Financer sa thèse avec un contrat doctoral : le graal à portée de main ?

Avant de se lancer corps et âme dans la recherche, la première question qui nous vient souvent à l’esprit est la suivante : comment financer sa thèse ? Le contrat doctoral apparaît alors comme une option particulièrement attrayante.

Le contrat doctoral, késako ? 


Il s’agit d’un contrat de travail d’une durée de trois ans (en général), permettant au doctorant de vivre une première expérience professionnelle en tant que chercheur en produisant, dans les meilleures conditions possibles, un travail de recherche au sein d’un laboratoire. Le contrat doctoral peut aussi inclure d’autres tâches que l’activité de recherche comme un service d’enseignement, des missions de conseil ou d’expertise pour les entreprises, ou encore des missions d
e diffusion de l’information scientifique et technique ou de valorisation de la recherche. Merveilleux, n’est-ce pas ? « Où est le problème ? » me direz-vous. Eh bien il faut savoir qu’un contrat doctoral ne s’obtient pas en claquant des doigts. Mais pas de panique, vous trouverez dans ce billet quelques conseils afin de vous guider dans votre démarche.

Puisqu’il s’agit d’une possibilité de financement particulièrement intéressante, il n’est pas surprenant qu’elle soit difficile à obtenir. Cependant, difficile ne veut pas dire impossible. 

En raison du nombre restreint de postes, notamment en sciences humaines et sociales, et de son haut niveau d’exigence, le contrat doctoral appelle à une préparation particulière. En effet, votre candidature doit être élaborée avec soin et rigueur, afin de mettre toutes les chances de votre côté. Vous pouvez soit poser votre candidature dans les six mois qui suivent votre inscription en première année de doctorat (et pas un mois de plus !), soit la poser avant votre inscription en première année, d’où la nécessité de prendre le temps de réaliser votre projet de thèse ! 

Gardez à l’esprit, par ailleurs, qu’un bon dossier ne se prépare pas un an à l’avance seulement. Au contraire, c’est un travail de longue haleine, comme la préparation à un marathon par exemple. Il est important, dès votre première année d’études supérieures, de vous atteler à une ‘mise en beauté’ de votre CV. Il est vrai que l’on n’a pas forcément conscience de vouloir se lancer en thèse – et donc candidater à un contrat doctoral – des années à l’avance, d’où le principe du ‘on ne sait jamais’, pour ne rien regretter ensuite. Vos expériences professionnelles, diplômes, concours, stages, participations à des manifestations scientifiques seront autant d’atouts dans votre CV pour vous démarquer. Attention, pour poser une candidature auprès d’une école doctorale, il faut nécessairement que le centre de recherche auquel vous souhaitez être rattaché fasse partie de l’école doctorale en question (logique, me direz-vous) !

Comment faire partie des heureux élus ?

Vous devez forcément présenter un dossier universitaire de (très) bonne qualité – gardez précieusement vos relevés de notes, ces derniers vous seront demandés. Si vous êtes passés par la case CPGE (Classes Préparatoires aux Grandes Écoles) c’est encore mieux – mais pas nécessaire. Avoir obtenu des diplômes avec mention, ainsi qu’être lauréat de concours nationaux (l’agrégation par exemple) est également important pour montrer au jury votre rigueur, votre capacité de travail et votre détermination.

La candidature à un contrat doctoral consiste en un petit dossier présentant votre projet de thèse, en insistant sur la pertinence de votre problématique, le choix de votre corpus, la cohérence de la méthodologie adoptée avec votre sujet, ainsi que la précision de votre cadre théorique.

Votre dossier doit être original et percutant pour retenir l’attention du jury. Dans la majorité des situations, le projet que vous allez présenter découlera de votre mémoire de recherche de M2 (c’est d’ailleurs un critère apprécié par les écoles doctorales au moment de la sélection. La note obtenue au mémoire sera prise en compte également ! Attention, certaines écoles affichent une ‘note plancher’ pour pouvoir ne serait-ce que candidater à un contrat, renseignez-vous bien sur la question). Votre directeur de thèse, très souvent votre ancien directeur de mémoire, est là pour vous épauler dans la préparation de votre dossier : vous devez le/la voir comme un soutien (et ce tout au long de votre parcours de thèse) ! Il va de soi qu’avant de vous lancer dans la rédaction de votre projet, vous devrez avoir convaincu votre directeur de sa pertinence. Mon conseil : parlez-en avec lui/elle au moins un an à l’avance (surtout si vous pensez poursuivre sur la lancée de votre mémoire).

Enfin (fun part), prévoyez suffisamment de temps pour rassembler les pièces demandées au dossier pour ne pas être pris de court. 

Si votre dossier retient l’attention du jury…

 Vous serez sélectionné pour passer une audition face au conseil de l’école doctorale. Elle se déroule en deux étapes : vous aurez dix minutes pour faire un exposé et le jury aura ensuite dix minutes pour vous poser des questions.

Le conseil de l’école doctorale est composé d’enseignants-chercheurs faisant partie des différents centres de recherche de l’école doctorale mais aussi des représentants des doctorants élus pour deux ans.

Entraînez-vous à l’oral avec vos amis, votre famille, votre chat, mais surtout avec votre directeur de thèse pour votre exposé ainsi que pour les dix minutes de questions. Vous devez vous préparer à devoir justifier votre bibliographie, votre cadre théorique ainsi que vos choix méthodologiques, mais aussi à répondre à des questions d’ordre plus général.

Les résultats des candidatures tombent généralement le lendemain de l’audition, voire le jour même. Il existe trois cas de figures : dans le meilleur des cas votre candidature est retenue (bravo), elle peut aussi être sur liste d’attente, ou être définitivement rejetée. Il y a une liste d’attente car il est fréquent pour les candidats agrégés et certifiés, dépendants donc de leur rectorat d’affectation, de ne pas obtenir de mise en disponibilité ou de détachement. Contraints de se rendre à leur établissement d’affectation en septembre et donc d’abandonner leur contrat doctoral, la première personne placée sur la liste d’attente reçoit le contrat.

en bref…

Candidater à un contrat doctoral n’est pas un sprint, cela prend du temps et de l’énergie. N’hésitez jamais à partager vos projets avec votre entourage universitaire afin d’obtenir des retours, ou à demander conseil à d’anciens doctorants qui sont passés par la même épreuve du contrat doctoral. 

Finalement, croyez en vous et en votre projet et montrez à la communauté scientifique pourquoi vous et pas un.e autre !

(all pictures from Unsplash)

Ines Ettaoui
Inès Ettaoui
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search