JE “Richard Hakluyt and the French Connection (part 2)”, Paris (9 juin 2022)

hakluyt - conference - paris
Hakluyt & the French Connection

Deuxième partie du colloque international «Richard Hakluyt and the French Connection » (Colloque: “Richard Hakluyt and the French Connection”, Oxford (4 février 2022), fruit du Paris-Oxford Partnership, et soutenu par la Hakluyt Society, le LARCA (Université Paris Cité) ainsi que ERC-TIDE (University of Oxford). La journée doit se tenir à l’Université Paris Cité (13e arr.) de 10h à 16h (10h à 12h pour le public).

Organisation: Dr Emily Stevenson (Oxford, ERC-TIDE) et Louise McCarthy (LARCA, Université Paris Cité)

Contact: hakluyt.paris.oxford.2022[at]gmail.com

Il sera possible d’assister à la matinée soit en personne à l’Université Paris Cité (13e arr.), soit virtuellement depuis Zoom. Pour ce faire, et pour de plus amples détails, il suffit de nous écrire à l’adresse ci-dessus, en indiquant si vous nous rejoignez en personne ou en ligne.

Programme

Morning (Université Paris Cité)

10:00-10:15 – Welcome coffee

10:15-10:30 – Opening words

10:30-11:15 – Allan POTOFSKY (Université Paris Cité): “The Urban History and Early Modern Cartography of Paris in the Time of Hakluyt”

11:15-12:00 – Emily STEVENSON (University of Oxford): “Richard Hakluyt’s Continental Networks and the Principal Navigations

Afternoon (Bibliothèque de l’Arsenal, BnF)

14:30-16:00 – Workshop with 3 documents led by Nadine Férey-Pfalzgraf (BnF) & round table (for participants/pour les conférenciers)

Louise McCarthy
Louise McCarthy

CFP: Former, éduquer, instruire en France, dans les îles britanniques et en Amérique aux XVIIe et XVIIIe siècles (Brest, 23-24 sept. 2022)

Journées Doctorant.es et Jeunes Chercheur.euses 2022 de la SEAA17-18, en partenariat avec la Société d’étude du XVIIesiècle et la Société Française d’Étude du XVIIIe siècle (SFEDS)

Université de Bretagne Occidentale, Brest – 23-24 septembre 2022

[English version below]

Rationale

L’éducation prend une place centrale dans les îles britanniques et les colonies anglaises d’Amérique au cours du XVIIe siècle, comme en témoignent les écrits de John Milton, John Evelyn, John Eachard ou John Aubrey, ou encore la loi de 1642 de la Massachusetts Bay Colony, toute première loi du Nouveau monde rendant nécessaire l’instruction de la lecture et de l’écriture aux enfants.

Mais l’ouvrage pédagogique le plus emblématique du XVIIe siècle anglais est certainement Some Thoughts Concerning Education(1693) de John Locke. Dans l’épître dédicatoire qui l’introduit, le célèbre penseur anglais fait en ces termes la promotion de son manuel :

The well educating of their children is so much the duty and concern of parents, and the welfare and prosperity of the nation so much depends on it, that I would have every one lay it seriously to heart; and […] set his helping hand to promote every where that way of training up youth, with regard to their several conditions, which is the easiest, shortest, and likeliest to produce virtuous, useful, and able men in their distinct callings ; tho’ that most to be taken care of is the gentleman’s calling. For if those of that rank are by their education once set right, they will quickly bring all the rest into order.  

L’ouvrage, qui connut une large diffusion en Grande-Bretagne comme en France tout au long du XVIIIe siècle, a pour objectif premier de former les parents-éducateurs aux grands principes d’une éducation bienveillante, rationnelle et structurée des enfants, pouvant permettre à ces derniers de cultiver vertu et connaissances, savoir-être et savoir-faire. La finalité de l’action éducative, telle qu’envisagée par Locke, consiste en l’émergence et l’émancipation du sujet éduqué en tant que personne, dans ses dimensions sociale, morale, physique, mais aussi, et surtout, dans ses dimensions civique et citoyenne, l’être en devenir ayant pour mission d’assurer « le bien-être et la prospérité de la nation ». Ce court passage soulève néanmoins quelques interrogations fondamentales : si le propos se veut d’abord générique et inclusif, il y est notamment question de l’éducation des garçons et des jeunes hommes – des jeunes gentilshommes, qui plus est. Quelle place accordait-on, en revanche, à l’éducation des filles à l’époque ? Formait-on filles et garçons de la même façon ? Quelle place tenait l’éducation au sein de familles issues de sphères sociales et économiques moins aisées ?

Ces Journées Doctorant.es et Jeunes Chercheur.euses se proposent d’examiner les façons dont se sont construites les théories pédagogiques et les pratiques éducatives au cours des XVIIe et XVIIIe siècles, en France, dans les îles britanniques et en Amérique. Les trois axes sémantiques suggérés – former, éduquer, instruire – visent à croiser les approches sur la problématique de la transmission du savoir ; bien qu’étant dissociables, les trois termes, on le voit, sont liés par un socle commun qui établit la relation entre l’apprenant et l’instructeur, mais aussi entre l’apprenant et l’objet de son apprentissage. 

Former, tout d’abord, c’est « façonner », « fabriquer, donner à quelque chose une certaine forme » (CNRTL). Comment fabrique-t-on la jeunesse ? Comment lui donne-t-on naissance, une deuxième naissance en quelque sorte pour qu’elle prenne sa bonne place dans la société ? On peut même aller jusqu’à parler du moule, du façonnage et de la malléabilité des jeunes esprits que l’on souhaite voir adopter des comportements prescrits. Quelle place accordait-on à la bonne conduite en société dans la formation des jeunes gens ? Quelle évolution les manuels de bonne conduite ont-ils connue au cours des deux siècles auxquels nous nous intéresserons ?

« On façonne les plantes par la culture, et les hommes par l’éducation […] Cette éducation nous vient de la nature, ou des hommes ou des choses. » nous dit Rousseau dans l’Émile. Si former évoque la reproduction d’un schéma, d’un fonctionnement, d’un système, éduquer suggère l’entraînement, l’étude, le développement et l’épanouissement personnel. L’apprenant est au cœur de la notion d’éducation, champ vaste qui a trait à tous les aspects de la vie, des connaissances pratiques ou théoriques aux bonnes manières. 

Instruire, enfin, c’est « former l’esprit », mais aussi, plus spécifiquement, « communiquer un ensemble de connaissances théoriques ou pratiques » (CNRTL). On voit là que ce dernier terme se rapporte davantage au rôle de l’enseignant, du pédagogue et de sa méthode. Qu’en est-il aussi de l’auto-instruction et des moyens qui sont donnés aux apprenants pour s’instruire et se former? 

Former, éduquer et instruire éducateurs et élèves, maîtres et apprentis, parents et enfants, voilà donc le programme auquel se sont consacrés de nombreux philosophes, pédagogues, hommes politiques ou d’Église et littérateurs au cours des XVIIe et XVIIIe siècles, en Europe et en Amérique. Pourquoi la question de l’éducation et de la formation de la jeunesse, mais aussi des éducateurs devient-elle un enjeu si majeur à cette époque ? Comment y transmet-on les savoirs, comment les acquiert-on à travers ces époques qui ont vu de si grands changements ? Quelles ont été les évolutions dans la formation, l’éducation, l’instruction entre le XVIIe et le XVIIIe siècles ? Peut-on parler de révolution ?

Les domaines touchés par ces questions sont nombreux : sociologie, philosophie, littérature, religion, politique, vie privée et vie publique sont autant de « lieux » où l’on pense, formule, questionne la fabrication de la jeunesse. Quelle a été notamment l’influence des penseurs en France, outre-manche, outre-atlantique – Rousseau, Voltaire, Locke, bien sûr, Godwin ou Fénelon par exemple ? Quel rôle ont joué les femmes érudites – Margaret Cavendish, Mary Astell, Mary Wollstonecraft – dans la lutte pour le droit à l’éducation des jeunes filles? Quel rapport le religieux a-t-il entretenu avec l’instruction aux XVIIe et XVIIIe siècles ? Qu’en-est-il de l’intention édifiante de la littérature et de l’idéal poétique horacien du « dulce et utile » auquel tendaient des romanciers comme Daniel Defoe, Samuel Richardson ou Henry Fielding ? 

Modalités de participation

Les participant.es sont invité.es à réfléchir, entre autres, aux thèmes suivants:

– place accordée à l’éducation des filles et / ou des garçons ; éducation mixte ; discours proto-féministes et promotion de l’éducation des femmes

– écrits pédagogiques (secrétaires, manuels de bonne conduite) et/ ou littéraires (romans didactiques, bildungsroman)

– formation professionnelle et apprentissage des métiers

– discours théorique et pratique scientifique

– discours religieux ; transmissions religieuses et sécularisation

– instruction et propagande

– développement culturel au cours des XVIIe et XVIIIe siècles; exposition des enfants et jeunes à la culture (théâtre, musique, littérature, peinture, circulating libraries)

– sphères sociales et accès au savoir, à l’éducation et à la culture

Les propositions de communication, en français ou en anglais, d’une longueur de 300 à 500 mots, ainsi qu’une courte bio-bibliographie, doivent être adressées à l’adresse suivante: jdjc.seaa1718@gmail.com, avant le 15 mai 2022.

Les notifications d’acceptation seront envoyées aux participants autour du 15 juin 2022.

Les Journées Doctorant.es et Jeunes Chercheur.euses se dérouleront les 23 et 24 septembre 2022 à la Faculté Victor Segalen de l’Université de Bretagne Occidentale à Brest. 

La durée des interventions ne devra pas excéder 20 minutes. Une publication des actes du colloque dans le carnet de recherche des doctorant.es de la SEAA 17-18 est envisagée. Des précisions sur ce point viendront par la suite.

Comité scientifique

Camille Jaouen (doctorante)

Adnana Sava (doctorante)

Alain Kerhervé (Professeur, SEAA1718)

Marie Cécile Schang (Maître de conférences, SFEDS)

Pascale Thouvenin (Professeur, Société d’Étude du XVIIe siècle)

Kimberley Page-Jones (Maître de conférences, SERA)

[English version]

Rationale

Throughout the 17th century, education took up an increasingly central place in the British Isles and in the American colonies. The subject of many works by authors such as John Milton, John Evelyn, John Eachard or John Aubrey, education also came to be seen as a political issue in America and as early as 1642 the Massachusetts Bay Colony passed the first law in the New World requiring children to be taught to read and write.

But the most emblematic work about education in the 17th century is beyond a doubt John Locke’s Some Thoughts Concerning Education (1693). In the dedicatory epistle introducing it, the celebrated English thinker advertises his manual as follows:

The well educating of their children is so much the duty and concern of parents, and the welfare and prosperity of the nation so much depends on it, that I would have every one lay it seriously to heart; and […] set his helping hand to promote everywhere that way of training up youth, with regard to their several conditions, which is the easiest, shortest, and likeliest to produce virtuous, useful, and able men in their distinct callings ; tho’ that most to be taken care of is the gentleman’s calling. For if those of that rank are by their education once set right, they will quickly bring all the rest into order.

The manual – a popular choice both in Britain and in France throughout the 18th century – is aimed at forming the parents-educators to the great principles of a benevolent, rational and structured education of their children, allowing the latter to cultivate virtue and knowledge, social skills and know-how. The whole point of education, from Locke’s perspective, consists in enabling the emergence and emancipation of the educated subject as a person, in its social, moral, physical, but above all, civil and civic dimensions, the person in the making being entrusted with a mission to ensure “the welfare and prosperity of the nation”. This short excerpt raises a few fundamental questions: though Locke’s education principles are at first comprehensive and inclusive, the education he favours is nonetheless aimed at boys and young men – at gentlemen in particular. What was the place of girls’ education in the society of the time? Were boys and girls educated the same way? What place did education have in the lower social and economic spheres of the population?

These 2022 Post-Graduate Study Days set out to explore the broad range of the pedagogical theories and educative practices that were developed throughout the 17th and 18th centuries in the British Isles and in America. The three suggested semantic lines – training, educating, instructing – should allow for a cross-referencing of approaches on how knowledge was passed on from one generation to the next, from a teacher to a pupil or from a parent to a child. Though distinguishable from one another, the three terms stem from a same basis which establishes the relation between the learner and the instructor, but also between the learner and the object of his or her apprenticeship.

To train, first of all, means “to shape”, “to make something or give something a specific shape” (translated from CNRTL). How is youth shaped? How is it begotten so as to allow it to take its rightful place in society? One may even venture to speak of a “moulding” or shaping process and evoke the malleability of the young minds one wishes to shape so as to make them adopt the prescribed behaviours. What was the place of socially sanctioned conduct in the training of young people at that time? What evolution have the conduct manuals seen throughout the two centuries that will be the focus of our symposium? 

“Plants are shaped by cultivation, and men by education. (…) This education comes to us from nature or from men or from things”, says Rousseau in Emile. If training evokes the reproduction of a pattern, an operation or a system, educating suggests practice, study, development and personal fulfilment. The learner is at the core of the notion of education – a broad concept pertaining to all aspects of life, from practical or theoretical knowledge to proper behaviour and good manners. 

Lastly, to instruct means “to form the mind”, but also, more specifically, “to communicate a set of theoretical or practical knowledge” (CNRTL). This last term seems to relate more to the role of the teacher, the instructor and his or her method. But what about self-instruction and the means and resources provided to learners for self-training and independent learning?

Training, educating and instructing educators and students, masters and apprentices, parents and children: these issues became part of the agenda of numerous philosophers, educationalists, politicians, clergymen and men of letters throughout the 17th and 18th centuries, in Europe and North America. Why did the education and training of the youth, but also the training of educators, become such major issues at the time? How was knowledge handed down and spread and how was it acquired at a time that saw such significant changes?  What were the major innovations in terms of training, education and instruction between the 17th and 18th centuries? Can this be called a revolution and, if so, in what sense? 

A large range of areas are concerned with these questions: sociology, philosophy, literature, religions, politics, public life and the private sphere constitute as many “spaces” involved in the shaping of the youth. How and to what extent have Enlightenment thinkers contributed to the development of education in France, across the Channel, across the Atlantic – Jean-Jacques Rousseau, Voltaire, John Locke of course, but also William Godwin or Fénelon? What role did women scholars – Margaret Cavendish, Mary Astell, Mary Wollstonecraft – play in the struggle for women’s right to education? What impact did religion have on education during the 17th and 18th centuries? Finally, what can be said of the moral and edifying purpose of literature, and of the Horatian poetic ideal of “dulce et utile”, aimed at by novelists such as Daniel Defoe, Samuel Richardson or Henry Fielding? 

Proposal submission

Contributions may address, but are not limited to, the following topics: 

– the place granted to the education of girls and/or boys in the 17th and 18th centuries; mixed-sex education; proto-feminist discourse and the promotion of female education

– pedagogical writing (secretaries, conduct books) and/or fictional writing (didactic novels, bildungsroman)

– professional training and apprenticeship

– theoretical discourse and scientific practice

– religious discourse; religious transmissions and secularisation

– instruction and propaganda

– cultural development during the 17th and 18th centuries; cultural exposure of children and young adults (theatre, music, literature, painting, circulating libraries)

– social spheres and access to knowledge, education and culture

Submissions (title and abstract of 300-500 words) in English or in French, along with a short biographical note (name, surname, email address, affiliation, PhD topic and research field) should be sent to the following address: jdjc.seaa1718@gmail.com by May 15th, 2022.

Acceptance notifications will be sent to participants by mid-June 2022.

The Post-Graduate Study Days will take place on September 23rd and 24th, 2022 at Victor

Segalen Faculty, University of Western Brittany, Brest.  

Presentations should not exceed 20 minutes. 

The symposium will be followed by a publication in the SEAA17-18 Doctoral Students’ Research Blog, on the Hypotheses platform. Further details will be given later. 

Advisory Board 

Camille Jaouen (PhD student, SEAA1718)

Adnana Sava (PhD student, SEAA1718)

Marie Cécile Schang (Senior Lecturer, SFEDS)

Pascale Thouvenin (Professor, Société d’Étude du XVIIe siècle)

Alain Kerhervé (Professor, SEAA1718)

Kimberley Page-Jones (Senior Lecturer, SERA)

Louise McCarthy
Louise McCarthy

Journée d’étude: “Etudier le XVIIIe siècle aujourd’hui”, Strasbourg (6 avril 2022)

Journée d’études dix-huitiémistes interdisciplinaires du Collège doctoral européen. La journée doit se tenir le mercredi 6 avril 2022, de 9h à 16h.

Contact/organisation: Emmanuelle Sempère, <sempere[at]unistra.fr>

Programme

9h – Accueil

9h15 – Conférence inaugurale : Vincenza Perdichizzi (Études italiennes) : « ’Memini, ergo sum’. Lumières de la mémoire et identité nationale italienne. »

Session 1. Présidente de séance : Anne Bandry-Scubbi

10h00 – Filippo Sambugaro (Études italiennes), thèse en cotutelle dir. Emanuele Cutinelli-Rendina (Strasbourg) et Luca Frassineti (Naples) : « Éditer les textes du XVIIIe siècle : la Feroniade de V. Monti entre philologie et politique »

10h30 – Juliette Misset (Études anglophones), thèse dir. Anne Bandry-Scubbi : « La réception du roman didactique britannique autour de 1800 : méthodes croisées. »

Discussion.

Session 2. Président de séance : Jan Synowiecki

11h10 – Di Fan (Histoire de l’art), thèse dir. Martial Guédron : « Innovations dans la gravure anatomique du XVIIIe siècle »

11h40 – Sophie Lambéa, (Études anglophones), thèse dir. Hélène Ibata : « Jouer avec l’histoire : la propagande politique dans les jeux de cartes de Francis Barlow (1626-1704) ».

Discussion.

12h20-13h10 Buffet dans le hall du collège doctoral

Session 3. Président de séance : Lucien Derainne

13h15 – Présentation par les étudiants des travaux du séminaire de master 1 en Littérature française sur « Rousseau et la nature ».

13h45 – Jan Synowiecki (ATER en Histoire moderne) : « “Aller respirer un air libre et pur” (André Thouin). Les jardins parisiens au temps des Lumières »

Session 4. Président de séance : Martial Guédron

14h30 – Lucien Derainne (post-doctorat en Littérature française) : « Comment croiser l’analyse littéraire et l’histoire des sciences ? L’exemple de l’observation »

15h00 – Mathias Valverde, (Histoire moderne), thèse dir. Isabelle Laboulais (à distance) : « Écritures personnelles et travail savant. Famille, amitié et sexualité dans la production de savoirs savants 1770-1830 »

Discussion et clôture.

Louise McCarthy
Louise McCarthy

Colloque: “Genre Trouble in Early Modern England (1500-1800)”, en ligne (11 mars 2022)

genre trouble conference

Emma Bartel et Katie Ebner-Landy ont le plaisir d’annoncer la tenue, en ligne, de la conférence “Genre Trouble in Early Modern England (1500-1800)”. L’événement, soutenu par Queen Mary University of London et Sorbonne Université (VALE), aura lieu le 11 mars 2022 de 9:00 à 17:00 (GMT).

Pour s’inscrire, utiliser le lien suivant:  https://tinyurl.com/genre-trouble

Pour toute question, contacter les organisatrices à cette adresse: <genre.emp.conference[at]gmail.com>

Programme

9:00 Welcome Address

9.10 Life-Writing

Martin Thompson (University of Manchester) – ‘Un-editing’ the Autobiographical Fragments of Mary Ward (1585-1645): Taking the Texts on Their Own Terms

Emma Rayner (Australian National University) – Life-writing or Writing Lives? The Reception of Maternal Advice in Elizabeth Isham’s Spiritual Autobiography

10:10 Polemic

Laurent Curelly (Université de Haute Alsace) – ‘Must Invention labour into infinites?’ British Civil War Mercuries or Generic Innovation

Genevieve Bourjeaurd (Simon Fraser University) – Reading Receipts: Generic Language in Early Modern Churchwardens’ Accounts

11:10 KEYNOTE

Kathryn Murphy (University of Oxford) — Word Salads: Montaigne and the Essay Against Genre

12:10 LUNCH

13:10 Reading Genre

Jessica C. Beckman (Dartmouth College) – A marvelous hystory entitled Beware the Cat: Fiction, Compilation, and Early Modern Print

Ellen Roberts (Lancaster University) – The Horse, the Ass, and the Mule: a Linguistic Analysis of the Context, Development, and Mixing of Early Modern English Dramatic Genres

14:10 Paratexts

Béatrice Rouchon (Sorbonne Université) – ‘A Blue Coat without a Badge’: Generic Constraints in English Printed Paratexts (c.1580-1620)

Emily Smith (Université de Genève) – ‘His Comedie unto his Theatre’: Conceptions of Genre in the Early Modern Dramatic Epilogue

15:10 Hybridity

Abigail Shinn (Goldsmiths) – Popular Pastoral: Genre Trouble in Spenser’s Shepheardes Calender

Javiera Lorenzini Raty (King’s College London) – The Greekness of Hybrid Poems: Hermogenes of Tarsus’ Theory of Mixture and late Elizabethan Epyllion

16:00 Q&A

16:30 Breakout Room Drinks

Louise McCarthy
Louise McCarthy

Colloque: “Richard Hakluyt and the French Connection”, Oxford (4 février 2022)

Hakluyt Paris Oxford conference

Dr Lauren Working (Oxford and York, ERC-TIDE), Dr Emily Stevenson (Oxford, ERCTIDE), et Louise McCarthy (LARCA, Université de Paris) organisent une journée d’étude intitulée ‘Richard Hakluyt and the French Connection: Transfers of Global Geographical Knowledge from Paris to Oxford (late 16th and early 17th centuries)’. Elle se tiendra en présentiel à Oxford et en ligne (liens pour l’inscription ci-dessous). Les horaires du programme ci-dessous sont calculés selon le fuseau horaire GMT. 

Pour assister en personne : https://bit.ly/31UARAW

Pour assister en ligne : https://bit.ly/34KhfR4 

Programme

9:00-9:15 — Coffee and Introductory Remarks

9:15-10:45 — Keynote: Anthony Payne – ‘Hakluyt and France: People, Politics and Publication’

10:45-11:15 – Break

11:15-12:30 — Panel:

Marina Bezzi – ‘Geography as the eye of history’: Iberian colonial expansion and knowledge in the works of Richard Hakluyt and Lancelot Voisin de la Popelinière

Pierre-Ange Salvadori –  ‘Hakluyt, Guillaume Postel and the Arctic: inventing a « site of mediation’ in Late-Renaissance Paris and Europe’

Katherine Ibbett – ‘A navigation of feeling: Jacques Cartier and the translation of emotion’

12:30-14:00 — Lunch

14:00-15:30 — Keynote: Frank Lestringant – ‘When Richard Hakluyt meets André Thevet (1583-1588)’

15:30-15:45 — Coffee break

15:45-16:25 — Lightning talks & Discussion:

John Carrigy – ‘Richard Hakluyt as historian’

Lucas Aleixo Pires dos Reis – ‘The Account of Richard Rainolds and Thomas Dassel: commercial competition between the English, French, and Portuguese in the late 16th century Senegambia’

Nathalie Jeter – ‘‘Le plus beau & le meilleur païs que j’aie encore vu’: eyewitness as device in the recruitment pamphlet of Durand de Dauphiné ‘

Noah Michaud – ‘Prompts for African Principall Navigations: Knowledge of Africa Circulating in France at Hakluyt’s Arrival’

16:35-16:40 — Break

16:40-17:00 — Closing paper: Ladan Niayesh – ‘The French Mediator in English Voyage Drama: Fletcher and Massinger’s The Sea Voyage (1622)’

Louise McCarthy
Louise McCarthy

 

Contre-rendu des Journées des Doctorant·es et Jeunes Chercheur·es 2021

« Écrire la nation en France, dans les îles britanniques et dans les Treize Colonies aux XVIIe et XVIIe siècles», Université de Caen

Les 21 et 22 octobre 2021 se sont tenues à Caen, les Journées Doctorant·es et Jeunes Chercheur·es de la SEAA17-18, sur le thème « Écrire la nation en France, dans les îles britanniques et dans les Treize Colonies aux XVIIe et XVIIe siècles. » Ces journées ont été organisées en partenariat avec la société d’étude du XVIIe siècle et la Société Française d’Étude du XVIIIe siècle (SFEDS).

Le lancement de ces journées a été retardé par la tempête Aurore qui a perturbé le trajet de beaucoup de participant·es, avec l’annulation de tous les trains entre Paris et Caen. Tant bien que mal, ces journées ont fini par pouvoir commencer et ont donné lieu à des communications diversifiées pour apporter des éléments à ce sujet d’écriture de la nation.

Conférence plénière par Jennifer Ruimi

Ces journées ont débuté par la conférence plénière de Jennifer Ruimi sur les humanités numériques et la recherche. Le numérique était d’ailleurs au premier plan, puisque, suite aux intempéries, cette plénière a dû être donnée à distance en visio-conférence. Les humanités numériques sont encore un pan méconnu de la recherche, et lors de cette plénière, Jennifer Ruimi a exposé les nouvelles méthodes d’analyse de texte, notamment le distant reading.

Session 1 : L’écriture politique de la nation en Angleterre, en France et dans les Treize Colonies.

Cette première session s’est penchée sur la question de l’écriture au service de la politique, lors du façonnage d’une nation.

En premier, Anna Lloyd Hellier, jeune docteure, s’est intéressée aux écrits politiques et à l’activisme de William Penn, et notamment à son lien aux modèles d’engagement politique Quakers et huguenots. Elle a montré comment les écrits de William Penn, sous le pseudo de ‘Philanglus’ ont abouti à son cadre pour le gouvernement de la Pennsylvanie.

Ensuite, Julien Beckaert, doctorant à l’université de Lille, s’est penché sur les leçons d’histoire de James Parkinson. Lors de son intervention, il a analysé la façon dont la narration de l’histoire idéale (voire idéalisée) de la nation par Parkinson servaient une critique du gouvernement contemporain de William Pitt. Il a montré notamment la façon dont la focalisation de Parkinson sur telle ou telle figure historique permettait de commenter le gouvernement contemporain, liant ainsi écriture du passé et écriture du présent.

Enfin, Audrey Léandri, doctorante à l’université Paris 8, nous a présenté la façon dont les Amérindiens ont été décrits dans les écrits fondateurs des États-Unis. Elle a montré la façon dont leur description était modifiée en fonction des agendas politiques du moments. Qu’ils soient vus en tant qu’ennemis ou alliés, sauvage ou non, cela a permis d’influencer les esprits de leurs contemporains, et servait une intention politique, en montrant notamment que dans les écrits officiels et dans les écrits privés, la façon de les décrire changeait énormément.

Session 2 : Communautés imaginaires : inscrire la nation dans l’imaginaire collectif en Angleterre, en France, et dans les Treize Colonies.

Cette session matinale regroupait trois communications s’intéressant à la façon dont un produit culturel (ici, l’opéra, Shakespeare, et les cartes) participe à l’élaboration d’identités nationales à travers l’imaginaire collectif.

Tout d’abord, Anna Mikyskova, doctorante à l’université de Masaryk (République Tchèque) s’est penchée sur la nationalisation du théâtre et de l’opéra, notamment en opposition au format italien, considéré par John Dennis comme une influence corruptrice dans son pamphlet de 1698. Cette communication a retracé la délimitation d’une identité théâtrale propre à l’Angleterre comme « English Stage », à travers diverses productions culturelles de l’époque.

Louise McCarthy, doctorante à l’Université de Paris, s’est quant à elle intéressée à la façon dont la cartographie, et notamment les illustrations qui ornent les cartes, racontent une histoire de conquête et de naissance d’un monde. Elle s’est focalisée notamment sur les particularités de trois cartes illustrant la Virginie, et étudie les différences entre ces cartes et les histoires (et légendes) qu’elles décrivent à travers des représentations visuelles.

Susana Prieto Diaz est doctorante à l’université de Madrid. Sa présentation s’est intéressée aux représentations de Shakespeare dans les Treize Colonies. Elle a montré la façon dont les mots de William Shakespeare ont pu attiser les braises de l’indépendance qui se faisait ressentir dans les Treize Colonies. Shakespeare était utilisé des deux côtés : par les anglais comme arme pour défendre leur nation et leur histoire, ainsi que par les colons, qui se réapproprièrent certaines de ses pièces qu’ils estimaient faire écho à leur désir d’indépendance et à leur dénonciation d’injustice.

Session 3 : « Insociables sociabilités » : négociations individuelles et collectives.

Cette session du vendredi après-midi a tourné autour de l’écriture du roman, et la façon dont l’idée et l’identité de nation anglaise se sont, entre autres, construites à travers les représentations dans ce genre littéraire.

Juliette Misset, doctorante à l’Université de Strasbourg, a ouvert la session avec une communication autour des romans didactiques du tournant du dix-neuvième siècle et la façon dont ils prescrivent un certain idéal national. Ses résultats viennent en partie d’une analyse effectuée grâce au distant reading, où elle compare un corpus de romans didactiques à un corpus de référence de la même époque. Dans sa communication, elle décrit un lien entre l’ancrage dans le pays et les valeurs qui y sont attachées, comme récurrent dans le modèle didactique.

Adnana Sava, doctorante à l’Université de Brest, s’intéresse, elle aussi, au roman anglais, et notamment à sa construction. Elle se penche sur la naissance de cette forme d’écriture typiquement anglaise dans le contexte du XVIIIe siècle. À travers l’étude de Defoe, Richardson, Fielding et Haywood, elle montre la façon dont cette forme est née d’une communication entre les écrivain·es de l’époque. Elle finit par montrer que ces figures de la littérature britannique ont, individuellement, et collectivement, même à leur insu, contribué à la construction d’une identité nationale.

Moussa Traore, jeune docteur, marque la fin de cette session avec une conférence en direct du Sénégal. Il entreprend d’analyser la façon dont Montesquieu décrit la nation anglaise, et il propose de voir la façon dont le caractère et les passions de cette nation anglaise pensée par Montesquieu, expliquent la logique de ses mœurs sociopolitiques, sous l’effet du climat et de l’insularité.

Conférence plénière par Katy Gibbons.

Pour clôturer ces Journées, Katy Gibbons donne une conférence plénière autour de l’écriture des nations française et anglaise à la fin du XVIe siècle. Elle s’intéresse au contexte politico-religieux de l’époque, et à la façon donc celui-ci a pu influencer l’idée d’identité nationale, notamment dans le contexte des persécutions des catholiques, puisqu’elle montre, entre autres, que les catholiques anglais ne sont pas insulaires, mais ont au contraire des liens forts avec le monde catholique au-delà des frontières anglaises.

Nous tenons à remercier l’ensemble de participant·es, ainsi que les personnes qui sont venues assister à ces Journées qui furent très enrichissantes grâce à un panel divers de communications édifiantes. Nous vous donnons rendez-vous aux prochaines Journées Doctorant·es et Jeunes Chercheur·es qui seront organisées par l’Université de Brest. (En espérant ne pas avoir à braver une tempête pour y assister !)

Alix Desnain

 

CPF: Women and Religion in Eighteenth-Century France

nuns in formation at a funeral of one of their own
Magdeleine Horthemels, ‘L’enterrement des religieuses’ (Musée de Port-Royal des Champs)

Symposium, 24 June 2022

Queen Mary, University of London

Keynote Speaker: Prof. Mita Choudhury

Call for Papers

In the decades since Peter Gay argued that religion occupied no place in the French Enlightenment, scholars including Dale Van Kley, Suzanne Desan and Mita Choudhury have shown how religious beliefs and controversies informed philosophical ideas, political practices, social relations and cultural identities in eighteenth-century France.

Owing to this scholarship, it has also become clear that women of faith – from the Jansenist nuns forcibly removed from Port-Royal to the Carmelites guillotined during The Terror – played an important role in French social, cultural and political life in the period. Representations of convents took on new and urgent meanings amidst mounting political
and financial pressure on the Ancien Régime. Influential women on the peripheries of religion were instrumental in the dissemination of controversial beliefs and new philosophical ideas, like the Protestant salonnière Mme Necker who hosted celebrated writers and academicians at her home and Mlle de Joncoux, known as l’invisible, who devoted her life to defending the nuns of Port-Royal. In the revolutionary period, nuns challenged the suppression of religious orders while Catholic women became symbols of resistance in the religious riots of the late 1790s.

Drawing on new approaches and sources, this interdisciplinary workshop will consider the identities, controversies, ideas, experiences and representations of religious women in eighteenth-century France. What role did these women play in the political and intellectual culture of the Ancien Régime and the French Revolution? How did they and their supporters or enemies navigate a period of extraordinary social change and political upheaval? In what ways did they adopt, challenge or subvert the religious canon, cultural norms and societal conventions as the understanding of religion, politics and power shifted rapidly throughout the eighteenth century?

We invite proposals for twenty-minute papers from scholars in History or related disciplines such as Art History, Gender and Sexuality Studies, Literary Studies and Theology. We especially welcome proposals from Graduate and Early Career researchers. Proposals for papers may wish to consider the following themes:

  • Devotional and liturgical practices
  • The circulation of religious ideas, books and objects
  • Representations of women religious in art, literature and material culture
  • Education
  • Charity and nursing
  • Interdenominational relations
  • The relationship between religious orders and the state
  • Marriage and motherhood
  • Popular and lay religion
  • Emotions and bodies

To apply, please email your abstract and a brief bio to m.s.giraud@qmul.ac.uk and c.i.mair@qmul.ac.uk by the deadline of 21 January 2022. Abstracts should be no more than 250 words for papers of 20 minutes in length. Please specify whether you would prefer to
present in person or online.

The symposium will take place in hybrid format, meaning speakers can attend in person or virtually via Microsoft Teams. The symposium will be free to attend and all speakers will be invited to dinner. Travel grants will be available to support PhD and ECR scholars speaking at the workshop.

For more information, please visit womenandreligionfrance2022.wordpress.com

Publications récentes des doctorant·es et jeunes docteurs de la SEAA 17-18

La publication scientifique est un Graal de la recherche, le moment où on partage avec le (plus ou moins grand) monde de la recherche ce à quoi nous avons longuement œuvré. Afin d’avoir un aperçu des types de travaux que notre communauté de jeunes chercheurs et chercheuses conduit, voici une liste des publications récentes de nos membres. Enjoy!

open book floating in bookstore
Photo by Jaredd Craig on Unsplash

Bobeica, Cezara. “Channelling the meaning from the margins: the hermeneutical potential of the paratextual quotations in Henry Peacham’s Minerva Britanna (1612),” Revue XVII-XVIII 77, 2020. URL

Délant, Laura, Marie Dincher, Jérémy Filet, David Gocel-Chalté, Alexis Olry, Dominique Macaire. “The experience of Early Career Researchers in mobility: discovering transculturality at international conferences.” Etudes en Didactiques des Langues 35, 2020.

Derome, Amélie. “Horsing around, the swan song of the Houyhnhnm race.” E-rea 18(2), 2021.

Derome, Amélie. « Totalité et infini de la machine à tout dire de Gulliver : du programme littéraire au programme informatique.” XVII-XVIII 77, 2020. URL

Desnain, Alix. “Bathing ‘in Origane and Thyme’: Baths in Spenser’s The Faerie Queene.” Sophie Chiari & Samuel Cuisinier-Delorme (eds.) Culture and Literature in England, 1500-1800. London: Palgrave Macmillan, 2021. URL

Dupouy, Justine. « Sur les traces de Lady Mary Wortley Montagu : The Turkish Embassy Letters. » Grave Baillet (ed.) Sur les traces du voyageur-écrivain : témoignages croisés d’une histoire. Shaker Verlag, 2021.

Filet, Jérémy. “The networks of Francis Taaffe, 3 rd Earl of Carlingford and Irish Jacobite émigrés in the Duchy of Lorraine.”Eighteenth-Century Ireland 36, 2021.

Filet, Jérémy. « Vers un comparatisme des écrits du déplacement ? Littérature et voyageurs comparatistes. » Cahier Tocqueville des Jeunes Chercheurs 2(1), April 2020.

Gasparini, Florence. « Préserver la mémoire de Louis Dubois, l’un des fondateurs de New Paltz. » Figures Huguenotes dans les Amériques. De l’histoire à la mémoire. Rennes : Presses Universitaires de Rennes, 2020. 

Gasparini, Florence. « La maison Guillebeau: étude d’une maison huguenote en Caroline du Sud. » Figures Huguenotes dans les Amériques. De l’histoire à la mémoire. Rennes : Presses Universitaires de Rennes, 2020. 

Katgely, Lucy-Anne. “Treading in Camilla’s footsteps? Oneiric Experience and Women’s Voices in Julia de Vienne (by a lady, 1811) and Tales of Fancy (S. H. Burney, 1816–1820),” Isabelle Hervouet & Anne Rouhette (eds.) Dream and Literary Creation in Women’s Writings in the Eighteenth and Nineteenth Centuries. London: Anthem Press, 2021.

Le Duff, Pierre. “‘Ev’ry Gamester winneth by the sport’: George Wither’s Emblem Lottery (1635).” Angles 11, 2020. URL

Le Duff, Pierre. “‘Emblemes, Ancient and Moderne’: George Wither’s Collection of Emblemes (1635) as an epitome of a changing mode of literary expression.” XVII-XVIII 76, 2019. URL

Manco, Clara. Games and the Margins: Winning Fops and Gambling Women on the Restoration Comic Stage.” Etudes Episthemê 39, 2021. URL

Manco, Clara. Coffee-houses on the Restoration Comic Stage: A Reading of Tarugo’s Wiles (1667) and other examples,” Annick Cossic & Emrys Jones (eds.) The Representation and Reinvention of Sociable Spaces in the Long Eighteenth Century. Paris : Le Manuscrit, 2021.

Misset, Juliette. « Entre modernité, tradition et conventions : la figure du/de la pédagogue chez Mary Wollstonecraft, Maria Edgeworth et Hannah More. » Lumières 32, 2019.

Monter, Alice. “Harley, Political Narratives, and Deceit in Defoe’s Secret History of the Secret History of the White Staff.Digital Defoe, 12(1), Fall 2020. URL

Nguyen, Kim. “Crime and Punishment in Adam Smith’s Moral Philosophy.” Crime, Punishment and the Scots – Le crime, le châtiment et les Écossais. Besançon: Presses Universitaires de Franche-Comté – série Caledonia : Regards sur l’Écosse, 2019.

Ozoux, Mireille. “Letter to a Censor in the Age of Academies.” E-rea 18(2) 2021. URL

Juliette-Misset
Juliette Misset

Compte-rendu de la journée d’études « Ut Pictura Poesis – Faire dialoguer le texte et l’image dans le monde anglophone de 1500 à 1800 »

 

Affiche de la journée d'étude
Affiche de la journée d’étude

 

Le 20 mars 2021 s’est tenue « à » Strasbourg (par écrans interposés, naturellement) la journée d’études « Ut Pictura Poesis – Faire dialoguer le texte et l’image dans le monde anglophone de 1500 à 1800 », organisée par quatre jeunes chercheurs/-euses spécialisés dans les aspects intersémiotiques de la littérature de la première modernité anglaise. L’éventail de thématiques possibles, ainsi que le bornage chronologique large, ont donné lieu à une série de propositions de communication variées, dont huit ont été retenues. D’abord conçue comme une journée doctorale, celle-ci a finalement attiré doctorant(e)s, chercheurs/-euses plus aguerris et même une professeure émérite, liés par l’intérêt partagé pour la question complexe et large du rapport entre le textuel et le visuel à la Renaissance anglaise.

Atelier 1 – La question intersémiotique au XVIIème siècle

Ce premier atelier s’est penché sur la question des interactions entre le texte et l’image dans plusieurs types de publication intersémiotique du dix-septième siècle.

D’abord, Vanessa Chaise-Brun, membre du Centre Interdisciplinaire de Recherche sur les Langues et la Pensée (CIRLEP, Université de Reims Champagne-Ardenne), s’est intéressée aux stratégies discursives et picturales mises en œuvre par les partis royalistes après l’exécution de Charles Ier, afin de réhabiliter le monarque, ainsi que la monarchie, aux yeux d’une population diverse et divisée. Afin de toucher un public très large, notamment à travers l’Eikon Basilike (1649), les royalistes s’appuient sur des images emblématiques frappantes, dont le célèbre frontispice de William Marshall, auxquelles sont associés des textes, qui, tout en explicitant le sens symbolique intrinsèque aux représentations visuelles, entrent avec celles-ci dans une dialectique intersémiotique particulièrement efficace d’un point de vue rhétorique.

Ensuite, Guillaume Braquet, membre de l’Institut d’Études Transtextuelles et Transculturelles (IETT, Université Lyon 3), a proposé une communication sur un ouvrage aux objectifs très différents, l’Ars Memoriae de Robert Fludd (1619), dans lequel l’image, mimétique comme symbolique, est mise à profit pour faciliter la mémorisation. Le texte et l’image s’inscrivent ici l’un dans l’autre, dialoguent et se complètent, remettant en cause leur cloisonnement supposé par Lessing et bien d’autres.

Enfin, Pierre Le Duff, membre de l’équipe Savoirs dans l’Espace Anglophone – Représentation, Culture, Histoire (SEARCH, Université de Strasbourg), s’est appuyé sur A Collection of Emblemes de George Wither (1635) en guise d’étude de cas afin de soulever plusieurs questions méthodologiques propres aux études intersémiotiques, surtout à l’époque de la première modernité. Comment les images étaient-elles perçues par ceux qui en usaient ? Quelle différence faisaient-ils entre l’image et le texte ? Comment envisageaient-ils la complémentarité des deux codes sémiotiques, et leur perception par leurs lecteurs ?

Atelier 2 – L’image par les mots : ekphrasis et illustration

Dans le cadre de cet atelier, nous avons eu le grand plaisir d’écouter deux chercheurs de renommée, Jean-Louis Claret et Danièle Berton-Charrière, qui se sont intéressés, respectivement, au cheminement du texte vers l’image, et de l’image vers le texte.

Jean-Louis Claret, MCF HDR à l’Université d’Aix-Marseille, nous a proposé une communication très originale portant sur la capacité du texte – en l’occurrence, du texte théâtral – de produire, dans l’esprit de son lecteur, des images visuelles poignantes qui donnent corps, d’une façon alternative à celle de la mise en scène, à un medium textuel. Après avoir examiné la question de l’« Ut Pictura Poesis » à la lumière, entre autres, d’auteurs comme Foucault ou Rancière, il nous a présenté une série d’illustrations de son cru, nées de sa lecture de plusieurs pièces de Shakespeare.

Danièle Berton-Charrière, Professeure émérite à l’Université Blaise Pascal Clermont-Auvergne, quant à elle, s’est intéressée aux représentations ecphractiques et intersémiotiques de Marie Stuart au fil de sa vie, des panégyriques la déifiant dans sa jeunesse aux représentations, parfois acerbes, de la Reine des Écossais déchue. Parmi ces représentations, tantôt visuelles, tantôt textuelles, tantôt intersémiotiques, cette communication a également soulevé la question de la place des autoportraits, en vers ou en broderie, de ce personnage historique fascinant.

Atelier 3 – Image et poésie

Ce dernier atelier, consacré à l’image produite par le texte poétique, a réuni trois communications centrées sur deux poètes métaphysiques : John Donne et Richard Crashaw.

Clémentine Bénard, membre du Centre interdisciplinaire d’étude des littératures d’Aix-Marseille (CIELAM, Université d’Aix-Marseille), s’est interrogée sur l’esthétique picturale de John Donne, notamment dans ses poèmes majeurs Metempsychosis et The First Anniversary, et sur la possibilité d’étudier ces textes à travers une grille de lecture propre aux arts visuels, ainsi que sur la question de la place qu’occupait cet aspect pictural dans le projet esthétique de Donne.

Jean du Verger, membre de l’équipe de recherche Voix Anglophones Littérature et Esthétique (VALE, Sorbonne), s’est penché quant à lui sur l’usage fréquent, par Donne, d’images directement tirées de la littérature emblématique et des codes héraldiques, et de la contribution de celles-ci aux caractéristiques presque visuelles et tactiles de sa poésie profane.

Enfin, Fabrice Schultz, membre, lui aussi, de l’équipe Savoirs dans l’Espace Anglophone – Représentation, Culture, Histoire (SEARCH, Université de Strasbourg), s’est intéressé à la question centrale du regard dans l’œuvre d’un autre poète métaphysique, Richard Crashaw. Crashaw, lui-même peintre de talent, propose à son lecteur une poésie destinée à son édification morale et religieuse, qui passe par l’éducation de son regard, afin que le lecteur adopte un mode herméneutique s’inscrivant dans la tradition méditative catholique et apprenne à transcender le regard physique pour se fier, plutôt, à celui de l’âme.

La journée s ‘est conclue par une table ronde, au cours de laquelle c’est la question de la possibilité, ou non, de « lire » une image (au sens où l’entendent des chercheurs comme Michael Leslie), approche qui constituerait une interface possible entre ces deux codes sémiotiques.

Pierre Le Duff

 

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search