CFP: Former, éduquer, instruire en France, dans les îles britanniques et en Amérique aux XVIIe et XVIIIe siècles (Brest, 23-24 sept. 2022)

Journées Doctorant.es et Jeunes Chercheur.euses 2022 de la SEAA17-18, en partenariat avec la Société d’étude du XVIIesiècle et la Société Française d’Étude du XVIIIe siècle (SFEDS)

Université de Bretagne Occidentale, Brest – 23-24 septembre 2022

[English version below]

Rationale

L’éducation prend une place centrale dans les îles britanniques et les colonies anglaises d’Amérique au cours du XVIIe siècle, comme en témoignent les écrits de John Milton, John Evelyn, John Eachard ou John Aubrey, ou encore la loi de 1642 de la Massachusetts Bay Colony, toute première loi du Nouveau monde rendant nécessaire l’instruction de la lecture et de l’écriture aux enfants.

Mais l’ouvrage pédagogique le plus emblématique du XVIIe siècle anglais est certainement Some Thoughts Concerning Education(1693) de John Locke. Dans l’épître dédicatoire qui l’introduit, le célèbre penseur anglais fait en ces termes la promotion de son manuel :

The well educating of their children is so much the duty and concern of parents, and the welfare and prosperity of the nation so much depends on it, that I would have every one lay it seriously to heart; and […] set his helping hand to promote every where that way of training up youth, with regard to their several conditions, which is the easiest, shortest, and likeliest to produce virtuous, useful, and able men in their distinct callings ; tho’ that most to be taken care of is the gentleman’s calling. For if those of that rank are by their education once set right, they will quickly bring all the rest into order.  

L’ouvrage, qui connut une large diffusion en Grande-Bretagne comme en France tout au long du XVIIIe siècle, a pour objectif premier de former les parents-éducateurs aux grands principes d’une éducation bienveillante, rationnelle et structurée des enfants, pouvant permettre à ces derniers de cultiver vertu et connaissances, savoir-être et savoir-faire. La finalité de l’action éducative, telle qu’envisagée par Locke, consiste en l’émergence et l’émancipation du sujet éduqué en tant que personne, dans ses dimensions sociale, morale, physique, mais aussi, et surtout, dans ses dimensions civique et citoyenne, l’être en devenir ayant pour mission d’assurer « le bien-être et la prospérité de la nation ». Ce court passage soulève néanmoins quelques interrogations fondamentales : si le propos se veut d’abord générique et inclusif, il y est notamment question de l’éducation des garçons et des jeunes hommes – des jeunes gentilshommes, qui plus est. Quelle place accordait-on, en revanche, à l’éducation des filles à l’époque ? Formait-on filles et garçons de la même façon ? Quelle place tenait l’éducation au sein de familles issues de sphères sociales et économiques moins aisées ?

Ces Journées Doctorant.es et Jeunes Chercheur.euses se proposent d’examiner les façons dont se sont construites les théories pédagogiques et les pratiques éducatives au cours des XVIIe et XVIIIe siècles, en France, dans les îles britanniques et en Amérique. Les trois axes sémantiques suggérés – former, éduquer, instruire – visent à croiser les approches sur la problématique de la transmission du savoir ; bien qu’étant dissociables, les trois termes, on le voit, sont liés par un socle commun qui établit la relation entre l’apprenant et l’instructeur, mais aussi entre l’apprenant et l’objet de son apprentissage. 

Former, tout d’abord, c’est « façonner », « fabriquer, donner à quelque chose une certaine forme » (CNRTL). Comment fabrique-t-on la jeunesse ? Comment lui donne-t-on naissance, une deuxième naissance en quelque sorte pour qu’elle prenne sa bonne place dans la société ? On peut même aller jusqu’à parler du moule, du façonnage et de la malléabilité des jeunes esprits que l’on souhaite voir adopter des comportements prescrits. Quelle place accordait-on à la bonne conduite en société dans la formation des jeunes gens ? Quelle évolution les manuels de bonne conduite ont-ils connue au cours des deux siècles auxquels nous nous intéresserons ?

« On façonne les plantes par la culture, et les hommes par l’éducation […] Cette éducation nous vient de la nature, ou des hommes ou des choses. » nous dit Rousseau dans l’Émile. Si former évoque la reproduction d’un schéma, d’un fonctionnement, d’un système, éduquer suggère l’entraînement, l’étude, le développement et l’épanouissement personnel. L’apprenant est au cœur de la notion d’éducation, champ vaste qui a trait à tous les aspects de la vie, des connaissances pratiques ou théoriques aux bonnes manières. 

Instruire, enfin, c’est « former l’esprit », mais aussi, plus spécifiquement, « communiquer un ensemble de connaissances théoriques ou pratiques » (CNRTL). On voit là que ce dernier terme se rapporte davantage au rôle de l’enseignant, du pédagogue et de sa méthode. Qu’en est-il aussi de l’auto-instruction et des moyens qui sont donnés aux apprenants pour s’instruire et se former? 

Former, éduquer et instruire éducateurs et élèves, maîtres et apprentis, parents et enfants, voilà donc le programme auquel se sont consacrés de nombreux philosophes, pédagogues, hommes politiques ou d’Église et littérateurs au cours des XVIIe et XVIIIe siècles, en Europe et en Amérique. Pourquoi la question de l’éducation et de la formation de la jeunesse, mais aussi des éducateurs devient-elle un enjeu si majeur à cette époque ? Comment y transmet-on les savoirs, comment les acquiert-on à travers ces époques qui ont vu de si grands changements ? Quelles ont été les évolutions dans la formation, l’éducation, l’instruction entre le XVIIe et le XVIIIe siècles ? Peut-on parler de révolution ?

Les domaines touchés par ces questions sont nombreux : sociologie, philosophie, littérature, religion, politique, vie privée et vie publique sont autant de « lieux » où l’on pense, formule, questionne la fabrication de la jeunesse. Quelle a été notamment l’influence des penseurs en France, outre-manche, outre-atlantique – Rousseau, Voltaire, Locke, bien sûr, Godwin ou Fénelon par exemple ? Quel rôle ont joué les femmes érudites – Margaret Cavendish, Mary Astell, Mary Wollstonecraft – dans la lutte pour le droit à l’éducation des jeunes filles? Quel rapport le religieux a-t-il entretenu avec l’instruction aux XVIIe et XVIIIe siècles ? Qu’en-est-il de l’intention édifiante de la littérature et de l’idéal poétique horacien du « dulce et utile » auquel tendaient des romanciers comme Daniel Defoe, Samuel Richardson ou Henry Fielding ? 

Modalités de participation

Les participant.es sont invité.es à réfléchir, entre autres, aux thèmes suivants:

– place accordée à l’éducation des filles et / ou des garçons ; éducation mixte ; discours proto-féministes et promotion de l’éducation des femmes

– écrits pédagogiques (secrétaires, manuels de bonne conduite) et/ ou littéraires (romans didactiques, bildungsroman)

– formation professionnelle et apprentissage des métiers

– discours théorique et pratique scientifique

– discours religieux ; transmissions religieuses et sécularisation

– instruction et propagande

– développement culturel au cours des XVIIe et XVIIIe siècles; exposition des enfants et jeunes à la culture (théâtre, musique, littérature, peinture, circulating libraries)

– sphères sociales et accès au savoir, à l’éducation et à la culture

Les propositions de communication, en français ou en anglais, d’une longueur de 300 à 500 mots, ainsi qu’une courte bio-bibliographie, doivent être adressées à l’adresse suivante: jdjc.seaa1718@gmail.com, avant le 15 mai 2022.

Les notifications d’acceptation seront envoyées aux participants autour du 15 juin 2022.

Les Journées Doctorant.es et Jeunes Chercheur.euses se dérouleront les 23 et 24 septembre 2022 à la Faculté Victor Segalen de l’Université de Bretagne Occidentale à Brest. 

La durée des interventions ne devra pas excéder 20 minutes. Une publication des actes du colloque dans le carnet de recherche des doctorant.es de la SEAA 17-18 est envisagée. Des précisions sur ce point viendront par la suite.

Comité scientifique

Camille Jaouen (doctorante)

Adnana Sava (doctorante)

Alain Kerhervé (Professeur, SEAA1718)

Marie Cécile Schang (Maître de conférences, SFEDS)

Pascale Thouvenin (Professeur, Société d’Étude du XVIIe siècle)

Kimberley Page-Jones (Maître de conférences, SERA)

[English version]

Rationale

Throughout the 17th century, education took up an increasingly central place in the British Isles and in the American colonies. The subject of many works by authors such as John Milton, John Evelyn, John Eachard or John Aubrey, education also came to be seen as a political issue in America and as early as 1642 the Massachusetts Bay Colony passed the first law in the New World requiring children to be taught to read and write.

But the most emblematic work about education in the 17th century is beyond a doubt John Locke’s Some Thoughts Concerning Education (1693). In the dedicatory epistle introducing it, the celebrated English thinker advertises his manual as follows:

The well educating of their children is so much the duty and concern of parents, and the welfare and prosperity of the nation so much depends on it, that I would have every one lay it seriously to heart; and […] set his helping hand to promote everywhere that way of training up youth, with regard to their several conditions, which is the easiest, shortest, and likeliest to produce virtuous, useful, and able men in their distinct callings ; tho’ that most to be taken care of is the gentleman’s calling. For if those of that rank are by their education once set right, they will quickly bring all the rest into order.

The manual – a popular choice both in Britain and in France throughout the 18th century – is aimed at forming the parents-educators to the great principles of a benevolent, rational and structured education of their children, allowing the latter to cultivate virtue and knowledge, social skills and know-how. The whole point of education, from Locke’s perspective, consists in enabling the emergence and emancipation of the educated subject as a person, in its social, moral, physical, but above all, civil and civic dimensions, the person in the making being entrusted with a mission to ensure “the welfare and prosperity of the nation”. This short excerpt raises a few fundamental questions: though Locke’s education principles are at first comprehensive and inclusive, the education he favours is nonetheless aimed at boys and young men – at gentlemen in particular. What was the place of girls’ education in the society of the time? Were boys and girls educated the same way? What place did education have in the lower social and economic spheres of the population?

These 2022 Post-Graduate Study Days set out to explore the broad range of the pedagogical theories and educative practices that were developed throughout the 17th and 18th centuries in the British Isles and in America. The three suggested semantic lines – training, educating, instructing – should allow for a cross-referencing of approaches on how knowledge was passed on from one generation to the next, from a teacher to a pupil or from a parent to a child. Though distinguishable from one another, the three terms stem from a same basis which establishes the relation between the learner and the instructor, but also between the learner and the object of his or her apprenticeship.

To train, first of all, means “to shape”, “to make something or give something a specific shape” (translated from CNRTL). How is youth shaped? How is it begotten so as to allow it to take its rightful place in society? One may even venture to speak of a “moulding” or shaping process and evoke the malleability of the young minds one wishes to shape so as to make them adopt the prescribed behaviours. What was the place of socially sanctioned conduct in the training of young people at that time? What evolution have the conduct manuals seen throughout the two centuries that will be the focus of our symposium? 

“Plants are shaped by cultivation, and men by education. (…) This education comes to us from nature or from men or from things”, says Rousseau in Emile. If training evokes the reproduction of a pattern, an operation or a system, educating suggests practice, study, development and personal fulfilment. The learner is at the core of the notion of education – a broad concept pertaining to all aspects of life, from practical or theoretical knowledge to proper behaviour and good manners. 

Lastly, to instruct means “to form the mind”, but also, more specifically, “to communicate a set of theoretical or practical knowledge” (CNRTL). This last term seems to relate more to the role of the teacher, the instructor and his or her method. But what about self-instruction and the means and resources provided to learners for self-training and independent learning?

Training, educating and instructing educators and students, masters and apprentices, parents and children: these issues became part of the agenda of numerous philosophers, educationalists, politicians, clergymen and men of letters throughout the 17th and 18th centuries, in Europe and North America. Why did the education and training of the youth, but also the training of educators, become such major issues at the time? How was knowledge handed down and spread and how was it acquired at a time that saw such significant changes?  What were the major innovations in terms of training, education and instruction between the 17th and 18th centuries? Can this be called a revolution and, if so, in what sense? 

A large range of areas are concerned with these questions: sociology, philosophy, literature, religions, politics, public life and the private sphere constitute as many “spaces” involved in the shaping of the youth. How and to what extent have Enlightenment thinkers contributed to the development of education in France, across the Channel, across the Atlantic – Jean-Jacques Rousseau, Voltaire, John Locke of course, but also William Godwin or Fénelon? What role did women scholars – Margaret Cavendish, Mary Astell, Mary Wollstonecraft – play in the struggle for women’s right to education? What impact did religion have on education during the 17th and 18th centuries? Finally, what can be said of the moral and edifying purpose of literature, and of the Horatian poetic ideal of “dulce et utile”, aimed at by novelists such as Daniel Defoe, Samuel Richardson or Henry Fielding? 

Proposal submission

Contributions may address, but are not limited to, the following topics: 

– the place granted to the education of girls and/or boys in the 17th and 18th centuries; mixed-sex education; proto-feminist discourse and the promotion of female education

– pedagogical writing (secretaries, conduct books) and/or fictional writing (didactic novels, bildungsroman)

– professional training and apprenticeship

– theoretical discourse and scientific practice

– religious discourse; religious transmissions and secularisation

– instruction and propaganda

– cultural development during the 17th and 18th centuries; cultural exposure of children and young adults (theatre, music, literature, painting, circulating libraries)

– social spheres and access to knowledge, education and culture

Submissions (title and abstract of 300-500 words) in English or in French, along with a short biographical note (name, surname, email address, affiliation, PhD topic and research field) should be sent to the following address: jdjc.seaa1718@gmail.com by May 15th, 2022.

Acceptance notifications will be sent to participants by mid-June 2022.

The Post-Graduate Study Days will take place on September 23rd and 24th, 2022 at Victor

Segalen Faculty, University of Western Brittany, Brest.  

Presentations should not exceed 20 minutes. 

The symposium will be followed by a publication in the SEAA17-18 Doctoral Students’ Research Blog, on the Hypotheses platform. Further details will be given later. 

Advisory Board 

Camille Jaouen (PhD student, SEAA1718)

Adnana Sava (PhD student, SEAA1718)

Marie Cécile Schang (Senior Lecturer, SFEDS)

Pascale Thouvenin (Professor, Société d’Étude du XVIIe siècle)

Alain Kerhervé (Professor, SEAA1718)

Kimberley Page-Jones (Senior Lecturer, SERA)

Louise McCarthy
Louise McCarthy

CFP: “Diplomatic Gifts and Counter-Gifts”, Paris (27 sept. 2022)

Call for papers: “Diplomatic Gifts and Counter-Gifts: Understandings and Misunderstandings between Britain and the Muslim East, 16th to Early 20th Century”

27 September 2022: one-day conference in person at the Centre for Diplomatic Archives, French Ministry of Foreign Affairs, la Courneuve, Paris. 

Rationale

As symbolic commodities circulating within and across cultures, gifts offer rich and multiple perspectives on the conduct of international diplomacy and its corollary cross-cultural transactions. Taking as our focus diplomatic relations between Britain and the three Muslim systems of the Ottomans, Persians, and Mughals over a period ranging from early contacts in the 16th century to the high age of the British empire, we wish to map out the shifts of paradigms and the redefinitions of circuits of allegiance and power through objects over the longue durée. Our comparative approach will cover the three Maussian stages of the giving, receiving, and reciprocating of gifts, as we aim at identifying cultural agreements and disagreements across different systems and contexts over diplomatic gifts and the bonds which they create or disrupt. Particular attention will be paid to the rhetoric and protocol of hierarchy and/or reciprocity in gifts, their metonymic value and its possible repurposing in a changing context, as well as the legal and political personalities of the actors in charge of the transactive process and their various relations to the polities
involved.

Submission

We invite proposals for panels and individual papers especially on (but not limited to) the following topics:

-specific case studies of cross-cultural encounters or mis-counters around gifts
-matches and mismatches in protocols and ceremonies
-power competitions between official and unofficial circuits or individuals in the giving or receiving of gifts
-the reframing and redefining of gifts through their display or reuse over time

Proposals (300 words, in English or French) accompanied by a short biographical statement (100 words) are to be sent to <giftingtheeast[at]gmail.com> by 30 April 2022. A selection of papers presented at the conference might be published in a peer-reviewed scholarly journal.

Organising committee (LARCA, Université Paris Cité): Marine Bellégo, Daniel Foliard, Ladan Niayesh, Stéphanie Prévost.

For more on their research group, see their blog: https://mhma.hypotheses.org/blog-gifting-the-east

Louise McCarthy
Louise McCarthy

CFP: “Feeling Form/Forming Feeling?”, Ghent (14-15 oct. 2022)

Call for papers: conference on “Feeling Form/Forming Feeling?: Dialectics of Affect and Form in Anglophone Women’s Writing, 1550-1800”

Ghent University, Carmelite Monastery, 14-15 October 2022

Keynote speakers: Prof. Michelle M. Dowd (University of Alabama), Prof. Danielle Clarke (University College Dublin) and Prof. Ros Ballaster (Oxford University).

Rationale

In the field of historical women’s writing, new formalist methodological approaches and theories of affect are being advanced and contested as scholars reimagine the relationship between text and context. Looking at the affordances, collisions and structuring principles of form and affect, this conference invites scholars to explore intersections between form and feeling in women’s writing between 1550-1800: what does a feminist formalist methodology attendant to feeling and affect look like? How does such a perspective allow us to recentre and rethink the position of women’s writing within the larger field of literary studies? Possible topics include but are not limited to the following:

• Theoretical reflections on (new) formalism as a feminist methodology
• Rethinking periodization: formalism as a transhistorical perspective
• Formalism and reception, translation, transculturalism and transnationalism
• Affect and feeling in historical women’s writing
• Formalism and rethinking canonization
• Forms and affects of social and political agency
• Affect and form and the rise of feminist literary studies
• Forms of material culture (manuscript, print, book history)
• Gender, genre and form
• Bodies, embodiment and emotion

SUBMISSION

To apply to give a 15-to-20-minute paper please send a proposal of 250 words and a short biographical statement to <feelingform2022[at]gmail.com>. Papers from early career researchers and PhD students are especially welcome.

PhD students and early career researchers are warmly invited to participate in the workshop on women’s writing and public outreach the day preceding the conference, Thursday October 13th, 2022.

Deadline: March 1st, 2022

Fort further information, visit  https://www.feelingform2022.ugent.be

Louise McCarthy
Louise McCarthy

CFP: Sociabilities on the move in the long eighteenth century (1650-1850)

H2020 DIGITENS closing conference – UNIVERSITE DE BRETAGNE OCCIDENTALE, 7-9 DECEMBER 2022

Call for papers

For the past ten years, the research work carried out by the international network formalized into the GIS Sociabilités/Sociability in 2017 has opened new paths in sociability studies by adopting an interdisciplinary and comparative approach. Building on the traditional historiography of social historians such as Maurice Agulhon, Norbert Elias, Daniel Roche or Peter Clark, our research has first focused on the emergence, evolution and resistance of British forms of sociability interpreted in national and transnational contexts, before shedding light on the importance of mutual exchanges, influences and tensions in the (re)definition of models of sociability in the long eighteenth century. Part of this research output is now available online on the DIGIT.EN.S website (www.digitens.org), a digital encyclopedia platform to be enriched in the coming months with new entries.

The dynamics of circulations in European and colonial societies has revealed the centrality of movement as a concept to grasp the ever-changing nature and function of sociability. Movement is a dynamic concept and process expressed and materialised through a variety of terms and actions: evolution, transformation, circulation, change, transport, mobility, transfer, exchange…

The commercial and colonial expansion as well as the Enlightenment debates on man and society contributed to a significant shift in both practices and discourses, fostering a far more dynamic conception of the social and sociable man. Moreover, the emergence of new sciences such as chemistry and anthropology in the second half of the eighteenth century set matter and bodies in motion, affected by an interplay of flux, powers and forces. The anxiety generated by this rising interest in phenomena of production, degeneration, transience and liminality paradoxically strengthened discourses promoting moral values of refinement and improvement, as well as a reflexive understanding of sociality.

Against a Western logic of space as abstract, stable, ordered and homogeneous, the concept of “movement” can offer a novel framework for the interpretation and analysis of sociabilities on the move. As underscored by Tim Ingold, “lives […] are never exclusively here or there, lived in this place or that, but always on the way from one place to another” (Kirby 32). Movement is at the core of the individual’s social life, providing opportunities of mobility or transgression, and as such is inevitably bound up with issues of control, hierarchy and exclusion. Movement stimulates by defying political and social strictures: de-familiarizing the gaze, shifting perspectives, creating fresh connections, making boundaries more permeable, enabling new prospects. It is the primal sign of life as well as the engine of social interaction, therefore key to research on sociabilities.

This international conference aims to explore new insights on forms, models and practices of sociability interpreted and analysed through the prism of movement. As such, it will conclude the H2020 DIGITENS project launched in January 2019 and initiate the new scientific programme of the GIS Sociabilités/Sociability.

We welcome proposals for individual papers (20-25 minutes given in English or French) or already constituted panels (3 papers) from various disciplinary fields (history, philosophy, art history, history of science, geography, sociology, anthropology, ethnology, literature, cultural studies, postcolonial studies). We encourage innovative methodologies and approaches as well as the use of digital technologies and techniques for the collection, storage, analysis and presentation of data.

A session of the conference will be dedicated to graduate students. We thus encourage graduate students from the institutions belonging to the DIGITENS consortium or to the GIS Sociability and working on a topic related to eighteenth-century sociability to submit a proposal for a poster presentation of their research work (10 minutes in French or English).

Submission

Deadline for submission: 30 March 2022

For individual paper proposals, please submit a title and a 200-word abstract, along with a short biography. For panel proposals, please also include a title, a 200-word abstract for each paper, a short biography for each speaker and contact details for one speaker on the panel.

Selection of contributions: 30 May 2022.

Send proposals to: gis.sociabilites@gmail.com

For further details, visit https://www.univ-brest.fr/hcti/menu/Actualites/Appels___Communication/Sociabilites-en-mouvement-au-cours-du-long-XVIIIe-siecle–1650-1850–

Following the conference, a selection of papers will be published.

CPF: Women and Religion in Eighteenth-Century France

nuns in formation at a funeral of one of their own
Magdeleine Horthemels, ‘L’enterrement des religieuses’ (Musée de Port-Royal des Champs)

Symposium, 24 June 2022

Queen Mary, University of London

Keynote Speaker: Prof. Mita Choudhury

Call for Papers

In the decades since Peter Gay argued that religion occupied no place in the French Enlightenment, scholars including Dale Van Kley, Suzanne Desan and Mita Choudhury have shown how religious beliefs and controversies informed philosophical ideas, political practices, social relations and cultural identities in eighteenth-century France.

Owing to this scholarship, it has also become clear that women of faith – from the Jansenist nuns forcibly removed from Port-Royal to the Carmelites guillotined during The Terror – played an important role in French social, cultural and political life in the period. Representations of convents took on new and urgent meanings amidst mounting political
and financial pressure on the Ancien Régime. Influential women on the peripheries of religion were instrumental in the dissemination of controversial beliefs and new philosophical ideas, like the Protestant salonnière Mme Necker who hosted celebrated writers and academicians at her home and Mlle de Joncoux, known as l’invisible, who devoted her life to defending the nuns of Port-Royal. In the revolutionary period, nuns challenged the suppression of religious orders while Catholic women became symbols of resistance in the religious riots of the late 1790s.

Drawing on new approaches and sources, this interdisciplinary workshop will consider the identities, controversies, ideas, experiences and representations of religious women in eighteenth-century France. What role did these women play in the political and intellectual culture of the Ancien Régime and the French Revolution? How did they and their supporters or enemies navigate a period of extraordinary social change and political upheaval? In what ways did they adopt, challenge or subvert the religious canon, cultural norms and societal conventions as the understanding of religion, politics and power shifted rapidly throughout the eighteenth century?

We invite proposals for twenty-minute papers from scholars in History or related disciplines such as Art History, Gender and Sexuality Studies, Literary Studies and Theology. We especially welcome proposals from Graduate and Early Career researchers. Proposals for papers may wish to consider the following themes:

  • Devotional and liturgical practices
  • The circulation of religious ideas, books and objects
  • Representations of women religious in art, literature and material culture
  • Education
  • Charity and nursing
  • Interdenominational relations
  • The relationship between religious orders and the state
  • Marriage and motherhood
  • Popular and lay religion
  • Emotions and bodies

To apply, please email your abstract and a brief bio to m.s.giraud@qmul.ac.uk and c.i.mair@qmul.ac.uk by the deadline of 21 January 2022. Abstracts should be no more than 250 words for papers of 20 minutes in length. Please specify whether you would prefer to
present in person or online.

The symposium will take place in hybrid format, meaning speakers can attend in person or virtually via Microsoft Teams. The symposium will be free to attend and all speakers will be invited to dinner. Travel grants will be available to support PhD and ECR scholars speaking at the workshop.

For more information, please visit womenandreligionfrance2022.wordpress.com

CFP: Lightning Papers for “Richard Hakluyt and the French Connection: Transfers of Global Geographical Knowledge from Paris to Oxford (late 16th – early 17th c.)”

4 February 2022 – University of Oxford

Paris-Oxford Partnership event

Organisers: Dr Lauren Working (Oxford and York, ERC-TIDE), Dr Emily Stevenson (Oxford, ERCTIDE), Louise McCarthy (Université de Paris)

Rationale


Richard Hakluyt is one of the most emblematic figures associated with England’s commercial and colonial expansion at the end of the 16th and beginning of the 17th century. A prolific translator, compiler and purveyor of geographical material and travel accounts, he was a significant contributor to the articulation and early promotion of the idea of an English — and later British — empire. These efforts took the form of his monumental printed collections Diverse Voyages Touching the Discovery of America (1582) and The Principal Navigations, Voyages, Traffiques and Discoveries of the English Nation (1589; 1598-1600), as well as his assiduous lobbying in diplomatic, scholarly, and company circles. Among the many networks of power and knowledge with which Hakluyt interacted, the connections he made during his five-year residence in Paris as chaplain to the English ambassador between 1583 and 1588 were particularly fruitful in terms of collecting and translating travel and geographical information. The gathering, translation, and transmission of that Parisian material, and its effect on the development of imperial thought in England and France, will be the focus of this one-day event.

Graduate students and early career researchers are invited to present a short paper (5 minutes) at the event as part of a lightning talk panel. Papers may be presented in person or over Zoom.

Topic suggestions

Contributions may address, but are not limited to, the following topics:

  • Oxford and/or Paris-based travel, trade and colonialism
  • Early modern travel writing in France and/or Britain
  • Forms of geographical knowledge and their circulation
  • Promotional literature
  • Early conceptions of the British/French empire and colonial rivalry
  • Early modern British-French diplomacy and connections
  • Early modern British-French colonial rivalry
  • Translation of geographical and travel knowledge

Contact

Abstracts (150 words) in English should be sent along with a short biographical note (100 words) to <hakluyt.paris.oxford.2022[at]gmail.com> by 5 December 2021. Please email if you have any further queries. Notifications will be sent by 20 December 2021.

Louise McCarthy
Louise McCarthy

Appel à communications : Journée d’étude jeunes chercheurs lettres / histoire / sciences humaines

« Passer à la postérité : contours et représentations des figures du passé »

Université Littoral Côte d’Opale, Boulogne-sur-Mer, Centre universitaire du Musée
Mercredi 6 avril 2022
Unité de Recherche sur l’Histoire, les Langues, les Littératures et l’Interculturel
(UR 4030 HLLI)

Argumentaire

Nombreux sont aujourd’hui les médias (presse, télévision, littérature, cinéma, radio, expositions, etc.) qui se consacrent à la biographie de telle figure historique, afin de la faire découvrir au grand public. Leur démarche varie selon le degré de célébrité du personnage, qu’il appartienne à l’histoire locale ou nationale. Preuve qu’il n’est pas rare, lorsqu’il s’agit de présenter un pan de la vie d’une figure du passé, que l’histoire et la littérature proposent des versions divergentes, qui s’enchevêtrent parfois, voire s’interpénètrent.

Ce phénomène n’est d’ailleurs pas l’apanage de notre époque. En effet, pour ne citer que deux exemples placés aux antipodes de l’Histoire, déjà dans l’Antiquité, le rôle de l’historien ne se résumait pas stricto sensu à ce que l’on entend de nos jours par cette profession : l’historien, à bien des titres, était l’équivalent de l’écrivain qui rédige sa version de l’histoire : songeons par exemple à Suétone lorsque, dans la Vie des douze Césars, il se délecte à nous narrer les forfaits perpétrés par Néron et à en accentuer la monstruosité ; l’on peut comparer ces épisodes à la version différente proposée par Tacite. De même, au XIXe siècle, Chateaubriand constatait pour sa part en littérature l’engouement de ses contemporains pour l’histoire : « Tout prend aujourd’hui la forme de l’histoire : théâtre, roman, poésie… » Au point d’ailleurs que les Goncourt définissent l’histoire et le roman l’un par rapport à l’autre : « l’histoire est un roman qui a été, le roman de l’histoire qui aurait pu être ».

Par ailleurs, parler de « figures du passé » plutôt que de « personnages » n’est pas un choix anodin ; il résulte de la volonté de garder une neutralité suffisante et de ne pas nous restreindre au fictionnel qu’implique en premier lieu la seconde appellation ; de surcroît, les acceptions pour le terme « figure » sont très riches. En effet, en latin, la figura signifie largement la « configuration », la « forme extérieure » ou encore l’« aspect », l’« apparence physique » d’une personne. Ces sens s’étendent jusqu’à l’« illustration », la « représentation sculptée » et donc les « effigies » et les « statues » qui modélisent de manière figée une personnalité, qui en dessinent les contours extérieurs et qui en laissent une impression. Au-delà des contours, et si l’on n’oublie pas toutes les expressions comprenant le mot et faisant appel à l’expression, vraie ou composée, du visage, comme « faire bonne figure », le substantif inclut également tout ce qui constitue un personnage, ce qui le façonne, lorsqu’il « prend figure ». Un personnage devient une figure lorsque l’on peut le citer en guise d’« exemple » ou de « modèle ». Ainsi, si l’on veut pleinement saisir la notion défigure, il faut la considérer dans son ensemble, pour ses actes, pour ce qui l’illustre, pour ce qu’elle a suscité dans nos esprits et pour ce que nous en avons gardé.

Pour cette question de la « figure du passé », nous opterons pour la dichotomie suivante. Deux types de figures du passé sont à distinguer :

– le premier type est le personnage historique de grande envergure qui a marqué une époque ou qui reste encore présent dans les esprits, tels Vercingétorix, Jeanne d’Arc ou Napoléon ;

– le second type s’attache à une histoire plus locale qui s’est répandue au niveau national, tels Gilles de Rais, dit Barbe Bleue, les attaques imputées à la bête du Gévaudan, ou Landru et sa cheminée.

Il s’agira donc de nous concentrer sur des figures du passé qui ont marqué les mémoires, si bien qu’elles sont passées à la postérité. Ces dernières peuvent appartenir à l’histoire locale ou nationale. Nous nous proposons donc de nous pencher sur cette thématique sous l’angle suivant : comment l’image d’un personnage bien réel peut-elle évoluer au fil de la tradition historique et littéraire ?

Axes de recherche

Sans exclure pour autant toute approche relevant du champ de l’histoire de l’art ou du domaine de la cinématographie, cette Journée d’Étude centrée sur les figures historiques passées à la postérité, encore célèbres de nos jours ou seulement renommées à une période précise de l’Histoire, privilégiera les approches historiques et littéraires.

Sans exclusive, pour le corpus, au préalable, il semble indispensable que l’ensemble des contributions portent sur une figure historique qui a réussi, volontairement par des techniques d’expression ou autre (discours, propagande, embrigadement idéologique, etc.) ou par la force des événements, à atteindre les foules. De surcroît, sans nous borner à la littérature et aux genres historiques, mais sans non plus négliger ces textes, en parallèle des œuvres qui traitent de figures historiques identifiables, il sera utile de confronter les différentes représentations aux travaux des historiens qui ont établi la biographie de telle figure en s’appuyant sur des sources variées incluant des textes littéraires et/ou les médias. Il peut alors être judicieux de travailler sur les préfaces, avant-propos, postfaces ou autres documents exprimant les intentions de l’auteur et ses démarches lors du processus d’écriture. Ou encore il peut également être intéressant de confronter des textes à dominante littéraire portant sur la même figure du passé aussi bien écrits par des historiens de profession que par des littéraires ; les auteurs peuvent appartenir à d’autres domaines. Quelques pistes d’exploitation non exhaustives sont proposées pour l’étude :

  • Comment aborder la figure historique et l’analyser ? Comment son identité a-t-elle été élaborée et selon quelles motivations ? Quels sont les paramètres qui peuvent influer sur la représentation d’une figure ? Le statut de l’auteur pose-t-il un problème de légitimité quant à sa manière de traiter d’un personnage historique ? De quelle manière l’auteur justifie-t-il parfois son choix d’écriture pour restituer la vie d’une figure historique ? Et quelles sont les répercussions notables sur ladite figure ?

D’une part, le problème que peut poser cette popularité de la matière historique, et particulièrement la curiosité du grand public pour les personnages historiques, est la question de la légitimité de celui qui s’empare de cette matière. Un journaliste, comme Stéphane Bern qui a popularisé l’histoire en la vulgarisant sans en être pourtant spécialiste, est-il moins légitime qu’un Christian Jacq, formé en égyptologie, qui excelle en tant qu’auteur de romans historiques se déroulant en Égypte ancienne, ou qu’un Ken Follett, philosophe de formation et journaliste, qui situe notamment une partie de ses romans à la période médiévale ?

D’autre part, cette perspective est doublée d’une seconde approche où c’est ici le document qui est sujet à caution : l’on peut considérer le texte littéraire comme un document historique de seconde main. Si l’on songe entre autres à Alban Gautier et à ses travaux sur le roi Arthur1 à partir de textes littéraires, ces historiens privilégient leurs capacités d’expertise dans leur domaine respectif pour reconstruire le réel ou bien pour mieux comprendre les us et coutumes d’une époque ou encore pour retracer dans les moindres détails et nuances la vie d’une figure historique, l’imaginaire qu’elle a convoqué et ses différentes représentations selon l’époque.

  • Comment évaluer l’évolution d’une figure dans le temps ? À quel titre peut-on parler de détournement, de dépassement, voire de transfiguration ? Dans ces cas précis, comment la figure peut-elle parfois se démanteler, voire se déconstruire totalement ? Comment alors mesurer le décalage entre la vérité historique de la vie d’un personnage et l’instrumentalisation d’une figure ? Que retient-on finalement de cette figure ? Pourquoi certains personnages accèdent-ils à la postérité et d’autres sombrent-ils dans l’oubli ? Pourquoi d’autres connaissent-ils une période de gloire définie et n’ont-ils plus la même notoriété de nos jours ? À quel moment la dimension mémorielle intervient-elle (aspect politique, acteur d’une période, la censure, etc.) ? Une reconfiguration de l’histoire est-elle nécessaire pour pérenniser une figure ou les aspects purement historiques peuvent-ils suffire ? Ou à l’inverse existe-t-il des figures historiques, bien que plébiscitées, que l’on a choisi volontairement de faire oublier, mais qui ne disparaissent pas et qui restent des symboles ? Pour quelles raisons ?

Nous évaluerons ainsi de quelles manières les auteurs intègrent et exploitent ces figures dans leurs œuvres. Dans son ouvrage Le Roman historique, Isabelle Durand-Le Guern liste plusieurs démarches. La première est celle du père du genre du roman historique, Walter Scott, qui la pratique notamment dans son Ivanhoé ; ce dernier utilise le personnage historique comme une figure d’arrière-plan : dans ce cas ce personnage aura des contacts limités avec les personnages de fiction.

La deuxième option consiste à utiliser un personnage historique dont la trajectoire de vie est peu connue et dont la biographie recèle des lacunes que l’auteur peut combler. Cette conception est notamment reprise par Alejo Carpentier pour le Siècle des Lumières. Si l’on poursuit son idée, un personnage de l’envergure d’un Napoléon ne peut, de toute manière, convenir à l’invention : « […] je doute qu’on puisse faire un grand roman avec un personnage central de type Napoléon, ou du type de Robespierre, ou de n’importe quel personnage dont la trajectoire soit connue dans son entier. Ces personnages tuent le roman ou le transforment en biographie romancée ».

Néanmoins, cet avis n’est pas partagé par des auteurs comme Alfred de Vigny qui choisissent au contraire de Walter Scott de placer au premier plan les grandes figures historiques : « Je crus aussi ne pas devoir imiter les étrangers qui, dans leurs tableaux, montrent à peine à l’horizon les hommes dominants de leur histoire ; je plaçai les nôtres sur le devant de la scène, je les fis principaux acteurs de cette tragédie ». Cependant cette manière d’opérer contient un écueil qui est de faire d’une de ces grandes figures un stéréotype et de s’éloigner de plus en plus de la vérité historique pour favoriser l’esthétique. Fait dont est parfaitement conscient, du reste, Vigny qui le revendique même : « L’art ne doit jamais être considéré que dans ses rapports avec sa beauté idéale. Il faut le dire, ce qu’il y a de vrai n’est que secondaire ; c’est seulement une illusion de plus dont il s’embellit, un de nos penchants qu’il caresse. Il pourrait s’en passer, car la vérité dont il doit se nourrir est la vérité d’observation sur la nature humaine, et non l’authenticité du fait. Les noms des personnages ne font rien à la chose ».

Pourtant ce choix peut aussi instaurer un jeu entre l’auteur et son public, dans lequel le premier peut déjouer les attentes du second, en ne s’appesantissant pas sur les faits indissolubles de la personnalité historique choisie mais en s’intéressant davantage à sa nature humaine. On trouve cette démarche sous la plume de Prosper Mérimée dans sa Chronique de Charles IX au moment du portrait du monarque « Au reste, on ne lit pas écrit dans ses yeux : SAINT BARTHÉLÉMY, ni rien de semblable ».

Autant de perspectives qui s’offrent aux auteurs pour exploiter le personnage historique, chacun leur trouvant des qualités et des défauts, et qui démontrent ainsi l’intérêt de sonder des figures historiques ainsi que d’étudier leur évolution au fil de la tradition historique et littéraire pour mieux comprendre les ressorts qui les ont fait passer à la postérité. Ce ne sont que quelques pistes d’approches pour aborder cette thématique ; d’autres perspectives peuvent être envisagées, si elles sont complémentaires, et peuvent venir à l’appui de ces réflexions.

Comité scientifique

Jean DEVAUX , Professeur à l’ULCO, Littérature française du Moyen Âge et de la Renaissance

Xavier ESCUDERO, Professeur à l’ULCO, Études hispaniques

Jean-Louis P ODVIN, Professeur à l’ULCO, Histoire ancienne, Directeur de l’UR HLLI

Modalités de soumission

Pour cette Journée d’Étude, nous prendrons uniquement en considération les propositions de jeunes chercheurs (doctorants et jeunes post-doctorants). Dans une perspective pluridisciplinaire, nous souhaiterions croiser les regards de littéraires et d’historiens sur cette thématique. Les spécialistes d’autres disciplines d’arts ou de sciences humaines ou de sciences du langage peuvent bien entendu proposer des communications pour cette journée si elles éclairent l’un des points mentionnés ci-dessus. Les interventions seront limitées à 25 minutes. Les propositions de communications se présenteront sous la forme d’un résumé d’une dizaine de lignes précédé d’un titre provisoire. Elles seront suivies d’un bref curriculum vitae. Ces propositions sont à soumettre par mail sous un format lisible (Word, OpenOffice, PDF) aux organisatrices Grace Baillet, Virginie Picot et Cécile Rault avant le 25 novembre 2021 aux adresses mail suivantes :

ulcogracebaillet@gmail.com

ulcovirginie@gmail.com

cecile-rault@laposte.net

Une réponse individuelle sera communiquée par mail.

Pour toute information pratique supplémentaire concernant la journée d’étude, merci d’écrire à la même adresse. Il est à noter que l’Unité de Recherche HLLI ne pourra pas prendre en charge les frais de déplacement.


  1. 1 Alban GAUTIER, Le Roi Arthur, Paris, Presses universitaires de France, 2019. []

CFP: “Genre Trouble in Early Modern England (1500–1800)”

Friday 11th March 2022, 9:30–4pm (Online)
Queen Mary University of London and Sorbonne Université
Keynote: Dr Kathryn Murphy (University of Oxford)

 

Early modern writings frequently resist neat or easy generic categorisation. Subject to interpretation, pastiche and modification, generic categories offer flexible guidelines rather than a strict set of rules. This one-day conference aims to look at generic experimentation, hybridity and innovation in early modern writing as a way to better understand the period’s multiple and evolving conceptions of genre.

In the last decade, scholars have come to accept and even embrace generic complexity and variety as a common feature of many early modern texts, in particular in the wide category of “life-writing”. This has led to reappraisals of both canonical and lesser-known texts, as well as the recovery of previously neglected genres such as mother’s legacies, conversion narratives and biblical verse paraphrase. Recent companions to early modern literature and women’s writing have also established a more specific and varied generic classification to better represent the generic engagements of writers of the period. And in archival research it has become common for literary scholars to pay closer attention to the genre ascribed to manuscripts  –– on bindings, title-pages, flyleaves, or in catalogues –– with these initial descriptions increasingly thought to be of crucial value. Genre, that is, is back: raising questions of interpretation, formal development, kinds of contextualism and literary value –– with its capacity to bring about new categories of understanding, which appear, evolve and disappear, often leaving early modern texts unfamiliar and strange. 

We will be particularly interested in investigating questions about the emergence, popularity, evolution and decline of genres; about how best to track generic changes and developments; and about the relationship between a choice of genre and a writer’s socio-cultural role. We are further interested in asking about early modern conceptions of genre and demonstrations of early modern genre-consciousness. 

Topics can include, but are not limited to:

  • Early modern genre theory (traditional genre categorisation, treatises, definitions) 
  • Early modern libraries and genre classification 
  • Print and genre (editors, printers, booksellers, catalogues)
  • Manuscript and genre  
  • Genre and society (social rank, gender)
  • Uncategorisable texts 
  • Generic hybridity 
  • Evolution of genres (characters, dialogues, meditations etc)
  • “New” genres (imported from abroad, reception of classical genres)
  • Writers’ genre-consciousness (prefatory material, letters, titles)
  • Readers’ genre-consciousness (organising, annotating, miscellanies, commonplace books) 

Abstracts of 150–200 words and short bios to be submitted to Katie Ebner-Landy (QMUL) and Emma Bartel (Sorbonne Université, VALE) at genre.emp.conference@gmail.com by 15 December 2021. We welcome 20 minute papers by scholars at all stages of their careers. A special issue of the conference proceedings will be submitted to a peer-reviewed journal for publication.

CFP La fabrique de l’opinion : communication, propagande, médias…

 

Affiche du colloque
Affiche du colloque

Colloque annuel des doctorants de 3ème année des écoles doctorales 58 & 60 de l’Université Paul Valéry

Le 23, 24 et 25 juin 2021

Ce colloque se propose d’explorer les dimensions de la fabrique de l’opinion et la multiplicité des enjeux qu’elle ouvre. Dans cette perspective, étudier l’opinion reviendrait finalement à décrire le rôle de l’image, du son, de la parole et de la langue dans la création de l’opinion. Il s’agira de confronter les regards pluridisciplinaires et de les enrichir mutuellement. L’objectif sera de provoquer la rencontre et le dialogue de différentes approches à travers des sessions thématiques mêlant interventions et tables rondes. En ce sens, il importe de rendre compte des éléments permettant de forger une opinion et de l’alimenter, dans le but de l’instrumentaliser à des fins de promotion, de prise du pouvoir ou de mobilisation des foules.

La doxa se situe entre science et ignorance (Platon, 1966, p.235). Elle permet de saisir les apparences du monde qui entoure l’interprétant, sans forcément atteindre la vérité. Aristote (1987, p.155) attribue un statut raisonnable à ce concept par une opposition entre science et opinion. Mais, contrairement à la science, l’opinion est une manière de penser ou un jugement, personnel ou collectif, que l’on porte sur une question, sur un sujet ou un ensemble de sujets. Une opinion dénote une orientation particulière qui n’est pas forcément juste. Elle se construit sur des représentations interprétables selon les expériences d’un individu ou d’une communauté socioculturelle. Il peut s’agir de textes, de bruits, de sons, de slogans, d’images, de couleurs, de corps, etc. Ces éléments du monde ne sont pas tout à fait autonomes et indépendants les uns des autres (Bardin, 1975), et transmettent souvent des messages hétérogènes par le biais de corpus multimodaux (Barthes, 1965). Ceux-ci sont interprétés en se référant à des notions socioculturelles, tels que les stéréotypes partagés par des membres d’une communauté (Allen, 1965).

L’opinion constitue ainsi un élément essentiel dans la composition d’un filtre cognitif individuel ou collectif permettant de percevoir la réalité et d’interpréter le monde. Lorsqu’il est partagé, ce filtre représente un facteur d’authentification et un ciment culturel (au sein d’une communauté, grâce à son caractère consensuel (Boyer, 2003).

Dans cette optique, le discours médiatique met en avant des interprétations de faits répondant à la fois aux attentes d’une audience cible déterminée souvent par des sondages, et à celles d’une ligne éditoriale dictée à des fins de promotions. C’est pourquoi les médias sont une véritable caisse de résonance et l’un des artisans de la doxa (Mayaffre, 2005). Dans la même veine, le politique fait usage de propagande en temps de guerre et de paix pour mobiliser les troupes, manipuler les foules et gagner les esprits à l’approche des élections. Le discours politique est parsemé de figements linguistiques faisant référence à des valeurs communes dans l’espace et dans le temps, activant le pathos de l’audience et/ou provoquant la colère contre un ennemi commun. Quant au discours filmique, il est produit dans un univers de personnages, de choses et de situations agencées par le réalisateur en fonction d’une certaine signification (Goldmann,1971).

Aujourd’hui, plus que jamais, nous assistons à l’émergence d’un nouveau type de discours, le numérique. Les réseaux sociaux et l’univers numérique sont devenus le nouveau bassin de façonnement et d’influence de l’opinion. Sur nos écrans, nous sommes constamment submergés par l’information, du contenu qui présente de plus en plus le risque d’être “fabriqué”, voire “mensonger” (fake news).

Ces univers, parmi tant d’autres, véhiculent différentes lectures des objets du monde, souvent orientées par des acteurs disposant d’une autorité énonciative et/ou d’un charisme les plaçant au centre d’un univers de symboles.Cet événement invite les chercheur.euses à partager des travaux interdisciplinaires, afin de déterminer les ingrédients, les outils, les acteurs et les facteurs contribuant de près ou de loin à façonner l’opinion, ainsi que les contextes favorisant cette pratique sociale multimodale.

Axes de recherche indicatifs

  • Le discours politico-médiatique et la doxa ;
  • Le web et l’audience participative ;
  • L’ère post-vérité et l’émotion collective ;
  • Les unités lexicales dans le discours : entre expression et contenu ;
  • Le rôle des réseaux sociaux dans la fabrique de l’opinion “digitale”. Quels futurs enjeux
  • géopolitiques ?
  • Manipulation de l’opinion publique ;
  • L’opinion dans l’espace public ;
  • Le cinéma, outil de propagande : entre images de guerre et guerres d’images ;
  • Usage de la propagande en temps de guerre et de paix ;
  • La censure au cinéma et le pouvoir de l’image. Quid de la morale puritaine ?
  • Les limites des représentations : sexe et tabous.

Les propositions de communications en français seront à envoyer avant le 15 avril 2021, à l’adresse : colloques.doc.upv@gmail.com . Elles seront rédigées sous forme d’un document Word au format docx et accompagnées d’un résumé de 250 à 300 mots, de 5 à 10 mots-clés, d’une notice biographique de 50 à 100 mots et d’une bibliographie. Le retour des expertises sera communiqué avant fin avril.

Comité d’organisation

Raja TAWIL (Doctorant en études cinématographiques et audiovisuelles, RIRRA21)

Sabina NASSER (Doctorante en études cinématographiques et audiovisuelles, RIRRA21)

Comité scientifique

Yacine BOULAGHMEN (Doctorant en études arabes, ReSO)

Nina FICHES (Doctorante en littérature comparée, CRISES)

Sara REGRAGUI (Doctorante en études chinoises, ReSO)

Guyma Jules VITAL (Doctorant en Sociologie, LERSEM)

Contact

Yacine BOULAGHMEN : yacine.boulaghmen@univ-montp3.fr

Mots-clés

Analyse du discours, opinion publique, web social, propagande, censure, réception, audience

participative, sémantiques de corpus, médias, numérique, réseaux sociaux, cinéma,

représentations.

Bibliographie

ALLEN, V. L. (1965). “Situational factors in conformity”, in L. Berkowitz (ed.), Advances in experimental social psychology, vol.2, New York, Academic Press.

ARISTOTE. (1987). Organon IV. Paris : Vrin.

BARDIN, L. (1975), « Le texte et l’image », Communication et langages, vol.26, n° : 1, 98-112.

BARTHES, R. (1965). « Rhétorique de l’image », Communications, n° :4, pp.40-51. URL : https://www.persee.fr/doc/comm_0588-8018_1964_num_4_1_1027

BOURDIEU, P. (1996) Sur la télévision, suivi de L’emprise du journalisme, Paris : Liber.

BOYER, H. (2003). De l’autre côté du discours. Recherches sur le fonctionnement des représentations communautaires, Paris : L’Harmattan.

GOLDMANN, A. (1971). Cinéma et société moderne. Paris : Anthropos, Coll.Sociologie et connaissance.

MAYAFFRE, D. (2005), « De la lexicométrie à la logométrie ». Astrolabe, 2005, pp.1-11. URL : https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-00551921/document

PLATON. (1966). La République. Paris : GF-Flammarion.

 

Où trouver des call for papers (CFP) pour communiquer ?

Vous avez envie de communiquer mais ne savez pas par où commencer ?  Voici quelques liens pour trouver des CFP (call for papers) pertinents pour les études anglo-américaines des XVIIe et XVIIIe siècles !

Votre unité de recherche et votre école doctorale

Pour une première communication, il est souvent plus rassurant de jouer à domicile. Vous pouvez ainsi consulter régulièrement les messages envoyés par vos unités de recherche et vos écoles doctorales afin de vous renseigner sur l’actualité de la recherche au sein de votre université. Ces instances envoient également souvent des emails permettant de se tenir au courant des journées d’études à venir, ainsi que des appels à communication, parfois réservés aux doctorants. 

Les sociétés savantes

Image Unsplash

Si vous avez adhéré à la SEAA 17-18, vous êtes automatiquement abonnés à sa newsletter, qui indique, mensuellement, les événements qui marquent notre champ de recherche. On y trouve notamment une section CFP ! En rejoignant la SAES ou l’AFEA, selon que vous soyez américaniste ou angliciste, vous pourrez également bénéficier de l’abonnement à la messagerie, où les collègues diffusent de nombreux appels à communication. Il peut également être utile d’adhérer à des sociétés savantes plus spécifiques, portant précisément sur votre sujet, afin d’obtenir les informations que vous cherchez. A l’international, on peut notamment glaner des appels auprès de la European Society for Studying English, de la British Society for  Eighteenth Studies ou de son équivalent américain, the American Society for Eighteenth Studies.

Les sites internet

Le site internet de Fabula fourmille de CFP portant avant tout sur les études littéraires. Celui de Calenda comprend de multiples opportunités pour ceux qui étudient l’histoire, la sociologie ou encore l’éducation et le langage. Si vous cherchez à communiquer dans un pays anglophone, l’université de Pennsylvanie dispose d’un site recueillant les appels internationaux. On peut trier les CFP par catégorie, ce qui demeure très précieux.

Afin de ne pas manquer l’opportunité idéale, vous pouvez par exemple décider de réserver un après-midi par mois à la veille des CFP, ce qui vous laissera le loisir d’y répondre sereinement ! 

Amélie Derome
Amélie Derome

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search