2018, “Dynamiques des héritages” (Montpellier)

 

Lien vers les actes de la journée/link to the contributions: Actes_des_JDJC_N°1_Dynamiquesdeshéritages (2018)

Résumés, mots-clefs et notices biobibliographiques ci-dessous.

Abstracts, keywords and bio-bibliographies below.

1. Dynamiques des héritages : une dialectique fructueuse entre le passé et le présent

Charlène CRUXENT, Université Grenoble Alpes, ILCEA4, EA 7356

Nora GALLAND, Université Côte d’Azur, C.T.E.L. UPR 6307

Résumé

Cette introduction contextualise la publication de cette collection et en présente les six contributions.

Mots-clefs : héritage, legs, patrimoine culturel immatériel, transmission, autorité, canonisation, testament.

Abstract

This introduction contextualises the publication of this volume and presents its six articles.

Keywords: legacy, intangible cultural heritage, transmission, authority, canonization, testament.

Notices biobibliographiques

Professeure certifiée d’anglais, Charlène Cruxent est attachée temporaire d’enseignement et de recherche à l’Université Grenoble Alpes (Laboratoire ILCEA4 / EA 7356). En 2021, elle a soutenu une thèse intitulée « Naming and Nicknaming in Shakespeare’s World » qui a été co-dirigée par la Professeure Nathalie Vienne-Guerrin et Jean-Christophe Mayer, Directeur de Recherche au CNRS. Dans cette thèse, elle examine et contextualise la formation et l’utilisation des surnoms dans les œuvres de Shakespeare. Elle a publié plusieurs articles ainsi que des comptes rendus critiques d’ouvrages et de pièces de théâtre dans Cahiers Élisabéthains, Shakespeare Bulletin et Shakespeare en devenir – L’Œil du Spectateur. Charlène Cruxent s’intéresse à l’onomastique et à la sociolinguistique, aux phénomènes identitaires et aux mises en scène contemporaines des pièces des dramaturges de la Renaissance. Elle mène actuellement des recherches sur la place de Shakespeare au XXIe siècle, et elle s’intéresse particulièrement aux phénomènes d’adaptation, de traduction et de « tradaptation » de ses œuvres.

Nora Galland est agrégée d’anglais et A.T.E.R. à l’Université Côte d’Azur de Nice. Elle est rattachée au Centre Transdisciplinaire d’Épistémologie de la Littérature et des Arts Vivants (C.T.E.L. UPR 6307). Sa thèse de doctorat porte sur les « Déclinaisons de l’injure raciste dans le théâtre anglais des XVIe et XVIIe siècles », et a été dirigée par la Professeure Nathalie Vienne-Guerrin et Jean-Christophe Mayer, Directeur de Recherche au CNRS. Nora Galland s’intéresse à l’étude critique de la race à la première modernité, à l’intersectionnalité, à la violence verbale et aux adaptations et appropriations des pièces de Shakespeare. Elle a déjà publié dans Cahiers Shakespeare en Devenir, L’Œil du Spectateur, Arrêt sur Scène/Scene Focus et Cahiers Élisabéthains.

Bio-bibliographies

Charlène Cruxent is a certified teacher (CAPES) and a teaching and research fellow at the University Grenoble Alpes (Laboratory ILCEA4 / EA 7356). In 2021, she defended a PhD thesis entitled “Naming and Nicknaming in Shakespeare’s World”, which was directed by Professor Nathalie Vienne-Guerrin and Jean-Christophe Mayer, Director of Research at the CNRS. This doctoral thesis examines and contextualises the formation and use of nicknames in Shakespeare’s works. Charlène Cruxent has published several articles and critical reviews of books and plays in Cahiers Élisabéthains, Shakespeare Bulletin and Shakespeare en devenir – L’ Œil du Spectateur. She is interested in onomastics and sociolinguistics, social identity phenomena, and contemporary adaptations of early modern plays. She is currently conducting research on the place of Shakespeare in the 21st century, with a particular focus on adaptations, translations and “tradaptations” of his works.

“Agrégée”, Nora Galland is a teaching and research fellow at University Côte d’Azur in Nice. She is part of the Transdisciplinary Center for the Epistemology of Literature and the Living Arts (C.T.E.L. UPR 6307). Her PhD thesis explores a “Taxonomy of the racist insult in early modern English drama” and was supervised by Prof. Nathalie Vienne-Guerrin and Jean-Christophe Mayer, Research fellow at the CNRS (French National Centre for Scientific Research). She is interested in PCRS (premodern critical race studies), intersectionality and verbal violence as well as adaptations and appropriations of Shakespeare’s plays. Her work was published in Cahiers Shakespeare en Devenir, L’Œil du Spectateur, Arrêt sur Scène/Scene Focus et Cahiers Élisabéthains.

2. L’horreur en héritage : la mort de César mise en scène par Shakespeare et Voltaire

Justine MANGEANT, École Normale Supérieure de Lyon, ED 3LA

Manon TURBAN, Université Paris Cité, LARCA UMR 8225

Résumé

À travers une étude comparative des dramaturgies déployées par Shakespeare dans Julius Caesar et par Voltaire dans La Mort de César, cet article entend montrer comment l’horreur générée par la pièce anglaise pour créer la tension dramatique et offrir une représentation spectaculaire de la mort du personnage éponyme a pu influencer la composition dramatique de la tragédie voltairienne, permettant à son auteur de donner un nouveau souffle à la scène française et de tenter de la libérer des conventions héritées de l’âge classique.

Mots-clefs : Shakespeare, Voltaire, horreur, dramaturgie, héritage, meurtre, Jules César, tragédie, spectaculaire, Antiquité, politique

Abstract

By comparing the dramaturgy of Shakespeare’s Julius Caesar and of Voltaire’s La Mort de César, this article aims to show how the horror generated in the English play – to build up dramatic tension and give a spectacular staging of the eponymous character’s death – may have influenced the dramatic composition of the French tragedy, allowing its author to breathe new life into French drama, and to attempt to free it from the overbearing conventions it inherited from the seventeenth century.

Keywords: Shakespeare, Voltaire, horror, dramaturgy, heritage, murder, Julius Caesar, tragedy, spectacular, Classical Antiquity, politics

Notices biobibliographiques

Agrégée de lettres modernes, Justine Mangeant a soutenu une thèse consacrée aux tragédies de Voltaire en juin 2022. Préparée à l’ENS de Lyon sous la direction de Madame Catherine Volpilhac (professeure émérite de littérature française), cette thèse croise analyses génétiques et dramaturgiques. Ses recherches portant sur l’écriture dramatique de Voltaire à partir de l’étude des didascalies dans ses tragédies ont été récompensées en 2015 par le Prix Dix-Huitième siècle décerné à son mémoire de Master 2 par la Société Française d’Études du Dix-Huitième siècle (résumé disponible dans les Cahiers Voltaire n°15, article publié dans la revue Dix-Huitième siècle, n°48). Ses travaux et publications se sont depuis orientés vers l’analyse de manuscrits de théâtre, avec l’édition dans les Cahiers Voltaire en 2016 d’un manuscrit inédit de Zaïre, l’étude de la vaste production dramatique de Voltaire, ainsi que l’exploration des dramaturgies des Lumières.

Ancienne élève de l’École Normale Supérieure de Lyon et agrégée d’anglais, Manon Turban est actuellement en cinquième année de thèse au LARCA UMR 8225/ Université Paris Cité. Son travail de recherche, dirigé par Madame Ladan Niayesh (professeure en études anglophones à l’université Paris Cité), est consacré à la question des monstres et des émotions dans le théâtre de Shakespeare. Il s’inscrit dans la continuité d’un premier travail de recherche mené en Master 2 à l’ENS de Lyon sous la direction de Madame Sophie Lemercier-Goddard (maîtresse de conférence en littératures anglophones). Consacré à la monstruosité dans A Midsummer Night’s Dream, Othello et The Tempest, ce travail a reçu le prix du mémoire de la Société Française Shakespeare en 2017. Portant sur la question du monstrueux et de l’affect chez Shakespeare, la recherche de Manon Turban l’amène à considérer des thématiques diverses telles que la science, le genre, la dramaturgie ou encore la cartographie.

Bio-bibliographies

After obtaining the Agrégation in French literature, Justine Mangeant defended her PhD thesis at the ENS of Lyon in June 2022. Supervised by Prof. Catherine Volpilhac, this doctoral thesis focuses on Voltaire’s tragedies through the perspectives of genetic and dramaturgic approaches. The Société Française d’Études du Dix-Huitième siècle awarded her the “Prix Dix-Huitième siècle” for her Master’s thesis on stage directions in Voltaire’s tragedies – a summary of this thesis is available in Cahiers Voltaire n°15, and an article published in Dix-Huitième siècle, n°48, was also derived from this research. Since then, her work and publications have been dedicated to the analysis of manuscripts of plays, with the publication of a manuscript of Zaïre that had so far never been made available to the public, as well as to the study of Voltaire’s vast dramatic productions and the exploration of how Enlightenment authors wrote for the stage.

An alumna of the ENS of Lyon and a laureate of the Agrégation in English, Manon TURBAN is currently a fifth-year doctoral student at LARCA UMR 8225 / Université Paris Cité. Her PhD thesis, which is supervised by Ladan Niayesh, is dedicated to monsters and emotions in Shakespeare’s plays. This research follows her Master’s thesis, which she wrote under the supervision of Sophie Lemercier-Goddard at the ENS of Lyon. Studying monstrosity in A Midsummer Night’s Dream, Othello, and The Tempest, this thesis was awarded the Master’s thesis prize of the Société Française Shakespeare in 2017. Manon Turban’s research on monsters and affects in Shakespeare’s plays has led her to tackle various topics, such as science, gender, dramaturgy, or cartography. 

Justine Mangeant et Manon Turban tiennent à remercier très chaleureusement Madame Ladan Niayesh pour sa précieuse relecture et pour les corrections apportées à cet article.

Justine Mangeant and Manon Turban would like to warmly thank Ms. Ladan Niayesh for her valuable proofreading and corrections to this article.

3. Racist Insult and Non-Traditional Casting in Peter Sellars’s The Merchant of Venice (1994) and Othello (2009)

Nora GALLAND, Université Côte d’Azur, CTEL UPR 6307

Résumé

Dans ses mises en scène du Marchand de Venise (1994) au théâtre Goodman (Chicago) et d’Othello (2009) au Public Theater (New-York), Peter Sellars fait le choix de la modernité en reliant chaque production au contexte politique des émeutes raciales faisant suite au passage à tabac de Rodney King en 1994, et de l’élection de Barack Obama en 2008, qui a polarisé les Américains sur la question raciale. Un parallèle peut être établi entre deux définitions de la race : celle de la première modernité anglaise et celle de l’Amérique contemporaine. Il appert que les deux mises en scène créent un lien entre passé et présent à travers les choix de casting. Sellars a recours à un casting non-traditionnel (ou racial) qui déroute le public à travers une série de parallèles raciaux. Une telle innovation dans le casting a pour effet d’interroger la notion de race, en entraînant un changement de paradigme dans l’injure raciste. Dans les deux pièces, les scènes d’injures racistes sont récurrentes et assez bien connues des spectateurs. Cependant, Sellars modifie leur portée grâce au corps des acteurs et des actrices, mais aussi à la façon dont le public les perçoit. Cet article se propose d’explorer la façon dont Sellars et son équipe manipulent la perception de la race par les spectateurs, en jouant sur des changements de perspective, des effets de rémanence, les attentes du public et le racisme systémique.

Mots-clefs : race, injure, casting, mise en scène, racisme systémique, Peter Sellars, Marchand de Venise, Othello, Shakespeare, adaptation

Abstract

In his productions of The Merchant of Venice (1994) at the Goodman Theatre (Chicago) and Othello (2009) at The Public Theater (New-York), Peter Sellars resorts to a modern setting and intertwines each production with the political context of racial riots following the beating of Rodney King in 1994, and the election of Barack Obama in 2008 that polarized the Americans on issues of race. A connection is made between two definitions of the notion of race – the early modern English one, and the contemporary American one. Interestingly, both productions seem to rely on a link between past and present, which is articulated through the casting. Sellars resorted to a non-traditional or multiracial cast to break the audience’s expectations through a series of racial parallels. Such an innovation in casting politics has the effect of interrogating race by triggering a paradigm shift of the racial insult. In both plays, racist insult scenes are recurrent and usually well-known by the spectators. However, Sellars changes their scope thanks to the actors’ corporeality and the way the audience perceives it. This paper aims to explore the extent to which Sellars and his creative crew manipulate the spectators’ perception of race by playing with perspective changes, remanence effects, the audience’s expectations, and systemic racism.

Keywords: race, insult, casting, performance, systemic racism, Peter Sellars, Merchant of Venice, Othello, Shakespeare, adaptation

Notice biobibliographique

Nora Galland est agrégée d’anglais et A.T.E.R. à l’Université Côte d’Azur de Nice. Elle est rattachée au Centre Transdisciplinaire d’Épistémologie de la Littérature et des Arts Vivants (C.T.E.L. UPR 6307). Sa thèse de doctorat porte sur les « Déclinaisons de l’injure raciste dans le théâtre anglais des XVIe et XVIIe siècles », et a été dirigée par la Professeure Nathalie Vienne-Guerrin et Jean-Christophe Mayer, Directeur de Recherche au CNRS. Nora Galland s’intéresse à l’étude critique de la race à la première modernité, à l’intersectionnalité, à la violence verbale et aux adaptations et appropriations des pièces de Shakespeare. Elle a déjà publié dans Cahiers Shakespeare en Devenir, L’Œil du Spectateur, Arrêt sur Scène/Scene Focus et Cahiers Élisabéthains.

Bio-bibliography

“Agrégée”, Nora Galland is a teaching and research fellow at University Côte d’Azur in Nice. She is part of the Transdisciplinary Center for the Epistemology of Literature and the Living Arts (C.T.E.L. UPR 6307). Her PhD thesis explores a “Taxonomy of the racist insult in early modern English drama” and was supervised by Prof. Nathalie Vienne-Guerrin and Jean-Christophe Mayer, Research fellow at the CNRS (French National Centre for Scientific Research). She is interested in PCRS (premodern critical race studies), intersectionality and verbal violence as well as adaptations and appropriations of Shakespeare’s plays. Her work was published in Cahiers Shakespeare en Devenir, L’Œil du Spectateur, Arrêt sur Scène/Scene Focus et Cahiers Élisabéthains.

4. Héritage des romans by a lady : de l’école Burney à l’idéologie romantique

Lucy-Anne KATGELY, Université de Strasbourg, EA 2325 SEARCH

Résumé

Si les romans de Frances Burney réintégrèrent véritablement le canon littéraire à partir de la fin des années 1980, les romans signés by a lady qui s’en inspirèrent (1778-1820) restent dans l’obscurité. La réputation de Burney témoigne de la fluidité du canon et des nombreux critères qui conditionnent son accès, tels que le choix d’un éditeur, l’attention critique portée à une œuvre lors de sa publication, ou son inclusion ultérieure dans les anthologies. Cet article examine en quoi l’influence narrative de Burney sur ces romans anonymes agit sur leur réception à long terme. Il cherche à définir comment ces romans exclus du canon littéraire peuvent enrichir notre compréhension de la fiction de l’époque romantique au xxie siècle. L’analyse du vocabulaire employé dans les revues critiques permet de dégager deux phases, l’une correspondant à une période qui comprend les publications d’Evelina et de Cecilia, et l’autre celles de Camilla et de The Wanderer. En effet, une seule critique portant sur un roman by a lady mentionna Burney après 1791, année charnière de la publication de The Romance of The Forest, qui annonça l’entrée en scène successive d’autres modèles narratifs (Radcliffe, Edgeworth, More, Scott). Cette étude démontre que la concurrence des genres narratifs et la raréfaction des signatures genrées, moins en vogue après 1800, participent à l’oubli de ces romans. Considérés comme mineurs, ils incarnent pourtant l’aboutissement d’une tradition d’écriture de l’« école Burney » et forment une communauté d’œuvres empreintes de ce que l’on a nommé, a posteriori, l’« idéologie romantique ».

Mots-clefs : Frances Burney, anonymat, by a lady, canon littéraire, imitation, Romantisme

Abstract

While Frances Burney’s novels indisputably reentered the literary canon in the late 1980s and early 1990s, novels by a lady, which were modelled after them between 1778 and 1820, are mostly neglected. Burney’s reputation is testimony to the fluidity of the canon as well as to the many criteria that regulate its access, such as the choice of a publisher, the critical attention that a work receives after publication, or its subsequent inclusion in anthologies. This article examines how Burney’s narrative influence on these anonymous novels affected their long-term reception. It seeks to determine how these novels excluded from the literary canon can enrich our understanding of Romantic fiction today. The analysis of the vocabulary used in critical reviews brings to light two distinct phases, the first corresponding to a period that includes the publications of Evelina and Cecilia, and the second one corresponding to the moment when Camilla and The Wanderer were published. Indeed, only one review of a novel by a lady mentions Burney after 1791, a pivotal year which sees the publication of The Romance of the Forest, and which marks the successive appearance of other narrative models (Radcliffe, Edgeworth, More, Scott). This study shows that the competition of narrative genres, together with the rarefaction of gendered signatures – less common after 1800 – contributed to the lack of critical interest that these novels aroused. Regarded as minor works, they nonetheless epitomise the culmination of a writing tradition labelled the “Burney school” and constitute a body of work imbued with what has been called in retrospect “Romantic ideology”.

Keywords: Frances Burney, anonymity, by a lady, literary canon, imitation, Romanticism

Notice biobibliographique

Lucy-Anne Katgely a soutenu une thèse en littérature anglaise du xviiie siècle à l’université de Strasbourg en septembre 2021. Sa recherche porte sur les romans anonymes modelés d’après Evelina et Cecilia de Frances Burney ainsi que sur ceux de Sarah Harriet Burney, sa demi-sœur. Sa thèse s’intéresse plus particulièrement à la définition de la « marque de fabrique Burney » et examine comment les romans signés by a lady, négligés jusqu’à présent, composent une œuvre collective significative. Depuis septembre 2021, elle enseigne à Wadham College et St Catherine’s College à l’université d’Oxford.

Bio-bibliography

Lucy-Anne Katgely defended her PhD thesis in eighteenth-century English literature at the University of Strasbourg in 2021. Her research focuses on anonymous novels modelled after Frances Burney’s Evelina and Cecilia as well as on those of Sarah Harriet Burney, her half-sister. Her doctoral thesis focuses on the definition of the “Burney brand” and examines how overlooked novels “by a lady” form a significant collective work. She currently teaches at Wadham College and St Catherine’s College (University of Oxford).

5. Reading British Didactic Novels (1778-1814): From Initial Critical Reception to Modern Readership

Juliette MISSET, Université de Strasbourg

Résumé

Le canon littéraire est une notion instable mais déterminante pour l’élaboration de l’héritage culturel transmis de génération en génération, ainsi que pour les principes idéologiques qui sous-tendent cet héritage.1 La forme romanesque reste émergente au tournant du XIXe siècle en Grande-Bretagne, et ses codes ne sont pas encore clairement établis.2 Les premières anthologies de littérature britannique apparaissent au début du XIXe siècle et amorcent un processus de sélection d’œuvres considérées comme dignes de figurer au palmarès d’une culture commune à transmettre. Ce processus prend de l’ampleur tout au long du XIXe siècle, pour déboucher sur la création d’anthologies universitaires, qui servent aussi bien à la recherche qu’à l’enseignement. Le canon littéraire connaît ensuite d’importantes transformations dans la seconde moitié du XXe siècle, notamment avec les travaux de critiques féministes, qui visent à élargir le canon littéraire. L’influence de ces travaux est évidente, par exemple dans l’inclusion de plusieurs autrices, auparavant « tombées dans l’oubli », dans les récentes éditions de la collection Norton Anthologies, fréquemment utilisée dans l’enseignement universitaire anglophone. Cet article vise à interroger la relation à la tradition littéraire d’un corpus de romans didactiques majoritairement féminins publiés entre 1778 et 1814 en Grande-Bretagne, avec un intérêt tout particulier pour la période 1850-1950. Cet article considère d’autre part l’impact de ce processus sur l’enseignement de la littérature du long XVIIIe siècle en milieu universitaire et présente un projet de reader-response mis en place dans le cadre d’un cours prodigué à des étudiants inscrits en première année de licence.

1Voir Peter Rabinowitz, Before Reading: Narrative Conventions and the Politics of Interpretation, Ithaca and London, Cornell University Press, 1987.

2Voir Geoffrey Day, From Fiction to the Novel, London and New York, Routledge & Kegan Paul, 1987.

Mots-clefs : canon littéraire, roman, didactisme, long XVIIIe siècle, réception, enseignement

Abstract

The “literary canon” is an unstable notion, that nevertheless determines to a large extent the cultural heritage that is passed down from one generation to the next, and the ideological assumptions underlying that heritage.1 The novel, at the turn of the nineteenth century in England, was still an emerging form that had not yet clearly defined its own codes.2 The first anthologies of British literature appeared in the beginning of the nineteenth century, marking the beginning of a process of selection of what constitutes works worthy of being passed down as valuable literature into a shared cultural heritage. This process continued throughout the nineteenth century, leading in the twentieth century to academic anthologies, used for the purposes of both research and teaching. Crucial changes took place in the literary canon in the second half of the twentieth century with the advent of the feminist recovery project. This is reflected in the inclusion of many previously “forgotten” women writers in such widely used collections such as the Norton Anthologies, necessarily impacting teaching practices. The purpose of this paper is first of all to interrogate the canonization process — or lack thereof — of a corpus of primarily female didactic novels published between 1778 and 1814 in Britain. This paper also discusses some of the ways in which this process can affect undergraduate literature teaching of the long eighteenth century today, presenting the rationale for a project based on reader-response theory set at the undergraduate level.

1 See P. Rabinowitz, Before Reading…, 1987.

2 See G. Day, From Fiction to the Novel, 1987.

Keywords: literary canon, novel, didacticism, long eighteenth century, reception, teaching

Notice biobibliographique

Doctorante contractuelle et chargée d’une mission d’enseignement dans le département d’études anglophones à l’université de Strasbourg, Juliette Misset élabore une thèse intitulée Reading the British Didactic Novel, 1778-1814, sous la direction de Madame Anne Bandry-Scubbi (professeure en littératures anglophones). Sa recherche s’attache à questionner la manifestation du mode didactique au sein d’un corpus de romans majoritairement féminins de la période allant de 1778 à 1814, avec comme axes principaux le genre et l’évolution du canon littéraire.

Bio-bibliography

Juliette Misset is a Ph.D. candidate at the University of Strasbourg, where she also teaches. She is writing a dissertation entitled Reading the British Didactic Novel, 1778-1814, supervised by Prof. Anne Bandry-Scubbi. Her research focuses on the manifestation of the didactic mode in a corpus of novels primarily written by women between 17778 and 1814, and the questions of gender and canon-formation are explored.

Juliette Misset would like to thank Prof. Anne Bandry-Scubbi for her guidance and suggestions in the elaboration of this article.

6. Charles II et sa correspondance : héritage national et héritage familial

Lauriane BREMOND, Université Aix-Marseille, LERMA UR 853

Résumé

Charles II Stuart (1630-1660-1685) est un personnage historique complexe qui nous a laissé deux types d’héritages : un héritage public (son image, construite au fil des siècles par ses contemporains, puis par les historiens) et un héritage privé (sa correspondance, notamment celle entretenue avec sa plus jeune sœur, Henriette-Anne, duchesse d’Orléans). Y a-t-il une opposition entre ces deux héritages, à l’image de la séparation traditionnellement admise entre sphère publique et sphère privée ? L’étude de la correspondance entre le roi et sa sœur tend à prouver que ce n’est pas le cas. En effet, homme privé et personnage public se confondent dans ces écrits qui contiennent des informations concernant la vie privée du monarque (famille, maîtresses, amis) et la fonction royale qu’il occupe (politique intérieure et extérieure). Ce mélange, inhérent à la « lettre intime », peut certes s’expliquer par les contraintes techniques imposées par le commerce épistolaire. Mais il illustre avant tout la porosité entre sphère publique et sphère privée, porosité d’autant plus forte qu’il s’agit d’un souverain en exercice ; certains éléments relevant du domaine de l’intime ont donc un impact sur les affaires du royaume, comme par exemple, les relations du monarque avec son épouse, ses favorites et sa sœur, ou même son rapport à la religion catholique. Ainsi, même si le contenu de la correspondance vient nuancer l’image, plutôt négative, du monarque, nous préfèrerons parler de complémentarité entre héritage public et héritage privé plutôt que d’opposition, chacun nourrissant l’autre et contribuant à le rendre dynamique.

Mots-clefs : Charles Stuart, Roi Charles II, Henriette-Anne Stuart d’Angleterre, correspondance, héritage public, héritage privé

Abstract

Charles Stuart (1630-1660-1685), also known as King Charles II, is a complex historical figure who has left two types of legacies: a public one (his image, built over centuries by his contemporaries and modern historians), and a private one (his correspondence, notably the one with his youngest sister, Henrietta Anne, Duchess of Orléans). Is there a conflict between those two legacies, reflecting the usual separation between the public sphere and the private sphere? The study of this correspondence tends to prove that such a vision is irrelevant as the private man and the public figure mingle in letters which contain information about the King’s private life (family, lovers, friends…) and his political life (domestic and foreign affairs). This combination, inherent to the so-called “intimate letters”, can be explained by the technical constraints of any epistolary relationship. Above all, it illustrates the porous nature of the public and private spheres, especially for a ruling monarch as some elements concerning his personal life (his relationship with his wife, his mistresses and his sister, or his view on Catholicism) may have an impact on political affairs. This is why, instead of merely stating the obvious dichotomy between the two spheres, we shall endeavour to unravel the connections between the intertwining notions of public and private legacies, as each one feeds the other thereby contributing to make it more meaningful.

Keywords: Charles Stuart, King Charles II, Henrietta Anne Stuart of England, correspondence, public legacy, private legacy

Notice biobibliographique

Docteure en Études anglophones au sein du LERMA (Laboratoire d’Études et de Recherche sur le Monde Anglophone, UR 853) et professeure contractuelle à Aix-Marseille Université, Lauriane Brémond travaille sur la correspondance entre Charles II, roi d’Angleterre, et sa sœur Henriette-Anne, duchesse d’Orléans. Sa thèse est une édition bilingue et commentée de l’ensemble du corpus : à partir d’une transcription semi-diplomatique des manuscrits originaux comprenant des descriptions des documents, des commentaires sur la datation et des annotations textuelles, Lauriane Brémond propose une nouvelle traduction en français des lettres du roi et une mise en contexte de la correspondance grâce à des annotations contextuelles.

Bio-bibliography

Lauriane Brémond holds a PhD in English Studies. She is a member of the research centre Laboratoire d’Études et de Recherche sur le Monde Anglophone, and a temporary teacher at Aix-Marseille Université. Her research focuses on the correspondence between King Charles II Stuart and his sister, Henriette-Anne, Duchess of Orleans. Her PhD thesis is a bilingual and commentated edition of the entire corpus of letters: based on a semi diplomatic transcription of the original manuscripts – which also includes the description of the documents, some commentaries on the dating process, and textual annotations –, Lauriane Brémond translated the king’s letters into French, and put them back in their historical context thanks to contextual annotations.

7. L’œuvre gravé de Rembrandt et la pratique de l’invention à partir des modèles

Claire CHARRIER , HAR, Université de Paris- Nanterre

Résumé

Depuis la Renaissance, les artistes entretiennent un rapport d’émulation à la tradition. Ils tentent de prouver leur génie, en dépassant les maîtres auxquels ils rendent en même temps hommage. L’originalité de Rembrandt est de ne pas reconnaître explicitement les œuvres dont il s’inspire. Sa pratique non-conventionnelle de l’eau-forte lui permet de mettre à l’épreuve les principes de ses prédécesseurs. Son travail les transforme, de façon à engendrer des œuvres inédites et très personnelles. Étudier les quelques rares estampes de Rembrandt qui font explicitement référence à la tradition aide à déterminer l’écart vis-à-vis du modèle. Procédant par variations, il retrouve la force d’inspiration de ses prédécesseurs, avant qu’elle ne soit mise en forme dans une œuvre. Cette recherche s’apparente à une quête du sublime artistique et religieux, à jamais inachevée. Les emprunts aux autres œuvres tendent à disparaître, en s’intégrant dans une nouvelle estampe. Ils prennent la forme d’archétypes, d’un langage symbolique universel, tout en inspirant une nouvelle manière artistique. Repérable, mais discrète, leur présence manifeste l’écart entre l’imperfection des moyens artistiques et la plénitude du kairos, l’accord de la manière et du sujet, qui suppose de cacher les techniques dans le naturel. Rembrandt nous apprend qu’un travail d’écoute et de mise en écho des autres œuvres est indispensable. Ce travail aide l’artiste à devenir un passeur du sublime. Adoptant des points de vue variés, il est susceptible de toucher différentes sensibilités.

Mots-clefs : sublime, gravure, émulation, kairos, témoignage, inspiration, résonance, variations, art italien, clair-obscur.

Abstract

Since the Renaissance, artists have maintained a link with tradition by imitating their predecessors. Artists try to prove their genius by going beyond great masters while paying tribute to their art at the same time. Rembrandt’s originality resides in the concealment of his models. His non-conventional etching technique allows him to challenge the ideas of his predecessors. His work transforms them and generates new and very personal works of art. Studying the few prints Rembrandt produced – prints which make explicit reference to tradition – enables us to determine the deviation from the model. Through variations, he regains the inspiration of his predecessors, before it is put into shape in his work. This research may be described as a quest for the artistic and religious sublime, which can never be achieved. The elements borrowed from other works tend to disappear once they are inserted into a new piece of art. They take the form of archetypes, of a universal symbolic language, while inspiring a new artistic expression. Recognizable but discreet, their presence reveals the gap between the imperfection of artistic means and the fullness of the kairos, the agreement between manner and subject, which implies hiding the artistic technique in a naturalistic work. Rembrandt teaches us that taking heed of, and reflecting on other works is essential. This work helps the artist to become a conveyor of the sublime. Having absorbed various points of view, he is likely to affect different sensitivities.

Keywords: Sublime, etching, emulating, kairos, testimony, inspiration, resonance, variations, Italian art, chiaroscuro.

Notice biobibliographique

Claire Charrier est docteure en philosophie. Sa thèse, Du sublime dans l’œuvre gravé de Rembrandt, soutenue en 2016 sous la co-direction de Madame Baldine Saint Girons (professeure émérite en philosophie à l’université Paris Nanterre) et de Madame Marianne Cojannot-Le Blanc (professeure d’histoire de l’art à l’université Paris Nanterre), a été publiée en mars 2022 aux Presses Universitaires de Rennes. Claire Charrier est l’autrice de plusieurs articles sur Rembrandt dans lesquels elle traite de la possibilité d’analyser la technique de l’artiste et son effet grâce à l’idée du sublime. Elle s’interroge également sur les questions religieuses à travers l’étude du témoignage et la kénose, ainsi que sur le problème qu’ouvre le rapport entre la pensée de Rembrandt et celle de Luther, à savoir le traitement de la figure du mendiant et de son enjeu social.

Bio-bibliography

Claire Charrier holds a PhD in philosophy. Her thesis, entitled “The sublime in the engraved work of Rembrandt” and supervised by Ms. Baldine Saint Girons (Emeritus professor in philosophy at the University of Paris Nanterre) and Ms. Marianne Cojannot-Le Blanc (Professor of history of art at the University of Paris Nanterre), was published in March 2022 by Presses Universitaires de Rennes. Claire Charrier has written several articles on Rembrandt in which she discusses the possibility of analyzing the artist’s technique and its effect through the idea of the sublime. She also deals with religious matters through the study of testimony and kenosis, as well as the problem the relationship between Rembrandt’s thinking and that of Luther poses, namely as regards the treatment of the figure of the beggar and of its social implications.

Louise McCarthy
Louise McCarthy
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search