À propos

Le carnet de recherche des doctorants et doctorantes de la SEAA 17-18 vise à regrouper des conseils sur le déroulement du doctorat en anglistique portant sur les XVIIe et XVIIIe siècles, des billets sur l’actualité de la recherche dans ce domaine, des informations sur les colloques jeunes chercheurs de la SEAA 17-18, des expériences personnelles de jeunes chercheurs, ainsi qu’une veille des bourses et opportunités.

Les membres du comité éditorial

Louise McCarthy

Ines Ettaoui

Louise mccarthy
Inès Ettaoui
En première année de thèse au LARCA (Université Paris Cité) et ancienne élève de l’ENS Paris-Saclay, Louise travaille sur la cartographie et la littérature de propagande des Compagnies de la Virginie et des Indes Orientales (17e), sous la direction du professeur Ladan Niayesh. Cette année, elle enseigne à l’UFR d’études anglophones de l’Université Paris Cité. Elle est rédactrice en chef du carnet de recherche des doctorant-es de la SEAA 1718 depuis janvier 2022. Inès est doctorante en deuxième année à l’université de Strasbourg. Passionnée par la symbolique humaniste, elle travaille sur l’art emblématique des 16e et 17e siècles en Angleterre, sous la direction de M. Jean-Jacques Chardin. Elle est représentante des doctorant-es de la SEAA 1718 depuis janvier 2022.

Potrait de l'autrice, Alice Marion-Ferrand

Amélie Derome

ALice Marion-Ferrand
AméliE Derome
Alice est doctorante en première année à l’Université Paul-Valéry de Montpellier, sous la direction de Florence March. Passionnée par le théâtre, elle travaille sur le théâtre anglais de la Restauration, plus particulièrement sur un corpus de comédies à sujet religieux adaptées de sources européennes.

Amélie Derome a soutenu sa thèse consacrée aux traductions françaises de Gulliver’s Travels, supervisée par M. Jean Viviès au LERMA d’Aix-Marseille-Université, en juin 2021. Enseignant l’anglais à Nanterre, elle est membre du conseil scientifique d’Hypotheses.org.

Soumettre un article

Si vous souhaitez nous proposer un article, merci de nous envoyer un message à l’adresse suivante, nous discuterons ensemble de votre idée et vous donnerons des indications concernant le format : carnetseaa1718[@]gmail.com

Image de la bannière : A London Coffeehouse, c. 1700.

CFP: Former, éduquer, instruire en France, dans les îles britanniques et en Amérique aux XVIIe et XVIIIe siècles (Brest, 23-24 sept. 2022)

Journées Doctorant.es et Jeunes Chercheur.euses 2022 de la SEAA17-18, en partenariat avec la Société d’étude du XVIIesiècle et la Société Française d’Étude du XVIIIe siècle (SFEDS)

Université de Bretagne Occidentale, Brest – 23-24 septembre 2022

[English version below]

Rationale

L’éducation prend une place centrale dans les îles britanniques et les colonies anglaises d’Amérique au cours du XVIIe siècle, comme en témoignent les écrits de John Milton, John Evelyn, John Eachard ou John Aubrey, ou encore la loi de 1642 de la Massachusetts Bay Colony, toute première loi du Nouveau monde rendant nécessaire l’instruction de la lecture et de l’écriture aux enfants.

Mais l’ouvrage pédagogique le plus emblématique du XVIIe siècle anglais est certainement Some Thoughts Concerning Education(1693) de John Locke. Dans l’épître dédicatoire qui l’introduit, le célèbre penseur anglais fait en ces termes la promotion de son manuel :

The well educating of their children is so much the duty and concern of parents, and the welfare and prosperity of the nation so much depends on it, that I would have every one lay it seriously to heart; and […] set his helping hand to promote every where that way of training up youth, with regard to their several conditions, which is the easiest, shortest, and likeliest to produce virtuous, useful, and able men in their distinct callings ; tho’ that most to be taken care of is the gentleman’s calling. For if those of that rank are by their education once set right, they will quickly bring all the rest into order.  

L’ouvrage, qui connut une large diffusion en Grande-Bretagne comme en France tout au long du XVIIIe siècle, a pour objectif premier de former les parents-éducateurs aux grands principes d’une éducation bienveillante, rationnelle et structurée des enfants, pouvant permettre à ces derniers de cultiver vertu et connaissances, savoir-être et savoir-faire. La finalité de l’action éducative, telle qu’envisagée par Locke, consiste en l’émergence et l’émancipation du sujet éduqué en tant que personne, dans ses dimensions sociale, morale, physique, mais aussi, et surtout, dans ses dimensions civique et citoyenne, l’être en devenir ayant pour mission d’assurer « le bien-être et la prospérité de la nation ». Ce court passage soulève néanmoins quelques interrogations fondamentales : si le propos se veut d’abord générique et inclusif, il y est notamment question de l’éducation des garçons et des jeunes hommes – des jeunes gentilshommes, qui plus est. Quelle place accordait-on, en revanche, à l’éducation des filles à l’époque ? Formait-on filles et garçons de la même façon ? Quelle place tenait l’éducation au sein de familles issues de sphères sociales et économiques moins aisées ?

Ces Journées Doctorant.es et Jeunes Chercheur.euses se proposent d’examiner les façons dont se sont construites les théories pédagogiques et les pratiques éducatives au cours des XVIIe et XVIIIe siècles, en France, dans les îles britanniques et en Amérique. Les trois axes sémantiques suggérés – former, éduquer, instruire – visent à croiser les approches sur la problématique de la transmission du savoir ; bien qu’étant dissociables, les trois termes, on le voit, sont liés par un socle commun qui établit la relation entre l’apprenant et l’instructeur, mais aussi entre l’apprenant et l’objet de son apprentissage. 

Former, tout d’abord, c’est « façonner », « fabriquer, donner à quelque chose une certaine forme » (CNRTL). Comment fabrique-t-on la jeunesse ? Comment lui donne-t-on naissance, une deuxième naissance en quelque sorte pour qu’elle prenne sa bonne place dans la société ? On peut même aller jusqu’à parler du moule, du façonnage et de la malléabilité des jeunes esprits que l’on souhaite voir adopter des comportements prescrits. Quelle place accordait-on à la bonne conduite en société dans la formation des jeunes gens ? Quelle évolution les manuels de bonne conduite ont-ils connue au cours des deux siècles auxquels nous nous intéresserons ?

« On façonne les plantes par la culture, et les hommes par l’éducation […] Cette éducation nous vient de la nature, ou des hommes ou des choses. » nous dit Rousseau dans l’Émile. Si former évoque la reproduction d’un schéma, d’un fonctionnement, d’un système, éduquer suggère l’entraînement, l’étude, le développement et l’épanouissement personnel. L’apprenant est au cœur de la notion d’éducation, champ vaste qui a trait à tous les aspects de la vie, des connaissances pratiques ou théoriques aux bonnes manières. 

Instruire, enfin, c’est « former l’esprit », mais aussi, plus spécifiquement, « communiquer un ensemble de connaissances théoriques ou pratiques » (CNRTL). On voit là que ce dernier terme se rapporte davantage au rôle de l’enseignant, du pédagogue et de sa méthode. Qu’en est-il aussi de l’auto-instruction et des moyens qui sont donnés aux apprenants pour s’instruire et se former? 

Former, éduquer et instruire éducateurs et élèves, maîtres et apprentis, parents et enfants, voilà donc le programme auquel se sont consacrés de nombreux philosophes, pédagogues, hommes politiques ou d’Église et littérateurs au cours des XVIIe et XVIIIe siècles, en Europe et en Amérique. Pourquoi la question de l’éducation et de la formation de la jeunesse, mais aussi des éducateurs devient-elle un enjeu si majeur à cette époque ? Comment y transmet-on les savoirs, comment les acquiert-on à travers ces époques qui ont vu de si grands changements ? Quelles ont été les évolutions dans la formation, l’éducation, l’instruction entre le XVIIe et le XVIIIe siècles ? Peut-on parler de révolution ?

Les domaines touchés par ces questions sont nombreux : sociologie, philosophie, littérature, religion, politique, vie privée et vie publique sont autant de « lieux » où l’on pense, formule, questionne la fabrication de la jeunesse. Quelle a été notamment l’influence des penseurs en France, outre-manche, outre-atlantique – Rousseau, Voltaire, Locke, bien sûr, Godwin ou Fénelon par exemple ? Quel rôle ont joué les femmes érudites – Margaret Cavendish, Mary Astell, Mary Wollstonecraft – dans la lutte pour le droit à l’éducation des jeunes filles? Quel rapport le religieux a-t-il entretenu avec l’instruction aux XVIIe et XVIIIe siècles ? Qu’en-est-il de l’intention édifiante de la littérature et de l’idéal poétique horacien du « dulce et utile » auquel tendaient des romanciers comme Daniel Defoe, Samuel Richardson ou Henry Fielding ? 

Modalités de participation

Les participant.es sont invité.es à réfléchir, entre autres, aux thèmes suivants:

– place accordée à l’éducation des filles et / ou des garçons ; éducation mixte ; discours proto-féministes et promotion de l’éducation des femmes

– écrits pédagogiques (secrétaires, manuels de bonne conduite) et/ ou littéraires (romans didactiques, bildungsroman)

– formation professionnelle et apprentissage des métiers

– discours théorique et pratique scientifique

– discours religieux ; transmissions religieuses et sécularisation

– instruction et propagande

– développement culturel au cours des XVIIe et XVIIIe siècles; exposition des enfants et jeunes à la culture (théâtre, musique, littérature, peinture, circulating libraries)

– sphères sociales et accès au savoir, à l’éducation et à la culture

Les propositions de communication, en français ou en anglais, d’une longueur de 300 à 500 mots, ainsi qu’une courte bio-bibliographie, doivent être adressées à l’adresse suivante: jdjc.seaa1718@gmail.com, avant le 15 mai 2022.

Les notifications d’acceptation seront envoyées aux participants autour du 15 juin 2022.

Les Journées Doctorant.es et Jeunes Chercheur.euses se dérouleront les 23 et 24 septembre 2022 à la Faculté Victor Segalen de l’Université de Bretagne Occidentale à Brest. 

La durée des interventions ne devra pas excéder 20 minutes. Une publication des actes du colloque dans le carnet de recherche des doctorant.es de la SEAA 17-18 est envisagée. Des précisions sur ce point viendront par la suite.

Comité scientifique

Camille Jaouen (doctorante)

Adnana Sava (doctorante)

Alain Kerhervé (Professeur, SEAA1718)

Marie Cécile Schang (Maître de conférences, SFEDS)

Pascale Thouvenin (Professeur, Société d’Étude du XVIIe siècle)

Kimberley Page-Jones (Maître de conférences, SERA)

[English version]

Rationale

Throughout the 17th century, education took up an increasingly central place in the British Isles and in the American colonies. The subject of many works by authors such as John Milton, John Evelyn, John Eachard or John Aubrey, education also came to be seen as a political issue in America and as early as 1642 the Massachusetts Bay Colony passed the first law in the New World requiring children to be taught to read and write.

But the most emblematic work about education in the 17th century is beyond a doubt John Locke’s Some Thoughts Concerning Education (1693). In the dedicatory epistle introducing it, the celebrated English thinker advertises his manual as follows:

The well educating of their children is so much the duty and concern of parents, and the welfare and prosperity of the nation so much depends on it, that I would have every one lay it seriously to heart; and […] set his helping hand to promote everywhere that way of training up youth, with regard to their several conditions, which is the easiest, shortest, and likeliest to produce virtuous, useful, and able men in their distinct callings ; tho’ that most to be taken care of is the gentleman’s calling. For if those of that rank are by their education once set right, they will quickly bring all the rest into order.

The manual – a popular choice both in Britain and in France throughout the 18th century – is aimed at forming the parents-educators to the great principles of a benevolent, rational and structured education of their children, allowing the latter to cultivate virtue and knowledge, social skills and know-how. The whole point of education, from Locke’s perspective, consists in enabling the emergence and emancipation of the educated subject as a person, in its social, moral, physical, but above all, civil and civic dimensions, the person in the making being entrusted with a mission to ensure “the welfare and prosperity of the nation”. This short excerpt raises a few fundamental questions: though Locke’s education principles are at first comprehensive and inclusive, the education he favours is nonetheless aimed at boys and young men – at gentlemen in particular. What was the place of girls’ education in the society of the time? Were boys and girls educated the same way? What place did education have in the lower social and economic spheres of the population?

These 2022 Post-Graduate Study Days set out to explore the broad range of the pedagogical theories and educative practices that were developed throughout the 17th and 18th centuries in the British Isles and in America. The three suggested semantic lines – training, educating, instructing – should allow for a cross-referencing of approaches on how knowledge was passed on from one generation to the next, from a teacher to a pupil or from a parent to a child. Though distinguishable from one another, the three terms stem from a same basis which establishes the relation between the learner and the instructor, but also between the learner and the object of his or her apprenticeship.

To train, first of all, means “to shape”, “to make something or give something a specific shape” (translated from CNRTL). How is youth shaped? How is it begotten so as to allow it to take its rightful place in society? One may even venture to speak of a “moulding” or shaping process and evoke the malleability of the young minds one wishes to shape so as to make them adopt the prescribed behaviours. What was the place of socially sanctioned conduct in the training of young people at that time? What evolution have the conduct manuals seen throughout the two centuries that will be the focus of our symposium? 

“Plants are shaped by cultivation, and men by education. (…) This education comes to us from nature or from men or from things”, says Rousseau in Emile. If training evokes the reproduction of a pattern, an operation or a system, educating suggests practice, study, development and personal fulfilment. The learner is at the core of the notion of education – a broad concept pertaining to all aspects of life, from practical or theoretical knowledge to proper behaviour and good manners. 

Lastly, to instruct means “to form the mind”, but also, more specifically, “to communicate a set of theoretical or practical knowledge” (CNRTL). This last term seems to relate more to the role of the teacher, the instructor and his or her method. But what about self-instruction and the means and resources provided to learners for self-training and independent learning?

Training, educating and instructing educators and students, masters and apprentices, parents and children: these issues became part of the agenda of numerous philosophers, educationalists, politicians, clergymen and men of letters throughout the 17th and 18th centuries, in Europe and North America. Why did the education and training of the youth, but also the training of educators, become such major issues at the time? How was knowledge handed down and spread and how was it acquired at a time that saw such significant changes?  What were the major innovations in terms of training, education and instruction between the 17th and 18th centuries? Can this be called a revolution and, if so, in what sense? 

A large range of areas are concerned with these questions: sociology, philosophy, literature, religions, politics, public life and the private sphere constitute as many “spaces” involved in the shaping of the youth. How and to what extent have Enlightenment thinkers contributed to the development of education in France, across the Channel, across the Atlantic – Jean-Jacques Rousseau, Voltaire, John Locke of course, but also William Godwin or Fénelon? What role did women scholars – Margaret Cavendish, Mary Astell, Mary Wollstonecraft – play in the struggle for women’s right to education? What impact did religion have on education during the 17th and 18th centuries? Finally, what can be said of the moral and edifying purpose of literature, and of the Horatian poetic ideal of “dulce et utile”, aimed at by novelists such as Daniel Defoe, Samuel Richardson or Henry Fielding? 

Proposal submission

Contributions may address, but are not limited to, the following topics: 

– the place granted to the education of girls and/or boys in the 17th and 18th centuries; mixed-sex education; proto-feminist discourse and the promotion of female education

– pedagogical writing (secretaries, conduct books) and/or fictional writing (didactic novels, bildungsroman)

– professional training and apprenticeship

– theoretical discourse and scientific practice

– religious discourse; religious transmissions and secularisation

– instruction and propaganda

– cultural development during the 17th and 18th centuries; cultural exposure of children and young adults (theatre, music, literature, painting, circulating libraries)

– social spheres and access to knowledge, education and culture

Submissions (title and abstract of 300-500 words) in English or in French, along with a short biographical note (name, surname, email address, affiliation, PhD topic and research field) should be sent to the following address: jdjc.seaa1718@gmail.com by May 15th, 2022.

Acceptance notifications will be sent to participants by mid-June 2022.

The Post-Graduate Study Days will take place on September 23rd and 24th, 2022 at Victor

Segalen Faculty, University of Western Brittany, Brest.  

Presentations should not exceed 20 minutes. 

The symposium will be followed by a publication in the SEAA17-18 Doctoral Students’ Research Blog, on the Hypotheses platform. Further details will be given later. 

Advisory Board 

Camille Jaouen (PhD student, SEAA1718)

Adnana Sava (PhD student, SEAA1718)

Marie Cécile Schang (Senior Lecturer, SFEDS)

Pascale Thouvenin (Professor, Société d’Étude du XVIIe siècle)

Alain Kerhervé (Professor, SEAA1718)

Kimberley Page-Jones (Senior Lecturer, SERA)

Louise McCarthy
Louise McCarthy

Interview avec Juliette Misset, ancienne représentante des Doctorants de la SEAA1718 et membre fondatrice du carnet des doctorants

1)Comment as-tu vécu ton rôle en tant que représentante ? Qu’en retiens-tu ?

J : “Je me suis lancée dans l’aventure notamment pour voir et comprendre le fonctionnement interne d’une société savante. Ça m’a apporté des connaissances sur comment fonctionne une institution de la recherche – ce qui est complémentaire mais différent du travail de thèse. Une société savante cherche à apporter cohérence et visibilité à la recherche, à faire communauté autour de du travail de thèse qui reste majoritairement une tâche solitaire.” 

2)Pourquoi encouragerais-tu les autres doctorants à endosser ce rôle ? 

J : “Quand je suis arrivée il n’y avait rien, ça n’a donc pas été simple de tout mettre en place au début, savoir où aller, à qui s’adresser, etc. En revanche, ce qui a été d’un grand soutien c’est la mise en place d’une épique quand on a monté le projet du carnet, tout a réellement pris forme à ce moment-là, et je pense que ça a fédéré les membres doctorants de la société. Maintenant que la machine est lancée, l’engagement pèse moins lourd, ça permet à tout un chacun de s’intéresser à ce que les font autres et de faire des ‘trucs cool’ en collaboration.”

Quand on a une équipe, on peut prendre le relais quand c’est nécessaire, se soutenir mutuellement. 

J : “J’ajouterai finalement qu’être investi dans un tel projet permet d’avoir réellement un droit de cité dans ces institutions savantes, après tout, les doctorants sont la relève future, donc s’investir dans des institutions déjà bien établies c’est important pour faire vivre la recherche et faire valoir les expériences du doctorat. 

Les membres de l’équipe de la SEAA sont toutes et tous très bienveillants et portent un grand intérêt à ce que les jeunes chercheurs ont à apporter. Ils sont un vrai appui.”

3)Qu’as-tu envie de dire ou de souhaiter aux futur.e.s représentant.e.s ? 

J :  “Je leur dirais de continuer à créer des liens entre les doctorants de la société, à construire des choses utiles au parcours du doctorat qui est souvent difficile pour que les doctorants 17/18 soient finalement un groupe d’entraide.”

4)Le mot de la fin : quel a été le conseil le plus utile que tu as reçu et que tu voudrais transmettre ? 

J : “Ne vous censurez pas, osez, participez : vous êtes légitime et ce que vous avez à dire compte.”

Ines Ettaoui
Inès Ettaoui

Se repérer dans un volume ‘early modern’ et comprendre sa pagination

early modern facsimile
Facsimile d’un pamphlet jacobéen

L’étude de documents imprimés à la période early modern (ou de facsimiles de ces documents) peut faire émerger des choses un peu cryptiques comme « A », « B2 », « C2r » ou « C3v » quelque part en bas de page. Faire référence à ces pages dans son mémoire/thèse/article/chapitre peut aussi initialement représenter un défi. Dans ce billet, je propose un condensé de ce que j’ai appris avec l’aide de ma directrice et de Dr Tim Eggington, musicologue, Fellow Librarian et Keeper of the Old Library à Queens’ College, Cambridge.

Exemple: Robert Gray, A Good Speed to Virginia (1607)

facsimile text
Facsimile de A Good Speede to Virginia (1607), Robert Gray

Sur la page ci-contre, la lettre « B » sous le texte indique qu’il s’agit du recto de la page B du volume. Pour citer « Then the children of Ioseph said, the Mountaine will/ not be inough for vs » sur cette page, on référencera l’extrait de la manière suivante: sig. B1r. La page qui suit, au verso, ne comporte pas de lettre? Pas de panique, l’on peut quand même y faire référence en indiquant: sig. B1v. Sur la page où l’on trouve B3, l’on indiquera: sig. B3r. La suivante sera sig. B3v, etc.

Une note de bas de page en bonne et due forme dans une thèse ressemblera donc à cela: Robert Gray, A Good Speed to Virginia (ed. Wesley F. Craven, New York: Scholars’ Facsimiles & Reprints, 1937), sig. B1v.

Plus tard dans le texte, on pourra simplement indiquer : Robert Gray, A Good Speed to Virginia, C2r.

Pourquoi un tel système ?

early modern printing
“Impressio Librorum” ©The Trustees of the British Museum

Si ces volumes early modern et leurs facsimiles ne font pas usage de la pagination qui nous est familière aujourd’hui (p. 1, p. 2, etc.), c’est à cause de la technique de production utilisée à l’époque. L’impression de volumes nécessitait la reproduction du texte sur des grandes pages que l’on repliait afin d’obtenir un livre.

Pour aller plus loin

Pour en savoir plus, l’on peut consulter le site de l’Université de Warwick pour l’article suivant: https://warwick.ac.uk/fac/arts/english/currentstudents/undergraduate/modules/fulllist/second/en228/citing_eebo_texts/

Il est aussi possible d’en apprendre davantage en parcourant Studying Early Printed Books, 1450-1800 : a Practical Guide (Hoboken: Willey Blackwell, 2019) de Sarah Werner.

Louise McCarthy
Louise McCarthy

Prix de master de la SEAA1718

La SEAA1718 lance cette année la première édition de son prix de master, dont le règlement complet peut être trouvé ci-dessous.

Peuvent concourir les étudiants ayant soutenu leur mémoire de Master 2 en 2020 (année universitaire 2019-20) ou en 2021 (année universitaire 2020-21) sur un sujet en rapport avec le périmètre de la SEAA 17-18, dans les domaines britannique ou américain.

La date limite pour la réception des pièces constituant le dossier de candidature (mémoire en version PDF et lettre de soutien du directeur) est fixée au 31 mai 2022. Le dossier ainsi constitué doit être envoyé par voie électronique uniquement, à la Secrétaire Générale adjointe de la Société (claire.jouslin[at]gmail.com).

Règlement 

 

La Société d’Études Anglo-Américaines des XVIIe et XVIIIe siècles (SEAA 17-18) attribue tous les deux ans un prix de Master portant sur les deux années précédentes, dans le but de promouvoir la recherche des jeunes chercheurs sur les XVIIe et XVIIIe siècles et de lui donner la visibilité qu’elle mérite. Ce prix concerne les mémoires de Master 2.

Le Prix est récompensé par une adhésion gratuite à la Société pendant un an, comprenant notamment un ouvrage de la collection internationale de la Société chez Manchester University Press, l’accès aux formats enrichis de la revue XVII-XVIII, l’inscription à la liste de diffusion, ainsi que la possibilité de participer aux journées annuelles Doctorants et Jeunes chercheurs. En outre, le lauréat ou la lauréate pourra publier un billet présentant son travail dans le Carnet des doctorant.e.s de la SEAA 17-18 (http://1718.fr/carnet-des-doctorantes/).

 Conditions d’éligibilité :

Avoir soutenu son mémoire de Master 2 en 2020 (année universitaire 2019-20) ou 2021 (année universitaire 2020-21) sur un sujet en rapport avec le périmètre de la  SEAA 17-18, dans les domaines britannique ou américain.

Réception des candidatures :

Les candidat.e.s feront parvenir avant le 31 mai 2022  dernier délai, par voie électronique uniquement, à la Secrétaire Générale adjointe de la Société (claire.jouslin[at]gmail.com):

–       Un exemplaire pdf du mémoire. Si un rapporteur le demande, un exemplaire papier du mémoire pourra être demandé.

–       Une lettre de soutien de la directrice ou du directeur du mémoire.

Examen des candidatures :

Chaque mémoire fera l’objet de deux rapports établis par des spécialistes du sujet traité,  mandatés par le Conseil d’Administration de la Société. Le collège d’experts ainsi constitué se réunira au cours du dernier trimestre de l’année 2022, sous la présidence conjointe du  président et de la vice-présidente Recherche de la SEAA 17-18, pour désigner le lauréat ou la lauréate du Prix. Pour éviter tout conflit d’intérêts, cette présidence sera confiée à d’autres membres du CA de la Société si le président et/ou la vice-présidente Recherche avaient dirigé un des mémoires en compétition. Le Prix sera remis lors de l’Assemblée Générale de janvier 2023.

Louise McCarthy
Louise McCarthy

Montpellier : Broc Café

ADRESSE

2 boulevard Henri IV, 34000 Montpellier

DESCRIPTION
Étage du Broc Café (source: Broc Café, avec leur autorisation)

Un café-restaurant juste en face du Jardin des Plantes avec une terrasse sympathique et plusieurs salles où bosser tranquillement, notamment le dimanche quand l’université et les bibliothèques sont fermées et que l’envie (ou plutôt la nécessité) de travailler se fait sentir.

On peut y travailler en solo aussi bien qu’en groupe ; et la proximité avec la BU Saint-Charles permet de combler tout besoin bibliographique inopiné.

AVANTAGES
  • La carte généreuse et les prix raisonnables, avec des serveurs qui ne poussent pas à la consommation
  • Des salles lumineuses
  • Un intérieur dépeuplé dès que le soleil pointe le bout de son nez (c’est-à-dire 95% du temps à Montpellier)
  • La proximité avec le tram + la BU Saint Charles
INCONVÉNIENTS
  • Très fréquenté le midi et le soir
  • Peut s’avérer bruyant
  • Des sièges pas vraiment au top du confort
  • Pas de prises
Potrait de l'autrice, Alice Marion-Ferrand
Alice Marion-Ferrand

CFP: “Diplomatic Gifts and Counter-Gifts”, Paris (27 sept. 2022)

Call for papers: “Diplomatic Gifts and Counter-Gifts: Understandings and Misunderstandings between Britain and the Muslim East, 16th to Early 20th Century”

27 September 2022: one-day conference in person at the Centre for Diplomatic Archives, French Ministry of Foreign Affairs, la Courneuve, Paris. 

Rationale

As symbolic commodities circulating within and across cultures, gifts offer rich and multiple perspectives on the conduct of international diplomacy and its corollary cross-cultural transactions. Taking as our focus diplomatic relations between Britain and the three Muslim systems of the Ottomans, Persians, and Mughals over a period ranging from early contacts in the 16th century to the high age of the British empire, we wish to map out the shifts of paradigms and the redefinitions of circuits of allegiance and power through objects over the longue durée. Our comparative approach will cover the three Maussian stages of the giving, receiving, and reciprocating of gifts, as we aim at identifying cultural agreements and disagreements across different systems and contexts over diplomatic gifts and the bonds which they create or disrupt. Particular attention will be paid to the rhetoric and protocol of hierarchy and/or reciprocity in gifts, their metonymic value and its possible repurposing in a changing context, as well as the legal and political personalities of the actors in charge of the transactive process and their various relations to the polities
involved.

Submission

We invite proposals for panels and individual papers especially on (but not limited to) the following topics:

-specific case studies of cross-cultural encounters or mis-counters around gifts
-matches and mismatches in protocols and ceremonies
-power competitions between official and unofficial circuits or individuals in the giving or receiving of gifts
-the reframing and redefining of gifts through their display or reuse over time

Proposals (300 words, in English or French) accompanied by a short biographical statement (100 words) are to be sent to <giftingtheeast[at]gmail.com> by 30 April 2022. A selection of papers presented at the conference might be published in a peer-reviewed scholarly journal.

Organising committee (LARCA, Université Paris Cité): Marine Bellégo, Daniel Foliard, Ladan Niayesh, Stéphanie Prévost.

For more on their research group, see their blog: https://mhma.hypotheses.org/blog-gifting-the-east

Louise McCarthy
Louise McCarthy

CFP: “Feeling Form/Forming Feeling?”, Ghent (14-15 oct. 2022)

Call for papers: conference on “Feeling Form/Forming Feeling?: Dialectics of Affect and Form in Anglophone Women’s Writing, 1550-1800”

Ghent University, Carmelite Monastery, 14-15 October 2022

Keynote speakers: Prof. Michelle M. Dowd (University of Alabama), Prof. Danielle Clarke (University College Dublin) and Prof. Ros Ballaster (Oxford University).

Rationale

In the field of historical women’s writing, new formalist methodological approaches and theories of affect are being advanced and contested as scholars reimagine the relationship between text and context. Looking at the affordances, collisions and structuring principles of form and affect, this conference invites scholars to explore intersections between form and feeling in women’s writing between 1550-1800: what does a feminist formalist methodology attendant to feeling and affect look like? How does such a perspective allow us to recentre and rethink the position of women’s writing within the larger field of literary studies? Possible topics include but are not limited to the following:

• Theoretical reflections on (new) formalism as a feminist methodology
• Rethinking periodization: formalism as a transhistorical perspective
• Formalism and reception, translation, transculturalism and transnationalism
• Affect and feeling in historical women’s writing
• Formalism and rethinking canonization
• Forms and affects of social and political agency
• Affect and form and the rise of feminist literary studies
• Forms of material culture (manuscript, print, book history)
• Gender, genre and form
• Bodies, embodiment and emotion

SUBMISSION

To apply to give a 15-to-20-minute paper please send a proposal of 250 words and a short biographical statement to <feelingform2022[at]gmail.com>. Papers from early career researchers and PhD students are especially welcome.

PhD students and early career researchers are warmly invited to participate in the workshop on women’s writing and public outreach the day preceding the conference, Thursday October 13th, 2022.

Deadline: March 1st, 2022

Fort further information, visit  https://www.feelingform2022.ugent.be

Louise McCarthy
Louise McCarthy

Journée d’étude: “Etudier le XVIIIe siècle aujourd’hui”, Strasbourg (6 avril 2022)

Journée d’études dix-huitiémistes interdisciplinaires du Collège doctoral européen. La journée doit se tenir le mercredi 6 avril 2022, de 9h à 16h.

Contact/organisation: Emmanuelle Sempère, <sempere[at]unistra.fr>

Programme

9h – Accueil

9h15 – Conférence inaugurale : Vincenza Perdichizzi (Études italiennes) : « ’Memini, ergo sum’. Lumières de la mémoire et identité nationale italienne. »

Session 1. Présidente de séance : Anne Bandry-Scubbi

10h00 – Filippo Sambugaro (Études italiennes), thèse en cotutelle dir. Emanuele Cutinelli-Rendina (Strasbourg) et Luca Frassineti (Naples) : « Éditer les textes du XVIIIe siècle : la Feroniade de V. Monti entre philologie et politique »

10h30 – Juliette Misset (Études anglophones), thèse dir. Anne Bandry-Scubbi : « La réception du roman didactique britannique autour de 1800 : méthodes croisées. »

Discussion.

Session 2. Président de séance : Jan Synowiecki

11h10 – Di Fan (Histoire de l’art), thèse dir. Martial Guédron : « Innovations dans la gravure anatomique du XVIIIe siècle »

11h40 – Sophie Lambéa, (Études anglophones), thèse dir. Hélène Ibata : « Jouer avec l’histoire : la propagande politique dans les jeux de cartes de Francis Barlow (1626-1704) ».

Discussion.

12h20-13h10 Buffet dans le hall du collège doctoral

Session 3. Président de séance : Lucien Derainne

13h15 – Présentation par les étudiants des travaux du séminaire de master 1 en Littérature française sur « Rousseau et la nature ».

13h45 – Jan Synowiecki (ATER en Histoire moderne) : « “Aller respirer un air libre et pur” (André Thouin). Les jardins parisiens au temps des Lumières »

Session 4. Président de séance : Martial Guédron

14h30 – Lucien Derainne (post-doctorat en Littérature française) : « Comment croiser l’analyse littéraire et l’histoire des sciences ? L’exemple de l’observation »

15h00 – Mathias Valverde, (Histoire moderne), thèse dir. Isabelle Laboulais (à distance) : « Écritures personnelles et travail savant. Famille, amitié et sexualité dans la production de savoirs savants 1770-1830 »

Discussion et clôture.

Louise McCarthy
Louise McCarthy

Colloque: “Genre Trouble in Early Modern England (1500-1800)”, en ligne (11 mars 2022)

genre trouble conference

Emma Bartel et Katie Ebner-Landy ont le plaisir d’annoncer la tenue, en ligne, de la conférence “Genre Trouble in Early Modern England (1500-1800)”. L’événement, soutenu par Queen Mary University of London et Sorbonne Université (VALE), aura lieu le 11 mars 2022 de 9:00 à 17:00 (GMT).

Pour s’inscrire, utiliser le lien suivant:  https://tinyurl.com/genre-trouble

Pour toute question, contacter les organisatrices à cette adresse: <genre.emp.conference[at]gmail.com>

Programme

9:00 Welcome Address

9.10 Life-Writing

Martin Thompson (University of Manchester) – ‘Un-editing’ the Autobiographical Fragments of Mary Ward (1585-1645): Taking the Texts on Their Own Terms

Emma Rayner (Australian National University) – Life-writing or Writing Lives? The Reception of Maternal Advice in Elizabeth Isham’s Spiritual Autobiography

10:10 Polemic

Laurent Curelly (Université de Haute Alsace) – ‘Must Invention labour into infinites?’ British Civil War Mercuries or Generic Innovation

Genevieve Bourjeaurd (Simon Fraser University) – Reading Receipts: Generic Language in Early Modern Churchwardens’ Accounts

11:10 KEYNOTE

Kathryn Murphy (University of Oxford) — Word Salads: Montaigne and the Essay Against Genre

12:10 LUNCH

13:10 Reading Genre

Jessica C. Beckman (Dartmouth College) – A marvelous hystory entitled Beware the Cat: Fiction, Compilation, and Early Modern Print

Ellen Roberts (Lancaster University) – The Horse, the Ass, and the Mule: a Linguistic Analysis of the Context, Development, and Mixing of Early Modern English Dramatic Genres

14:10 Paratexts

Béatrice Rouchon (Sorbonne Université) – ‘A Blue Coat without a Badge’: Generic Constraints in English Printed Paratexts (c.1580-1620)

Emily Smith (Université de Genève) – ‘His Comedie unto his Theatre’: Conceptions of Genre in the Early Modern Dramatic Epilogue

15:10 Hybridity

Abigail Shinn (Goldsmiths) – Popular Pastoral: Genre Trouble in Spenser’s Shepheardes Calender

Javiera Lorenzini Raty (King’s College London) – The Greekness of Hybrid Poems: Hermogenes of Tarsus’ Theory of Mixture and late Elizabethan Epyllion

16:00 Q&A

16:30 Breakout Room Drinks

Louise McCarthy
Louise McCarthy

Colloque: “Richard Hakluyt and the French Connection”, Oxford (4 février 2022)

Hakluyt Paris Oxford conference

Dr Lauren Working (Oxford and York, ERC-TIDE), Dr Emily Stevenson (Oxford, ERCTIDE), et Louise McCarthy (LARCA, Université de Paris) organisent une journée d’étude intitulée ‘Richard Hakluyt and the French Connection: Transfers of Global Geographical Knowledge from Paris to Oxford (late 16th and early 17th centuries)’. Elle se tiendra en présentiel à Oxford et en ligne (liens pour l’inscription ci-dessous). Les horaires du programme ci-dessous sont calculés selon le fuseau horaire GMT. 

Pour assister en personne : https://bit.ly/31UARAW

Pour assister en ligne : https://bit.ly/34KhfR4 

Programme

9:00-9:15 — Coffee and Introductory Remarks

9:15-10:45 — Keynote: Anthony Payne – ‘Hakluyt and France: People, Politics and Publication’

10:45-11:15 – Break

11:15-12:30 — Panel:

Marina Bezzi – ‘Geography as the eye of history’: Iberian colonial expansion and knowledge in the works of Richard Hakluyt and Lancelot Voisin de la Popelinière

Pierre-Ange Salvadori –  ‘Hakluyt, Guillaume Postel and the Arctic: inventing a « site of mediation’ in Late-Renaissance Paris and Europe’

Katherine Ibbett – ‘A navigation of feeling: Jacques Cartier and the translation of emotion’

12:30-14:00 — Lunch

14:00-15:30 — Keynote: Frank Lestringant – ‘When Richard Hakluyt meets André Thevet (1583-1588)’

15:30-15:45 — Coffee break

15:45-16:25 — Lightning talks & Discussion:

John Carrigy – ‘Richard Hakluyt as historian’

Lucas Aleixo Pires dos Reis – ‘The Account of Richard Rainolds and Thomas Dassel: commercial competition between the English, French, and Portuguese in the late 16th century Senegambia’

Nathalie Jeter – ‘‘Le plus beau & le meilleur païs que j’aie encore vu’: eyewitness as device in the recruitment pamphlet of Durand de Dauphiné ‘

Noah Michaud – ‘Prompts for African Principall Navigations: Knowledge of Africa Circulating in France at Hakluyt’s Arrival’

16:35-16:40 — Break

16:40-17:00 — Closing paper: Ladan Niayesh – ‘The French Mediator in English Voyage Drama: Fletcher and Massinger’s The Sea Voyage (1622)’

Louise McCarthy
Louise McCarthy