Obtenir son détachement ou sa mise en disponibilité : un combat rude mais loin d’être perdu d’avance

Vous venez juste d’obtenir un poste d’ATER/de PRAG/un contrat doctoral ? Félicitations ! Il est maintenant temps de vous confronter à l’une des entités les plus terribles que vous aurez l’occasion de rencontrer au cours de votre carrière : le Rectorat.

Dans quelle situation demander un détachement ou une disponibilité ?

Afin de pouvoir prendre votre poste dans le supérieur sans perdre votre statut de professeur certifié ou agrégé, il vous faut obtenir un détachement ou une mise en disponibilité. Le détachement est généralement accordé pour un an (vous devrez donc refaire une demande chaque année, sauf si vous avez un poste fixe comme celui de PRAG) et vous permet de bénéficier du même régime d’avancement d’échelon et de cotisation retraite que les enseignants en poste dans le secondaire. La mise en disponibilité, quant à elle, ne vous permet pas de bénéficier de l’avancement et vous fait cotiser auprès de votre employeur et non de l’éducation nationale. La mise en disponibilité étant généralement accordée pour la durée de votre contrat, vous aurez simplement à notifier votre gestionnaire chaque année début juin que votre contrat court toujours. Le détachement est donc plus avantageux, mais peut aussi s’avérer plus compliqué à obtenir.

Malheureusement, le détachement et la mise en disponibilité ne sont pas de droit : si le rectorat estime avoir besoin de vous, il peut invoquer la nécessité de service pour refuser votre demande. Ces cas sont fréquents dans les académies peu attractives qui manquent de personnel, à savoir l’éternelle trinité Amiens, Créteil, Versailles. Je vous conseille donc vivement de les éviter si vous savez déjà que votre projet est de partir dans le supérieur.

carte des académies de l'éducation nationale
The Dark Trinity (source : note d’information sur l’attractivité des académies, 13/10/12, ministère de l’éducation nationale)

Quand et comment formuler sa demande ?

En théorie, les demandes de détachement et de mise en disponibilité doivent être formulées lors des mutations intra académiques. Dans les faits, le décalage entre les calendriers du secondaire et du supérieur fait que la plupart des demandes sont effectuées en juin ou en juillet, bien après les résultats des mutations intra. Une demande tardive ne signifie en aucun cas un refus assuré : il est possible d’obtenir son détachement ou sa mise en disponibilité fin août ou début septembre. Veillez simplement à informer votre gestionnaire que vous comptez postuler dans le supérieur et à formuler votre demande dès que vous obtenez votre poste afin de montrer votre bonne volonté.

Afin d’effectuer votre demande, il vous faut contacter votre gestionnaire (DPE 11 pour l’anglais), dont l’adresse mail (et parfois le numéro de téléphone) se trouve sur l’organigramme des ressources humaines de votre académie. La procédure consiste généralement à formuler une lettre adressée au recteur qui lui est transmise directement par votre gestionnaire. Il vous est possible de joindre des courriers à l’appui de votre demande. Je vous conseille vivement de demander une lettre à autant de personnes que possible : à la présidence de l’université et la direction de l’UFR ; si vous êtes en doctorat à votre directeur de thèse et la direction de l’école doctorale ; et pourquoi pas même à la présidence de la SAES qui connaît bien ce genre de situation. Le but de ces lettres est de montrer que l’université tient à vous et est prête à se battre pour que vous puissiez prendre votre poste – ces lettres permettent souvent d’échapper au refus initial presque automatique dans certaines académies (je vous laisse deviner lesquelles).

site de l'académie de créteil pour contacter la DPE






Contacter la DPE de Créteil (crédit : site de l’académie de Créteil, capture d’écran par Alice Marion-Ferrand)

En cas de refus, rien n’est perdu : vous pouvez effectuer un recours gracieux (également sous forme de lettre adressée au recteur), une demande de mise en disponibilité si vous aviez demandé un détachement, et même un recours contentieux – à éviter si possible : souvent mal vu, il mène à une procédure au tribunal administratif qui vous demandera de payer un avocat et peut prendre plusieurs mois.

En résumé : les 8 étapes pour obtenir son détachement ou sa mise en disponibilité

  1. Syndiquez-vous. Les syndicats sont de bon conseil et connaissent bien les rouages des différentes académies. Il est aussi possible de les contacter dans être syndiqué ;
  2. Lors des mutations inter académiques : fuir les académies d’Amiens, Créteil et Versailles si possible ;
  3. Lors des mutations intra académiques : demander un poste de TZR et déjà informer le rectorat de son intention de partir dans le supérieur ;
  4. Formuler votre demande auprès du recteur et y joindre le plus de lettres possible en soutien ;
  5. En cas de refus : formuler un recours gracieux, de nouveau avec des lettres à l’appui de votre demande ;
  6. Si vous aviez effectué une demande de détachement : faire une demande de mise en disponibilité ;
  7. En attendant de recevoir une réponse : monter un dossier pour le tribunal administratif. L’idéal est de trouver une personne ayant effectué une demande similaire à la vôtre mais ayant obtenu un avis favorable. Vous pourrez ainsi plaider la rupture d’égalité entre fonctionnaires ;
  8. Traîner le rectorat au tribunal administratif. Ultime recours, qui vous coûtera du temps, de l’argent et probablement le peu de santé mentale qui vous restera à ce stade.

En ce qui me concerne, j’ai effectué ma demande de détachement mi-juillet, auprès du recteur de Créteil, alors que j’avais obtenu un poste fixe en lycée aux mutations intra. Après un refus initial, j’ai effectué un recours gracieux et une demande de mise en disponibilité en parallèle, auxquelles j’ai joint cinq lettres. En deux jours, j’ai obtenu une mise en disponibilité pour la durée de mon contrat doctoral. Je n’ai absolument pas suivi la procédure indiquée mais ai tout de même obtenu gain de cause. Ne désespérez pas : la bataille est âpre, mais vous en sortirez vainqueur. Good luck and may the force be with you!

arrêté de mise en disponibilité
Le Graal : arrêté de mise en disponibilité (crédit : Alice Marion-Ferrand)

Quelques subtilités :

  • La mise en disponibilité pour convenances personnelles ne peut être attribuée qu’à des fonctionnaires titulaires. Si vous souhaitez partir dans le supérieur avant d’avoir effectué votre année de stage, il faudra demander un détachement ;
  • Si vous obtenez un détachement, il débutera en même temps que votre contrat, ce qui signifie que si votre contrat commence après le 1er septembre, vous devrez formuler une demande de mise en disponibilité pour la période entre le 1er septembre et le début de votre contrat.

Potrait de l'autrice, Alice Marion-Ferrand
Alice Marion-Ferrand

 

 

Comment optimiser un séjour de recherche dans des archives ou en bibliothèque ?

 

Les séjours de recherche restent pour l’instant assez compromis, mais rien de nous empêche de nous préparer à leur retour…

Préparer son séjour

Il est important de prévoir combien de temps vous aurez à passer dans les bibliothèques ou archives, pour collecter les données dont vous avez besoin. Pour les bibliothèques, les catalogues en ligne permettent de localiser les ouvrages, et on trouve généralement dans leurs descriptions le nombre de page de chaque volume, ce qui peut aider à anticiper le temps qu’il faudra passer à les consulter. Certains ouvrages anciens doivent être conservés dans des conditions particulières, et il est parfois nécessaire de les réserver plusieurs jours à l’avance afin qu’ils puissent être acheminés en salle de lecture. Mieux vaut donc vérifier les conditions d’accès aux documents, pour ne pas se retrouver à perdre un ou plusieurs jours sur place.

Pour l’aspect pratique, pensez à vérifier les démarches éventuelles à faire à votre première arrivée : par exemple, à la British Library, il faut créer une carte de lecteur(gratuite lorsqu’on fait de la recherche), ce qui prend un peu de temps le premier jour. À la Chawton House Library, une bibliothèque spécialisée dans les écrits féminins de la première modernité dans un magnifique cadre rural, il est nécessaire de prendre rendez-vous et de réserver les ouvrages à l’avance, pour être accueilli·e personnellement et amené·e dans la petite salle de lecture au cœur d’un musée sur Jane Austen. Attention aussi aux horaires, certaines bibliothèques ferment ou ont des horaires réduits le weekend. Selon l’endroit où vous allez, vérifiez aussi à tout hasard le calendrier des fêtes nationales. (Petite pensée pour cette tentative de visite à la bibliothèque universitaire de Bâle, un jour parfaitement banal en France qui s’est avéré être férié en Suisse. Je ne faisais pas la fière dans mon train de retour vers Strasbourg.)

L’aspect financier

Les voyages pour travailler en archives lointaines peuvent être coûteux, entre les trajets, l’hébergement, et la vie sur place. Il est possible de postuler à des bourses qui financeront en partie ou totalement vos frais, il est donc toujours utile de jeter un œil aux opportunités de financements (nous tenons une veille des bourses sur ce carnet, et tous les réseaux sont bons à utiliser).

Une autre possibilité est de coupler le séjour en archives à une communication dans un colloque, car bien souvent votre école doctorale et/ou votre unité de recherche pourront contribuer aux frais de déplacement. Si les frais d’hébergement et de bouche hors colloque ne seront peut-être pas pris en charge, il est déjà bien appréciable de ne pas avoir à payer l’intégralité des trajets.

Sur place

Photo by Sigmund on Unsplash

Une fois sur place, à la bonne heure et les documents en main, reste la manière de procéder pour récolter les données utiles. Il faut savoir que certaines bibliothèques et archives n’autorisent pas les stylos, mais il est en général possible d’emporter un crayon à papier et son ordinateur. Si c’est possible, prendre des photos permet de pouvoir reporter à plus tard le travail de précision et de collecter toute la matière brute dont on peut avoir besoin. Si vous avez des montagnes de documents à analyser, pensez à inclure dans le cadre de vos photos tout ce qui permet d’identifier chaque document et à écrire la référence dans le titre. Ce serait dommage, plusieurs semaines ou mois plus tard, de ne plus savoir ce qui est quoi, et de pester en vain contre votre past self pour sa négligence… Mieux vaut certainement d’ailleurs récolter plus de donner que pas assez, quitte à ne pas tout utiliser immédiatement. Ce qui peut paraître superflu au début se révélera peut-être précieux plus tard.

Et enfin, même si le temps vous manque, profitez de ces moments dans la sérénité des bibliothèques et de ce qu’offre l’endroit où vous vous trouvez, on n’a pas tous les jours l’occasion de flâner dans la campagne du Hampshire. Enjoy!

Juliette-Misset
Juliette Misset

 

La recherche aux temps du coronavirus

 

Depuis le premier confinement de mars 2020, l’accès aux ressources pour la recherche est difficile, et variable selon le niveau de restrictions là où l’on se trouve—et là où se trouvent les ressources.


Photo by Alfons Morales on Unsplash

Liste non-exhaustive (et bilingue) de ressources en ligne à exploiter

 

La liste sera mise à jour à mesure que nous prenons connaissance de tout ce qui peut être à portée de clic !

 

Juliette-Misset
Juliette Misset

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search