Comment rédiger un abstract pour répondre à un AAC/CFP ?

Savoir répondre à des « Appels à Contributions », en anglais « Call for Papers », afin de pouvoir participer à des colloques, journées d’étude, séminaires, écoles d’été, etc. fait partie des compétences attendues des chercheur.euse.s, en particulier des doctorants. En effet, lorsque l’on ne peut pas se reposer sur la notoriété de son cv académique, de ses concours ou de ses publications, proposer des résumés d’interventions sérieux et stimulants devient un enjeu déterminant des débuts des parcours de recherches. Le présent billet vise à donner quelques éléments pour rendre plus familier cet exercice bien codifié en explicitant les règles implicites et en donnant quelques conseils issus de mon expérience.

ÉLÉMENTS GÉNÉRAUX

Pierre Boudieu slaying © Creative Commons

Toute la difficulté de cet exercice consiste en ceci que, finalement, ce qui est le plus important à mobiliser dans cet exercice est votre connaissance des règles implicites qui régissent le champ disciplinaire dans lequel vous souhaitez vous inscrire. Comme cette connaissance s’acquiert généralement sur le tas pour ceux qui ne sont pas passionnés par la sociologie néo-bourdieusienne des disciplines, elle fait généralement et naturellement défaut aux jeunes chercheur.euse.s qui font leurs premières armes dans le monde de la recherche. Un moyen de contrebalancer cela (plus rapide que de relire tout Bourdieu) est de bien analyser l’appel à contribution pour bien parler sa langue.

Reprendre les mots clés : souvent il s’agit de mots valises dont la conceptualisation est plastique, ouverte aux sens multiples des termes, vous pouvez donc généralement les reprendre et en faire un peu ce que vous voulez : vous pouvez en avoir un usage métaphorique, non conceptuel, voire même poétique. Attention cependant, l’usage libre des concepts correspond surtout aux AAC thématiques. Certains événements appellent toutefois une certaine identité conceptuelle forte, et avoir un usage trop métaphorique des concepts pourrait vous valoir de ne pas être accepté. Cet élément va également beaucoup diverger en fonction de la ou des discipline.s dans laquelle vous allez vous inscrire, dont la rigueur dans l’utilisation des concepts fluctue.

Votre profil de chercheur doit par ailleurs être transparent et explicite tout en insistant sur le fait que ce sont des contradictions à l’intérieur de votre objet d’étude qui appellent le type de résolution que vous proposez. Sur le plan symbolique, en faisant un usage pragmatique de notre sociologie – spontanée ou non – de la discipline dans laquelle on veut s’inscrire (on réserva l’usage critique de la sociologie des disciplines pour d’autres moments), il faut montrer à la fois notre maîtrise et notre intégration aux champs tout en se montrant suffisamment singulier pour montrer comment on peut lui apporter quelque chose. Ainsi on peut proposer quelque chose d’inédit certes, mais on peut également approfondir un axe de recherche à la mode, réévaluer une tradition oubliée ou en voie d’oubli, ou en proposer une approche pluridisciplinaire qui fait un pont entre deux formes d’approches traditionnellement distinctes. Il faut donc à la fois montrer une relative connaissance de l’état de l’art sur le sujet (mais avec un nombre de références limitées, 2 ou 3 références peuvent suffire) et proposer un argument ou une thèse singulière. Attention, les références que vous allez citer vont avoir un rôle décisif pour l’identification de votre profil de chercheur. Pour simplifier, si vous citez Bourdieu ou Boltanski, on va comprendre votre perspective sociologique, et si vous citez Butler ou Wittig, on comprendra votre inscription dans les gender studies. Cela va de soi, mais il faut étendre cet axiome à toutes vos références, en partant du principe – plus postulé que vérifié – que le comité va connaître toutes vos références.

Enfin, il faut bien s’inscrire dans un ou plusieurs des axes thématiques. Les organisateur.ice.s du colloque, de la JE ou de l’école d’été prévoient souvent des axes thématiques pour organiser le déroulement des moments de l’événement. Il est important de pouvoir identifier dans quels axes vous allez vous situer. Cela va jouer dans le processus de sélection. C’est pour cela qu’il est bien d’être à cheval sur plusieurs axes afin que vous ne soyez pas simplement rejeté car de meilleurs abstracts ont été envoyés dans le seul axe dans lequel vous souhaitiez vous inscrire. Ainsi, en ayant votre proposition qui répond à plusieurs axes thématiques, vous maximisez vos chances d’être selectionné.e tout en démontrant que vous n’êtes pas hors sujet.

DISTINCTION RÉPONSE AAC / RÉPONSE CFP

Aristote, détail de l’École d’Athènes de Raphaël © Web Gallery of Art

La langue de la recherche influe sur la manière dont il faut présenter ses travaux, car les règles structurantes des espaces universitaires nationaux sont distinctes même si elles se rejoignent sous beaucoup d’aspects. Par exemple, là où des articles en anglais utilisent très facilement la première personne, ce recours est moins courant en français et sans doute à éviter.

On privilégiera dans des réponses à des appels en français des formules impersonnelles en insistant sur la manière dont  votre démarche répond à des tensions qui émanent directement des objets de vos recherches. L’effacement des intentions du chercheur, typique de ce que Bourdieu appelait la raison scolastique, fait en effet partie des éléments à maîtriser pour parler la langue de la recherche française. Seuls les chercheurs, souvent déjà bien installés dans un poste (aussi confortable qu’ils puissent l’être dans les universités françaises face aux politiques néolibérales– n’exagérons rien donc), peuvent se détacher de cet impératif. Pour ce qui est de l’espace universitaire anglo-saxon – et je ne parlerais que de lui, les règles des autres espaces universitaires m’étant inconnues –, il est plus commun d’exprimer directement ses intentions, d’adopter un style plus direct en se passant des formules convenues qui caractérisent le champ français.

STRUCTURE DE L’ABSTRACT

Le Jeune Cicéron lisant, fresque de Vincenzo Foppa © Web Gallery of Art

Comme le format est court, il faut créer un effet en peu de mots. Finalement, en ce sens (c’est mon expérience d’enseignant de philosophie qui parle ici), une réponse à un appel ressemble à s’y méprendre à une bonne introduction de dissertation. Au niveau narratif, il faut faire sentir une tension qui appelle résolution, poser une problématique singulière et dessiner les enjeux politiques, historiographiques, philosophiques, littéraires etc., de l’analyse. Éventuellement, une phrase peut remplir la fonction de l’annonce de plan. De cette façon on donne tous les éléments qui donnent envie au comité scientifique d’entendre ou de lire la suite.

Récapitulons : (1) introduction de l’objet d’étude ; (2) éléments en tension (3) problématiques (4) cadre épistémologique (5) enjeux.

Je vous renvoie aux  deux exemples en fin de billet. L’honnêteté me pousse à vous dire que je n’ai pas été sélectionné pour le deuxième, mais je trouve quand même l’abstract bon – à vous de juger !

Remarque : Il y a généralement deux cas de figure quand on écrit une réponse à un AAC/CPF. Dans le premier cas (c’est généralement le plus courant), on répond à un appel en n’ayant pas encore fait les recherches que l’on va présenter. Il est alors normal que la réponse soit très programmative. Dans le deuxième cas, vous présentez des recherches déjà abouties que vous allez mouler dans le cadre de l’événement. Ici vous pouvez déjà presque annoncer le plan de votre contribution (c’est le cas ici pour l’exemple B). Mais rien n’est obligatoire.

DERNIER CONSEIL (LE PLUS IMPORTANT !)

Vous faire relire ! Cela peut sembler tout bête, mais un abstract étant un court texte qui peut être lourd de conséquences (communication, publication, etc.), cela vaut vraiment le coup de se faire relire. De plus, relire un abstract peut ne prendre que 15 min, ce qui n’est vraiment pas très chronophage. Votre directeur.ice de thèse, des collègues ou d’anciens professeurs peuvent facilement accepter de le faire !

Si vous êtes jeune docotorant.e de la SEAA 17-18, n’hésitez pas à me contacter, par exemple, si vous voulez un retour sur votre abstract. Il est probable que je réponde plus favorablement que si vous me demandez de relire tout une partie de votre thèse !

Pour trouver les AAC ou CPF qui pourraient vous intéresser, vous pouvez consulter les sites Fabula (plutôt littéraires) ou Calenda (plutôt sciences sociales) ou les trouver sur des listes ou sites de sociétés comme la SEAA17-18, la SAES, ou de laboratoires de recherches ou d’universités.

En espérant que cela vous aide, bon courage !

Louis Pichot

De la synthèse au développement: transformer une communication de 20 minutes en un article/chapitre de 8000 mots

Pour celles et ceux qui, comme moi, n’ont pas de talent particulier pour la synthèse, condenser toutes ses notes et idées en une communication de 20 minutes (et pas une de plus) peut s’avérer assez ardu. Puisqu’il faut se plier à ce format et ne pas franchir la limite des 1200 secondes (s’il s’agit bien d’une communication en 20min), l’on se retrouve naturellement avec un document qui n’excédera pas les 2000 mots.

manuscrit - flamel - alchimie
Nicolas Flamel, Alchimie de Flamel, écrilte en chiffres, en 12 clefs,… (BnF)

Si la communication est suivie d’une publication, il s’agira de développer son texte pour le transformer en article/chapitre plus riche et plus long.  Il se peut qu’on se retrouve alors bien en peine de faire l’exercice dans l’autre sens. Alors comment faire pour faire quadrupler le volume de son texte initialement si compact ? Ce billet propose d’aborder la question d’une transformation alchimique complexe que l’élaboration d’une formule (magique ?) pourra quelque peu faciliter.

[1/3] Aborder la chose

Travailler simultanément sur deux documents. Avec le document d’origine sous les yeux, surligner les passages qui peuvent être développés, explicités ou complétés. Créer un document distinct avec, pour chaque partie, une liste en bullet points des idées qui peuvent être insérées pour chaque passage surligné correspondant.

Technique bichromatique. Utiliser deux couleurs pour visualiser ce qui est d’origine, et ce qui a été ajouté/modifié.

[2/3] Le fond

Reprendre ses notes et brouillons. Faire un état des lieux de ce qu’on avait sacrifié au moment de l’élaboration de la communication de 20min.

Lectures complémentaires. Pour enrichir certains points délaissés plus tôt, identifier quelques articles ou chapitres susceptibles d’éclairer des aspects précis qui peuvent faire l’objet d’un développement supplémentaire.

Du tri. Reprendre les notes du brouillon et celles des lectures supplémentaires, puis les trier par thème.

[3/3] La forme

Le plan. Reprendre son plan et ajouter ou reconfigurer les différentes étapes et sections du texte. Cela peut notamment faire de la place pour les analyses sacrifiées en amont de la communication.

Citations. Compléter les citations coupées au montage pour la communication orale.

Notes de bas de page/bibliographie. Indiquer ses notes de bas de page complètes et bien formatées. Suivre les consignes données par les organisateurices et compléter son papier avec une bibliographie exhaustive, si c’est exigé.

La prose. Renouer avec une prose moins compacte et plus écrite.

Procéder par étapes

blank page - pen
(Credit: Ashley West Edwards on Unsplash)

La perspective d’avoir à quadrupler le volume d’un texte peut être intimidante et nous ramener à une terreur proche de celle éprouvée face à la fameuse page blanche [voir le billet Eviter l’angoisse de la page blanche pendant la rédaction]. Il peut alors être utile d’indiquer quelque part dans son brouillon les étapes à franchir. Mon propre « scoreboard » comprend le nombre de mots initial (2060), le compte actuel (3549), l’objectif sur le court terme (4000) et le but final (8000). Je procède personnellement par paliers de 500 mots, mais chacun-e adaptera bien sûr en fonction de ses capacités, du temps dont il/elle dispose et de l’urgence.

Louise McCarthy
Louise McCarthy

Remercier des communicant(e)s : « fascinating » ou pas « fascinating » ?

« fascinating » : il faut l’admettre, ce mot nous est familier. Après une journée d’étude, un colloque ou un séminaire de recherche, on est poursuivi par l’écho de ce mot-clef. Peut-être l’a-t-on soi-même prononcé. Alors, langue de bois ou authentique signe d’un souffle coupé ?

après la prise de parole: silence et remerciements

Après quelques événements virtuels et en présentiel, j’ai rapidement constaté l’omniprésence du « fascinating » qui semble être de mise pour remercier un(e) communicant(e). La première fois que je l’entendais, j’étais interpellée par la force du mot. Mais à mesure que je l’entendais se répéter d’une rencontre à l’autre, je m’étonnais de sa prévalence.

crowd - cheering - event
(Jaime Lopes on Unsplash)

La doctorante néophyte que je suis n’a pas encore eu l’occasion de participer, ou même d’assister à de si nombreux colloques et autres manifestations scientifiques. Malgré tout, j’ai eu, l’année passée, cet été et en cette rentrée, le loisir d’entendre des chercheurs, jeunes ou expérimentés, se congratuler – généralement avec chaleur et enthousiasme – à l’issue d’une communication.

“fascinating”

En fin de présentation, le terme « fascinating » fleurissait dans les chats zoom, dans les commentaires des organisateurs, ou encore en début de question/remarque. J’observais la même passion pour le terme chez des anglophones que chez des non-anglophones en études anglophones.

fascinating - workspace
“Fascinating” (credit: Andrew Neel on Unsplash; edited by Louise McCarthy)

Il me semblait que le mot, qui doit exprimer une admiration profonde pour un sujet, un objet ou un agent de recherche, perdait un peu de sa puissance à force d’utilisation. Encore relativement étrangère aux pratiques établies dans la profession, je me suis demandé s’il s’agissait d’un terme à l’usage convenu entre initié(e)s ou bien d’une difficulté à trouver un mot juste après avoir été subjugué(e) par une présentation, à recouvrer sa voix après avoir été speechless.

alternatives

postman - mail
Looking for synonyms (credit: Audrey Mari on Unsplash)

Si d’autres comme moi s’interrogent sur les possibilités lexicales qui s’offrent à nous pour remercier un enseignant-chercheur ou un collègue doctorant, voici quelques alternatives auxquelles j’ai songé (et que j’ai occasionnellement entendues à la place du « fascinating » dominant) :

thought-provoking – striking – stimulating – captivating – convincing – compelling – riveting – impressive – arresting – inspiring…

Post-Scriptum: “interesting”

J’ai exclu « interesting » de la liste, mais j’imagine qu’il n’est pas interdit. Bien qu’on admette généralement qu’ « interesting » est un mot creux, il ne paraît plus si insipide dans un monde où il n’y a de place que pour le f-word.

Louise McCarthy
Louise McCarthy

Où trouver des call for papers (CFP) pour communiquer ?

Vous avez envie de communiquer mais ne savez pas par où commencer ?  Voici quelques liens pour trouver des CFP (call for papers) pertinents pour les études anglo-américaines des XVIIe et XVIIIe siècles !

Votre unité de recherche et votre école doctorale

Pour une première communication, il est souvent plus rassurant de jouer à domicile. Vous pouvez ainsi consulter régulièrement les messages envoyés par vos unités de recherche et vos écoles doctorales afin de vous renseigner sur l’actualité de la recherche au sein de votre université. Ces instances envoient également souvent des emails permettant de se tenir au courant des journées d’études à venir, ainsi que des appels à communication, parfois réservés aux doctorants. 

Les sociétés savantes

Image Unsplash

Si vous avez adhéré à la SEAA 17-18, vous êtes automatiquement abonnés à sa newsletter, qui indique, mensuellement, les événements qui marquent notre champ de recherche. On y trouve notamment une section CFP ! En rejoignant la SAES ou l’AFEA, selon que vous soyez américaniste ou angliciste, vous pourrez également bénéficier de l’abonnement à la messagerie, où les collègues diffusent de nombreux appels à communication. Il peut également être utile d’adhérer à des sociétés savantes plus spécifiques, portant précisément sur votre sujet, afin d’obtenir les informations que vous cherchez. A l’international, on peut notamment glaner des appels auprès de la European Society for Studying English, de la British Society for  Eighteenth Studies ou de son équivalent américain, the American Society for Eighteenth Studies.

Les sites internet

Le site internet de Fabula fourmille de CFP portant avant tout sur les études littéraires. Celui de Calenda comprend de multiples opportunités pour ceux qui étudient l’histoire, la sociologie ou encore l’éducation et le langage. Si vous cherchez à communiquer dans un pays anglophone, l’université de Pennsylvanie dispose d’un site recueillant les appels internationaux. On peut trier les CFP par catégorie, ce qui demeure très précieux.

Afin de ne pas manquer l’opportunité idéale, vous pouvez par exemple décider de réserver un après-midi par mois à la veille des CFP, ce qui vous laissera le loisir d’y répondre sereinement ! 

Amélie Derome
Amélie Derome

Communiquer pour la première fois, et avec sa directrice de recherche

Retour sur les étapes d’une première expérience de communication à un colloque avec sa directrice de recherche.

Communiquer pour la première fois et avec sa directrice de recherche

colloque - affiche - cartographie - maps
Affiche du colloque “Cartes et Cartographie” (janvier 2021)

En janvier 2021, le congrès annuel de la SEAA1718 se tient sur zoom où des participants du monde entier se retrouvent pour partager leur travail autour de la thématique « Cartes et Cartographie dans le monde anglophone aux 17e et 18e siècles » (Maps and Mappings in English-speaking countries in the 17th and 18th centuries). A l’affiche, il y a des chercheurs expérimentés mais aussi des jeunes chercheurs. Des membres phares de la prestigieuse Hakluyt Society sont également présents.

Alors, me direz-vous, que fais-je moi, mastérante étrangère aux pratiques du colloque, au milieu de tout ce monde-là ?

Le Professeur Ladan Niayesh me propose d’embarquer avec elle sur ce projet

Au printemps 2020, alors que ma préparation à l’agrégation d’anglais touche à sa fin et que je prépare mon projet de recherche pour le M2R, Ladan Niayesh me propose de participer avec elle au prochain colloque de la SEAA1718, colloque qui doit porter sur la cartographie, sujet qui m’occupe depuis ma 1ere année de master.

Faire converger deux axes de recherche

Nous sommes en juin 2020. L’idée généreusement lancée par mon ancienne et future directrice, je m’attelle à un travail de réflexion sur ce que je peux bien apporter à la discussion. Sur Skype, la proposition de communication pour le colloque est à l’ordre du jour. Résultat des opérations : notre communication doit faire ressortir conjointement la théâtralité des cartes de propagandes que j’étudie pour mon M2R, et la dimension géographique du théâtre jacobéen dont elle est spécialiste.

Rédaction, envoi et acceptation de la proposition

type - laptop - work
Photo by Glenn Carstens-Peters on Unsplash

Fin juillet 2020, Mme Niayesh envoie notre proposition intitulée “Cartography as Propagandist Design: From Company Maps to Prince Henry’s Virginian Masques (1613-14)”. La proposition tient en 361 mots sur word (un peu moins d’une page), est précédée du titre et suivie d’une courte biographie pour chacune. A ce stade (comme à d’autres étapes plus tard), je m’en remets à sa connaissance de la marche à suivre. Mme Niayesh prend la rédaction de la proposition en main, et je me contente de retoucher quelques détails concernant ma partie. Début octobre 2020, le comité d’organisation du colloque nous signale par email que notre proposition de communication a été retenue.

Réfléchir ensemble avant d’écrire à quatre mains

oxford - radcliffe camera - doorway
L’emblématique “Radcliffe Camera” à Oxford (credit: Louise McCarthy)

Début décembre 2020, après avoir pris le temps de réfléchir chacune de notre côté à ce que nous apportions à la communication et profitant de notre proximité géographique, nous nous retrouvons à Oxford où Ladan Niayesh est visiting fellow pour le trimestre. Nous avons la chance de pouvoir échanger de vive voix à propos de la carte de Tatton & Wright dont l’analyse constitue le cœur de ma partie, et au sujet des masques de cour qui l’intéressent. Cette conversation permet d’assurer la cohésion des différents morceaux du puzzle que nous tâchons d’assembler.

Ecrire à quatre mains

Au cours du mois de décembre 2020, nous travaillons conjointement à la rédaction du texte que nous présenterons au moment du colloque. Je rédige de mon côté la partie sur la carte à l’étude, ainsi que la conclusion de notre présentation. Ladan Niayesh, elle, se charge de sa partie sur les masques, mais aussi de l’introduction. Malgré la distance qui nous sépare en termes d’expérience et de savoir-faire, Mme Niayesh semble tenir à ce que la communication soit présentée de manière équilibrée par elle et par moi. Sa confiance me fait honneur et me terrifie, mais je suis déterminée à ne pas décevoir. A ce stade, nous nous mettons d’accord pour que je réalise le powerpoint qui doit nous servir de support visuel lors de la communication.

Présenter à deux voix : entraînement au LARCA et enregistrement backup

zoom - conference
Communiquer sur zoom (capture d’écran)

Ladan Niayesh nous ayant inscrites pour cette session au préalable, nous présentons notre travail lors d’un galop d’essai auprès du laboratoire de recherche LARCA (Université de Paris). La session nous fait comprendre qu’il faudra améliorer notre gestion du temps, et les conseils des membres du labo présents ce jour-là nous aident à affiner ce qui mérite de l’être. Période de pandémie oblige, il faut assurer ses arrières pour ne pas être prises au dépourvu le jour j dans l’éventualité où l’aspect technique nous ferait faux bond. Nous faisons une présentation à distance entre nous et enregistrons la chose pour avoir un plan B.

Présenter à deux voix : le colloque (enfin !)

Près d’un an après la proposition de ma directrice, nous partageons le fruit d’un travail commun au moment du colloque. La présentation se passe bien, et je suis fière de communiquer avec le Professeur Niayesh. Le travail n’est pas encore tout à fait terminé puisqu’il faut encore écrire l’article qui doit être publié dans la revue de la SEAA1718 un peu plus tard en 2021, mais j’ai déjà le sentiment d’avoir beaucoup appris…et d’avoir encore au moins autant à apprendre.

Louise McCarthy
Louise McCarthy
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search