comme Foucault ou Rancière, il nous a présenté une série d’illustrations de son cru, nées de sa lecture de plusieurs pièces de Shakespeare.

Danièle Berton-Charrière, Professeure émérite à l’Université Blaise Pascal Clermont-Auvergne, quant à elle, s’est intéressée aux représentations ecphractiques et intersémiotiques de Marie Stuart au fil de sa vie, des panégyriques la déifiant dans sa jeunesse aux représentations, parfois acerbes, de la Reine des Écossais déchue. Parmi ces représentations, tantôt visuelles, tantôt textuelles, tantôt intersémiotiques, cette communication a également soulevé la question de la place des autoportraits, en vers ou en broderie, de ce personnage historique fascinant.

Atelier 3 – Image et poésie

Ce dernier atelier, consacré à l’image produite par le texte poétique, a réuni trois communications centrées sur deux poètes métaphysiques : John Donne et Richard Crashaw.

Clémentine Bénard, membre du Centre interdisciplinaire d’étude des littératures d’Aix-Marseille (CIELAM, Université d’Aix-Marseille), s’est interrogée sur l’esthétique picturale de John Donne, notamment dans ses poèmes majeurs Metempsychosis et The First Anniversary, et sur la possibilité d’étudier ces textes à travers une grille de lecture propre aux arts visuels, ainsi que sur la question de la place qu’occupait cet aspect pictural dans le projet esthétique de Donne.

Jean du Verger, membre de l’équipe de recherche Voix Anglophones Littérature et Esthétique (VALE, Sorbonne), s’est penché quant à lui sur l’usage fréquent, par Donne, d’images directement tirées de la littérature emblématique et des codes héraldiques, et de la contribution de celles-ci aux caractéristiques presque visuelles et tactiles de sa poésie profane.

Enfin, Fabrice Schultz, membre, lui aussi, de l’équipe Savoirs dans l’Espace Anglophone – Représentation, Culture, Histoire (SEARCH, Université de Strasbourg), s’est intéressé à la question centrale du regard dans l’œuvre d’un autre poète métaphysique, Richard Crashaw. Crashaw, lui-même peintre de talent, propose à son lecteur une poésie destinée à son édification morale et religieuse, qui passe par l’éducation de son regard, afin que le lecteur adopte un mode herméneutique s’inscrivant dans la tradition méditative catholique et apprenne à transcender le regard physique pour se fier, plutôt, à celui de l’âme.

La journée s ‘est conclue par une table ronde, au cours de laquelle c’est la question de la possibilité, ou non, de « lire » une image (au sens où l’entendent des chercheurs comme Michael Leslie), approche qui constituerait une interface possible entre ces deux codes sémiotiques.

Pierre Le Duff

 

Quêtes de Graals : (ne pas) mettre la main sur des sources primaires (partie 3/3)

Tout(e) jeune 17emiste se trouve sûrement, comme ses collègues pour d’autres périodes, plongé(e) dans les mines de JStor ou de ProQuest de manière régulière, en quête d’articles ou de numérisations. Si la pandémie a accentué ce besoin de s’appuyer sur internet pour y trouver des documents d’époque, il m’a occasionnellement été permis de dénicher des documents utiles à mes travaux de M2R et de préparation à la thèse au cours de mon année de lectorat à l’Université de Cambridge.

Je partage ici, et en trois brefs chapitres, mes expériences de contact avec le 17e britannique à travers un manuscrit (partie 1) et un ouvrage imprimé (partie 2). Je compléterai mon triptyque par le récit d’une déception (partie 3).

Tous les chemins ne mènent pas à Rome

dead end - sign
Claudio Schwarz on Unsplash

Si l’on disait que les ressources en matière première sont infinies à Cambridge, l’on ne serait pas bien loin de la vérité. Il n’en reste pas moins que certaines de mes recherches ne se sont pas révélées si fructueuses.

Trouver une référence intrigante…

queenscollege - cambridge - bridge
L’iconique “Mathematical Bridge” de Queens’ College (credit: Louise McCarthy)

M’intéressant un peu à un précurseur de la littérature de propagande anglaise en défense de la colonisation, j’emprunte à la bibliothèque universitaire un ouvrage de Mary Dewar intitulé Sir Thomas Smith : an Tudor Intellectual in Office (1964), dans lequel la spécialiste revient sur les aventures intellectuelles et politiques du personnage en question. Enthousiasmée par le constat que Thomas Smith était un alumnus de Queens’ College où je suis lectrice, je poursuis ma lecture et tombe sur une référence à une carte qu’aurait possédée Sir Thomas Smith. Cette carte figurait apparemment dans un inventaire des possessions léguées par Sir Thomas Smith à son alma mater à sa mort. Avec un peu de chance, Queens’ College aurait quelque part dans ses archives ce précieux document…

…qui mène à une impasse

gameover - library - read
Fin de quête: game over (credit: Louise McCarthy)

Dans l’espoir de faire suite à cette trouvaille et désirant voir si Smith aurait pu être un éventuel précurseur des propagandistes commerciaux et proto-coloniaux qui m’intéressent, je prends contact avec l’archiviste de la bibliothèque de Queens’ College. Celle-ci semble retrouver la référence à la carte dans l’inventaire mais m’apprend cependant que le College ne possède pas(plus?) un tel document. Dommage ! Mes spéculations en restent là, et je remets à plus tard une investigation plus poussée du rôle de la cartographie dans les projets de Sir Thomas Smith.

Louise McCarthy
Louise McCarthy

Quêtes de Graals : mettre la main sur des sources primaires (partie 2/3)

Tout(e) jeune 17emiste se trouve sûrement, comme ses collègues pour d’autres périodes, plongé(e) dans les mines de JStor ou de ProQuest de manière régulière, en quête d’articles ou de numérisations. Si la pandémie a accentué ce besoin de s’appuyer sur internet pour y trouver des documents d’époque, il m’a occasionnellement été permis de dénicher des documents utiles à mes travaux de M2R et de préparation à la thèse au cours de mon année de lectorat à l’Université de Cambridge.

Je partage ici, et en trois brefs chapitres, mes expériences de contact avec le 17e britannique à travers un manuscrit (partie 1) et un ouvrage imprimé (partie 2). Je compléterai mon triptyque par le récit d’une déception (partie 3).

Un livre imprimé (17e) à la University Library de Cambridge

old-book-leather-bound
Chris Lawton on Unsplash

C’est beaucoup plus tard dans mon année de M2 que je découvre qu’il y a également à Cambridge l’une des sources primaires citées par un article lu pour nourrir mon mémoire : The Workes of the Most High and Mightie Prince James. Après quelques recherches sur « iDiscover », le site qui répertorie tous les ouvrages des bibliothèques affiliées aux facultés de l’Université ou à ses Colleges, je m’aperçois que le volume se trouve à la University Library (« UL » pour les habitué(e)s) dans ses collections d’ouvrages non-empruntables. Alors comment accéder à ce précieux matériau qu’on ne peut arracher à l’inexpugnable forteresse?

Planifier son invasion

university-library-cambridge
University Library Cambridge (credit: Louise McCarthy)

Prenant contact par email avec un responsable à la Rare Books Reading Room où doit se trouver l’ouvrage selon le site iDiscover, je pose mes questions au sujet du volume. On me propose gracieusement de prendre rendez-vous pour venir consulter un exemplaire imprimé dont on me dit qu’il a été offert par le roi lui-même à l’Université et qu’il se présente dans son enveloppe de velours pourpre d’origine. Je m’empresse de réserver une demi-journée la semaine suivante, et me voilà aux portes de l’imposante UL, carte de lectrice, crayon et carnet à fleurs en main.

Arrivée au cœur de la forteresse : la Rare Books Reading Room

library-cambridge
Couloir de livres qui mène à la Rare Books Reading Room (credit: Louise McCarthy)

Une fois dépouillée de mes affaires qui doivent rester au vestiaire, je me dirige vers la Rare Books Reading Room où m’attend le volume de 1616. Sur la table numéro 9, que j’ai réservée pour son emplacement le plus éloigné dans la salle, on y a posé une fiche récapitulative des règles en vigueur, des marques pages vierges et un porte-livre molletonné. L’archiviste complète cet arsenal en m’apportant un chapelet pour tenir les pages, et me voilà fin prête pour me plonger dans l’ouvrage.

Face à face avec les mots de Jacques Ier

old-book-library-research
The Workes of the Most High and Mightie Prince James,1616 (credit: Louise McCarthy)

Il s’avère que The Workes of the Most High and Mightie Prince James comporte non seulement une transcription d’un discours prononcé par Jacques Ier à la cour et le définissant comme rex pacificus (roi de paix), mais encore le fameux « Counter-Blaste to Tobacco », un pamphlet du roi véhément contre « the vile custome of Tobacco taking » (la fâcheuse coutume de fumer du tabac). Des pages que je tourne avec un soin religieux s’exhument les parfums du 17e. On me permet par ailleurs de prendre quelques photos avec mon téléphone. Je relève mes citations dans mon carnet et quitte en milieu de journée la lumière blafarde des néons de la salle et la poussière de Jacques Ier.

Du carnet à fleurs au mémoire de recherche

De retour chez moi, je retranscris mes notes à l’ordinateur et sélectionne quelques-unes des citations relevées pour compléter deux ou trois passages de mon mémoire. Il n’y a pas de retranscriptions ou de numérisations nécessaires pour cette ressource puisqu’il suffit de la référencer correctement dans la bibliographie.

Louise McCarthy
Louise McCarthy

Quêtes de Graals : mettre la main sur des sources primaires à Cambridge (partie 1/3)

Tout(e) jeune 17emiste se trouve sûrement, comme ses collègues pour d’autres périodes, plongé(e) dans les mines de JStor ou de ProQuest de manière régulière, en quête d’articles ou de numérisations. Si la pandémie a accentué ce besoin de s’appuyer sur internet pour y trouver des documents d’époque, il m’a occasionnellement été permis de dénicher des documents utiles à mes travaux de M2R et de préparation à la thèse au cours de mon année de lectorat à l’Université de Cambridge.

Je partage ici, et en trois brefs chapitres, mes expériences de contact avec le 17e britannique à travers un manuscrit (partie 1) et un ouvrage imprimé (partie 2). Je compléterai mon triptyque par le récit d’une déception (partie 3).

Débusquer un manuscrit à Magdalene College (Cambridge)

Je soupçonnais (et espérais surtout) qu’il y aurait, cachées quelque part à Cambridge, des sources primaires susceptibles de nourrir mon mémoire de M2 et mon projet de thèse. A l’automne 2020, mon souhait est exaucé lorsque je découvre par le biais de lectures secondaires que l’un des Colleges, Magdalene College, a en sa possession une panoplie de manuscrits tenus par un acteur clef de ma recherche, Nicholas Ferrar (1592-1637).

Une aiguille dans une botte de foin: en quête de “FP_463”

pepys-library
Entrée de la Pepys Library à Magdalene College, Cambridge (credit: Louise McCarthy)

Cet ensemble de documents manuscrits rédigés par Nicholas Ferrar (impliqué dans les affaires de la Compagnie de la Virginie) est connu sous le nom de Ferrar Papers. Cette compilation étant plutôt volumineuse, et son système de référencement ayant été modernisé après la date de rédaction de l’article où j’en avais vu mention, je me trouve bien en peine de mettre la main sur les feuillets dont j’ai besoin. C’est donc en collaboration avec l’archiviste de la Pepys Library que je parviens à identifier ma source, « FP_463 » (Ferrar Paper numéro 463), répertoriée dans un index disponible en ligne.

consultation du manuscrit identifié

pencil-flowers-books
Mon arsenal d’outils en archives: le carnet à fleurs, le porte-mine et le crayon de bois de secours (credit: Louise McCarthy)

Le Royaume-Uni n’étant alors pas encore tout à fait en confinement strict, on me permet de réserver un créneau pour venir voir le fameux manuscrit. Armée d’un crayon de bois et d’un petit carnet à fleurs, je me penche sur les pages jaunies et les arabesques tortueuses de l’écriture de Nicholas Ferrar pendant une bonne heure, avant de quitter la bibliothèque la tête pleine d’idées fraîches pour mon mémoire de recherche.

“FP_463” dans les annexes du mémoire

Des mois plus tard, ayant à compiler mes annexes pour ce mémoire, je reprends contact avec l’archiviste qui m’avait été d’un grand secours, et lui demande quelle est la marche à suivre pour reproduire les deux pages en toute légalité. Optant pour une retranscription, je reproduis le document en question en ajoutant la fameuse mention transcribed by permission of the Master and Fellows of Magdalene College Cambridge.

Louise McCarthy
Louise McCarthy

Comment optimiser un séjour de recherche dans des archives ou en bibliothèque ?

 

Les séjours de recherche restent pour l’instant assez compromis, mais rien de nous empêche de nous préparer à leur retour…

Préparer son séjour

Il est important de prévoir combien de temps vous aurez à passer dans les bibliothèques ou archives, pour collecter les données dont vous avez besoin. Pour les bibliothèques, les catalogues en ligne permettent de localiser les ouvrages, et on trouve généralement dans leurs descriptions le nombre de page de chaque volume, ce qui peut aider à anticiper le temps qu’il faudra passer à les consulter. Certains ouvrages anciens doivent être conservés dans des conditions particulières, et il est parfois nécessaire de les réserver plusieurs jours à l’avance afin qu’ils puissent être acheminés en salle de lecture. Mieux vaut donc vérifier les conditions d’accès aux documents, pour ne pas se retrouver à perdre un ou plusieurs jours sur place.

Pour l’aspect pratique, pensez à vérifier les démarches éventuelles à faire à votre première arrivée : par exemple, à la British Library, il faut créer une carte de lecteur(gratuite lorsqu’on fait de la recherche), ce qui prend un peu de temps le premier jour. À la Chawton House Library, une bibliothèque spécialisée dans les écrits féminins de la première modernité dans un magnifique cadre rural, il est nécessaire de prendre rendez-vous et de réserver les ouvrages à l’avance, pour être accueilli·e personnellement et amené·e dans la petite salle de lecture au cœur d’un musée sur Jane Austen. Attention aussi aux horaires, certaines bibliothèques ferment ou ont des horaires réduits le weekend. Selon l’endroit où vous allez, vérifiez aussi à tout hasard le calendrier des fêtes nationales. (Petite pensée pour cette tentative de visite à la bibliothèque universitaire de Bâle, un jour parfaitement banal en France qui s’est avéré être férié en Suisse. Je ne faisais pas la fière dans mon train de retour vers Strasbourg.)

L’aspect financier

Les voyages pour travailler en archives lointaines peuvent être coûteux, entre les trajets, l’hébergement, et la vie sur place. Il est possible de postuler à des bourses qui financeront en partie ou totalement vos frais, il est donc toujours utile de jeter un œil aux opportunités de financements (nous tenons une veille des bourses sur ce carnet, et tous les réseaux sont bons à utiliser).

Une autre possibilité est de coupler le séjour en archives à une communication dans un colloque, car bien souvent votre école doctorale et/ou votre unité de recherche pourront contribuer aux frais de déplacement. Si les frais d’hébergement et de bouche hors colloque ne seront peut-être pas pris en charge, il est déjà bien appréciable de ne pas avoir à payer l’intégralité des trajets.

Sur place

Photo by Sigmund on Unsplash

Une fois sur place, à la bonne heure et les documents en main, reste la manière de procéder pour récolter les données utiles. Il faut savoir que certaines bibliothèques et archives n’autorisent pas les stylos, mais il est en général possible d’emporter un crayon à papier et son ordinateur. Si c’est possible, prendre des photos permet de pouvoir reporter à plus tard le travail de précision et de collecter toute la matière brute dont on peut avoir besoin. Si vous avez des montagnes de documents à analyser, pensez à inclure dans le cadre de vos photos tout ce qui permet d’identifier chaque document et à écrire la référence dans le titre. Ce serait dommage, plusieurs semaines ou mois plus tard, de ne plus savoir ce qui est quoi, et de pester en vain contre votre past self pour sa négligence… Mieux vaut certainement d’ailleurs récolter plus de donner que pas assez, quitte à ne pas tout utiliser immédiatement. Ce qui peut paraître superflu au début se révélera peut-être précieux plus tard.

Et enfin, même si le temps vous manque, profitez de ces moments dans la sérénité des bibliothèques et de ce qu’offre l’endroit où vous vous trouvez, on n’a pas tous les jours l’occasion de flâner dans la campagne du Hampshire. Enjoy!

Juliette-Misset
Juliette Misset