Comment rédiger un abstract pour répondre à un AAC/CFP ?

Savoir répondre à des « Appels à Contributions », en anglais « Call for Papers », afin de pouvoir participer à des colloques, journées d’étude, séminaires, écoles d’été, etc. fait partie des compétences attendues des chercheur.euse.s, en particulier des doctorants. En effet, lorsque l’on ne peut pas se reposer sur la notoriété de son cv académique, de ses concours ou de ses publications, proposer des résumés d’interventions sérieux et stimulants devient un enjeu déterminant des débuts des parcours de recherches. Le présent billet vise à donner quelques éléments pour rendre plus familier cet exercice bien codifié en explicitant les règles implicites et en donnant quelques conseils issus de mon expérience.

ÉLÉMENTS GÉNÉRAUX

Pierre Boudieu slaying © Creative Commons

Toute la difficulté de cet exercice consiste en ceci que, finalement, ce qui est le plus important à mobiliser dans cet exercice est votre connaissance des règles implicites qui régissent le champ disciplinaire dans lequel vous souhaitez vous inscrire. Comme cette connaissance s’acquiert généralement sur le tas pour ceux qui ne sont pas passionnés par la sociologie néo-bourdieusienne des disciplines, elle fait généralement et naturellement défaut aux jeunes chercheur.euse.s qui font leurs premières armes dans le monde de la recherche. Un moyen de contrebalancer cela (plus rapide que de relire tout Bourdieu) est de bien analyser l’appel à contribution pour bien parler sa langue.

Reprendre les mots clés : souvent il s’agit de mots valises dont la conceptualisation est plastique, ouverte aux sens multiples des termes, vous pouvez donc généralement les reprendre et en faire un peu ce que vous voulez : vous pouvez en avoir un usage métaphorique, non conceptuel, voire même poétique. Attention cependant, l’usage libre des concepts correspond surtout aux AAC thématiques. Certains événements appellent toutefois une certaine identité conceptuelle forte, et avoir un usage trop métaphorique des concepts pourrait vous valoir de ne pas être accepté. Cet élément va également beaucoup diverger en fonction de la ou des discipline.s dans laquelle vous allez vous inscrire, dont la rigueur dans l’utilisation des concepts fluctue.

Votre profil de chercheur doit par ailleurs être transparent et explicite tout en insistant sur le fait que ce sont des contradictions à l’intérieur de votre objet d’étude qui appellent le type de résolution que vous proposez. Sur le plan symbolique, en faisant un usage pragmatique de notre sociologie – spontanée ou non – de la discipline dans laquelle on veut s’inscrire (on réserva l’usage critique de la sociologie des disciplines pour d’autres moments), il faut montrer à la fois notre maîtrise et notre intégration aux champs tout en se montrant suffisamment singulier pour montrer comment on peut lui apporter quelque chose. Ainsi on peut proposer quelque chose d’inédit certes, mais on peut également approfondir un axe de recherche à la mode, réévaluer une tradition oubliée ou en voie d’oubli, ou en proposer une approche pluridisciplinaire qui fait un pont entre deux formes d’approches traditionnellement distinctes. Il faut donc à la fois montrer une relative connaissance de l’état de l’art sur le sujet (mais avec un nombre de références limitées, 2 ou 3 références peuvent suffire) et proposer un argument ou une thèse singulière. Attention, les références que vous allez citer vont avoir un rôle décisif pour l’identification de votre profil de chercheur. Pour simplifier, si vous citez Bourdieu ou Boltanski, on va comprendre votre perspective sociologique, et si vous citez Butler ou Wittig, on comprendra votre inscription dans les gender studies. Cela va de soi, mais il faut étendre cet axiome à toutes vos références, en partant du principe – plus postulé que vérifié – que le comité va connaître toutes vos références.

Enfin, il faut bien s’inscrire dans un ou plusieurs des axes thématiques. Les organisateur.ice.s du colloque, de la JE ou de l’école d’été prévoient souvent des axes thématiques pour organiser le déroulement des moments de l’événement. Il est important de pouvoir identifier dans quels axes vous allez vous situer. Cela va jouer dans le processus de sélection. C’est pour cela qu’il est bien d’être à cheval sur plusieurs axes afin que vous ne soyez pas simplement rejeté car de meilleurs abstracts ont été envoyés dans le seul axe dans lequel vous souhaitiez vous inscrire. Ainsi, en ayant votre proposition qui répond à plusieurs axes thématiques, vous maximisez vos chances d’être selectionné.e tout en démontrant que vous n’êtes pas hors sujet.

DISTINCTION RÉPONSE AAC / RÉPONSE CFP

Aristote, détail de l’École d’Athènes de Raphaël © Web Gallery of Art

La langue de la recherche influe sur la manière dont il faut présenter ses travaux, car les règles structurantes des espaces universitaires nationaux sont distinctes même si elles se rejoignent sous beaucoup d’aspects. Par exemple, là où des articles en anglais utilisent très facilement la première personne, ce recours est moins courant en français et sans doute à éviter.

On privilégiera dans des réponses à des appels en français des formules impersonnelles en insistant sur la manière dont  votre démarche répond à des tensions qui émanent directement des objets de vos recherches. L’effacement des intentions du chercheur, typique de ce que Bourdieu appelait la raison scolastique, fait en effet partie des éléments à maîtriser pour parler la langue de la recherche française. Seuls les chercheurs, souvent déjà bien installés dans un poste (aussi confortable qu’ils puissent l’être dans les universités françaises face aux politiques néolibérales– n’exagérons rien donc), peuvent se détacher de cet impératif. Pour ce qui est de l’espace universitaire anglo-saxon – et je ne parlerais que de lui, les règles des autres espaces universitaires m’étant inconnues –, il est plus commun d’exprimer directement ses intentions, d’adopter un style plus direct en se passant des formules convenues qui caractérisent le champ français.

STRUCTURE DE L’ABSTRACT

Le Jeune Cicéron lisant, fresque de Vincenzo Foppa © Web Gallery of Art

Comme le format est court, il faut créer un effet en peu de mots. Finalement, en ce sens (c’est mon expérience d’enseignant de philosophie qui parle ici), une réponse à un appel ressemble à s’y méprendre à une bonne introduction de dissertation. Au niveau narratif, il faut faire sentir une tension qui appelle résolution, poser une problématique singulière et dessiner les enjeux politiques, historiographiques, philosophiques, littéraires etc., de l’analyse. Éventuellement, une phrase peut remplir la fonction de l’annonce de plan. De cette façon on donne tous les éléments qui donnent envie au comité scientifique d’entendre ou de lire la suite.

Récapitulons : (1) introduction de l’objet d’étude ; (2) éléments en tension (3) problématiques (4) cadre épistémologique (5) enjeux.

Je vous renvoie aux  deux exemples en fin de billet. L’honnêteté me pousse à vous dire que je n’ai pas été sélectionné pour le deuxième, mais je trouve quand même l’abstract bon – à vous de juger !

Remarque : Il y a généralement deux cas de figure quand on écrit une réponse à un AAC/CPF. Dans le premier cas (c’est généralement le plus courant), on répond à un appel en n’ayant pas encore fait les recherches que l’on va présenter. Il est alors normal que la réponse soit très programmative. Dans le deuxième cas, vous présentez des recherches déjà abouties que vous allez mouler dans le cadre de l’événement. Ici vous pouvez déjà presque annoncer le plan de votre contribution (c’est le cas ici pour l’exemple B). Mais rien n’est obligatoire.

DERNIER CONSEIL (LE PLUS IMPORTANT !)

Vous faire relire ! Cela peut sembler tout bête, mais un abstract étant un court texte qui peut être lourd de conséquences (communication, publication, etc.), cela vaut vraiment le coup de se faire relire. De plus, relire un abstract peut ne prendre que 15 min, ce qui n’est vraiment pas très chronophage. Votre directeur.ice de thèse, des collègues ou d’anciens professeurs peuvent facilement accepter de le faire !

Si vous êtes jeune docotorant.e de la SEAA 17-18, n’hésitez pas à me contacter, par exemple, si vous voulez un retour sur votre abstract. Il est probable que je réponde plus favorablement que si vous me demandez de relire tout une partie de votre thèse !

Pour trouver les AAC ou CPF qui pourraient vous intéresser, vous pouvez consulter les sites Fabula (plutôt littéraires) ou Calenda (plutôt sciences sociales) ou les trouver sur des listes ou sites de sociétés comme la SEAA17-18, la SAES, ou de laboratoires de recherches ou d’universités.

En espérant que cela vous aide, bon courage !

Louis Pichot

Comment bien préparer l’oral pour le contrat doctoral ?

L’oral devant jury pour l’obtention d’un contrat doctoral est la dernière épreuve de la candidature pour être financé.e pour sa thèse. Il arrive au terme de la procédure de candidature en ligne. Je vais donner ici différents conseils, tirés de mon expérience et de celles que m’ont partagées mes proches et collègues, pour vous aider à préparer cet oral.

 

Remarques préliminaires 

 

Candidat au contrat doctoral devant jury (Lemonnier, Le salon de Madame Geoffrin, 1812) ©Web Gallery of Art

Avant toute chose, il est très important de bien identifier à quel type de contrat vous postulez. Cela est décisif pour au moins deux raisons.
D’abord, le calendrier dépend du type de contrat auquel vous candidatez. Sur ce point, les calendriers varient d’année en année. Il faut se méfier des phrases de couloir du type « d’habitude c’est de telle date à telle date les candidatures » et chercher à obtenir des informations précises sur la date de candidature de l’année en cours. Il existe généralement un site référent où déposer les pièces de candidature (à ma connaissance, TEBL, Amethis, Adum, etc.), mais là encore les infos peuvent dater de l’année dernière…
Ensuite, car cela détermine qui finance ou cofinance (MSH, région, établissement etc.), votre discours devra être adapté aux différents axes thématiques de cet/ces organisme.s. En effet, une partie de votre travail pour cet oral consiste à traduire, ou plutôt de resémantiser votre sujet de thèse dans la langue et le lexique de ces organismes. En termes wittgensteiniens, on dirait que le projet que vous présentez doit se trouver à l’intersection des différents jeux de langage de votre laboratoire d’accueil, l’école doctorale, et l’autre organisme de financement s’il y en a un.

 

Composition du texte de support 

Candidat en train de préparer ses notes (Carmontelle, David Hume, 1764) ©Creative Commons

Au moment de la composition du texte de votre oral, n’hésitez pas à vous familiariser d’abord de loin avec les travaux de recherches des éventuels membres du jury. Généralement les membres du Jury sont membres du conseil de l’ED, mais une personne extérieure peut être convoquée aussi. Pour avoir une idée des personnes qui vont le composer, allez consulter la liste des membres de ce conseil. Normalement, (pour être plus juste, légalement, mais là encore ça varie…), vous ne pourrez pas avoir accès à la liste des membres du jury. Cela vous indiquera quel sera votre public à conquérir lors de l’oral.
Dans tous les cas, privilégiez la clarté, la formulation explicite de la problématique et des enjeux.
Pour cet oral, mais comme pour beaucoup d’autres, je vous conseille pour le plan d’adopter la formule Ethos/Logos/Pathos. D’abord, optez pour une introduction où vous vous présentez en même temps que votre sujet. C’est le moment de dire “je” et de parler un peu du parcours qui vous mène à cette candidature. Ensuite, progressez vers un moment d’exposition logique de votre sujet, où il vaut mieux privilégier l’emploi de structures de phrases impersonnelles ?. C’est le développement : vous expliquez vos motivations scientifiques et les arguments qui font que votre sujet est pertinent. Enfin, dans la conclusion, c’est le moment de dire « nous » : vous insistez sur les enjeux de votre travail, son inscription dans des perspectives de recherches collectives, les intérêts du laboratoire et l’école doctorale.
Vous pouvez également demander à votre directeur de thèse d’essayer de vous fournir un exemple de texte qui a obtenu un contrat dans les années précédentes.
En ayant en tête les profils des membres du jury, vous pouvez prévoir des moments de votre présentation qui ouvrent (explicitement ou non) sur d’éventuelles questions que vous aurez préalablement préparées. De manière générale, dans cet exercice comme dans d’autres, il est bon si l’on a le temps de préparer quelques réponses à des questions qui seraient évidentes sur votre sujet.
Gardez en tête aussi que les membres du jury ne sélectionnent pas seulement un dossier. Ils choisissent aussi un futur collègue dans les activités de recherches de leurs laboratoires, de l’ED ou de l’université de manière générale. L’image que vous allez renvoyer est donc très importante.

 

Avant le passage 

Entraînez-vous beaucoup, devant autant de monde que vous le pouvez pour ajuster le temps de votre oral et avoir le maximum de retours. N’hésitez pas à solliciter d’anciens professeurs, des doctorant.e.s, etc. Comme la présentation est généralement courte, vous trouverez normalement assez facilement des volontaires. Si vous faites déjà partie d’une société savante, comme la SEAA17-18, n’hésitez pas à contacter le collège des doctorants qui pourra peut-être se rendre disponible pour un oral blanc !
Bon courage !

 

Louis Pichot

Recension/book review: qu’est-ce que c’est?

Faire un doctorat, ce n’est pas seulement poursuivre ses recherches en vue de produire une thèse. C’est aussi se former aux diverses tâches qui reviennent aux universitaires, surtout si on se destine à une carrière de recherche.

Faire une recension (book review, en anglais) consiste à rédiger un compte-rendu d’ouvrage scientifique dans une perspective critique. La recension offre une vue synthétique des contenus et situe l’objet de la recension dans un champ disciplinaire et critique. On se fait donc temporairement critique culinaire pour le monde académique, mais sans fourchette.

Avant

Il se peut qu’une revue sollicite directement des personnes pour écrire une recension, qu’un appel circule sur les listes de votre institution, ou que vous répondiez à un appel à recensions diffusé par une revue. Choisissez des ouvrages qui se rapprochent au maximum de votre recherche afin que le travail de recension serve à vos propres travaux (et que vous ayez un peu de légitimité à écrire la chose).

Si nécessaire, quelques recherches préliminaires peuvent aider à comprendre qui a écrit le livre, pourquoi, dans quel contexte (politique, social, historique, historiographique…), en réponse à quels questionnements scientifiques, etc.

Pendant

Crayon en main, une première lecture permet de baliser les concepts clefs, d’identifier la démarche et la structure du texte, et de relever d’éventuelles citations intéressantes ou représentatives. Il est essentiel de prendre des notes synthétiques parce que la recension elle-même sera normalement assez courte.

livre - notes
Livre annoté et fichage sur Word (crédit: Louise McCarthy)

L’on peut s’appuyer sur sa propre connaissance de la littérature existante dans le domaine pour éclairer sa lecture et nourrir sa recension. Pour une recension de Cartographie radicale (Paris : La Découverte, 2021) de Nepthys Zwer et Philippe Rekacewicz, par exemple, l’on doit garder à l’esprit des notions, approches et traditions comme le tournant textuel en histoire de la cartographie, le développement de la cartographie critique dans les années 1980, l’apport de John Brian Harley au renouvellement de la discipline, etc. Tout ceci permet de situer l’ouvrage dans un écosystème scientifique plus large.

Une fois votre lecture (et relecture) faite, rassemblez ce qui vous paraît essentiel, construisez un résumé argumenté et critique de l’ouvrage. Votre langue doit être claire et rigoureuse. Adoptez idéalement une posture bienveillante, humble et honnête à l’égard de l’ouvrage recensé.

Et après?

livre - loupe
Dissection à la loupe (crédit: Teslariu Mihai sur Unsplash)

N’hésitez-pas à soumettre votre texte à votre directeur ou directrice pour une relecture rapide avant l’envoi au contact indiqué par la revue. Si vous rencontrez des difficultés à synthétiser harmonieusement un ouvrage collectif ou une revue à contributions multiples, inspirez-vous d’autres modèles et faites-vous conseiller par des personnes plus expérimentées.

La recension sera normalement publiée dans une section dédiée de la revue. Il y a généralement une cohérence disciplinaire, thématique et/ou critique entre la revue où paraît la recension et l’objet de cette dernière.

Pas besoin de se casser la tête à trouver un titre accrocheur: le titre de la recension correspondra au titre de l’ouvrage recensé, avec le nom de l’auteur ou de l’autrice. Votre nom figurera à côté ou en fin de recension, en tant qu’auteur ou autrice de cette recension. 

Pourquoi faire une recension quand on est en thèse?

La recension est un exercice stimulant qui invite à explorer un article ou ouvrage en profondeur tout en y portant un regard critique. Elle n’est a priori pas trop coûteuse en termes de temps (contrairement à un article ou une communication). Elle permet aussi de diversifier ses compétences en tant que jeune chercheur/chercheuse, d’ajouter une ligne de publication à son CV, et (on ne va pas se mentir !) de se donner un peu de visibilité. Et ça peut être l’occasion d’obtenir un ouvrage scientifique gratuitement…

Ressources

Il existe des normes plus ou moins universelles pour lesquelles on peut se référer à des recensions qu’on a soi-même lues ailleurs, ou à des pages web dédiées contenant des conseils et consignes d’écriture. Les revues auront aussi leurs propres règles et procédures qu’il conviendra de suivre scrupuleusement.

Protocole pour une recension pour la revue de l’Institut Français d’Histoire en Allemagne : https://journals.openedition.org/ifha/6431

Guide de l’université de Laval : https://roberge.mus.ulaval.ca/gdrm/09-recen.htm

Exemples de courtes recensions pour Espaces et Sociétés (2013) : https://www.cairn.info/revue-espaces-et-societes-2013-1-page-241.htm

Louise McCarthy
Louise McCarthy

Washington, D. C. (USA): Library of Congress

Malgré son nom et son lien avec le Congrès qu’on aperçoit des fenêtres du Jefferson Building, cette bibliothèque est une institution ouverte au public. Il est même possible de la visiter gratuitement, mais c’est à ses ressources pour la recherche que le présent billet s’intéresse. Je vous propose ainsi un bref guide pour vous décider à faire le déplacement et pour vous repérer une fois sur place.

Trois sites à Capitol Hill

La bibliothèque se divise en trois sites : Adams Building, Madison Building et Jefferson Building, ce dernier étant le bâtiment historique principal. Tous trois sont à proximité l’un de l’autre au cœur de la vie politique fédérale américaine et non loin des musées gratuits qui jalonnent le National Mall (‘esplanade nationale’).

library - washington - research
James Madison Memorial Buidling, Library of Congress (credit: Louise McCarthy)

Identifiez donc au préalable où vous avez besoin de vous rendre. Les divers départements de la bibliothèque sont répartis sur les trois sites. Par exemple, pour consulter des cartes, il faut rejoindre la ‘Geography & Map Division’ dans les sous-sols aux allures d’hôpital du Madison Building. Les livres rares, entre autres choses, se trouvent eux au Jefferson.

Obtenir sa reader’s card et réserver des documents

Pour accéder aux ressources que vous avez localisées, il vous faudra une carte. Vous pouvez remplir un formulaire en ligne pour préparer votre bref entretien, ou simplement vous rendre sur place. Les démarches sont faciles et rapides, et il suffira de vous présenter au bureau dédié au 1er étage du Madison Building, muni.e d’une pièce d’identité. On imprimera alors pour vous une carte valable un an sur laquelle seront immortalisés les cernes accumulés pendant votre voyage.

book - library
Purchas his Pilgrims (1625) accessible aux ‘Rare Books and Special Collections’ (credit: Louise McCarthy)

Cette carte donne accès aux salles de lecture et ressources de l’institution, mais aussi aux tunnels (je vous laisse le soin de consulter internet pour de plus amples détails). Il est aisé de commander des documents et ce, parfois la veille pour le lendemain. Pour toute question, vous pouvez communiquer avec le personnel en utilisant le service « ask a librarian » en ligne ou par email si vous avez déjà des contacts.

Ask a librarian: https://ask.loc.gov/

Le Jefferson Building

L’architecture antiquisante du Jefferson Building vaut en soi le détour, mais surtout, c’est là que se trouvent la vaste salle de lecture centrale (au 1er), le Kluge Center (aussi au 1er), et les ‘Rare Books & Special Collections’ (au 2e). Votre carte vous donnera accès au bâtiment par l’entrée dédiée au personnel, à droite de l’accès au public. Après une enfilade de couloirs labyrinthiques et une ascension au 1er ou au 2e, vous pourrez enfin établir vos quartiers quelque part.

library - washington - research
Main Reading Room, Library of Congress (credit: Louise McCarthy)

Attention, la grande salle de lecture centrale est un bel espace mais n’est pas très confortable pour travailler longtemps (tables inclinées et glissantes,murmures de touristes, courants d’air, ouvrages de référence pas empruntables…).

Le ‘Kluge Center’

library - washington - research
Jefferson Building, Library of Congress (credit: Louise McCarthy)

Vous préférerez ainsi peut-être obtenir votre propre bureau au Kluge Center (au 1er étage) en écrivant à ses administrateurs. Présentez-vous par email, ‘state your business’ et demandez poliment un espace de travail individuel (‘cubicle’) qui puisse vous servir de base pour une période déterminée. De ce bureau, vous pourrez commander des ouvrages de littérature secondaire, rencontrer d’autres chercheurs/chercheuses, accéder à des bases de données autrement payantes, etc.

Kluge Center: https://www.loc.gov/programs/john-w-kluge-center/about-this-program/about-the-kluge-center/

Louise McCarthy
Louise McCarthy

Reprendre son chapitre pour un volume collectif

Au cours de votre thèse, vous serez peut-être amené(e) à contribuer à un volume collectif. Ce billet propose quelques solutions pour aborder le travail de reprise (editing) qui fait partie du processus de publication.

Etapes

Après votre communication (si communication il y a eu), vous aurez peut-être à transformer votre papier de 20min en un article ou chapitre plus consistant. Pour quelques conseils à ce propos, vous pouvez consulter cet autre billet: De la synthèse au développement: transformer une communication de 20 minutes en un article/chapitre de 8000 mots. Une équipe éditoriale vous donnera un calendrier et une marche à suivre pour la rédaction de votre première version qui, une fois envoyée, nécessitera ensuite probablement quelques reprises plus ou moins fastidieuses.

Détails & Reprises de forme
jardin - désherbage
Désherbage de forme (credit: Sandie Clark on Unsplash; edited by Louise McCarthy)

Il peut être encourageant de commencer par un nettoyage de forme qui n’exige pas un gros effort intellectuel. Ce désherbage préliminaire permet de se débarrasser de toutes les menues remarques concernant les fautes de frappe, les références mal formatées, les pages manquantes dans les notes de bas de page ou la typographie (ponctuation, espaces…). Il permet aussi de faire quelques légères reformulations à partir des éventuelles suggestions des éditeurices qui auront relu et annoté votre premier jet.

Autres reprises

Que vous faudra-t-il faire outre ces petites corrections de forme? On vous demandera peut-être d’étayer des arguments, de restructurer des parties ou l’ensemble du chapitre, de réduire certains passages, d’élucider des concepts ou de clarifier des références. Selon les cas, il faudra aussi demander des droits pour la publication d’illustrations. Quelques lectures supplémentaires pourront aussi être de mise.

Classifier les reprises
word - double page - writing
Diverses tâches à l’écran; texte: extrait de “All the works of John Taylor, the water-poet” 1630 (credit: Louise McCarthy)

En scindant son écran en deux, on peut afficher simultanément le texte comprenant les remarques des éditeurices en marge ainsi qu’un nouveau document où l’on répertorie les modifications qui restent à faire. Relevez par exemple un passage qui nécessite une vraie reprise (et non un simple ajustement typographique), le numéro de page et le commentaire des éditeurices correspondant. Annotez le tout en expliquant à vous-même ce que vous comptez faire de cette suggestion de correction, et décidez si vous vous en occupez immédiatement ou si vous remettez cette tâche à plus tard. Vous pouvez compléter ce relevé en surlignant d’une certaine couleur le passage qui nécessite une reprise.

Lorsque vous avez apporté une solution à l’un de vos problèmes, rayez (plutôt qu’effacez) ce que vous avez accompli si vous aussi vous trouvez satisfaisant de laisser apparaître ce qui a été résolu.

Le 2e tour (et les autres, le cas échéant)
editing - chapter - work
Le travail de reprise (credit: Louise McCarthy)

Votre 2e version vous reviendra peut-être avec de nouveaux commentaires et de nouvelles reprises à faire. Quelques mois sépareront sûrement la première série de reprises de la deuxième (oui, la publication d’un ouvrage s’inscrit dans un temps long). Répétez l’opération et choisissez une nouvelle couleur pour identifier les nouveaux passages à remanier ainsi que vos dernières corrections.

le Souci de cohérence

Il se peut que le projet de volume collectif découle d’un colloque et que les personnes en charge de son organisation décident de publier une sélection de contributions sous forme d’ouvrage regroupant ces contributions sous un titre commun. Ce volume peut par ailleurs s’inscrire dans une série de publications déjà existante. Le souci de cohérence globale qui aura déjà été plus ou moins manifeste pendant le colloque (si colloque il y a eu), sera poussé un peu plus loin au moment de l’élaboration du volume collectif. Cette exigence devra en partie infléchir l’argument central de votre texte.

Ainsi, les éditeurices qui gèrent et coordonnent la publication insisteront-ils/elles sur la nécessité de voir émerger clairement le thème de l’ouvrage et/ou de la série dans votre contribution. Par exemple, dans un livre sur « Decolonising travel studies », il faudra que votre texte dialogue régulièrement avec ce fil rouge, que vous rapportiez le plus souvent possible vos arguments à ce thème afin qu’apparaisse la pertinence de votre sujet dans le cadre du projet décolonial en question.

Louise McCarthy
Louise McCarthy

De la synthèse au développement: transformer une communication de 20 minutes en un article/chapitre de 8000 mots

Pour celles et ceux qui, comme moi, n’ont pas de talent particulier pour la synthèse, condenser toutes ses notes et idées en une communication de 20 minutes (et pas une de plus) peut s’avérer assez ardu. Puisqu’il faut se plier à ce format et ne pas franchir la limite des 1200 secondes (s’il s’agit bien d’une communication en 20min), l’on se retrouve naturellement avec un document qui n’excédera pas les 2000 mots.

manuscrit - flamel - alchimie
Nicolas Flamel, Alchimie de Flamel, écrilte en chiffres, en 12 clefs,… (BnF)

Si la communication est suivie d’une publication, il s’agira de développer son texte pour le transformer en article/chapitre plus riche et plus long.  Il se peut qu’on se retrouve alors bien en peine de faire l’exercice dans l’autre sens. Alors comment faire pour faire quadrupler le volume de son texte initialement si compact ? Ce billet propose d’aborder la question d’une transformation alchimique complexe que l’élaboration d’une formule (magique ?) pourra quelque peu faciliter.

[1/3] Aborder la chose

Travailler simultanément sur deux documents. Avec le document d’origine sous les yeux, surligner les passages qui peuvent être développés, explicités ou complétés. Créer un document distinct avec, pour chaque partie, une liste en bullet points des idées qui peuvent être insérées pour chaque passage surligné correspondant.

Technique bichromatique. Utiliser deux couleurs pour visualiser ce qui est d’origine, et ce qui a été ajouté/modifié.

[2/3] Le fond

Reprendre ses notes et brouillons. Faire un état des lieux de ce qu’on avait sacrifié au moment de l’élaboration de la communication de 20min.

Lectures complémentaires. Pour enrichir certains points délaissés plus tôt, identifier quelques articles ou chapitres susceptibles d’éclairer des aspects précis qui peuvent faire l’objet d’un développement supplémentaire.

Du tri. Reprendre les notes du brouillon et celles des lectures supplémentaires, puis les trier par thème.

[3/3] La forme

Le plan. Reprendre son plan et ajouter ou reconfigurer les différentes étapes et sections du texte. Cela peut notamment faire de la place pour les analyses sacrifiées en amont de la communication.

Citations. Compléter les citations coupées au montage pour la communication orale.

Notes de bas de page/bibliographie. Indiquer ses notes de bas de page complètes et bien formatées. Suivre les consignes données par les organisateurices et compléter son papier avec une bibliographie exhaustive, si c’est exigé.

La prose. Renouer avec une prose moins compacte et plus écrite.

Procéder par étapes

blank page - pen
(Credit: Ashley West Edwards on Unsplash)

La perspective d’avoir à quadrupler le volume d’un texte peut être intimidante et nous ramener à une terreur proche de celle éprouvée face à la fameuse page blanche [voir le billet Eviter l’angoisse de la page blanche pendant la rédaction]. Il peut alors être utile d’indiquer quelque part dans son brouillon les étapes à franchir. Mon propre « scoreboard » comprend le nombre de mots initial (2060), le compte actuel (3549), l’objectif sur le court terme (4000) et le but final (8000). Je procède personnellement par paliers de 500 mots, mais chacun-e adaptera bien sûr en fonction de ses capacités, du temps dont il/elle dispose et de l’urgence.

Louise McCarthy
Louise McCarthy

Se repérer dans un volume ‘early modern’ et comprendre sa pagination

early modern facsimile
Facsimile d’un pamphlet jacobéen

L’étude de documents imprimés à la période early modern (ou de facsimiles de ces documents) peut faire émerger des choses un peu cryptiques comme « A », « B2 », « C2r » ou « C3v » quelque part en bas de page. Faire référence à ces pages dans son mémoire/thèse/article/chapitre peut aussi initialement représenter un défi. Dans ce billet, je propose un condensé de ce que j’ai appris avec l’aide de ma directrice et de Dr Tim Eggington, musicologue, Fellow Librarian et Keeper of the Old Library à Queens’ College, Cambridge.

Exemple: Robert Gray, A Good Speed to Virginia (1607)

facsimile text
Facsimile de A Good Speede to Virginia (1607), Robert Gray

Sur la page ci-contre, la lettre « B » sous le texte indique qu’il s’agit du recto de la page B du volume. Pour citer « Then the children of Ioseph said, the Mountaine will/ not be inough for vs » sur cette page, on référencera l’extrait de la manière suivante: sig. B1r. La page qui suit, au verso, ne comporte pas de lettre? Pas de panique, l’on peut quand même y faire référence en indiquant: sig. B1v. Sur la page où l’on trouve B3, l’on indiquera: sig. B3r. La suivante sera sig. B3v, etc.

Une note de bas de page en bonne et due forme dans une thèse ressemblera donc à cela: Robert Gray, A Good Speed to Virginia (ed. Wesley F. Craven, New York: Scholars’ Facsimiles & Reprints, 1937), sig. B1v.

Plus tard dans le texte, on pourra simplement indiquer : Robert Gray, A Good Speed to Virginia, C2r.

Pourquoi un tel système ?

early modern printing
“Impressio Librorum” ©The Trustees of the British Museum

Si ces volumes early modern et leurs facsimiles ne font pas usage de la pagination qui nous est familière aujourd’hui (p. 1, p. 2, etc.), c’est à cause de la technique de production utilisée à l’époque. L’impression de volumes nécessitait la reproduction du texte sur des grandes pages que l’on repliait afin d’obtenir un livre.

Pour aller plus loin

Pour en savoir plus, l’on peut consulter le site de l’Université de Warwick pour l’article suivant: https://warwick.ac.uk/fac/arts/english/currentstudents/undergraduate/modules/fulllist/second/en228/citing_eebo_texts/

Il est aussi possible d’en apprendre davantage en parcourant Studying Early Printed Books, 1450-1800 : a Practical Guide (Hoboken: Willey Blackwell, 2019) de Sarah Werner.

Louise McCarthy
Louise McCarthy

« I’d kill for office hours » : entre liberté et angoisse du jour sans fin

Maître-sse de son temps

clock - pen - book
(Credit: Eduardo Olszewski on Unsplash)

Vivre d’enseignement et/ou de recherche a l’avantage inestimable de nous rendre maîtres et maîtresses de notre temps. A l’exception de quelques cours, formations et colloques qui jalonnent nos semaines, nous jouissons d’une délicieuse liberté de structurer notre calendrier (plus ou moins) comme bon nous semble. C’est un luxe, indéniablement. Mais d’aucuns argueraient que cela peut virer au cauchemar : pourquoi ?

Des jours sans fin

book - drowning - hand
Drowning in work (credit: Dim Hou on Unsplash. Edited by Louise McCarthy)

L’ennui, c’est qu’avec des horaires si flous, les frontières de notre journée de travail tendent à s’étirer à l’infini, jusqu’à ce qu’on ne puisse plus vraiment faire la distinction entre thèse, préparation de cours, emails et temps pour soi. J’ai entendu l’autre jour à mon labo ce cri du cœur qui fait le titre du présent billet : « I’d kill for office hours ». En effet, n’ayant personne “sur le dos” pendant la journée, l’on devient soi-même son propre bourreau en s’imposant des horaires improbables et en s’infligeant de multiples tâches qui s’accumulent sans qu’on s’en aperçoive nécessairement. L’on se prend même à répondre à des emails à minuit passé et en toutes circonstances, l’accès instantané au courriel par le biais du smartphone aidant.

Conseils

Heureusement, il n’y a pas besoin d’en venir à de telles extrémités, et l’on peut puiser dans la liste suivante pour trouver un rythme de sorte que notre travail (du Latin « torturer avec le trepalium ») ne nous ramène pas aux origines étymologiques de ce mot dès la thèse. Ce billet propose ainsi de répertorier quelques idées glanées auprès de collègues doctorant-es et jeunes docteur-es :

out of office - sign - sky
“Out of Office” (Credit: Joshua Hoehne on Unsplash. Edited by Louise McCarthy)

  • « I’d kill for office hours » : se fixer des “horaires de bureau” qui permettent de bien délimiter les frontières temporelles de notre journée de travail.
  • « an office? what office? » : dissocier les lieux de travail (salle des doctorant-es, bibliothèque, café-fétiche près de la fac…) et les lieux de temps libre (chez soi, chez sa famille, café où retrouver ses ami-es…).
  • « one thing at a time » : compartimenter le temps dédié à l’enseignement et celui à la recherche, pour ne pas multiplier les heures de préparation de cours au prix de celui pour la recherche. En contrat doctoral, baliser une journée spécialement pour les cours, par exemple.
  • « you’ve got mail » : désinstaller l’application qui donne un accès instantané à ses emails, ou désactiver les notifications.
  • « gimme a break » : s’accorder des moments de pause dans la semaine pour sortir, faire du sport, ou ne rien faire du tout. Et contrairement à ce que beaucoup d’entre nous ont fait en prépa et/ou à l’ENS auparavant, prendre ce temps libre sans culpabiliser.
  • « mens sana in corpore sano » : acheter des légumes et produits à cuisiner, par exemple, plutôt que des plats tout faits – c’est sain pour le corps, et sain pour l’esprit !
  •  « now that’s an idea… » : travailler sur sa charge mentale et s’efforcer de ne pas voir partout du teaching material, une idée de projet de recherche ou un thème de journée d’étude.
  • « we’re all in the same boat » : éviter d’angoisser en permanence à propos de l’après-thèse et cultiver si possible une ambiance bienveillante et conviviale dans son labo.

N’hésitez-pas à partager en commentaire vos propres suggestions!

Louise McCarthy
Louise McCarthy

Obtenir son détachement ou sa mise en disponibilité : un combat rude mais loin d’être perdu d’avance

Vous venez juste d’obtenir un poste d’ATER/de PRAG/un contrat doctoral ? Félicitations ! Il est maintenant temps de vous confronter à l’une des entités les plus terribles que vous aurez l’occasion de rencontrer au cours de votre carrière : le Rectorat.

Dans quelle situation demander un détachement ou une disponibilité ?

Afin de pouvoir prendre votre poste dans le supérieur sans perdre votre statut de professeur certifié ou agrégé, il vous faut obtenir un détachement ou une mise en disponibilité. Le détachement est généralement accordé pour un an (vous devrez donc refaire une demande chaque année, sauf si vous avez un poste fixe comme celui de PRAG) et vous permet de bénéficier du même régime d’avancement d’échelon et de cotisation retraite que les enseignants en poste dans le secondaire. La mise en disponibilité, quant à elle, ne vous permet pas de bénéficier de l’avancement et vous fait cotiser auprès de votre employeur et non de l’éducation nationale. La mise en disponibilité étant généralement accordée pour la durée de votre contrat, vous aurez simplement à notifier votre gestionnaire chaque année début juin que votre contrat court toujours. Le détachement est donc plus avantageux, mais peut aussi s’avérer plus compliqué à obtenir.

Malheureusement, le détachement et la mise en disponibilité ne sont pas de droit : si le rectorat estime avoir besoin de vous, il peut invoquer la nécessité de service pour refuser votre demande. Ces cas sont fréquents dans les académies peu attractives qui manquent de personnel, à savoir l’éternelle trinité Amiens, Créteil, Versailles. Je vous conseille donc vivement de les éviter si vous savez déjà que votre projet est de partir dans le supérieur.

carte des académies de l'éducation nationale
The Dark Trinity (source : note d’information sur l’attractivité des académies, 13/10/12, ministère de l’éducation nationale)

Quand et comment formuler sa demande ?

En théorie, les demandes de détachement et de mise en disponibilité doivent être formulées lors des mutations intra académiques. Dans les faits, le décalage entre les calendriers du secondaire et du supérieur fait que la plupart des demandes sont effectuées en juin ou en juillet, bien après les résultats des mutations intra. Une demande tardive ne signifie en aucun cas un refus assuré : il est possible d’obtenir son détachement ou sa mise en disponibilité fin août ou début septembre. Veillez simplement à informer votre gestionnaire que vous comptez postuler dans le supérieur et à formuler votre demande dès que vous obtenez votre poste afin de montrer votre bonne volonté.

Afin d’effectuer votre demande, il vous faut contacter votre gestionnaire (DPE 11 pour l’anglais), dont l’adresse mail (et parfois le numéro de téléphone) se trouve sur l’organigramme des ressources humaines de votre académie. La procédure consiste généralement à formuler une lettre adressée au recteur qui lui est transmise directement par votre gestionnaire. Il vous est possible de joindre des courriers à l’appui de votre demande. Je vous conseille vivement de demander une lettre à autant de personnes que possible : à la présidence de l’université et la direction de l’UFR ; si vous êtes en doctorat à votre directeur de thèse et la direction de l’école doctorale ; et pourquoi pas même à la présidence de la SAES qui connaît bien ce genre de situation. Le but de ces lettres est de montrer que l’université tient à vous et est prête à se battre pour que vous puissiez prendre votre poste – ces lettres permettent souvent d’échapper au refus initial presque automatique dans certaines académies (je vous laisse deviner lesquelles).

site de l'académie de créteil pour contacter la DPE






Contacter la DPE de Créteil (crédit : site de l’académie de Créteil, capture d’écran par Alice Marion-Ferrand)

En cas de refus, rien n’est perdu : vous pouvez effectuer un recours gracieux (également sous forme de lettre adressée au recteur), une demande de mise en disponibilité si vous aviez demandé un détachement, et même un recours contentieux – à éviter si possible : souvent mal vu, il mène à une procédure au tribunal administratif qui vous demandera de payer un avocat et peut prendre plusieurs mois.

En résumé : les 8 étapes pour obtenir son détachement ou sa mise en disponibilité

  1. Syndiquez-vous. Les syndicats sont de bon conseil et connaissent bien les rouages des différentes académies. Il est aussi possible de les contacter dans être syndiqué ;
  2. Lors des mutations inter académiques : fuir les académies d’Amiens, Créteil et Versailles si possible ;
  3. Lors des mutations intra académiques : demander un poste de TZR et déjà informer le rectorat de son intention de partir dans le supérieur ;
  4. Formuler votre demande auprès du recteur et y joindre le plus de lettres possible en soutien ;
  5. En cas de refus : formuler un recours gracieux, de nouveau avec des lettres à l’appui de votre demande ;
  6. Si vous aviez effectué une demande de détachement : faire une demande de mise en disponibilité ;
  7. En attendant de recevoir une réponse : monter un dossier pour le tribunal administratif. L’idéal est de trouver une personne ayant effectué une demande similaire à la vôtre mais ayant obtenu un avis favorable. Vous pourrez ainsi plaider la rupture d’égalité entre fonctionnaires ;
  8. Traîner le rectorat au tribunal administratif. Ultime recours, qui vous coûtera du temps, de l’argent et probablement le peu de santé mentale qui vous restera à ce stade.

En ce qui me concerne, j’ai effectué ma demande de détachement mi-juillet, auprès du recteur de Créteil, alors que j’avais obtenu un poste fixe en lycée aux mutations intra. Après un refus initial, j’ai effectué un recours gracieux et une demande de mise en disponibilité en parallèle, auxquelles j’ai joint cinq lettres. En deux jours, j’ai obtenu une mise en disponibilité pour la durée de mon contrat doctoral. Je n’ai absolument pas suivi la procédure indiquée mais ai tout de même obtenu gain de cause. Ne désespérez pas : la bataille est âpre, mais vous en sortirez vainqueur. Good luck and may the force be with you!

arrêté de mise en disponibilité
Le Graal : arrêté de mise en disponibilité (crédit : Alice Marion-Ferrand)

Quelques subtilités :

  • La mise en disponibilité pour convenances personnelles ne peut être attribuée qu’à des fonctionnaires titulaires. Si vous souhaitez partir dans le supérieur avant d’avoir effectué votre année de stage, il faudra demander un détachement ;
  • Si vous obtenez un détachement, il débutera en même temps que votre contrat, ce qui signifie que si votre contrat commence après le 1er septembre, vous devrez formuler une demande de mise en disponibilité pour la période entre le 1er septembre et le début de votre contrat.

Potrait de l'autrice, Alice Marion-Ferrand
Alice Marion-Ferrand

 

 

Remercier des communicant(e)s : « fascinating » ou pas « fascinating » ?

« fascinating » : il faut l’admettre, ce mot nous est familier. Après une journée d’étude, un colloque ou un séminaire de recherche, on est poursuivi par l’écho de ce mot-clef. Peut-être l’a-t-on soi-même prononcé. Alors, langue de bois ou authentique signe d’un souffle coupé ?

après la prise de parole: silence et remerciements

Après quelques événements virtuels et en présentiel, j’ai rapidement constaté l’omniprésence du « fascinating » qui semble être de mise pour remercier un(e) communicant(e). La première fois que je l’entendais, j’étais interpellée par la force du mot. Mais à mesure que je l’entendais se répéter d’une rencontre à l’autre, je m’étonnais de sa prévalence.

crowd - cheering - event
(Jaime Lopes on Unsplash)

La doctorante néophyte que je suis n’a pas encore eu l’occasion de participer, ou même d’assister à de si nombreux colloques et autres manifestations scientifiques. Malgré tout, j’ai eu, l’année passée, cet été et en cette rentrée, le loisir d’entendre des chercheurs, jeunes ou expérimentés, se congratuler – généralement avec chaleur et enthousiasme – à l’issue d’une communication.

“fascinating”

En fin de présentation, le terme « fascinating » fleurissait dans les chats zoom, dans les commentaires des organisateurs, ou encore en début de question/remarque. J’observais la même passion pour le terme chez des anglophones que chez des non-anglophones en études anglophones.

fascinating - workspace
“Fascinating” (credit: Andrew Neel on Unsplash; edited by Louise McCarthy)

Il me semblait que le mot, qui doit exprimer une admiration profonde pour un sujet, un objet ou un agent de recherche, perdait un peu de sa puissance à force d’utilisation. Encore relativement étrangère aux pratiques établies dans la profession, je me suis demandé s’il s’agissait d’un terme à l’usage convenu entre initié(e)s ou bien d’une difficulté à trouver un mot juste après avoir été subjugué(e) par une présentation, à recouvrer sa voix après avoir été speechless.

alternatives

postman - mail
Looking for synonyms (credit: Audrey Mari on Unsplash)

Si d’autres comme moi s’interrogent sur les possibilités lexicales qui s’offrent à nous pour remercier un enseignant-chercheur ou un collègue doctorant, voici quelques alternatives auxquelles j’ai songé (et que j’ai occasionnellement entendues à la place du « fascinating » dominant) :

thought-provoking – striking – stimulating – captivating – convincing – compelling – riveting – impressive – arresting – inspiring…

Post-Scriptum: “interesting”

J’ai exclu « interesting » de la liste, mais j’imagine qu’il n’est pas interdit. Bien qu’on admette généralement qu’ « interesting » est un mot creux, il ne paraît plus si insipide dans un monde où il n’y a de place que pour le f-word.

Louise McCarthy
Louise McCarthy
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search