Agenda artistique – Festival d’Avignon 2024

Du 29 juin au 21 juillet a lieu la 78e édition du plus grand festival de théâtre en France, le Festival d’Avignon. Après l’anglais en 2023, c’est la langue espagnole et la culture hispanique qui sont célébrées lors de cette édition. S’il n’est donc pas étonnant de retrouver Don Quichotte dans de nombreux spectacles et films en lien avec la première modernité au programme du IN (le programme du OFF devrait sortir en juin), l’ingénieux hidalgo n’est pas la seule figure centrale de nos corpus mise à l’honneur cette année : Richard III sera également présent.

Visuel de la 78e édition du Fesrival d'Avignon
Visuel de la 78e édition du Festival d’Avignon, capture d’écran réalisée à partir du site officiel © Festival d’Avignon

Pour réserver vos places, rendez-vous sur le site officiel du Festival. Les places de cinéma sont à 7€50, les places de théâtre à 10€ avec la carte 3 clés, qui coûte 1€ pour les étudiants. Le tarif normal est de 30€. N’hésitez pas à appeler la billetterie s’il ne reste plus de places en ligne, il y a généralement des quotas définis pour chaque mode de vente.

Quichotte

Après Le Songe d’une nuit d’été lors de l’édition 2023, le metteur en scène Gwenaël Morin revient avec une « variation libre » sur un autre classique de la littérature de la première modernité. Gwenaël Morin livre ici le deuxième spectacle de son projet Démonter les remparts pour finir le pont, qui doit courir sur quatre éditions du Festival.

Du lundi 1er juillet au samedi 20 juillet, Jardin de la rue de Mons, Maison Jean Vilar (où avait déjà été représenté son Songe)

Honor de cavallería

Honor de cavallería © Albert Serra
Honor de cavallería © Albert Serra

En parallèle du spectacle de Gwenaël Morin, le film Honor de cavallería d’Albert Serra, lui aussi en lien avec le Quichotte, est projeté au cinéma Utopia dans le cadre du programme Territoires cinématographiques du Festival, qui a pour vocation d’être un espace de dialogue entre le spectacle vivant et le cinéma. Sorti en 2006, le film part d’une question : « Et si le Quichotte n’existait pas ? ».

Jeudi 4 juillet à 15h, cinéma Utopia-Manutention

Juana ficción

Également en lien avec le Siècle d’or espagnol est programmé un spectacle de danse créé par La Ribot et Asier Puga, qui met en scène la figure de Jeanne Ire de Castille, dite Jeanne la Folle, mère de Charles Quint. En 1992, La Ribot avait déjà consacré une pièce à cette reine méconnue de l’histoire espagnole, El triste que nunca os vido. Elle revient trente ans plus tard sur cette figure tragique, source d’inspiration cette fois d’un spectacle de danse et de musique qui entend lui redonner une voix.

Du mercredi 3 juillet au dimanche 7 juillet, Cloître des Célestins

Història d’un senglar (o alguna cosa de Ricard)

Història d'un senglar (o alguna cosa de Ricard), Gabriel Calderón © Felipe Mena
Història d’un senglar (o alguna cosa de Ricard), Gabriel Calderón © Felipe Mena

Le spectacle suivant sort de Don Quichotte mais reste dans la sphère hispanique : il s’agit d’une adaptation de Richard III de Shakespeare mise en scène par Gabriel Calderón. Dans ce seul-en-scène, l’acteur Joan Carreras incarne à la fois Richard III et l’acteur qui le joue, pour qui ce rôle représente une véritable opportunité de voir sa carrière décoller.

Du vendredi 12 juillet au dimanche 21 juillet, Théâtre Benoît-XII

The Lost king

En lien avec Richard III est projeté le film The Lost King (2022) de Stephen Frears, histoire romancée de la découverte de l’emplacement de la dépouille de Richard III par Philippa Langley en 2012.

Lundi 15 juillet à 15h, cinéma Utopia-Manutention

Et aussi : Liberté, d’Albert Serra

Un dernier évènement qui a trait à la première modernité est le film Liberté, également réalisé par Albert Serra. Ce film de 2019, inspiré de l’œuvre du Marquis de Sade, met en scène les aventures de libertins expulsés de la cour de Louis XVI.

Jeudi 4 juillet à 18h, cinéma Utopia-Manutention

Potrait de l'autrice, Alice Marion-Ferrand
Alice Marion-Ferrand

Agenda artistique – Montpellier

Théâtre des 13 Vents (Centre Dramatique National), Domaine de Grammont, 34965 Montpellier et Théâtre la Vignette, Université Paul-Valéry Montpellier 3, 245 Avenue du Val de Montferrand, 34090 – Saison 2023-2024

Institut Ophélie

Du 7 au 20 décembre, le Centre Dramatique National des 13 Vents (déjà présenté dans un agenda artistique précédent) reprend son spectacle Institut Ophélie, inspiré par la figure shakespearienne d’Ophélie et déjà présenté aux 13 Vents à l’automne 2023. L’écriture d’Olivier Saccomano et la mise en scène de Nathalie Garraud étant en mouvement constant, le spectacle promet d’avoir bien évolué depuis ses premières représentations il y a un an – d’autant plus que le spectacle a tourné dans toute la France au printemps 2023.

7 au 20 décembre au Théâtre des 13 Vents

Juliette et Roméo sont morts

La saison des 13 Vents accueille un second spectacle en lien avec la première modernité : Juliette et Roméo sont morts, inspiré de Shakespeare. Le spectacle est co-accueilli par les 13 Vents et le théâtre de la Vignette, situé sur le campus Route de Mende de l’Université Paul-Valéry Montpellier 3 et étant une entité de son Centre Culturel Universitaire. La Vignette propose des tarifs étudiants à 10€ et des abonnements (appelés “laissez-passer”) à l’année pour 10€ permettant de payer chaque spectacle 2€.

Le spectacle de Céline Champinot met en scène trois acteurs d’une quarantaine d’années qui sont hantés par le Roméo et Juliette qu’ils ont joué lorsqu’ils avaient 14 ans.

27 & 28 mars à la Vignette

Potrait de l'autrice, Alice Marion-Ferrand
Alice Marion-Ferrand

Agenda artistique – Montpellier

Domaine d’O, 178 rue de la Carriérasse, 34090 Montpellier – Saison 2023-2024

Le Domaine d’O est un domaine d’art et de spectacles situé au nord-ouest de Montpellier. L’endroit se compose d’une pinède, une folie (maison de plaisance construite au 18e siècle) et plusieurs lieux de spectacle, notamment le théâtre Jean-Claude Carrière qui peut accueillir 600 spectateurs assis et jusqu’à 1200 debout, ainsi que l’Amphithéâtre d’O, théâtre de plein air qui comprend 1800 places. Le domaine accueille et produit de nombreuses manifestations au cours de l’année, comme le festival Arabesques ou les Nuits d’O, et produit également de sa propre saison culturelle, d’octobre à mars, avec des spectacles qui peuvent avoir lieu au domaine ou hors les murs.

Le prix des billets varie en fonction des évènements et du lieu où ils se déroulent, mais des tarifs étudiants sont généralement proposés.

La pinède du Domaine d’O. Crédit : Florence March

La saison 2023-24 du Domaine d’O présente trois pièces du dix-septième siècle, dont deux seront joués hors les murs, à l’Opéra-Comédie : Othello, Bérénice et L’Avare.

Othello

Jean-François Sivadier présente un Othello en tension entre tragédie et comédie, qu’il présente comme un « drame à trois personnages » abordant les thèmes éminemment actuels du racisme, du féminicide et de l’emprise.

Affiche de la conférence de Nathalie Vienne -Guerrin. Crédit : IRCL

Plusieurs évènements ont lieu autour du spectacle : une conférence de Nathalie Vienne-Guerrin, enseignante-chercheuse à l’Université Paul-Valéry Montpellier 3, autour de la langue des femmes chez Shakespeare le 4 octobre à 18h, et une projection du Othello (1952)d’Orson Welles le 2 octobre au cinéma Utopia, suivie d’une discussion animée par Sarah Hatchuel, également enseignante-chercheuse de l’université Paul-Valéry.

Du 4 au 6 octobre à l’Opéra-Comédie

Bérénice

Romeo Castellucci fait appel à Isabelle Huppert pour incarner la Bérénice de Racine, qu’il érige en « monument d’une pièce monumentale », icône qui évolue dans un univers fantasmatique peuplé de spectres.

Du 23 au 25 février au théâtre Jean-Claude Carrière du Domaine d’O

L’Avare

Après avoir monté Le Bourgeois Gentilhomme en 2022 avec la musique originale de Lully, Jérôme Deschamps revient avec L’Avare, qu’il met en scène et dans lequel il joue le rôle titre. Sur une scène dénudée, Deschamps et ses acteurs font résonner le texte de Molière, entre comique parfois cruel et subtile délicatesse.

Du 14 au 16 mars à l’Opéra-Comédie

Potrait de l'autrice, Alice Marion-Ferrand
Alice Marion-Ferrand

Agenda artistique – Montpellier (et en ligne)

Théâtre des 13 Vents (Centre Dramatique National), Domaine de Grammont, 34965 Montpellier – Printemps 2023

Le théâtre des 13 Vents fait partie des centres dramatiques nationaux, établissements emblématiques du mouvement de décentralisation théâtrale d’après-guerre, qui sont chargés d’une mission de création dramatique d’intérêt public, dans un esprit d’ouverture et de décloisonnement. Créé en 1968, le CDN du Languedoc-Roussillon, renommé théâtre des 13 Vents en 1986, porte de nombreux projets de diffusion du théâtre auprès de publics aussi variés que possible.

Les mois de mai et juin seront placés sous le signe de Shakespeare aux 13 vents, avec pas moins de trois spectacles adaptés des pièces du Barde : deux Hamlet et un diptyque à partir de La Tempête et du Songe d’une nuit d’été.

Hamlet à l’impératif !

Monté en 2021, le d’Olivier Py Hamlet à l’impératif ! donne à voir une adaptation métathéâtrale de la pièce de Shakespeare, qui revient sur les lectures passées de la pièce et la réinterprète au prisme de l’histoire de sa réception.

Le projet a aussi donné naissance à un « feuilleton théâtral » de dix épisodes, plus de dix heures en tout, qui ont été représentés et enregistrés au festival d’Avignon en 2021. Tous les épisodes sont disponibles sur le site du festival d’Avignon.

Du 15 au 17 mai

Un Hamlet de moins

Les directeurs des 13 Vents, Nathalie Garraud et Olivier Saccomano, reprennent le Hamlet qu’ils avaient monté en juin 2021 avec la Troupe Associée. La pièce oscille entre farce et tragédie et se concentre sur Hamlet, Horatio, Ophélie et Laërte, adolescents désœuvrés qui hantent un grand escalier qui ne mène nulle part, s’interrogeant sur cette pièce dans laquelle ils sont coincés ; dont ils sont les protagonistes tout en refusant de la jouer.

©Jean-Louis Fernandez

Du 23 au 26 mai

La Tempête – Le Songe d’une nuit d’été

La Bulle Bleue est à la fois un lieu où l’on peut voir des spectacles, dîner, et danser (des bals populaires fort mémorables sont souvent organisés), une compagnie de théâtre, et un Esat, c’est-à-dire un Établissement et service d’aide par le travail réservé aux personnes en situation de handicap.

©David Richard

Le diptyque shakespearien monté par Marie Lamachère avec sa propre compagnie, Interstices, et la compagnie de la Bulle Bleue se concentre sur les pouvoirs de l’esprit, que ce soit par le prisme de la mémoire, du rêve ou de la folie. La création utilise de nouvelles traductions des textes par Julie Etienne et Joris Lacoste, contemporaines et radicales, utilisant un langage très parlé. Pour ce spectacle, la compagnie a bénéficié entre 2021 et 2023 d’un accueil en résidence à l’Institut de recherche sur la Renaissance, l’âge Classique et les Lumières, laboratoire du CNRS et de l’Université Paul-Valéry Montpellier.  Fruit d’une collaboration avec le Printemps des Comédiens, ce dispositif est soutenu par le Ministère de la Culture.

Du 2 au 11 juin

Bonus : Ne pas finir comme Roméo et Juliette

Le ciné-spectacle de la compagnie La Cordonnerie n’est pas programmé par les 13 Vents mais par le Domaine d’O, autre institution centrale du théâtre à Montpellier. Il s’agit d’une adaptation libre, où seuls les thèmes de la tragédie de Shakespeare sont repris – le lien est mince, mais la production semble intéressante !

Du 19 au 21 avril

Potrait de l'autrice, Alice Marion-Ferrand
Alice Marion-Ferrand

Agenda artistique – Lyon

Théâtre des Célestins, places des Célestins, 69002 Lyon, printemps 2023

En 2023, le plus ancien (et le plus beau) théâtre de Lyon programme trois spectacles adaptés de textes de la première modernité : un classique par la Comédie-Française, Dom Juan, et deux adaptations de contes italiens du dix-septième siècle, La Scortecata et Pupo di zucchero.

théâtre-des-célestins-lyon
Théâtre des Célestins (image libre de droits)

Les Célestins disposent de deux salles de spectacle : la Célestine, au sous-sol, et la grande salle. Les places de la Célestine ne sont pas numérotées et coûtent 14€ pour les moins de 28 ans et 26€ en plein tarif. Les places de la grande salle sont divisées en quatre catégories, du parterre au paradis et vont de 9€ à 20€ pour les moins de 28 ans et de 18€ à 40€ en plein tarif.

Pour les étudiants, les Célestins on mis en place le pass étudiant, qui permet de voir 3 spectacles pour un total de 30€. Ce pass est accessible au début de chaque saison (automne, hiver et printemps). La prochaine ouverture des ventes aura lieu le 7 mars pour le pass printemps.

Le tarif de dernière minute est une bonne solution pour ceux qui ont un emploi du temps flexible : quinze minutes avant le début de la représentation, toutes les places invendues ou n’ayant pas été retirées sont revendues pour 9€ aux étudiants, moins de 28 ans et bénéficiaires de la CMU ou du RSA qui se présentent au guichet dédié, sur la base du premier arrivé premier servi. Je vous recommande tout de même d’arriver environ 45mn à l’avance, car il y a généralement beaucoup de demandes et le nombre de places disponibles varie fortement d’un spectacle à l’autre.

La Scortecata et Pupo di zucchero

Emma Dante, célèbre metteuse en scène italienne habituée des scènes françaises, revient avec deux spectacles en dialecte napolitain, surtitrés en français, d’une heure chacun. Les spectacles, qui reprennent la tradition du théâtre de marionnettes du sud de l’Italie, sont adaptés de deux contes issus du Pentamerone, ou Le Conte des contes de Gianbattista Basile, publié entre 1634 et 1636. Il s’agit du premier recueil littéraire européen entièrement composé de contes, un demi-siècle avant les Histoires ou Contes du temps passé ou Contes de ma mère l’Oye de Charles Perrault (1697).

Il y a une offre pour les deux spectacles, pour laquelle il faut contacter la billetterie, qui permet de les voir le même soir (La Scortecata à 18h30 et Pupo di zucchero à 21h), ou de voir les deux sur deux soirs différents.

Du 21 au 25 mars

Dom Juan

La Comédie-Française revient avec un Dom Juan créé en janvier 2022, dans le cadre des célébrations autour des 400 ans de la naissance de Molière. La mise en scène est épurée et dynamique, avec une scénographie qui évoque aussi bien les tréteaux que le ring de boxe, et s’inscrit dans la même veine que l’excellente trilogie de 2021 Le ciel, la nuit et la fête (Le Tartuffe / Dom Juan / Psyché) du Nouveau Théâtre Populaire (qui passe encore en tournée en 2022-2023 si vous l’avez manquée : http://nouveautheatrepopulaire.fr/la-tournee-moliere-2022-2023/)

Avec Laurent Laffite en Don Juan

Mise en scène Emmanuel Daumas

Du 17 au 27 mai

 

Potrait de l'autrice, Alice Marion-Ferrand
Alice Marion-Ferrand

 

Agenda artistique – Paris (et en ligne/au cinéma)

La Comédie-Française, 1 place Colette, 75001 Paris – Printemps 2023

Institution historique du théâtre français, la Comédie-Française possède un répertoire qui fait la part belle aux textes de la première modernité. Au printemps 2023, six spectacles en lien avec la première modernité y seront représentés : Le Roi Lear, deux Marivaux, deux Molière et un spectacle inspiré de la vie de Molière, Singulis / Molière-Matériau(x).

La salle principale occupée par la Comédie-Française est la salle Richelieu, mais la troupe se produit également au Théâtre du Vieux-Colombier et au Studio-Théâtre.

tarifs-comédie-française
Tarifs de la salle Richelieu, capture d’écran du site de la Comédie-Française

Salle Richelieu, les prix varient selon les jours et les catégories. Ils vont de15€ à 48€ en plein tarif et de 10€ à 24€ pour les moins de 28 ans. Il n’y a pas de tarif étudiant.

Au Vieux Colombier les places sont à 34€ en plein tarif et 17€ pour les moins de 28 ans, et au Studio-Théâtre elles coûtent 26€ en plein tarif et 16€ pour les moins de 28 ans.

Le Roi Lear

Avec ce spectacle, Thomas Ostermeier fait entrer la pièce de Shakespeare au répertoire de la Comédie-Française. Habitué à monter des pièces du Barde, Ostermeier fait appel à Denis Podalydès pour représenter la folie du vieux roi, avec un texte traduit en français par Olivier Cadiot spécialement pour le spectacle.

Attention si vous êtes sensibles aux lumières, certaines scènes comportent des flashs et lumières stroboscopiques.

Du 26 février au 7 mars. Le spectacle sera retransmis en direct le jeudi 9 février à 20h10 dans les cinémas Pathé, les places coûtent 10€ au tarif étudiant (https://www.pathe.fr/evenements/le-roi-lear-comedie-francaise).

https://www.comedie-francaise.fr/fr/evenements/le-roi-lear-22-23#

La Fausse suivante ou le fourbe puni et Le Petit-maître corrigé

Deux pièces de Marivaux sont au programme de la saison 2023 : une mise en scène du Petit-maître corrigé par Clément Hervieu-Léger créée en 2016 – qui marquait le retour de la pièce sur la scène de la Comédie-Française depuis sa création en 1734 – et une lecture unique en ligne de La Fausse suivante faisant partie de la programmation numérique de la Comédie-Française, mise en place lors du premier confinement en 2020 et accessible gratuitement sur leur site.

La Fausse suivante : en ligne le 17 avril

https://www.comedie-francaise.fr/fr/evenements/la-fausse-suivante-ou-le-fourbe-puni

Le Petit-maître corrigé : du 19 juin au 25 juillet

https://www.comedie-francaise.fr/fr/evenements/le-petit-maitre-corrige-22-23

Le Tartuffe et L’Avare

Deux comédies montées lors des célébrations du 400e anniversaire de Molière en 2022 reviennent au printemps 2023 : L’Avare de la metteuse en scène suisse Lilo Baur et Le Tartuffe en trois actes d’Ivo van Hove, qui met en scène la version du texte interdite en mai 1664 après une unique représentation et reconstituée par Georges Forestier en 2021.

Le Tartuffe ou l’hypocrite : du 31 janvier au 19 mars

https://www.comedie-francaise.fr/fr/evenements/le-tartuffe-ou-lhypocrite-22-23

L’Avare : du 2 juin au 24 juillet

https://www.comedie-francaise.fr/fr/evenements/lavare-22-23

Singulis / Molière-Matériau(x)

Pierre Louis-Calixte fait dialoguer deux vies, la sienne et celle de Molière, dans un seul-en-scène qui aborde les questions de la mémoire, du métier d’acteur, et de la place du théâtre dans une vie.

Au Studio-Théâtre

Du 24 mai au 11 juin

https://www.comedie-francaise.fr/fr/evenements/singulis-moliere-materiau22-23

Potrait de l'autrice, Alice Marion-Ferrand
Alice Marion-Ferrand

Agenda artistique – Lyon

Théâtre National Populaire (TNP), 8 place Lazare-Goujon, 69627 Villeurbanne – Printemps 2023

Après L’Avare monté par Jérôme Deschamps en octobre et Le Roi Lear par Georges Lavaudant en novembre, la saison 2022-2023 du TNP affiche deux nouvelles mises en scène d’œuvres du dix-septième siècle, avec Othello et Didon et Énée.

Toutes les places sont à 12€ (et à 7€ le samedi soir) pour les étudiants et les moins de 30 ans.

Othello

Othello-agenda
Source: Jean-Louis Fernandez

La tragédie de Shakespeare, dans sa traduction de Jean-Michel Déprats, qui co-dirige l’édition Pléiade des œuvres de Shakespeare, est mise en scène par Jean-François Sivadier. Ce dernier n’est pas un néophyte de Shakespeare ; il a déjà monté Le Roi Lear au festival d’Avignon en 2007, qui a été joué dans la cour d’honneur du Palais des papes. Dans son adaptation d’Othello, Sivadier fait le choix de souligner la dimension comique de la pièce, qui donne un goût particulièrement amer aux évènements tragiques qui se déroulent sur scène.

Avec Adama Diop en Othello et Nicolas Bouchaud en Iago.

Du 26 janvier au 4 février

Plus d’informations sur https://www.tnp-villeurbanne.com/manifestation/othello/

Le Crocodile trompeur / Didon et Énée

D’après l’opéra baroque composé par Henri Purcell en 1689, dont le livret a été réalisé par Nahum Tate, et adapté du chant IV de l’Énéide de Virgile. Le titre Le Crocodile trompeur vient d’un vers dit par Didon lorsqu’Énée lui annonce devoir obéir aux Dieux et la quitter, ce qui entraînera sa mort :

DIDO
Thus on the fatal banks of Nile
Weeps the deceitful Crocodile;
Thus hypocrites that murder act
Make heav’n and gods the authors of the fact!

didon-et-énée-agenda
Source: Victor Tonelli

Qualifié de « théâtre opéra » et d’« opéra bricolé » par ses créateurs, ce spectacle offre une réécriture de l’opéra de Purcell, dans laquelle la musique baroque est entremêlée de jazz, le burlesque pénètre le tragique, et l’opéra est déplacé au théâtre, où il est recréé avec les moyens du théâtre. À sa création en 2014, le spectacle a obtenu le Molière du meilleur Théâtre musical.

Mise en scène Samuel Achache et Jeanne Candel, direction musicale Florent Hubert.

Du 9 au 14 juin

Plus d’informations sur https://www.tnp-villeurbanne.com/manifestation/le-crocodile-trompeur/

Potrait de l'autrice, Alice Marion-Ferrand
Alice Marion-Ferrand
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search