De la synthèse au développement: transformer une communication de 20 minutes en un article/chapitre de 8000 mots

Pour celles et ceux qui, comme moi, n’ont pas de talent particulier pour la synthèse, condenser toutes ses notes et idées en une communication de 20 minutes (et pas une de plus) peut s’avérer assez ardu. Puisqu’il faut se plier à ce format et ne pas franchir la limite des 1200 secondes (s’il s’agit bien d’une communication en 20min), l’on se retrouve naturellement avec un document qui n’excédera pas les 2000 mots.

manuscrit - flamel - alchimie
Nicolas Flamel, Alchimie de Flamel, écrilte en chiffres, en 12 clefs,… (BnF)

Si la communication est suivie d’une publication, il s’agira de développer son texte pour le transformer en article/chapitre plus riche et plus long.  Il se peut qu’on se retrouve alors bien en peine de faire l’exercice dans l’autre sens. Alors comment faire pour faire quadrupler le volume de son texte initialement si compact ? Ce billet propose d’aborder la question d’une transformation alchimique complexe que l’élaboration d’une formule (magique ?) pourra quelque peu faciliter.

[1/3] Aborder la chose

Travailler simultanément sur deux documents. Avec le document d’origine sous les yeux, surligner les passages qui peuvent être développés, explicités ou complétés. Créer un document distinct avec, pour chaque partie, une liste en bullet points des idées qui peuvent être insérées pour chaque passage surligné correspondant.

Technique bichromatique. Utiliser deux couleurs pour visualiser ce qui est d’origine, et ce qui a été ajouté/modifié.

[2/3] Le fond

Reprendre ses notes et brouillons. Faire un état des lieux de ce qu’on avait sacrifié au moment de l’élaboration de la communication de 20min.

Lectures complémentaires. Pour enrichir certains points délaissés plus tôt, identifier quelques articles ou chapitres susceptibles d’éclairer des aspects précis qui peuvent faire l’objet d’un développement supplémentaire.

Du tri. Reprendre les notes du brouillon et celles des lectures supplémentaires, puis les trier par thème.

[3/3] La forme

Le plan. Reprendre son plan et ajouter ou reconfigurer les différentes étapes et sections du texte. Cela peut notamment faire de la place pour les analyses sacrifiées en amont de la communication.

Citations. Compléter les citations coupées au montage pour la communication orale.

Notes de bas de page/bibliographie. Indiquer ses notes de bas de page complètes et bien formatées. Suivre les consignes données par les organisateurices et compléter son papier avec une bibliographie exhaustive, si c’est exigé.

La prose. Renouer avec une prose moins compacte et plus écrite.

Procéder par étapes

blank page - pen
(Credit: Ashley West Edwards on Unsplash)

La perspective d’avoir à quadrupler le volume d’un texte peut être intimidante et nous ramener à une terreur proche de celle éprouvée face à la fameuse page blanche [voir le billet Eviter l’angoisse de la page blanche pendant la rédaction]. Il peut alors être utile d’indiquer quelque part dans son brouillon les étapes à franchir. Mon propre « scoreboard » comprend le nombre de mots initial (2060), le compte actuel (3549), l’objectif sur le court terme (4000) et le but final (8000). Je procède personnellement par paliers de 500 mots, mais chacun-e adaptera bien sûr en fonction de ses capacités, du temps dont il/elle dispose et de l’urgence.

Louise McCarthy
Louise McCarthy

Se repérer dans un volume ‘early modern’ et comprendre sa pagination

early modern facsimile
Facsimile d’un pamphlet jacobéen

L’étude de documents imprimés à la période early modern (ou de facsimiles de ces documents) peut faire émerger des choses un peu cryptiques comme « A », « B2 », « C2r » ou « C3v » quelque part en bas de page. Faire référence à ces pages dans son mémoire/thèse/article/chapitre peut aussi initialement représenter un défi. Dans ce billet, je propose un condensé de ce que j’ai appris avec l’aide de ma directrice et de Dr Tim Eggington, musicologue, Fellow Librarian et Keeper of the Old Library à Queens’ College, Cambridge.

Exemple: Robert Gray, A Good Speed to Virginia (1607)

facsimile text
Facsimile de A Good Speede to Virginia (1607), Robert Gray

Sur la page ci-contre, la lettre « B » sous le texte indique qu’il s’agit du recto de la page B du volume. Pour citer « Then the children of Ioseph said, the Mountaine will/ not be inough for vs » sur cette page, on référencera l’extrait de la manière suivante: sig. B1r. La page qui suit, au verso, ne comporte pas de lettre? Pas de panique, l’on peut quand même y faire référence en indiquant: sig. B1v. Sur la page où l’on trouve B3, l’on indiquera: sig. B3r. La suivante sera sig. B3v, etc.

Une note de bas de page en bonne et due forme dans une thèse ressemblera donc à cela: Robert Gray, A Good Speed to Virginia (ed. Wesley F. Craven, New York: Scholars’ Facsimiles & Reprints, 1937), sig. B1v.

Plus tard dans le texte, on pourra simplement indiquer : Robert Gray, A Good Speed to Virginia, C2r.

Pourquoi un tel système ?

early modern printing
“Impressio Librorum” ©The Trustees of the British Museum

Si ces volumes early modern et leurs facsimiles ne font pas usage de la pagination qui nous est familière aujourd’hui (p. 1, p. 2, etc.), c’est à cause de la technique de production utilisée à l’époque. L’impression de volumes nécessitait la reproduction du texte sur des grandes pages que l’on repliait afin d’obtenir un livre.

Pour aller plus loin

Pour en savoir plus, l’on peut consulter le site de l’Université de Warwick pour l’article suivant: https://warwick.ac.uk/fac/arts/english/currentstudents/undergraduate/modules/fulllist/second/en228/citing_eebo_texts/

Il est aussi possible d’en apprendre davantage en parcourant Studying Early Printed Books, 1450-1800 : a Practical Guide (Hoboken: Willey Blackwell, 2019) de Sarah Werner.

Louise McCarthy
Louise McCarthy

« I’d kill for office hours » : entre liberté et angoisse du jour sans fin

Maître-sse de son temps

clock - pen - book
(Credit: Eduardo Olszewski on Unsplash)

Vivre d’enseignement et/ou de recherche a l’avantage inestimable de nous rendre maîtres et maîtresses de notre temps. A l’exception de quelques cours, formations et colloques qui jalonnent nos semaines, nous jouissons d’une délicieuse liberté de structurer notre calendrier (plus ou moins) comme bon nous semble. C’est un luxe, indéniablement. Mais d’aucuns argueraient que cela peut virer au cauchemar : pourquoi ?

Des jours sans fin

book - drowning - hand
Drowning in work (credit: Dim Hou on Unsplash. Edited by Louise McCarthy)

L’ennui, c’est qu’avec des horaires si flous, les frontières de notre journée de travail tendent à s’étirer à l’infini, jusqu’à ce qu’on ne puisse plus vraiment faire la distinction entre thèse, préparation de cours, emails et temps pour soi. J’ai entendu l’autre jour à mon labo ce cri du cœur qui fait le titre du présent billet : « I’d kill for office hours ». En effet, n’ayant personne “sur le dos” pendant la journée, l’on devient soi-même son propre bourreau en s’imposant des horaires improbables et en s’infligeant de multiples tâches qui s’accumulent sans qu’on s’en aperçoive nécessairement. L’on se prend même à répondre à des emails à minuit passé et en toutes circonstances, l’accès instantané au courriel par le biais du smartphone aidant.

Conseils

Heureusement, il n’y a pas besoin d’en venir à de telles extrémités, et l’on peut puiser dans la liste suivante pour trouver un rythme de sorte que notre travail (du Latin « torturer avec le trepalium ») ne nous ramène pas aux origines étymologiques de ce mot dès la thèse. Ce billet propose ainsi de répertorier quelques idées glanées auprès de collègues doctorant-es et jeunes docteur-es :

out of office - sign - sky
“Out of Office” (Credit: Joshua Hoehne on Unsplash. Edited by Louise McCarthy)

  • « I’d kill for office hours » : se fixer des “horaires de bureau” qui permettent de bien délimiter les frontières temporelles de notre journée de travail.
  • « an office? what office? » : dissocier les lieux de travail (salle des doctorant-es, bibliothèque, café-fétiche près de la fac…) et les lieux de temps libre (chez soi, chez sa famille, café où retrouver ses ami-es…).
  • « one thing at a time » : compartimenter le temps dédié à l’enseignement et celui à la recherche, pour ne pas multiplier les heures de préparation de cours au prix de celui pour la recherche. En contrat doctoral, baliser une journée spécialement pour les cours, par exemple.
  • « you’ve got mail » : désinstaller l’application qui donne un accès instantané à ses emails, ou désactiver les notifications.
  • « gimme a break » : s’accorder des moments de pause dans la semaine pour sortir, faire du sport, ou ne rien faire du tout. Et contrairement à ce que beaucoup d’entre nous ont fait en prépa et/ou à l’ENS auparavant, prendre ce temps libre sans culpabiliser.
  • « mens sana in corpore sano » : acheter des légumes et produits à cuisiner, par exemple, plutôt que des plats tout faits – c’est sain pour le corps, et sain pour l’esprit !
  •  « now that’s an idea… » : travailler sur sa charge mentale et s’efforcer de ne pas voir partout du teaching material, une idée de projet de recherche ou un thème de journée d’étude.
  • « we’re all in the same boat » : éviter d’angoisser en permanence à propos de l’après-thèse et cultiver si possible une ambiance bienveillante et conviviale dans son labo.

N’hésitez-pas à partager en commentaire vos propres suggestions!

Louise McCarthy
Louise McCarthy

Obtenir son détachement ou sa mise en disponibilité : un combat rude mais loin d’être perdu d’avance

Vous venez juste d’obtenir un poste d’ATER/de PRAG/un contrat doctoral ? Félicitations ! Il est maintenant temps de vous confronter à l’une des entités les plus terribles que vous aurez l’occasion de rencontrer au cours de votre carrière : le Rectorat.

Dans quelle situation demander un détachement ou une disponibilité ?

Afin de pouvoir prendre votre poste dans le supérieur sans perdre votre statut de professeur certifié ou agrégé, il vous faut obtenir un détachement ou une mise en disponibilité. Le détachement est généralement accordé pour un an (vous devrez donc refaire une demande chaque année, sauf si vous avez un poste fixe comme celui de PRAG) et vous permet de bénéficier du même régime d’avancement d’échelon et de cotisation retraite que les enseignants en poste dans le secondaire. La mise en disponibilité, quant à elle, ne vous permet pas de bénéficier de l’avancement et vous fait cotiser auprès de votre employeur et non de l’éducation nationale. La mise en disponibilité étant généralement accordée pour la durée de votre contrat, vous aurez simplement à notifier votre gestionnaire chaque année début juin que votre contrat court toujours. Le détachement est donc plus avantageux, mais peut aussi s’avérer plus compliqué à obtenir.

Malheureusement, le détachement et la mise en disponibilité ne sont pas de droit : si le rectorat estime avoir besoin de vous, il peut invoquer la nécessité de service pour refuser votre demande. Ces cas sont fréquents dans les académies peu attractives qui manquent de personnel, à savoir l’éternelle trinité Amiens, Créteil, Versailles. Je vous conseille donc vivement de les éviter si vous savez déjà que votre projet est de partir dans le supérieur.

carte des académies de l'éducation nationale
The Dark Trinity (source : note d’information sur l’attractivité des académies, 13/10/12, ministère de l’éducation nationale)

Quand et comment formuler sa demande ?

En théorie, les demandes de détachement et de mise en disponibilité doivent être formulées lors des mutations intra académiques. Dans les faits, le décalage entre les calendriers du secondaire et du supérieur fait que la plupart des demandes sont effectuées en juin ou en juillet, bien après les résultats des mutations intra. Une demande tardive ne signifie en aucun cas un refus assuré : il est possible d’obtenir son détachement ou sa mise en disponibilité fin août ou début septembre. Veillez simplement à informer votre gestionnaire que vous comptez postuler dans le supérieur et à formuler votre demande dès que vous obtenez votre poste afin de montrer votre bonne volonté.

Afin d’effectuer votre demande, il vous faut contacter votre gestionnaire (DPE 11 pour l’anglais), dont l’adresse mail (et parfois le numéro de téléphone) se trouve sur l’organigramme des ressources humaines de votre académie. La procédure consiste généralement à formuler une lettre adressée au recteur qui lui est transmise directement par votre gestionnaire. Il vous est possible de joindre des courriers à l’appui de votre demande. Je vous conseille vivement de demander une lettre à autant de personnes que possible : à la présidence de l’université et la direction de l’UFR ; si vous êtes en doctorat à votre directeur de thèse et la direction de l’école doctorale ; et pourquoi pas même à la présidence de la SAES qui connaît bien ce genre de situation. Le but de ces lettres est de montrer que l’université tient à vous et est prête à se battre pour que vous puissiez prendre votre poste – ces lettres permettent souvent d’échapper au refus initial presque automatique dans certaines académies (je vous laisse deviner lesquelles).

site de l'académie de créteil pour contacter la DPE






Contacter la DPE de Créteil (crédit : site de l’académie de Créteil, capture d’écran par Alice Marion-Ferrand)

En cas de refus, rien n’est perdu : vous pouvez effectuer un recours gracieux (également sous forme de lettre adressée au recteur), une demande de mise en disponibilité si vous aviez demandé un détachement, et même un recours contentieux – à éviter si possible : souvent mal vu, il mène à une procédure au tribunal administratif qui vous demandera de payer un avocat et peut prendre plusieurs mois.

En résumé : les 8 étapes pour obtenir son détachement ou sa mise en disponibilité

  1. Syndiquez-vous. Les syndicats sont de bon conseil et connaissent bien les rouages des différentes académies. Il est aussi possible de les contacter dans être syndiqué ;
  2. Lors des mutations inter académiques : fuir les académies d’Amiens, Créteil et Versailles si possible ;
  3. Lors des mutations intra académiques : demander un poste de TZR et déjà informer le rectorat de son intention de partir dans le supérieur ;
  4. Formuler votre demande auprès du recteur et y joindre le plus de lettres possible en soutien ;
  5. En cas de refus : formuler un recours gracieux, de nouveau avec des lettres à l’appui de votre demande ;
  6. Si vous aviez effectué une demande de détachement : faire une demande de mise en disponibilité ;
  7. En attendant de recevoir une réponse : monter un dossier pour le tribunal administratif. L’idéal est de trouver une personne ayant effectué une demande similaire à la vôtre mais ayant obtenu un avis favorable. Vous pourrez ainsi plaider la rupture d’égalité entre fonctionnaires ;
  8. Traîner le rectorat au tribunal administratif. Ultime recours, qui vous coûtera du temps, de l’argent et probablement le peu de santé mentale qui vous restera à ce stade.

En ce qui me concerne, j’ai effectué ma demande de détachement mi-juillet, auprès du recteur de Créteil, alors que j’avais obtenu un poste fixe en lycée aux mutations intra. Après un refus initial, j’ai effectué un recours gracieux et une demande de mise en disponibilité en parallèle, auxquelles j’ai joint cinq lettres. En deux jours, j’ai obtenu une mise en disponibilité pour la durée de mon contrat doctoral. Je n’ai absolument pas suivi la procédure indiquée mais ai tout de même obtenu gain de cause. Ne désespérez pas : la bataille est âpre, mais vous en sortirez vainqueur. Good luck and may the force be with you!

arrêté de mise en disponibilité
Le Graal : arrêté de mise en disponibilité (crédit : Alice Marion-Ferrand)

Quelques subtilités :

  • La mise en disponibilité pour convenances personnelles ne peut être attribuée qu’à des fonctionnaires titulaires. Si vous souhaitez partir dans le supérieur avant d’avoir effectué votre année de stage, il faudra demander un détachement ;
  • Si vous obtenez un détachement, il débutera en même temps que votre contrat, ce qui signifie que si votre contrat commence après le 1er septembre, vous devrez formuler une demande de mise en disponibilité pour la période entre le 1er septembre et le début de votre contrat.

Potrait de l'autrice, Alice Marion-Ferrand
Alice Marion-Ferrand

 

 

Remercier des communicant(e)s : « fascinating » ou pas « fascinating » ?

« fascinating » : il faut l’admettre, ce mot nous est familier. Après une journée d’étude, un colloque ou un séminaire de recherche, on est poursuivi par l’écho de ce mot-clef. Peut-être l’a-t-on soi-même prononcé. Alors, langue de bois ou authentique signe d’un souffle coupé ?

après la prise de parole: silence et remerciements

Après quelques événements virtuels et en présentiel, j’ai rapidement constaté l’omniprésence du « fascinating » qui semble être de mise pour remercier un(e) communicant(e). La première fois que je l’entendais, j’étais interpellée par la force du mot. Mais à mesure que je l’entendais se répéter d’une rencontre à l’autre, je m’étonnais de sa prévalence.

crowd - cheering - event
(Jaime Lopes on Unsplash)

La doctorante néophyte que je suis n’a pas encore eu l’occasion de participer, ou même d’assister à de si nombreux colloques et autres manifestations scientifiques. Malgré tout, j’ai eu, l’année passée, cet été et en cette rentrée, le loisir d’entendre des chercheurs, jeunes ou expérimentés, se congratuler – généralement avec chaleur et enthousiasme – à l’issue d’une communication.

“fascinating”

En fin de présentation, le terme « fascinating » fleurissait dans les chats zoom, dans les commentaires des organisateurs, ou encore en début de question/remarque. J’observais la même passion pour le terme chez des anglophones que chez des non-anglophones en études anglophones.

fascinating - workspace
“Fascinating” (credit: Andrew Neel on Unsplash; edited by Louise McCarthy)

Il me semblait que le mot, qui doit exprimer une admiration profonde pour un sujet, un objet ou un agent de recherche, perdait un peu de sa puissance à force d’utilisation. Encore relativement étrangère aux pratiques établies dans la profession, je me suis demandé s’il s’agissait d’un terme à l’usage convenu entre initié(e)s ou bien d’une difficulté à trouver un mot juste après avoir été subjugué(e) par une présentation, à recouvrer sa voix après avoir été speechless.

alternatives

postman - mail
Looking for synonyms (credit: Audrey Mari on Unsplash)

Si d’autres comme moi s’interrogent sur les possibilités lexicales qui s’offrent à nous pour remercier un enseignant-chercheur ou un collègue doctorant, voici quelques alternatives auxquelles j’ai songé (et que j’ai occasionnellement entendues à la place du « fascinating » dominant) :

thought-provoking – striking – stimulating – captivating – convincing – compelling – riveting – impressive – arresting – inspiring…

Post-Scriptum: “interesting”

J’ai exclu « interesting » de la liste, mais j’imagine qu’il n’est pas interdit. Bien qu’on admette généralement qu’ « interesting » est un mot creux, il ne paraît plus si insipide dans un monde où il n’y a de place que pour le f-word.

Louise McCarthy
Louise McCarthy

Financer sa thèse avec un contrat doctoral : le graal à portée de main ?

Avant de se lancer corps et âme dans la recherche, la première question qui nous vient souvent à l’esprit est la suivante : comment financer sa thèse ? Le contrat doctoral apparaît alors comme une option particulièrement attrayante.

Le contrat doctoral, késako ? 


Il s’agit d’un contrat de travail d’une durée de trois ans (en général), permettant au doctorant de vivre une première expérience professionnelle en tant que chercheur en produisant, dans les meilleures conditions possibles, un travail de recherche au sein d’un laboratoire. Le contrat doctoral peut aussi inclure d’autres tâches que l’activité de recherche comme un service d’enseignement, des missions de conseil ou d’expertise pour les entreprises, ou encore des missions d
e diffusion de l’information scientifique et technique ou de valorisation de la recherche. Merveilleux, n’est-ce pas ? « Où est le problème ? » me direz-vous. Eh bien il faut savoir qu’un contrat doctoral ne s’obtient pas en claquant des doigts. Mais pas de panique, vous trouverez dans ce billet quelques conseils afin de vous guider dans votre démarche.

Puisqu’il s’agit d’une possibilité de financement particulièrement intéressante, il n’est pas surprenant qu’elle soit difficile à obtenir. Cependant, difficile ne veut pas dire impossible. 

En raison du nombre restreint de postes, notamment en sciences humaines et sociales, et de son haut niveau d’exigence, le contrat doctoral appelle à une préparation particulière. En effet, votre candidature doit être élaborée avec soin et rigueur, afin de mettre toutes les chances de votre côté. Vous pouvez soit poser votre candidature dans les six mois qui suivent votre inscription en première année de doctorat (et pas un mois de plus !), soit la poser avant votre inscription en première année, d’où la nécessité de prendre le temps de réaliser votre projet de thèse ! 

Gardez à l’esprit, par ailleurs, qu’un bon dossier ne se prépare pas un an à l’avance seulement. Au contraire, c’est un travail de longue haleine, comme la préparation à un marathon par exemple. Il est important, dès votre première année d’études supérieures, de vous atteler à une ‘mise en beauté’ de votre CV. Il est vrai que l’on n’a pas forcément conscience de vouloir se lancer en thèse – et donc candidater à un contrat doctoral – des années à l’avance, d’où le principe du ‘on ne sait jamais’, pour ne rien regretter ensuite. Vos expériences professionnelles, diplômes, concours, stages, participations à des manifestations scientifiques seront autant d’atouts dans votre CV pour vous démarquer. Attention, pour poser une candidature auprès d’une école doctorale, il faut nécessairement que le centre de recherche auquel vous souhaitez être rattaché fasse partie de l’école doctorale en question (logique, me direz-vous) !

Comment faire partie des heureux élus ?

Vous devez forcément présenter un dossier universitaire de (très) bonne qualité – gardez précieusement vos relevés de notes, ces derniers vous seront demandés. Si vous êtes passés par la case CPGE (Classes Préparatoires aux Grandes Écoles) c’est encore mieux – mais pas nécessaire. Avoir obtenu des diplômes avec mention, ainsi qu’être lauréat de concours nationaux (l’agrégation par exemple) est également important pour montrer au jury votre rigueur, votre capacité de travail et votre détermination.

La candidature à un contrat doctoral consiste en un petit dossier présentant votre projet de thèse, en insistant sur la pertinence de votre problématique, le choix de votre corpus, la cohérence de la méthodologie adoptée avec votre sujet, ainsi que la précision de votre cadre théorique.

Votre dossier doit être original et percutant pour retenir l’attention du jury. Dans la majorité des situations, le projet que vous allez présenter découlera de votre mémoire de recherche de M2 (c’est d’ailleurs un critère apprécié par les écoles doctorales au moment de la sélection. La note obtenue au mémoire sera prise en compte également ! Attention, certaines écoles affichent une ‘note plancher’ pour pouvoir ne serait-ce que candidater à un contrat, renseignez-vous bien sur la question). Votre directeur de thèse, très souvent votre ancien directeur de mémoire, est là pour vous épauler dans la préparation de votre dossier : vous devez le/la voir comme un soutien (et ce tout au long de votre parcours de thèse) ! Il va de soi qu’avant de vous lancer dans la rédaction de votre projet, vous devrez avoir convaincu votre directeur de sa pertinence. Mon conseil : parlez-en avec lui/elle au moins un an à l’avance (surtout si vous pensez poursuivre sur la lancée de votre mémoire).

Enfin (fun part), prévoyez suffisamment de temps pour rassembler les pièces demandées au dossier pour ne pas être pris de court. 

Si votre dossier retient l’attention du jury…

 Vous serez sélectionné pour passer une audition face au conseil de l’école doctorale. Elle se déroule en deux étapes : vous aurez dix minutes pour faire un exposé et le jury aura ensuite dix minutes pour vous poser des questions.

Le conseil de l’école doctorale est composé d’enseignants-chercheurs faisant partie des différents centres de recherche de l’école doctorale mais aussi des représentants des doctorants élus pour deux ans.

Entraînez-vous à l’oral avec vos amis, votre famille, votre chat, mais surtout avec votre directeur de thèse pour votre exposé ainsi que pour les dix minutes de questions. Vous devez vous préparer à devoir justifier votre bibliographie, votre cadre théorique ainsi que vos choix méthodologiques, mais aussi à répondre à des questions d’ordre plus général.

Les résultats des candidatures tombent généralement le lendemain de l’audition, voire le jour même. Il existe trois cas de figures : dans le meilleur des cas votre candidature est retenue (bravo), elle peut aussi être sur liste d’attente, ou être définitivement rejetée. Il y a une liste d’attente car il est fréquent pour les candidats agrégés et certifiés, dépendants donc de leur rectorat d’affectation, de ne pas obtenir de mise en disponibilité ou de détachement. Contraints de se rendre à leur établissement d’affectation en septembre et donc d’abandonner leur contrat doctoral, la première personne placée sur la liste d’attente reçoit le contrat.

en bref…

Candidater à un contrat doctoral n’est pas un sprint, cela prend du temps et de l’énergie. N’hésitez jamais à partager vos projets avec votre entourage universitaire afin d’obtenir des retours, ou à demander conseil à d’anciens doctorants qui sont passés par la même épreuve du contrat doctoral. 

Finalement, croyez en vous et en votre projet et montrez à la communauté scientifique pourquoi vous et pas un.e autre !

(all pictures from Unsplash)

Ines Ettaoui
Inès Ettaoui

Comment optimiser un séjour de recherche dans des archives ou en bibliothèque ?

 

Les séjours de recherche restent pour l’instant assez compromis, mais rien de nous empêche de nous préparer à leur retour…

Préparer son séjour

Il est important de prévoir combien de temps vous aurez à passer dans les bibliothèques ou archives, pour collecter les données dont vous avez besoin. Pour les bibliothèques, les catalogues en ligne permettent de localiser les ouvrages, et on trouve généralement dans leurs descriptions le nombre de page de chaque volume, ce qui peut aider à anticiper le temps qu’il faudra passer à les consulter. Certains ouvrages anciens doivent être conservés dans des conditions particulières, et il est parfois nécessaire de les réserver plusieurs jours à l’avance afin qu’ils puissent être acheminés en salle de lecture. Mieux vaut donc vérifier les conditions d’accès aux documents, pour ne pas se retrouver à perdre un ou plusieurs jours sur place.

Pour l’aspect pratique, pensez à vérifier les démarches éventuelles à faire à votre première arrivée : par exemple, à la British Library, il faut créer une carte de lecteur(gratuite lorsqu’on fait de la recherche), ce qui prend un peu de temps le premier jour. À la Chawton House Library, une bibliothèque spécialisée dans les écrits féminins de la première modernité dans un magnifique cadre rural, il est nécessaire de prendre rendez-vous et de réserver les ouvrages à l’avance, pour être accueilli·e personnellement et amené·e dans la petite salle de lecture au cœur d’un musée sur Jane Austen. Attention aussi aux horaires, certaines bibliothèques ferment ou ont des horaires réduits le weekend. Selon l’endroit où vous allez, vérifiez aussi à tout hasard le calendrier des fêtes nationales. (Petite pensée pour cette tentative de visite à la bibliothèque universitaire de Bâle, un jour parfaitement banal en France qui s’est avéré être férié en Suisse. Je ne faisais pas la fière dans mon train de retour vers Strasbourg.)

L’aspect financier

Les voyages pour travailler en archives lointaines peuvent être coûteux, entre les trajets, l’hébergement, et la vie sur place. Il est possible de postuler à des bourses qui financeront en partie ou totalement vos frais, il est donc toujours utile de jeter un œil aux opportunités de financements (nous tenons une veille des bourses sur ce carnet, et tous les réseaux sont bons à utiliser).

Une autre possibilité est de coupler le séjour en archives à une communication dans un colloque, car bien souvent votre école doctorale et/ou votre unité de recherche pourront contribuer aux frais de déplacement. Si les frais d’hébergement et de bouche hors colloque ne seront peut-être pas pris en charge, il est déjà bien appréciable de ne pas avoir à payer l’intégralité des trajets.

Sur place

Photo by Sigmund on Unsplash

Une fois sur place, à la bonne heure et les documents en main, reste la manière de procéder pour récolter les données utiles. Il faut savoir que certaines bibliothèques et archives n’autorisent pas les stylos, mais il est en général possible d’emporter un crayon à papier et son ordinateur. Si c’est possible, prendre des photos permet de pouvoir reporter à plus tard le travail de précision et de collecter toute la matière brute dont on peut avoir besoin. Si vous avez des montagnes de documents à analyser, pensez à inclure dans le cadre de vos photos tout ce qui permet d’identifier chaque document et à écrire la référence dans le titre. Ce serait dommage, plusieurs semaines ou mois plus tard, de ne plus savoir ce qui est quoi, et de pester en vain contre votre past self pour sa négligence… Mieux vaut certainement d’ailleurs récolter plus de donner que pas assez, quitte à ne pas tout utiliser immédiatement. Ce qui peut paraître superflu au début se révélera peut-être précieux plus tard.

Et enfin, même si le temps vous manque, profitez de ces moments dans la sérénité des bibliothèques et de ce qu’offre l’endroit où vous vous trouvez, on n’a pas tous les jours l’occasion de flâner dans la campagne du Hampshire. Enjoy!

Juliette-Misset
Juliette Misset

 

La recherche aux temps du coronavirus

 

Depuis le premier confinement de mars 2020, l’accès aux ressources pour la recherche est difficile, et variable selon le niveau de restrictions là où l’on se trouve—et là où se trouvent les ressources.


Photo by Alfons Morales on Unsplash

Liste non-exhaustive (et bilingue) de ressources en ligne à exploiter

 

La liste sera mise à jour à mesure que nous prenons connaissance de tout ce qui peut être à portée de clic !

 

Juliette-Misset
Juliette Misset

Comment lutter contre la fatigue face aux écrans ?

On n’échappe pas aux écrans, a fortiori en temps de pandémie, quand le moindre séminaire se tient sur zoom et que nombre d’ouvrages doivent être lus sous format électronique. Alors comment faire pour reposer ses yeux et s’épargner des migraines ?

screen - dark
Photo by JD X on Unsplash.

Avec les séminaires sur zoom, la lecture d’articles en pdf et la rédaction sur word, les heures passées face à un écran s’accumulent et mettent nos rétines à l’épreuve. Pour leur donner un peu de répit, voici quelques astuces qui m’ont été utiles dans mes recherches et ma préparation de cours.

Echapper à l’écran

tea - books - cake
“British Identities and English Renaissance Literature” en format papier – merci la University Library de Cambridge (credit: Louise McCarthy)

Naturellement, alterner les tâches avec et sans écran permettra de soulager ses yeux. Après un séminaire en ligne par exemple, il peut être bon de se lancer dans une lecture d’ouvrage papier, une balade, du rangement. Au moment de faire des pauses en journée ou avant d’aller dormir, vos rétines vous seront probablement reconnaissantes d’éviter séries, jeux-vidéo et téléphone.

Lire les pdf autrement

kindle - glasses - read
“Seeing and Overseeing the Map” en pdf sur la liseuse & lunettes anti-lumière bleue (credit: Louise McCarthy)

En temps de pandémie, l’accès aux livres est plus compliqué (pensée émue pour les livres qui attendent, tristes, qu’on les arrache à leur étagère poussiéreuse) et l’on peut se retrouver condamné.e à lire des articles et chapitres en pdf sur son ordinateur à longueur de journée. Pour remédier à cette situation, vous pouvez vous envoyer ces pdf sur une liseuse si vous en possédez une, et surligner ce qui vous intéresse directement sur celle-ci. Si le kindle est pour vous un monstre de l’ère du numérique, une menace pour le-livre-le-vrai, vous trouverez peut-être de la consolation dans l’idée que le kindle vous épargnera la laborieuse lecture de pdf. Si vous ne possédez pas de liseuse, vous pouvez toujours opter pour la lecture de pdf automatique à haute voix que certaines applications permettent! 

Si l’on ne peut pas échapper à l’écran : ménager ses yeux.

work - laptop - dark
Photo by Rishabh Pammi on Unsplash

It’s not rocket science, mais on ne le dira jamais assez: regarder un écran trop longtemps et de trop près fatigue les yeux. Pour les reposer, il est utile  de régulièrement fixer son regard ailleurs (mur, plafond, dehors, tout fera l’affaire) au moins une fois toutes les quinze minutes. Travailler dans une pièce bien éclairée mais sans source de lumière trop violente (éclairage au néon ou lumière de midi éclatante qui se déverse par la fenêtre) pourra aussi soulager vos yeux. L’on peut aussi installer des logiciels tels que « f.lux » qui jouent sur les contrastes de lumière et atténuent leur virulence.

Se protéger contre la lumière bleue.

néon - lumière - night
Photo by Nick Fewings on Unsplash

Les lunettes anti-lumière bleue, qu’on peut se procurer en ligne, permettent comme leur nom l’indique d’adoucir les effets de la lumière bleue diffusée par l’écran que vous regardez. Il est aussi possible de fixer une vitre anti-lumière bleue à son écran pour filtrer cette partie du spectre lumineux. La science ne permet pas de garantir à 100% l’efficacité de ces techniques, mais elle peut être un complément utile à d’autres précautions.

Louise McCarthy
Louise McCarthy

Où trouver des call for papers (CFP) pour communiquer ?

Vous avez envie de communiquer mais ne savez pas par où commencer ?  Voici quelques liens pour trouver des CFP (call for papers) pertinents pour les études anglo-américaines des XVIIe et XVIIIe siècles !

Votre unité de recherche et votre école doctorale

Pour une première communication, il est souvent plus rassurant de jouer à domicile. Vous pouvez ainsi consulter régulièrement les messages envoyés par vos unités de recherche et vos écoles doctorales afin de vous renseigner sur l’actualité de la recherche au sein de votre université. Ces instances envoient également souvent des emails permettant de se tenir au courant des journées d’études à venir, ainsi que des appels à communication, parfois réservés aux doctorants. 

Les sociétés savantes

Image Unsplash

Si vous avez adhéré à la SEAA 17-18, vous êtes automatiquement abonnés à sa newsletter, qui indique, mensuellement, les événements qui marquent notre champ de recherche. On y trouve notamment une section CFP ! En rejoignant la SAES ou l’AFEA, selon que vous soyez américaniste ou angliciste, vous pourrez également bénéficier de l’abonnement à la messagerie, où les collègues diffusent de nombreux appels à communication. Il peut également être utile d’adhérer à des sociétés savantes plus spécifiques, portant précisément sur votre sujet, afin d’obtenir les informations que vous cherchez. A l’international, on peut notamment glaner des appels auprès de la European Society for Studying English, de la British Society for  Eighteenth Studies ou de son équivalent américain, the American Society for Eighteenth Studies.

Les sites internet

Le site internet de Fabula fourmille de CFP portant avant tout sur les études littéraires. Celui de Calenda comprend de multiples opportunités pour ceux qui étudient l’histoire, la sociologie ou encore l’éducation et le langage. Si vous cherchez à communiquer dans un pays anglophone, l’université de Pennsylvanie dispose d’un site recueillant les appels internationaux. On peut trier les CFP par catégorie, ce qui demeure très précieux.

Afin de ne pas manquer l’opportunité idéale, vous pouvez par exemple décider de réserver un après-midi par mois à la veille des CFP, ce qui vous laissera le loisir d’y répondre sereinement ! 

Amélie Derome
Amélie Derome

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search