Reprendre son chapitre pour un volume collectif

Au cours de votre thèse, vous serez peut-être amené(e) à contribuer à un volume collectif. Ce billet propose quelques solutions pour aborder le travail de reprise (editing) qui fait partie du processus de publication.

Etapes

Après votre communication (si communication il y a eu), vous aurez peut-être à transformer votre papier de 20min en un article ou chapitre plus consistant. Pour quelques conseils à ce propos, vous pouvez consulter cet autre billet: De la synthèse au développement: transformer une communication de 20 minutes en un article/chapitre de 8000 mots. Une équipe éditoriale vous donnera un calendrier et une marche à suivre pour la rédaction de votre première version qui, une fois envoyée, nécessitera ensuite probablement quelques reprises plus ou moins fastidieuses.

Détails & Reprises de forme
jardin - désherbage
Désherbage de forme (credit: Sandie Clark on Unsplash; edited by Louise McCarthy)

Il peut être encourageant de commencer par un nettoyage de forme qui n’exige pas un gros effort intellectuel. Ce désherbage préliminaire permet de se débarrasser de toutes les menues remarques concernant les fautes de frappe, les références mal formatées, les pages manquantes dans les notes de bas de page ou la typographie (ponctuation, espaces…). Il permet aussi de faire quelques légères reformulations à partir des éventuelles suggestions des éditeurices qui auront relu et annoté votre premier jet.

Autres reprises

Que vous faudra-t-il faire outre ces petites corrections de forme? On vous demandera peut-être d’étayer des arguments, de restructurer des parties ou l’ensemble du chapitre, de réduire certains passages, d’élucider des concepts ou de clarifier des références. Selon les cas, il faudra aussi demander des droits pour la publication d’illustrations. Quelques lectures supplémentaires pourront aussi être de mise.

Classifier les reprises
word - double page - writing
Diverses tâches à l’écran; texte: extrait de “All the works of John Taylor, the water-poet” 1630 (credit: Louise McCarthy)

En scindant son écran en deux, on peut afficher simultanément le texte comprenant les remarques des éditeurices en marge ainsi qu’un nouveau document où l’on répertorie les modifications qui restent à faire. Relevez par exemple un passage qui nécessite une vraie reprise (et non un simple ajustement typographique), le numéro de page et le commentaire des éditeurices correspondant. Annotez le tout en expliquant à vous-même ce que vous comptez faire de cette suggestion de correction, et décidez si vous vous en occupez immédiatement ou si vous remettez cette tâche à plus tard. Vous pouvez compléter ce relevé en surlignant d’une certaine couleur le passage qui nécessite une reprise.

Lorsque vous avez apporté une solution à l’un de vos problèmes, rayez (plutôt qu’effacez) ce que vous avez accompli si vous aussi vous trouvez satisfaisant de laisser apparaître ce qui a été résolu.

Le 2e tour (et les autres, le cas échéant)
editing - chapter - work
Le travail de reprise (credit: Louise McCarthy)

Votre 2e version vous reviendra peut-être avec de nouveaux commentaires et de nouvelles reprises à faire. Quelques mois sépareront sûrement la première série de reprises de la deuxième (oui, la publication d’un ouvrage s’inscrit dans un temps long). Répétez l’opération et choisissez une nouvelle couleur pour identifier les nouveaux passages à remanier ainsi que vos dernières corrections.

le Souci de cohérence

Il se peut que le projet de volume collectif découle d’un colloque et que les personnes en charge de son organisation décident de publier une sélection de contributions sous forme d’ouvrage regroupant ces contributions sous un titre commun. Ce volume peut par ailleurs s’inscrire dans une série de publications déjà existante. Le souci de cohérence globale qui aura déjà été plus ou moins manifeste pendant le colloque (si colloque il y a eu), sera poussé un peu plus loin au moment de l’élaboration du volume collectif. Cette exigence devra en partie infléchir l’argument central de votre texte.

Ainsi, les éditeurices qui gèrent et coordonnent la publication insisteront-ils/elles sur la nécessité de voir émerger clairement le thème de l’ouvrage et/ou de la série dans votre contribution. Par exemple, dans un livre sur « Decolonising travel studies », il faudra que votre texte dialogue régulièrement avec ce fil rouge, que vous rapportiez le plus souvent possible vos arguments à ce thème afin qu’apparaisse la pertinence de votre sujet dans le cadre du projet décolonial en question.

Louise McCarthy
Louise McCarthy

De la synthèse au développement: transformer une communication de 20 minutes en un article/chapitre de 8000 mots

Pour celles et ceux qui, comme moi, n’ont pas de talent particulier pour la synthèse, condenser toutes ses notes et idées en une communication de 20 minutes (et pas une de plus) peut s’avérer assez ardu. Puisqu’il faut se plier à ce format et ne pas franchir la limite des 1200 secondes (s’il s’agit bien d’une communication en 20min), l’on se retrouve naturellement avec un document qui n’excédera pas les 2000 mots.

manuscrit - flamel - alchimie
Nicolas Flamel, Alchimie de Flamel, écrilte en chiffres, en 12 clefs,… (BnF)

Si la communication est suivie d’une publication, il s’agira de développer son texte pour le transformer en article/chapitre plus riche et plus long.  Il se peut qu’on se retrouve alors bien en peine de faire l’exercice dans l’autre sens. Alors comment faire pour faire quadrupler le volume de son texte initialement si compact ? Ce billet propose d’aborder la question d’une transformation alchimique complexe que l’élaboration d’une formule (magique ?) pourra quelque peu faciliter.

[1/3] Aborder la chose

Travailler simultanément sur deux documents. Avec le document d’origine sous les yeux, surligner les passages qui peuvent être développés, explicités ou complétés. Créer un document distinct avec, pour chaque partie, une liste en bullet points des idées qui peuvent être insérées pour chaque passage surligné correspondant.

Technique bichromatique. Utiliser deux couleurs pour visualiser ce qui est d’origine, et ce qui a été ajouté/modifié.

[2/3] Le fond

Reprendre ses notes et brouillons. Faire un état des lieux de ce qu’on avait sacrifié au moment de l’élaboration de la communication de 20min.

Lectures complémentaires. Pour enrichir certains points délaissés plus tôt, identifier quelques articles ou chapitres susceptibles d’éclairer des aspects précis qui peuvent faire l’objet d’un développement supplémentaire.

Du tri. Reprendre les notes du brouillon et celles des lectures supplémentaires, puis les trier par thème.

[3/3] La forme

Le plan. Reprendre son plan et ajouter ou reconfigurer les différentes étapes et sections du texte. Cela peut notamment faire de la place pour les analyses sacrifiées en amont de la communication.

Citations. Compléter les citations coupées au montage pour la communication orale.

Notes de bas de page/bibliographie. Indiquer ses notes de bas de page complètes et bien formatées. Suivre les consignes données par les organisateurices et compléter son papier avec une bibliographie exhaustive, si c’est exigé.

La prose. Renouer avec une prose moins compacte et plus écrite.

Procéder par étapes

blank page - pen
(Credit: Ashley West Edwards on Unsplash)

La perspective d’avoir à quadrupler le volume d’un texte peut être intimidante et nous ramener à une terreur proche de celle éprouvée face à la fameuse page blanche [voir le billet Eviter l’angoisse de la page blanche pendant la rédaction]. Il peut alors être utile d’indiquer quelque part dans son brouillon les étapes à franchir. Mon propre « scoreboard » comprend le nombre de mots initial (2060), le compte actuel (3549), l’objectif sur le court terme (4000) et le but final (8000). Je procède personnellement par paliers de 500 mots, mais chacun-e adaptera bien sûr en fonction de ses capacités, du temps dont il/elle dispose et de l’urgence.

Louise McCarthy
Louise McCarthy

Se repérer dans un volume ‘early modern’ et comprendre sa pagination

early modern facsimile
Facsimile d’un pamphlet jacobéen

L’étude de documents imprimés à la période early modern (ou de facsimiles de ces documents) peut faire émerger des choses un peu cryptiques comme « A », « B2 », « C2r » ou « C3v » quelque part en bas de page. Faire référence à ces pages dans son mémoire/thèse/article/chapitre peut aussi initialement représenter un défi. Dans ce billet, je propose un condensé de ce que j’ai appris avec l’aide de ma directrice et de Dr Tim Eggington, musicologue, Fellow Librarian et Keeper of the Old Library à Queens’ College, Cambridge.

Exemple: Robert Gray, A Good Speed to Virginia (1607)

facsimile text
Facsimile de A Good Speede to Virginia (1607), Robert Gray

Sur la page ci-contre, la lettre « B » sous le texte indique qu’il s’agit du recto de la page B du volume. Pour citer « Then the children of Ioseph said, the Mountaine will/ not be inough for vs » sur cette page, on référencera l’extrait de la manière suivante: sig. B1r. La page qui suit, au verso, ne comporte pas de lettre? Pas de panique, l’on peut quand même y faire référence en indiquant: sig. B1v. Sur la page où l’on trouve B3, l’on indiquera: sig. B3r. La suivante sera sig. B3v, etc.

Une note de bas de page en bonne et due forme dans une thèse ressemblera donc à cela: Robert Gray, A Good Speed to Virginia (ed. Wesley F. Craven, New York: Scholars’ Facsimiles & Reprints, 1937), sig. B1v.

Plus tard dans le texte, on pourra simplement indiquer : Robert Gray, A Good Speed to Virginia, C2r.

Pourquoi un tel système ?

early modern printing
“Impressio Librorum” ©The Trustees of the British Museum

Si ces volumes early modern et leurs facsimiles ne font pas usage de la pagination qui nous est familière aujourd’hui (p. 1, p. 2, etc.), c’est à cause de la technique de production utilisée à l’époque. L’impression de volumes nécessitait la reproduction du texte sur des grandes pages que l’on repliait afin d’obtenir un livre.

Pour aller plus loin

Pour en savoir plus, l’on peut consulter le site de l’Université de Warwick pour l’article suivant: https://warwick.ac.uk/fac/arts/english/currentstudents/undergraduate/modules/fulllist/second/en228/citing_eebo_texts/

Il est aussi possible d’en apprendre davantage en parcourant Studying Early Printed Books, 1450-1800 : a Practical Guide (Hoboken: Willey Blackwell, 2019) de Sarah Werner.

Louise McCarthy
Louise McCarthy

« I’d kill for office hours » : entre liberté et angoisse du jour sans fin

Maître-sse de son temps

clock - pen - book
(Credit: Eduardo Olszewski on Unsplash)

Vivre d’enseignement et/ou de recherche a l’avantage inestimable de nous rendre maîtres et maîtresses de notre temps. A l’exception de quelques cours, formations et colloques qui jalonnent nos semaines, nous jouissons d’une délicieuse liberté de structurer notre calendrier (plus ou moins) comme bon nous semble. C’est un luxe, indéniablement. Mais d’aucuns argueraient que cela peut virer au cauchemar : pourquoi ?

Des jours sans fin

book - drowning - hand
Drowning in work (credit: Dim Hou on Unsplash. Edited by Louise McCarthy)

L’ennui, c’est qu’avec des horaires si flous, les frontières de notre journée de travail tendent à s’étirer à l’infini, jusqu’à ce qu’on ne puisse plus vraiment faire la distinction entre thèse, préparation de cours, emails et temps pour soi. J’ai entendu l’autre jour à mon labo ce cri du cœur qui fait le titre du présent billet : « I’d kill for office hours ». En effet, n’ayant personne “sur le dos” pendant la journée, l’on devient soi-même son propre bourreau en s’imposant des horaires improbables et en s’infligeant de multiples tâches qui s’accumulent sans qu’on s’en aperçoive nécessairement. L’on se prend même à répondre à des emails à minuit passé et en toutes circonstances, l’accès instantané au courriel par le biais du smartphone aidant.

Conseils

Heureusement, il n’y a pas besoin d’en venir à de telles extrémités, et l’on peut puiser dans la liste suivante pour trouver un rythme de sorte que notre travail (du Latin « torturer avec le trepalium ») ne nous ramène pas aux origines étymologiques de ce mot dès la thèse. Ce billet propose ainsi de répertorier quelques idées glanées auprès de collègues doctorant-es et jeunes docteur-es :

out of office - sign - sky
“Out of Office” (Credit: Joshua Hoehne on Unsplash. Edited by Louise McCarthy)

  • « I’d kill for office hours » : se fixer des “horaires de bureau” qui permettent de bien délimiter les frontières temporelles de notre journée de travail.
  • « an office? what office? » : dissocier les lieux de travail (salle des doctorant-es, bibliothèque, café-fétiche près de la fac…) et les lieux de temps libre (chez soi, chez sa famille, café où retrouver ses ami-es…).
  • « one thing at a time » : compartimenter le temps dédié à l’enseignement et celui à la recherche, pour ne pas multiplier les heures de préparation de cours au prix de celui pour la recherche. En contrat doctoral, baliser une journée spécialement pour les cours, par exemple.
  • « you’ve got mail » : désinstaller l’application qui donne un accès instantané à ses emails, ou désactiver les notifications.
  • « gimme a break » : s’accorder des moments de pause dans la semaine pour sortir, faire du sport, ou ne rien faire du tout. Et contrairement à ce que beaucoup d’entre nous ont fait en prépa et/ou à l’ENS auparavant, prendre ce temps libre sans culpabiliser.
  • « mens sana in corpore sano » : acheter des légumes et produits à cuisiner, par exemple, plutôt que des plats tout faits – c’est sain pour le corps, et sain pour l’esprit !
  •  « now that’s an idea… » : travailler sur sa charge mentale et s’efforcer de ne pas voir partout du teaching material, une idée de projet de recherche ou un thème de journée d’étude.
  • « we’re all in the same boat » : éviter d’angoisser en permanence à propos de l’après-thèse et cultiver si possible une ambiance bienveillante et conviviale dans son labo.

N’hésitez-pas à partager en commentaire vos propres suggestions!

Louise McCarthy
Louise McCarthy

Comment lutter contre la fatigue face aux écrans ?

On n’échappe pas aux écrans, a fortiori en temps de pandémie, quand le moindre séminaire se tient sur zoom et que nombre d’ouvrages doivent être lus sous format électronique. Alors comment faire pour reposer ses yeux et s’épargner des migraines ?

screen - dark
Photo by JD X on Unsplash.

Avec les séminaires sur zoom, la lecture d’articles en pdf et la rédaction sur word, les heures passées face à un écran s’accumulent et mettent nos rétines à l’épreuve. Pour leur donner un peu de répit, voici quelques astuces qui m’ont été utiles dans mes recherches et ma préparation de cours.

Echapper à l’écran

tea - books - cake
“British Identities and English Renaissance Literature” en format papier – merci la University Library de Cambridge (credit: Louise McCarthy)

Naturellement, alterner les tâches avec et sans écran permettra de soulager ses yeux. Après un séminaire en ligne par exemple, il peut être bon de se lancer dans une lecture d’ouvrage papier, une balade, du rangement. Au moment de faire des pauses en journée ou avant d’aller dormir, vos rétines vous seront probablement reconnaissantes d’éviter séries, jeux-vidéo et téléphone.

Lire les pdf autrement

kindle - glasses - read
“Seeing and Overseeing the Map” en pdf sur la liseuse & lunettes anti-lumière bleue (credit: Louise McCarthy)

En temps de pandémie, l’accès aux livres est plus compliqué (pensée émue pour les livres qui attendent, tristes, qu’on les arrache à leur étagère poussiéreuse) et l’on peut se retrouver condamné.e à lire des articles et chapitres en pdf sur son ordinateur à longueur de journée. Pour remédier à cette situation, vous pouvez vous envoyer ces pdf sur une liseuse si vous en possédez une, et surligner ce qui vous intéresse directement sur celle-ci. Si le kindle est pour vous un monstre de l’ère du numérique, une menace pour le-livre-le-vrai, vous trouverez peut-être de la consolation dans l’idée que le kindle vous épargnera la laborieuse lecture de pdf. Si vous ne possédez pas de liseuse, vous pouvez toujours opter pour la lecture de pdf automatique à haute voix que certaines applications permettent! 

Si l’on ne peut pas échapper à l’écran : ménager ses yeux.

work - laptop - dark
Photo by Rishabh Pammi on Unsplash

It’s not rocket science, mais on ne le dira jamais assez: regarder un écran trop longtemps et de trop près fatigue les yeux. Pour les reposer, il est utile  de régulièrement fixer son regard ailleurs (mur, plafond, dehors, tout fera l’affaire) au moins une fois toutes les quinze minutes. Travailler dans une pièce bien éclairée mais sans source de lumière trop violente (éclairage au néon ou lumière de midi éclatante qui se déverse par la fenêtre) pourra aussi soulager vos yeux. L’on peut aussi installer des logiciels tels que « f.lux » qui jouent sur les contrastes de lumière et atténuent leur virulence.

Se protéger contre la lumière bleue.

néon - lumière - night
Photo by Nick Fewings on Unsplash

Les lunettes anti-lumière bleue, qu’on peut se procurer en ligne, permettent comme leur nom l’indique d’adoucir les effets de la lumière bleue diffusée par l’écran que vous regardez. Il est aussi possible de fixer une vitre anti-lumière bleue à son écran pour filtrer cette partie du spectre lumineux. La science ne permet pas de garantir à 100% l’efficacité de ces techniques, mais elle peut être un complément utile à d’autres précautions.

Louise McCarthy
Louise McCarthy

Comment organiser ses sessions de rédaction de thèse ?

S’il existe autant de possibilités que de doctorants, je vous présente cependant quelques techniques qui m’ont été utiles pendant la rédaction de ma thèse.

Le plan et la préparation des chapitres 

Unsplash

Personnellement, je n’aurais pas été capable de rédiger ma thèse sans disposer au préalable d’un plan suffisamment clair. Je disposais ainsi des titres de mes trois parties ainsi que de chacun des chapitres, accompagnés de courts résumés (de l’ordre du petit paragraphe). J’avais également déjà préparé les transitions. Avant de rédiger un chapitre, je parcourais l’ensemble de mes notes, prises pendant la recherche, et les intégrais à un nouveau document. J’élaborai ensuite le plan du chapitre, classifiant mes recherches par thème ou problématique. Afin d’être certaine de ne rien oublier d’essentiel, je refaisais en général quelques recherches à ce stade. Cette étape durait, généralement, entre deux et dix jours. 

RELECTURE ET Rédaction de thèse

Je commençais systématiquement par la relecture de ce que j’avais écrit la veille. Cela me permettait non seulement de démarrer en douceur, mais également de corriger les erreurs ou maladresses éventuelles au fur et à mesure. Pour ce faire, je repérais mes tics de langage – j’ai à ce titre une pensée émue pour mes innombrables « en effet », qui me donnaient l’impression de me relancer lorsque je bloquais, et que j’ai majoritairement supprimés – mais j’utilisais également un dictionnaire de synonymes pour éviter les redites. Ce travail, non indispensable, permet cependant de limiter la casse lors des corrections finales ! J’indiquais les références bibliographiques – préparées pendant les recherches – à la fin de la journée, de manière à ne pas perdre le fil en rédigeant mon appel de note.

Privilégier la régularité

Analog Clock, Djim Loic

Lors des deux premiers mois de rédaction, je peinais à me lancer lorsque je n’avais pas le sentiment de disposer de conditions idéales. Je trouvais en effet difficile de rédiger si j’avais d’autres tâches à effectuer ou des cours à donner dans la même journée. Avec le temps, j’ai cependant remarqué que la régularité était bien plus efficace que les grands à-coups intermittents. En effet, lorsqu’on écrit un peu tous les jours, une forme de continuité s’installe, et l’on peine moins à s’atteler au travail !

Définir ses objectifs

Il me semble qu’il est important de trouver son propre rythme de croisière, celui qui vous sera personnel et avec lequel vous vous sentirez à l’aise. Cela prend un peu de temps, mais c’est primordial ! Il peut s’agit d’un objectif d’heures de travail ou de nombre de signes. Lorsque je donnais cours la journée, je rédigeais ainsi une heure, et lorsque j’étais libre, j’essayais d’atteindre une page. Au bout de quelques mois, je suis passée à trois pages par jour, mais cela m’aurait été impossible au début ! L’idée demeure surtout que ces petits objectifs soient adaptés à votre vie personnelle, afin de pouvoir ressentir régulièrement la petite satisfaction bienvenue du travail accompli. Ces conseils, bien entendu, ne sont pas universels, mais reposent sur mon seul exemple personnel, le plus important est que vous trouviez votre propre méthode !

Amélie Derome
Amélie Derome

Garder un livre ouvert pour prendre des notes : bookstand ou pince à linge ?

Qui n’a pas déjà été aux prises avec la tranche indomptable d’un livre qui ne veut pas rester ouvert ? Voici deux options pour dissiper votre frustration et prendre vos notes en toute sérénité.

Vous avez peut-être comme moi déjà essayé de coincer l’ouvrage récalcitrant sous votre clavier d’ordinateur ou sous votre coude afin de le maintenir ouvert et d’en tirer la substantifique moelle tout en continuant de taper vos notes sur word. L’opération, périlleuse et frustrante, peut être facilitée de deux manières différentes (au moins).

Le bookstand.

bookstand - fitzwilliam college - book
Le bookstand de la bibliothèque à Fitzwilliam College, Cambridge (credit: Louise McCarthy)

La première solution est probablement la plus efficace, mais elle vous coûtera une quinzaine d’euros : le bookstand. Vous pouvez, en passant commande sur internet, vous procurer cette sorte de petit chevalet en bois ou en métal fort pratique pour la prise de notes. J’ai découvert son existence à la bibliothèque de Fitzwilliam College (Cambridge) lorsque j’y étais en échange. L’objet, salutaire, a été pour moi une vraie révélation. Le principe est simple : vous placez votre livre ouvert dessus, ajustez l’inclinaison du support, rabattez la partie inférieure pour caler l’ouvrage, et vous voilà prêt.e à prendre vos notes dans la paix et la bonne humeur.

La pince à linge.

book - pince à linge
“Eastward Hoe” (Chapman, Jonson & Marston, 1605) dompté par ma pince à linge et fixé à un classeur (credit: Louise McCarthy)

L’alternative que j’ai trouvée – étant cette année privée de mon amour de bookstand – n’est pas spécifiquement conçue pour garder un livre ouvert, mais marche (presque) aussi bien : la pince à linge. Prenez-en une ou deux, pincez les pages ensemble, et celles-ci ne devraient pas se tourner d’elles-mêmes. Pour plus de confort encore, vous pouvez placer votre livre sur un classeur et l’y fixer, pages ouvertes, avec vos pinces à linge. Ainsi, l’inclinaison permettra aux mots de s’offrir à vos yeux sans la moindre résistance.

Louise McCarthy
Louise McCarthy

Eviter l’angoisse de la page blanche pendant la rédaction

Comment rédiger sa thèse ? La question paraît simple, mais demeure sans doute l’une des plus épineuses parmi celles, nombreuses, que l’on se pose au long de son doctorat. S’il n’existe guère de formule ou de recette magique, contrairement à ce que prétendent certains, je vous propose de vous raconter comment je m’y suis pris pour essayer d’aborder ce moment avec davantage de sérénité.

L’illusion de la perfection
Plot lines, in Tristram Shandy, Lawrence Sterne
Plot lines, in Tristram Shandy, Lawrence Sterne, digitized by Project Gutenberg

Vos recherches sont faites et votre plan a été validé. Un certain soulagement s’installe, avant de laisser place au nerf de la guerre, qui suscite parfois son lot d’angoisses : ça y est, il faut désormais rédiger. Ce moment s’accompagne souvent de nombreuses attentes. On y a longuement pensé, le dos courbé sur les livres qui jonchent le bureau, et certains l’ont même idéalisé. La première astuce qui m’a personnellement aidée a été de ne pas attendre l’instant parfait, mais bien d’attaquer dès que je me suis sentie prête. J’avais souvent imaginé que la première phrase relèverait d’un travail d’orfèvrerie, où chaque mot, soigneusement choisi, délivrerait le sens profond de mes recherches.

Il me semble qu’il est, au contraire, plutôt utile de désacraliser les premiers paragraphes : il sera, de toute manière, sans doute nécessaire de les corriger à la fin de la rédaction. L’écrit, en outre, peut intimider. On craint tantôt de ne pas être suffisamment précis, tantôt de recourir excessivement au jargon. La rédaction, cependant, n’est pas figée dans le marbre ! Votre texte évoluera de nombreuses fois, au fil de vos propres corrections et des retours de votre directeur de thèse. Je serais ainsi tentée de recommander d’écrire au fil de la plume, afin d’éviter tout blocage ou peur de la page blanche. Bref, essayez de vous défaire de la tentation de céder aux sirènes de la perfection de manière à laisser l’écriture couler !

Venir à bout de son saboteur intérieur
Meme à partir du Cauchemar, Fussli, 1781, Detroit Institute of Arts.

Enfin, j’aimerais parler de cette petite voix que vous connaissez sans doute. Celle qui, lorsque vous buvez innocemment votre premier café de la matinée ou qui vous réveille à trois heures du matin, vous soufflant insidieusement : « à quoi bon ? Tu ne vas jamais y arriver ». Cette odieuse et discrète présence, je n’ai jamais réussi à l’éliminer. Toutefois, je suis parvenue, au fil des mois, à vivre avec et à l’empêcher de gagner du terrain.

La première astuce me semble demeurer de la reconnaître pour ce qu’elle est, à savoir une expression de l’angoisse que peut créer un travail de cette envergure. Il ne s’agit nullement d’une réalité objective, il n’y a aucune raison de l’écouter ! En second lieu, la régularité permet de la terrasser. En effet, si vous avancez, même lentement, mais de manière continue, vous disposez de preuves qui la contredisent et vous pouvez donc lui rétorquer en toute tranquillité : « mais qu’est-ce que tu racontes, j’ai écrit un paragraphe aujourd’hui ». Enfin, se reposer sur son entourage achève en général de la reléguer dans les tréfonds de son esprit. Prendre rendez-vous avec son directeur de thèse pour mieux percevoir ses avancées, discuter avec un camarade doctorant des difficultés que l’on rencontre, ou tout simplement demander un peu de soutien à ses proches s’avère souvent vital !

Ménager ses efforts
Umberto Eco par Aubrey en 2010

Enfin, n’oubliez pas que la rédaction est, par essence, un travail difficile et de longue haleine. Il est tout à fait normal de ne pas être performant à chaque instant, c’est un marathon, pas un sprint ! Malgré tout, la rédaction réserve aussi de jolis moments, où l’on explore de nouvelles idées et où quelques trouvailles se nichent, raison de plus pour ne pas sombrer dans la « névrose de la thèse » qu’évoque Umberto Eco et de reconnaître la rédaction pour le « travail divertissant » qu’elle est souvent ! (Comment écrire sa thèse, Paris, Flammarion, 2016 p. 83, p. 323).

 

Amélie Derome
Amélie Derome
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search