La bourse de mois de la Maison Française d’Oxford, ou comment passer un mois entier à visiter les bibliothèques, colleges et pubs oxoniens dans l’intérêt de ses recherches

maison-française-oxford
Entrée de la Maison Française d’Oxford (crédit: Alice Marion-Ferrand)

En avril dernier, j’ai eu la chance de passer un mois entier à Oxford. La Maison Française d’Oxford (MFO) offre de nombreuses opportunités de bourses, dont une très justement dénommée bourse du mois, qui permet de passer un mois complet à Oxford. Les billets de train ou d’avion des douze personnes (une par mois) qui bénéficient de la bourse chaque année sont pris en charge par la MFO, qui les loge gratuitement à l’étage du bâtiment et leur permet d’accéder aux bibliothèques de la ville gratuitement. Les boursiers du mois bénéficient également de 250 livres pour compenser leurs dépenses sur place (montant qui est viré après le séjour, les frais sont donc à avancer). Le seul critère pour postuler est d’être inscrit en doctorat dans une université française (la bourse n’est pas ouverte aux post-doctorants).

Oxford, le paradis du chercheur

lmh-oxford
Jardins du college Lady Margaret Hall, à deux pas de la MFO (crédit: Alice Marion-Ferrand)

Avant de bénéficier de cette bourse, je n’étais jamais allée à Oxford. Il va sans dire que j’étais enchantée de découvrir une ville non seulement magnifique, mais aussi très vivante et étudiante. J’ai pu bénéficier des ressources immenses de la Bodleian Library, en particulier de l’immense fonds d’archives de la Weston Library, sobrement appelé special collections, et qui regorge de manuscrits, de lettres et de publications des dix-septième et dix-huitième siècles. Pour savoir comment optimiser un séjour de recherche en archives, je vous renvoie à l’article suivant du carnet : https://carnet1718.hypotheses.org/210

Une expérience collective

maison-française-oxford
Résidentes en pause studieuse dans le jardin de la MFO (crédit: Denis Rayer, avec son autorisation)

Lors de mon séjour, j’ai eu l’occasion de discuter avec les chercheurs de la MFO, ainsi qu’avec les onze autres boursiers résidant à l’étage. Si la vie à douze avec une seule cuisine partagée et deux salles de bain n’est pas toujours de tout repos, elle permet néanmoins de tisser rapidement des liens avec d’autres doctorants qui travaillent sur des domaines variés. La vie en communauté permet non seulement de parler du doctorat avec des personnes qui, pour la plupart, sont dans la même situation, mais aussi de toujours trouver des compagnons pour nous accompagner au pub. Pour en savoir plus sur les divers profils de chercheurs et de résidents de la MFO, vous pouvez jeter un œil à la page des résidents sur le site, ainsi qu’aux différents comptes-rendus de séjour rédigés par les boursiers du mois : https://mfo.web.ox.ac.uk/residents

Comment postuler ?

Toutes les informations utiles se trouvent sur le site de la MFO : https://mfo.web.ox.ac.uk/scholarships.fellowships#collapse1126996

Le dossier à monter n’est pas très long, mais il faut tout de même prendre le temps de trouver des sources qui justifient le besoin de se déplacer à Oxford – pour ça, allez voir dans le catalogue en ligne de la Bodleian (https://solo.bodleian.ox.ac.uk/primo-explore/favorites?vid=SOLO&lang=en_US&section=items) , en particulier dans les special collections qui n’ont pas été numérisées (https://www.bodleian.ox.ac.uk/collections-and-resources/special-collections).

À noter que le dépôt des candidatures pour l’année 2023 se clôture le 14 octobre.

À noter également que la MFO propose plusieurs programmes de bourses. N’hésitez pas à aller voir si d’autres pourraient vous intéresser !

Potrait de l'autrice, Alice Marion-Ferrand
Alice Marion-Ferrand

 

Quêtes de Graals : (ne pas) mettre la main sur des sources primaires (partie 3/3)

Tout(e) jeune 17emiste se trouve sûrement, comme ses collègues pour d’autres périodes, plongé(e) dans les mines de JStor ou de ProQuest de manière régulière, en quête d’articles ou de numérisations. Si la pandémie a accentué ce besoin de s’appuyer sur internet pour y trouver des documents d’époque, il m’a occasionnellement été permis de dénicher des documents utiles à mes travaux de M2R et de préparation à la thèse au cours de mon année de lectorat à l’Université de Cambridge.

Je partage ici, et en trois brefs chapitres, mes expériences de contact avec le 17e britannique à travers un manuscrit (partie 1) et un ouvrage imprimé (partie 2). Je compléterai mon triptyque par le récit d’une déception (partie 3).

Tous les chemins ne mènent pas à Rome

dead end - sign
Claudio Schwarz on Unsplash

Si l’on disait que les ressources en matière première sont infinies à Cambridge, l’on ne serait pas bien loin de la vérité. Il n’en reste pas moins que certaines de mes recherches ne se sont pas révélées si fructueuses.

Trouver une référence intrigante…

queenscollege - cambridge - bridge
L’iconique “Mathematical Bridge” de Queens’ College (credit: Louise McCarthy)

M’intéressant un peu à un précurseur de la littérature de propagande anglaise en défense de la colonisation, j’emprunte à la bibliothèque universitaire un ouvrage de Mary Dewar intitulé Sir Thomas Smith : an Tudor Intellectual in Office (1964), dans lequel la spécialiste revient sur les aventures intellectuelles et politiques du personnage en question. Enthousiasmée par le constat que Thomas Smith était un alumnus de Queens’ College où je suis lectrice, je poursuis ma lecture et tombe sur une référence à une carte qu’aurait possédée Sir Thomas Smith. Cette carte figurait apparemment dans un inventaire des possessions léguées par Sir Thomas Smith à son alma mater à sa mort. Avec un peu de chance, Queens’ College aurait quelque part dans ses archives ce précieux document…

…qui mène à une impasse

gameover - library - read
Fin de quête: game over (credit: Louise McCarthy)

Dans l’espoir de faire suite à cette trouvaille et désirant voir si Smith aurait pu être un éventuel précurseur des propagandistes commerciaux et proto-coloniaux qui m’intéressent, je prends contact avec l’archiviste de la bibliothèque de Queens’ College. Celle-ci semble retrouver la référence à la carte dans l’inventaire mais m’apprend cependant que le College ne possède pas(plus?) un tel document. Dommage ! Mes spéculations en restent là, et je remets à plus tard une investigation plus poussée du rôle de la cartographie dans les projets de Sir Thomas Smith.

Louise McCarthy
Louise McCarthy

Quêtes de Graals : mettre la main sur des sources primaires (partie 2/3)

Tout(e) jeune 17emiste se trouve sûrement, comme ses collègues pour d’autres périodes, plongé(e) dans les mines de JStor ou de ProQuest de manière régulière, en quête d’articles ou de numérisations. Si la pandémie a accentué ce besoin de s’appuyer sur internet pour y trouver des documents d’époque, il m’a occasionnellement été permis de dénicher des documents utiles à mes travaux de M2R et de préparation à la thèse au cours de mon année de lectorat à l’Université de Cambridge.

Je partage ici, et en trois brefs chapitres, mes expériences de contact avec le 17e britannique à travers un manuscrit (partie 1) et un ouvrage imprimé (partie 2). Je compléterai mon triptyque par le récit d’une déception (partie 3).

Un livre imprimé (17e) à la University Library de Cambridge

old-book-leather-bound
Chris Lawton on Unsplash

C’est beaucoup plus tard dans mon année de M2 que je découvre qu’il y a également à Cambridge l’une des sources primaires citées par un article lu pour nourrir mon mémoire : The Workes of the Most High and Mightie Prince James. Après quelques recherches sur « iDiscover », le site qui répertorie tous les ouvrages des bibliothèques affiliées aux facultés de l’Université ou à ses Colleges, je m’aperçois que le volume se trouve à la University Library (« UL » pour les habitué(e)s) dans ses collections d’ouvrages non-empruntables. Alors comment accéder à ce précieux matériau qu’on ne peut arracher à l’inexpugnable forteresse?

Planifier son invasion

university-library-cambridge
University Library Cambridge (credit: Louise McCarthy)

Prenant contact par email avec un responsable à la Rare Books Reading Room où doit se trouver l’ouvrage selon le site iDiscover, je pose mes questions au sujet du volume. On me propose gracieusement de prendre rendez-vous pour venir consulter un exemplaire imprimé dont on me dit qu’il a été offert par le roi lui-même à l’Université et qu’il se présente dans son enveloppe de velours pourpre d’origine. Je m’empresse de réserver une demi-journée la semaine suivante, et me voilà aux portes de l’imposante UL, carte de lectrice, crayon et carnet à fleurs en main.

Arrivée au cœur de la forteresse : la Rare Books Reading Room

library-cambridge
Couloir de livres qui mène à la Rare Books Reading Room (credit: Louise McCarthy)

Une fois dépouillée de mes affaires qui doivent rester au vestiaire, je me dirige vers la Rare Books Reading Room où m’attend le volume de 1616. Sur la table numéro 9, que j’ai réservée pour son emplacement le plus éloigné dans la salle, on y a posé une fiche récapitulative des règles en vigueur, des marques pages vierges et un porte-livre molletonné. L’archiviste complète cet arsenal en m’apportant un chapelet pour tenir les pages, et me voilà fin prête pour me plonger dans l’ouvrage.

Face à face avec les mots de Jacques Ier

old-book-library-research
The Workes of the Most High and Mightie Prince James,1616 (credit: Louise McCarthy)

Il s’avère que The Workes of the Most High and Mightie Prince James comporte non seulement une transcription d’un discours prononcé par Jacques Ier à la cour et le définissant comme rex pacificus (roi de paix), mais encore le fameux « Counter-Blaste to Tobacco », un pamphlet du roi véhément contre « the vile custome of Tobacco taking » (la fâcheuse coutume de fumer du tabac). Des pages que je tourne avec un soin religieux s’exhument les parfums du 17e. On me permet par ailleurs de prendre quelques photos avec mon téléphone. Je relève mes citations dans mon carnet et quitte en milieu de journée la lumière blafarde des néons de la salle et la poussière de Jacques Ier.

Du carnet à fleurs au mémoire de recherche

De retour chez moi, je retranscris mes notes à l’ordinateur et sélectionne quelques-unes des citations relevées pour compléter deux ou trois passages de mon mémoire. Il n’y a pas de retranscriptions ou de numérisations nécessaires pour cette ressource puisqu’il suffit de la référencer correctement dans la bibliographie.

Louise McCarthy
Louise McCarthy

Quêtes de Graals : mettre la main sur des sources primaires à Cambridge (partie 1/3)

Tout(e) jeune 17emiste se trouve sûrement, comme ses collègues pour d’autres périodes, plongé(e) dans les mines de JStor ou de ProQuest de manière régulière, en quête d’articles ou de numérisations. Si la pandémie a accentué ce besoin de s’appuyer sur internet pour y trouver des documents d’époque, il m’a occasionnellement été permis de dénicher des documents utiles à mes travaux de M2R et de préparation à la thèse au cours de mon année de lectorat à l’Université de Cambridge.

Je partage ici, et en trois brefs chapitres, mes expériences de contact avec le 17e britannique à travers un manuscrit (partie 1) et un ouvrage imprimé (partie 2). Je compléterai mon triptyque par le récit d’une déception (partie 3).

Débusquer un manuscrit à Magdalene College (Cambridge)

Je soupçonnais (et espérais surtout) qu’il y aurait, cachées quelque part à Cambridge, des sources primaires susceptibles de nourrir mon mémoire de M2 et mon projet de thèse. A l’automne 2020, mon souhait est exaucé lorsque je découvre par le biais de lectures secondaires que l’un des Colleges, Magdalene College, a en sa possession une panoplie de manuscrits tenus par un acteur clef de ma recherche, Nicholas Ferrar (1592-1637).

Une aiguille dans une botte de foin: en quête de “FP_463”

pepys-library
Entrée de la Pepys Library à Magdalene College, Cambridge (credit: Louise McCarthy)

Cet ensemble de documents manuscrits rédigés par Nicholas Ferrar (impliqué dans les affaires de la Compagnie de la Virginie) est connu sous le nom de Ferrar Papers. Cette compilation étant plutôt volumineuse, et son système de référencement ayant été modernisé après la date de rédaction de l’article où j’en avais vu mention, je me trouve bien en peine de mettre la main sur les feuillets dont j’ai besoin. C’est donc en collaboration avec l’archiviste de la Pepys Library que je parviens à identifier ma source, « FP_463 » (Ferrar Paper numéro 463), répertoriée dans un index disponible en ligne.

consultation du manuscrit identifié

pencil-flowers-books
Mon arsenal d’outils en archives: le carnet à fleurs, le porte-mine et le crayon de bois de secours (credit: Louise McCarthy)

Le Royaume-Uni n’étant alors pas encore tout à fait en confinement strict, on me permet de réserver un créneau pour venir voir le fameux manuscrit. Armée d’un crayon de bois et d’un petit carnet à fleurs, je me penche sur les pages jaunies et les arabesques tortueuses de l’écriture de Nicholas Ferrar pendant une bonne heure, avant de quitter la bibliothèque la tête pleine d’idées fraîches pour mon mémoire de recherche.

“FP_463” dans les annexes du mémoire

Des mois plus tard, ayant à compiler mes annexes pour ce mémoire, je reprends contact avec l’archiviste qui m’avait été d’un grand secours, et lui demande quelle est la marche à suivre pour reproduire les deux pages en toute légalité. Optant pour une retranscription, je reproduis le document en question en ajoutant la fameuse mention transcribed by permission of the Master and Fellows of Magdalene College Cambridge.

Louise McCarthy
Louise McCarthy

Communiquer pour la première fois, et avec sa directrice de recherche

Retour sur les étapes d’une première expérience de communication à un colloque avec sa directrice de recherche.

Communiquer pour la première fois et avec sa directrice de recherche

colloque - affiche - cartographie - maps
Affiche du colloque “Cartes et Cartographie” (janvier 2021)

En janvier 2021, le congrès annuel de la SEAA1718 se tient sur zoom où des participants du monde entier se retrouvent pour partager leur travail autour de la thématique « Cartes et Cartographie dans le monde anglophone aux 17e et 18e siècles » (Maps and Mappings in English-speaking countries in the 17th and 18th centuries). A l’affiche, il y a des chercheurs expérimentés mais aussi des jeunes chercheurs. Des membres phares de la prestigieuse Hakluyt Society sont également présents.

Alors, me direz-vous, que fais-je moi, mastérante étrangère aux pratiques du colloque, au milieu de tout ce monde-là ?

Le Professeur Ladan Niayesh me propose d’embarquer avec elle sur ce projet

Au printemps 2020, alors que ma préparation à l’agrégation d’anglais touche à sa fin et que je prépare mon projet de recherche pour le M2R, Ladan Niayesh me propose de participer avec elle au prochain colloque de la SEAA1718, colloque qui doit porter sur la cartographie, sujet qui m’occupe depuis ma 1ere année de master.

Faire converger deux axes de recherche

Nous sommes en juin 2020. L’idée généreusement lancée par mon ancienne et future directrice, je m’attelle à un travail de réflexion sur ce que je peux bien apporter à la discussion. Sur Skype, la proposition de communication pour le colloque est à l’ordre du jour. Résultat des opérations : notre communication doit faire ressortir conjointement la théâtralité des cartes de propagandes que j’étudie pour mon M2R, et la dimension géographique du théâtre jacobéen dont elle est spécialiste.

Rédaction, envoi et acceptation de la proposition

type - laptop - work
Photo by Glenn Carstens-Peters on Unsplash

Fin juillet 2020, Mme Niayesh envoie notre proposition intitulée “Cartography as Propagandist Design: From Company Maps to Prince Henry’s Virginian Masques (1613-14)”. La proposition tient en 361 mots sur word (un peu moins d’une page), est précédée du titre et suivie d’une courte biographie pour chacune. A ce stade (comme à d’autres étapes plus tard), je m’en remets à sa connaissance de la marche à suivre. Mme Niayesh prend la rédaction de la proposition en main, et je me contente de retoucher quelques détails concernant ma partie. Début octobre 2020, le comité d’organisation du colloque nous signale par email que notre proposition de communication a été retenue.

Réfléchir ensemble avant d’écrire à quatre mains

oxford - radcliffe camera - doorway
L’emblématique “Radcliffe Camera” à Oxford (credit: Louise McCarthy)

Début décembre 2020, après avoir pris le temps de réfléchir chacune de notre côté à ce que nous apportions à la communication et profitant de notre proximité géographique, nous nous retrouvons à Oxford où Ladan Niayesh est visiting fellow pour le trimestre. Nous avons la chance de pouvoir échanger de vive voix à propos de la carte de Tatton & Wright dont l’analyse constitue le cœur de ma partie, et au sujet des masques de cour qui l’intéressent. Cette conversation permet d’assurer la cohésion des différents morceaux du puzzle que nous tâchons d’assembler.

Ecrire à quatre mains

Au cours du mois de décembre 2020, nous travaillons conjointement à la rédaction du texte que nous présenterons au moment du colloque. Je rédige de mon côté la partie sur la carte à l’étude, ainsi que la conclusion de notre présentation. Ladan Niayesh, elle, se charge de sa partie sur les masques, mais aussi de l’introduction. Malgré la distance qui nous sépare en termes d’expérience et de savoir-faire, Mme Niayesh semble tenir à ce que la communication soit présentée de manière équilibrée par elle et par moi. Sa confiance me fait honneur et me terrifie, mais je suis déterminée à ne pas décevoir. A ce stade, nous nous mettons d’accord pour que je réalise le powerpoint qui doit nous servir de support visuel lors de la communication.

Présenter à deux voix : entraînement au LARCA et enregistrement backup

zoom - conference
Communiquer sur zoom (capture d’écran)

Ladan Niayesh nous ayant inscrites pour cette session au préalable, nous présentons notre travail lors d’un galop d’essai auprès du laboratoire de recherche LARCA (Université de Paris). La session nous fait comprendre qu’il faudra améliorer notre gestion du temps, et les conseils des membres du labo présents ce jour-là nous aident à affiner ce qui mérite de l’être. Période de pandémie oblige, il faut assurer ses arrières pour ne pas être prises au dépourvu le jour j dans l’éventualité où l’aspect technique nous ferait faux bond. Nous faisons une présentation à distance entre nous et enregistrons la chose pour avoir un plan B.

Présenter à deux voix : le colloque (enfin !)

Près d’un an après la proposition de ma directrice, nous partageons le fruit d’un travail commun au moment du colloque. La présentation se passe bien, et je suis fière de communiquer avec le Professeur Niayesh. Le travail n’est pas encore tout à fait terminé puisqu’il faut encore écrire l’article qui doit être publié dans la revue de la SEAA1718 un peu plus tard en 2021, mais j’ai déjà le sentiment d’avoir beaucoup appris…et d’avoir encore au moins autant à apprendre.

Louise McCarthy
Louise McCarthy
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search