Comment bien préparer l’oral pour le contrat doctoral ?

L’oral devant jury pour l’obtention d’un contrat doctoral est la dernière épreuve de la candidature pour être financé.e pour sa thèse. Il arrive au terme de la procédure de candidature en ligne. Je vais donner ici différents conseils, tirés de mon expérience et de celles que m’ont partagées mes proches et collègues, pour vous aider à préparer cet oral.

 

Remarques préliminaires :

Candidat au contrat doctoral devant jury (Lemonnier, Le salon de Madame Geoffrin, 1812) ©Web Gallery of Art

Avant toute chose, il est très important de bien identifier à quel type de contrat vous postulez. Cela est décisif pour au moins deux raisons.
D’abord, le calendrier dépend du type de contrat auquel vous candidatez. Sur ce point, les calendriers varient d’année en année. Il faut se méfier des phrases de couloir du type « d’habitude c’est de telle date à telle date les candidatures » et chercher à obtenir des informations précises sur la date de candidature de l’année en cours. Il existe généralement un site référent où déposer les pièces de candidature (à ma connaissance, TEBL, Amethis, Adum, etc.), mais là encore les infos peuvent dater de l’année dernière…
Ensuite, car cela détermine qui finance ou cofinance (MSH, région, établissement etc.), votre discours devra être adapté aux différents axes thématiques de cet/ces organisme.s. En effet, une partie de votre travail pour cet oral consiste à traduire, ou plutôt de resémantiser votre sujet de thèse dans la langue et le lexique de ces organismes. En termes wittgensteiniens, on dirait que le projet que vous présentez doit se trouver à l’intersection des différents jeux de langage de votre laboratoire d’accueil, l’école doctorale, et l’autre organisme de financement s’il y en a un.

 

Composition du texte de support :

Candidat en train de préparer ses notes (Carmontelle, David Hume, 1764) ©Creative Commons

Au moment de la composition du texte de votre oral, n’hésitez pas à vous familiariser d’abord de loin avec les travaux de recherches des éventuels membres du jury. Généralement les membres du Jury sont membres du conseil de l’ED, mais une personne extérieure peut être convoquée aussi. Pour avoir une idée des personnes qui vont le composer, allez consulter la liste des membres de ce conseil. Normalement, (pour être plus juste, légalement, mais là encore ça varie…), vous ne pourrez pas avoir accès à la liste des membres du jury. Cela vous indiquera quel sera votre public à conquérir lors de l’oral.
Dans tous les cas, privilégiez la clarté, la formulation explicite de la problématique et des enjeux.
Pour cet oral, mais comme pour beaucoup d’autres, je vous conseille pour le plan d’adopter la formule Ethos/Logos/Pathos. D’abord, optez pour une introduction où vous vous présentez en même temps que votre sujet. C’est le moment de dire “je” et de parler un peu du parcours qui vous mène à cette candidature. Ensuite, progressez vers un moment d’exposition logique de votre sujet, où il vaut mieux privilégier l’emploi de structures de phrases impersonnelles ?. C’est le développement : vous expliquez vos motivations scientifiques et les arguments qui font que votre sujet est pertinent. Enfin, dans la conclusion, c’est le moment de dire « nous » : vous insistez sur les enjeux de votre travail, son inscription dans des perspectives de recherches collectives, les intérêts du laboratoire et l’école doctorale.
Vous pouvez également demander à votre directeur de thèse d’essayer de vous fournir un exemple de texte qui a obtenu un contrat dans les années précédentes.
En ayant en tête les profils des membres du jury, vous pouvez prévoir des moments de votre présentation qui ouvrent (explicitement ou non) sur d’éventuelles questions que vous aurez préalablement préparées. De manière générale, dans cet exercice comme dans d’autres, il est bon si l’on a le temps de préparer quelques réponses à des questions qui seraient évidentes sur votre sujet.
Gardez en tête aussi que les membres du jury ne sélectionnent pas seulement un dossier. Ils choisissent aussi un futur collègue dans les activités de recherches de leurs laboratoires, de l’ED ou de l’université de manière générale. L’image que vous allez renvoyer est donc très importante.

 

Avant le passage :

Entraînez-vous beaucoup, devant autant de monde que vous le pouvez pour ajuster le temps de votre oral et avoir le maximum de retours. N’hésitez pas à solliciter d’anciens professeurs, des doctorant.e.s, etc. Comme la présentation est généralement courte, vous trouverez normalement assez facilement des volontaires. Si vous faites déjà partie d’une société savante, comme la SEAA17-18, n’hésitez pas à contacter le collège des doctorants qui pourra peut-être se rendre disponible pour un oral blanc !
Bon courage !

 

Louis Pichot

Agenda artistique – Festival d’Avignon 2024

Du 29 juin au 21 juillet a lieu la 78e édition du plus grand festival de théâtre en France, le Festival d’Avignon. Après l’anglais en 2023, c’est la langue espagnole et la culture hispanique qui sont célébrées lors de cette édition. S’il n’est donc pas étonnant de retrouver Don Quichotte dans de nombreux spectacles et films en lien avec la première modernité au programme du IN (le programme du OFF devrait sortir en juin), l’ingénieux hidalgo n’est pas la seule figure centrale de nos corpus mise à l’honneur cette année : Richard III sera également présent.

Visuel de la 78e édition du Fesrival d'Avignon
Visuel de la 78e édition du Fesrival d’Avignon, capture d’écran réalisée à partir du site officiel © Festival d’Avignon

Pour réserver vos places, rendez-vous sur le site officiel du Festival. Les places de cinéma sont à 7€50, les places de théâtre à 10€ avec la carte 3 clés, qui coûte 1€ pour les étudiants. Le tarif normal est de 30€. N’hésitez pas à appeler la billetterie s’il ne reste plus de places en ligne, il y a généralement des quotas définis pour chaque mode de vente.

Quichotte

Après Le Songe d’une nuit d’été lors de l’édition 2023, le metteur en scène Gwenaël Morin revient avec une « variation libre » sur un autre classique de la littérature de la première modernité. Gwenaël Morin livre ici le deuxième spectacle de son projet Démonter les remparts pour finir le pont, qui doit courir sur quatre éditions du Festival.

Du lundi 1er juillet au samedi 20 juillet, Jardin de la rue de Mons, Maison Jean Vilar (où avait déjà été représenté son Songe)

Honor de cavallería

Honor de cavallería © Albert Serra
Honor de cavallería © Albert Serra

En parallèle du spectacle de Gwenaël Morin, le film Honor de cavallería d’Albert Serra, lui aussi en lien avec le Quichotte, est projeté au cinéma Utopia dans le cadre du programme Territoires cinématographiques du Festival, qui a pour vocation d’être un espace de dialogue entre le spectacle vivant et le cinéma. Sorti en 2006, le film part d’une question : « Et si le Quichotte n’existait pas ? ».

Jeudi 4 juillet à 15h, cinéma Utopia-Manutention

Juana ficción

Également en lien avec le Siècle d’or espagnol est programmé un spectacle de danse créé par La Ribot et Asier Puga, qui met en scène la figure de Jeanne Ire de Castille, dite Jeanne la Folle, mère de Charles Quint. En 1992, La Ribot avait déjà consacré une pièce à cette reine méconnue de l’histoire espagnole, El triste que nunca os vido. Elle revient trente ans plus tard sur cette figure tragique, source d’inspiration cette fois d’un spectacle de danse et de musique qui entend lui redonner une voix.

Du mercredi 3 juillet au dimanche 7 juillet, Cloître des Célestins

Història d’un senglar (o alguna cosa de Ricard)

Història d'un senglar (o alguna cosa de Ricard), Gabriel Calderón © Felipe Mena
Història d’un senglar (o alguna cosa de Ricard), Gabriel Calderón © Felipe Mena

Le spectacle suivant sort de Don Quichotte mais reste dans la sphère hispanique : il s’agit d’une adaptation de Richard III de Shakespeare mise en scène par Gabriel Calderón. Dans ce seul-en-scène, l’acteur Joan Carreras incarne à la fois Richard III et l’acteur qui le joue, pour qui ce rôle représente une véritable opportunité de voir sa carrière décoller.

Du vendredi 12 juillet au dimanche 21 juillet, Théâtre Benoît-XII

The Lost king

En lien avec Richard III est projeté le film The Lost King (2022) de Stephen Frears, histoire romancée de la découverte de l’emplacement de la dépouille de Richard III par Philippa Langley en 2012.

Lundi 15 juillet à 15h, cinéma Utopia-Manutention

Et aussi : Liberté, d’Albert Serra

Un dernier évènement qui a trait à la première modernité est le film Liberté, également réalisé par Albert Serra. Ce film de 2019, inspiré de l’œuvre du Marquis de Sade, met en scène les aventures de libertins expulsés de la cour de Louis XVI.

Jeudi 4 juillet à 18h, cinéma Utopia-Manutention

Potrait de l'autrice, Alice Marion-Ferrand
Alice Marion-Ferrand

CFP : “Racines, radicalité, organicité en France et dans le monde anglo-américain aux XVIIe et XVIIIe siècles”, JDJC (Lille, 17-18 oct. 2024)

Journées Doctorant.es et Jeunes Chercheur.euses 2024 de la SEAA17-18 et de la Société Française d’Étude du XVIIIe siècle (SFEDS)

Université de Lille, les 17 et 18 octobre 2024

[English version below]

Organisateurs : Julien Beckaert (CECILLE, université de Lille), Aude Lecimbre (ALITHILA, UdL), Alice Marion-Ferrand (IRCL, Montpellier3), Vanessa Alayrac-Fielding (CECILLE, UdL / SEAA1718), Caroline Jacot Grapa (ALITHILA, UdL / SFEDS)

Comité scientifique : Laurent Châtel (UdL), Aude de Mézerac (UdL), Pierre Labrune (UdL), Émilie Seguin (UdL), Alice Leroy (UdL)

Au cours du XVIIe et XVIIIe siècles, les trois notions de « racines », « radicalité » et « organicité » n’ont cessé d’être pensées, débattues, défendues ou pourfendues dans de nombreux champs disciplinaires relevant de la pensée politique, la religion, la philosophie, l’histoire des sciences, l’esthétique, ou encore l’histoire de l’art. Ces journées se proposent de mettre au jour les dynamiques qu’elles invitent à explorer.

Si racine appartient à différents domaines scientifiques (astronomie, botanique, mathématique et algèbre), l’adjectif radical marque « la source, principe de quelque chose » : en 1694, le Dictionnaire de l’Académie française donne ce bel exemple, « Lumiere radicale, La lumiere d’un corps qui est lumineux par luy-mesme ». Syntagme dont s’est saisi Jonathan Israel dans son ouvrages Les Lumières radicales pour penser à nouveaux frais un mouvement intellectuel critique qui irait de Descartes et Spinoza à Pierre Bayle, qui porte la pensée du 18e siècle. Si le dérivé radicalité n’apparaît qu’au 19e siècle, on peut interroger son sens politique dès le XVIIe siècle. Si la radicalité porte en soi sa propre lumière, elle semble impliquer un mouvement qui empêche tout retour en arrière, une exigence voire une intransigeance qui prend le risque de la violence révolutionnaire.

Bien qu’on puisse estimer que les textes des Philosophes excluent toute forme de radicalité si l’on considère qu’ils souhaitent faire évoluer les consciences vers davantage de tolérance, l’existence de la notion de radicalité est au cœur de leurs textes, qui s’inscrivent dans la tradition des libertins du grand siècle, ce que montre par exemple Claude Morilhat dans son ouvrage La Mettrie : un matérialisme radical ou encore le livre intitulé Les Lumières radicales et le politique sous la direction de Marta García-Alonso. Les écrivains de l’époque semblent pressentir le mouvement révolutionnaire et ils illustrent ce concept tout autant par les thèmes qu’ils abordent que par leur prise de position parfois véhémentes. C’est le cas de Denis Diderot qui, dans ses dernières œuvres, adopte un point de vue de plus en plus radical sur les bouleversements sociaux et politiques des années 1770 et ne s’interdit pas de louer le livre « qui fait naître des Brutus ». Ses prises de position politiques et son soutien « aux insurgents d’Amérique » s’imposent dans ses contributions à l’Histoire des deux Indes de l’abbé Raynal.

Organicité touche au vivant, la notion renvoie au corps comme totalité au sens propre et au sens figuré, organisation et système en développement et en évolution – on renverra au livre de Judith Schlanger, Les métaphores de l’organisme. Ainsi l’image de l’arbre coupé ou déraciné peut évoquer les crises politiques qui, au cours de la période, menacent les soubassements organiques du corps politique, et appellent à sa refondation. Ces différentes notions pourront être envisagées du point de vue de l’histoire intellectuelle, en littérature et dans les arts, et dans des contextes historiques spécifiques de crise ou de révolution.

La notion de radicalité en littérature pourra être envisagée du côté de l’éloquence des écrivains et des Philosophes des Lumières, mais elle entre aussi dans les représentations, dans la construction du personnel romanesque ou dramaturgique de leurs œuvres. Les héros de tous bords, martyrs, prédicateurs, despotes, fanatiques, sont autant de personnages mis sur le devant de la scène qui portent en eux une forme de radicalité. Il pourra être intéressant d’étudier la notion d’un point de vue poétique et rhétorique, et de voir quels rapports elle entretient avec le traitement des passions. De même, on pourra interroger l’intérêt du public pour certaines figures de prédicateurs ou de fanatiques. Voltaire, de sa pièce Le Fanatisme, et Mahomet le prophète en 1741 à son Traité sur la tolérance (1763), écrit pour lutter contre l’intolérance religieuse. Dans sa tragédie Le Fanatisme, et Mahomet le prophète, il reconnaît avoir déformé la vérité historique et radicalisé le personnage pour produire un effet sur le public, ce qui renvoie aux débats sur le principe de bienséance conçu d’après La Poétique d’Aristote. On pourra interroger les enjeux esthétiques des représentations extrêmes – des martyrs, des crimes et des soulèvements par exemple, dans la peinture d’histoire.

Le discours radical regroupe de nombreuses revendications politiques, telles que la tolérance religieuse, la souveraineté populaire, ou encore le suffrage universel. Des puritains des XVIIe et XVIIIe siècles aux chartistes du siècle suivant, du socialisme agraire des Diggers à l’abolition de l’esclavage soutenue par John Cartwright, de nombreux mouvements, dans la rue comme sur les bancs du Parlement, réclament des droits sociaux, religieux ou économiques. Si les radicaux se tournent vers l’avenir lorsqu’ils souhaitent provoquer un basculement vers un nouvel ordre social, ils se référent également au passé afin d’inscrire leur programme dans le sillage de figures tutélaires, historiques ou mythiques. C’est le cas du roi Alfred le Grand, que les radicaux partisans de la réforme parlementaire érigèrent en figure fédératrice, garante des libertés du « freeborn Englishman ». En s’appuyant ainsi sur des racines perçues comme idéales, le radicalisme prône une reconquête de droits jadis obtenus mais peu à peu dévoyés par ce que le conservatisme, auquel il s’oppose, appelle tradition. Celle-ci fut régulièrement défendue par Edmund Burke, notamment dans Reflections on the Revolution in France (1790), comme seul principe capable d’assurer la continuité et la stabilité d’une société.

L’époque moderne est émaillée d’événements illustrant les rapports de force entre des groupes sociaux a posteriori qualifiés de radicaux, tels que les Levellers en Angleterre lors de la première révolution anglaise ou les Jacobins pendant la Révolution française, et les puissances réactionnaires. De la Glorieuse révolution (1688-1689) à la Guerre d’indépendance des États-Unis (1775-1783) et la guerre de la première coalition (1792-1797), des conflits éclatent en Europe et en Amérique. Cet âge dit des révolutions témoigne du déploiement à grande échelle de principes lentement élaborés, notamment par la philosophie des Lumières. Des figures, telles que celle de Thomas Paine, participent de la diffusion de ces idées sur une scène désormais internationale. Ce dernier publie Common Sense en 1776 avant d’être élu député de la Convention pour le Pas-de-Calais en 1792. Rompant avec la couronne anglaise, l’absolutisme ou l’Ancien régime, la Grande-Bretagne, la France et la jeune Amérique plantent alors les graines de nouveaux systèmes représentatifs en rédigeant chartes et constitutions.

Les propositions de communications sont à envoyer avant le 20 juin sous la forme d’un abstract de 300 mots maximum, en français ou en anglais, accompagné d’une brève bio-bibliographie à l’adresse suivante : jdjclille@gmail.com

Roots, radicality, organicity in france and the anglo-american world in the XVIIth and XVIIIth centuries

Post-Graduate Study Days 2024 organised by the SEAA17-18 and the Société Française d’Étude du XVIIIe siècle (SFEDS)

University of Lille, 17th and 18th October 2024

Organisers : Julien Beckaert (CECILLE, université de Lille), Alice Marion-Ferrand (IRCL, Montpellier3) Aude Lecimbre (ALITHILA, UdL), Vanessa Alayrac-Fielding (CECILLE, UdL / SEAA1718), Caroline Jacot Grapa (ALITHILA, UdL / SFEDS)

Scientific Committee : Laurent Châtel (UdL), Aude de Mézerac (UdL), Pierre Labrune (UdL), Émilie Seguin (UdL), Alice Leroy (UdL)

Throughout the XVIIth and XVIIIth centuries, the three notions of “roots”, “radicality” and “organicity” were relentlessly addressed, debated, defended or repudiated in a wide range of disciplinary fields, including political thought, religion, philosophy, the history of science, aesthetics and art history. These post-graduate study days will explore the numerous ways in which these three terms intersect, respond and/or confront one another, by examining them in a dynamic combination.

While the noun “root” belongs to different scientific fields (astronomy, botany, mathematics and algebra), the adjective “radical” denotes “the origin, the principle of something”. In 1694, the Dictionnaire de l’Académie française provided this telling example: “Lumiere radicale, La lumiere d’un corps qui est lumineux par luy-mesme” (“Radical light, the light of a body luminous by itself”). Jonathan Israel used this term in his book Radical Enlightenment to re-think the critical intellectual movement of the Enlightenment ranging from Descartes and Spinoza to Pierre Bayle. Although the term radicalism did not appear until the 19th century, its political meaning can be traced back to the 17th century.

While the Philosophes’ texts might be seen as rejecting any form of radicalism, given their desire to move people’s consciences towards greater tolerance, the very existence of radicality is a central feature of their texts which follow in the tradition of the libertines of the great century, as shown, for example, by Claude Morilhat’s La Mettrie: un matérialisme radical and the book Les Lumières radicales et le politique edited by Marta García-Alonso. Writers of the period seemed to foresee the revolutionary movement. They illustrated this concept both through the themes they tackled and the positions they sometimes vehemently took. This was true of Denis Diderot, who, in his later works, took an increasingly radical view of the social and political upheavals of the 1770s and was not afraid to praise the book “qui fait naître des Brutus” (“which gives birth to Brutus”). His political stance and his support for “the insurgents in America” were evident in his contributions to Abbé Raynal’s Histoire des deux Indes.

Organicity relates to living matter, to the notion of body as a totality in the literal and figurative sense, a developing and evolving organisation and system – see Judith Schlanger’s book Les métaphores de l’organisme. The image of the cut or uprooted tree recalls the political crises that threatened the organic foundations of the body politic over the period and called for its refoundation. These different notions can be considered from the point of view of intellectual history, in literature and the arts, and in specific historical contexts of crisis or revolution.

The notion of radicalism in literature can be considered in connection with the eloquence of the writers and philosophers of the Enlightenment, and is also tackled in many novels and plays of the period. Heroes of all sorts – martyrs, preachers, despots, fanatics – are all characters brought to centre stage who carry a form of radicalism within them. It might be interesting to study the notion from a poetic and rhetorical point of view, and to see how it relates to the treatment of passions. Similarly, we might examine the public’s interest in certain figures of preachers or fanatics. Voltaire, from his play Le Fanatisme, et Mahomet le prophète in 1741 to his Traité sur la tolérance (1763), wrote to combat religious intolerance. In his tragedy Le Fanatisme, et Mahomet le prophète, he admits to having distorted the historical truth and radicalised the character to produce an effect on the public, which brings us back to the debates on the principle of propriety conceived after Aristotle’s Poetics. The aesthetic implications of extreme representations of martyrs, crimes and uprisings could also be explored in history painting.

The radical discourse encompasses a wide range of political demands, such as religious tolerance, popular sovereignty and universal suffrage. From the Puritans of the XVIIth and XVIIIth centuries to the Chartists in the following century, from the agrarian socialism of the Diggers to the abolition of slavery supported by John Cartwright, many movements, in the streets and on the benches of Parliament, called for social, religious or economic rights. While radicals looked to the future when they wished to bring about a shift towards a new social order, they also referred to the past in order to inscribe their programme in the wake of historical or mythical figures. This was the case with King Alfred the Great, who was seen by the radical supporters of parliamentary reform as a unifying figure safeguarding the liberty of the “freeborn Englishman”. By drawing on roots perceived as ideal, radicalism calls for the reconquest of rights that had once been obtained but had gradually been corrupted by what conservatism, to which it is opposed, calls tradition. The latter was regularly defended by Edmund Burke, notably in Reflections on the Revolution in France (1790), as the only principle that could ensure the continuity and stability of a society.

The modern era witnessed a series of events illustrating the balance of power between social groups that have subsequently been described as radical, such as the Levellers in England during the first English Revolution or the Jacobins during the French Revolution, and the reactionary powers. From the Glorious Revolution (1688-1689) to the American War of Independence (1775-1783) and the War of the First Coalition (1792-1797), conflicts broke out in Europe and America. This age of revolution witnessed the large-scale development of principles that had been slowly elaborated, in particular by the philosophy of the Enlightenment. Figures such as Thomas Paine helped to spread these ideas on what was now an international stage. He published Common Sense in 1776 before being elected as a member of the Convention for Pas-de-Calais in 1792. By breaking with the English Crown, absolutism and the Ancien Régime, Great Britain, France and the new America sowed the seeds of new representative systems with the drafting of charters and constitutions.

Proposals for papers should be sent before 20 June in the form of an abstract of 300 words maximum, in French or English, and a brief bio-bibliography to the following address: jdjclille@gmail.com

Potrait de l'autrice, Alice Marion-Ferrand
Alice Marion-Ferrand

Paris: Bibliothèque Nationale de France, “Cartes & Plans” (2e arr.)

Il y a quelque chose d’ironique à avoir besoin d’un guide pour trouver sa route jusqu’au département des Cartes et Plans. Mais voici tout de même de quoi faciliter votre venue dans les nouveaux locaux du département.

Au préalable

Réservez une place et des documents depuis votre espace BNF en ligne. Attention, comme sur le site François-Mitterrand, les salles de lecture sont fermées le lundi avant 14h.*

BNF - bibliothèque - paris
Le Jardin Vivienne vu du bâtiment des Cartes&Plans (crédit; Louise McCarthy)

Muni·e de votre pass recherche, rendez-vous sur le site Richelieu de la BNF. L’entrée par le portail de la rue Vivienne sera plus commode, même s’il peut y avoir des touristes: vous reconnaîtrez les lieux à la grande cour et à ses palmiers (le Jardin Vivienne). Une fois les contrôles de sécurité passés, laissez le bâtiment principal sur votre droite et dirigez-vous vers la gauche.

Approchez de la porte dans l’angle, et scannez votre pass recherche pour débloquer la porte. Les « Cartes et Plans » (code CPL lors des réservations en ligne) sont au 6e étage, accessible par les escaliers blancs en colimaçon, ou par l’ascenseur (sur la gauche, derrière les piliers).

Rites d’entrée

BNF - Richelieu - Paris
L’entrée des Estampes/Cartes&Plans (crédit: Louise McCarthy)

Passez les hautes portes des « Estampes » (il faut tirer celle de gauche vers soi) et transmettez votre carte BNF à l’accueil dont le bureau sera directement sur votre gauche. En échange de votre carte, vous obtiendrez une clef et une plaque comportant un numéro. La clef vous permet d’ouvrir un casier dans la salle en face des « Estampes ». Si vous avez des sacs de taille importante ou une valise, mieux vaut avoir laissé ses affaires dans les casiers plus volumineux à l’accueil du site Richelieu, dans le bâtiment en face. Une fois débarrassé·e de vos affaires, apportez votre plaque numérotée au bureau au bout de la salle des Estampes où vous collecterez vos documents. Prenez ensuite place à la table indiquée.

A noter

  • bibliothèque - paris
    Ouvrages en libre accès aux Cartes&Plans (crédit: Louise McCarthy)
    Vous ne pouvez pas apporter de nourriture, de boissons ou même votre manteau, quoiqu’il soit encore permis de garder ses vêtements.
  • L’accès à certains ouvrages est soumis aux conditions de réservation de la BNF. D’autres volumes sont directement accessibles en salle.
  • Depuis le 4 mars, la BNF renforce son dispositif de sécurité, ce qui implique désormais de montrer patte blanche en sortant (vérification de l’ordinateur, de sa pochette, carnets…).
  • Il ne fait pas très chaud dans cette salle de travail, mais les chaises sont autrement plus confortables que celles du site François-Mitterrand.
Les +
  • Le Jardin Vivienne pour une pause ensoleillée
  • La salle Ovale et la Salle Labrouste: des alternatives sympathiques à proximité
  • Le passage Vivienne, le Palais Royal et autres lieux connus tout près du site
  • Les délicieux cookies de ‘The Coffee’

*Pour un guide vers les salles de lecture du site Mitterrand, cliquer ici.

Le site des Cartes & Plans: https://www.bnf.fr/fr/departement-cartes-et-plans

Louise McCarthy
Louise McCarthy

 

Londres: British Museum (‘Prints & Drawings’)

Certaines institutions sont bien connues pour leurs expositions publiques, mais tous leurs trésors ne sont pas en vitrine. En effet, la pierre de Rosette et autres larcins impériaux muséifiés ne représentent pas le seul intérêt du monumental British Museum. Voici donc un court guide pour se rendre dans l’un des espaces plus secrets de ce musée: les salles de travail du département des ‘Prints & Drawings’.

Au préalable

 

British Museum - reading room - research
Identification des documents à consulter (credit: Louise McCarthy)

Comme souvent, le point de départ est sur internet et il faut réserver sa place en avance (quelques semaines suffiront). Après avoir identifié les documents désirés, il suffit d’envoyer un email à l’adresse indiquée, avec leur formulaire dûment renseigné en pièce jointe. Il faut avoir repéré le titre et le code de chaque document, et établi sa liste de 15 items maximum.

Horaires


Attention, les salles de travail ne sont ouvertes que les mercredi, jeudi et vendredi, de 10h30 à 16h. Vous serez mis·e à la porte pour une pause déjeuner obligatoire de 13h à 14h. Il est possible de laisser ses affaires au vestiaire et de se promener dans le musée en attendant. Des sandwiches et gâteaux peuvent être achetés dans le musée afin de gagner du temps. 

Mais comment entrer?

British Museum
The British Museum (credit: Nicole Baster, on Unsplash)

Curieusement, la réservation d’une place aux ‘Prints & Drawings’ ne vient pas avec une carte de lecteurice ou de billet afin d’entrer dans le musée et accéder aux study rooms qui sont à l’intérieur. Les foules qui se pressent aux portes du musée et les files d’attentes qui s’étirent sur 10km de trottoir ont de quoi terrifier. Mais il est tout à fait possible de se frayer son propre chemin jusqu’à la salle 90. Dirigez-vous vers l’entrée nord (Montague Place) et rapprochez-vous d’un membre du staff ou de la sécurité pour demander un accès direct au 4e étage (salle 90). Les emails échangés avec le personnel  pourront servir de preuve. Vous aurez peut-être la chance d’être accompagné·e jusqu’à un ascenseur qui vous amènera devant les grandes portes des ‘Prints & Drawings’.

room 90: Prints & Drawings

British Museum - reading room
Room 90: John White’s watercolours (credit: Louise McCarthy)

Il faut passer ces premières portes pour entrer dans une salle où divers dessins sont exposés au public. Room 90 se trouve ensuite sur la droite derrière la cimaise. À partir de 10h30, l’on peut sonner à l’interphone pour entrer dans la salle. Sacs et manteaux sont à déposer au vestiaire avant de signer dans un registre, se laver les mains et se laisser guider jusqu’à sa place. Comme partout, seuls les crayons de bois sont autorisés, et il n’est pas permis d’apporter à manger ou à boire dans la salle. Toute allée et venue est supervisée par le personnel qui est très aidant, efficace et à l’écoute.

Il n’y a plus qu’à!

https://www.britishmuseum.org/our-work/departments/prints-and-drawings

Louise McCarthy
Louise McCarthy

Recension/book review: qu’est-ce que c’est?

Faire un doctorat, ce n’est pas seulement poursuivre ses recherches en vue de produire une thèse. C’est aussi se former aux diverses tâches qui reviennent aux universitaires, surtout si on se destine à une carrière de recherche.

Faire une recension (book review, en anglais) consiste à rédiger un compte-rendu d’ouvrage scientifique dans une perspective critique. La recension offre une vue synthétique des contenus et situe l’objet de la recension dans un champ disciplinaire et critique. On se fait donc temporairement critique culinaire pour le monde académique, mais sans fourchette.

Avant

Il se peut qu’une revue sollicite directement des personnes pour écrire une recension, qu’un appel circule sur les listes de votre institution, ou que vous répondiez à un appel à recensions diffusé par une revue. Choisissez des ouvrages qui se rapprochent au maximum de votre recherche afin que le travail de recension serve à vos propres travaux (et que vous ayez un peu de légitimité à écrire la chose).

Si nécessaire, quelques recherches préliminaires peuvent aider à comprendre qui a écrit le livre, pourquoi, dans quel contexte (politique, social, historique, historiographique…), en réponse à quels questionnements scientifiques, etc.

Pendant

Crayon en main, une première lecture permet de baliser les concepts clefs, d’identifier la démarche et la structure du texte, et de relever d’éventuelles citations intéressantes ou représentatives. Il est essentiel de prendre des notes synthétiques parce que la recension elle-même sera normalement assez courte.

livre - notes
Livre annoté et fichage sur Word (crédit: Louise McCarthy)

L’on peut s’appuyer sur sa propre connaissance de la littérature existante dans le domaine pour éclairer sa lecture et nourrir sa recension. Pour une recension de Cartographie radicale (Paris : La Découverte, 2021) de Nepthys Zwer et Philippe Rekacewicz, par exemple, l’on doit garder à l’esprit des notions, approches et traditions comme le tournant textuel en histoire de la cartographie, le développement de la cartographie critique dans les années 1980, l’apport de John Brian Harley au renouvellement de la discipline, etc. Tout ceci permet de situer l’ouvrage dans un écosystème scientifique plus large.

Une fois votre lecture (et relecture) faite, rassemblez ce qui vous paraît essentiel, construisez un résumé argumenté et critique de l’ouvrage. Votre langue doit être claire et rigoureuse. Adoptez idéalement une posture bienveillante, humble et honnête à l’égard de l’ouvrage recensé.

Et après?

livre - loupe
Dissection à la loupe (crédit: Teslariu Mihai sur Unsplash)

N’hésitez-pas à soumettre votre texte à votre directeur ou directrice pour une relecture rapide avant l’envoi au contact indiqué par la revue. Si vous rencontrez des difficultés à synthétiser harmonieusement un ouvrage collectif ou une revue à contributions multiples, inspirez-vous d’autres modèles et faites-vous conseiller par des personnes plus expérimentées.

La recension sera normalement publiée dans une section dédiée de la revue. Il y a généralement une cohérence disciplinaire, thématique et/ou critique entre la revue où paraît la recension et l’objet de cette dernière.

Pas besoin de se casser la tête à trouver un titre accrocheur: le titre de la recension correspondra au titre de l’ouvrage recensé, avec le nom de l’auteur ou de l’autrice. Votre nom figurera à côté ou en fin de recension, en tant qu’auteur ou autrice de cette recension. 

Pourquoi faire une recension quand on est en thèse?

La recension est un exercice stimulant qui invite à explorer un article ou ouvrage en profondeur tout en y portant un regard critique. Elle n’est a priori pas trop coûteuse en termes de temps (contrairement à un article ou une communication). Elle permet aussi de diversifier ses compétences en tant que jeune chercheur/chercheuse, d’ajouter une ligne de publication à son CV, et (on ne va pas se mentir !) de se donner un peu de visibilité. Et ça peut être l’occasion d’obtenir un ouvrage scientifique gratuitement…

Ressources

Il existe des normes plus ou moins universelles pour lesquelles on peut se référer à des recensions qu’on a soi-même lues ailleurs, ou à des pages web dédiées contenant des conseils et consignes d’écriture. Les revues auront aussi leurs propres règles et procédures qu’il conviendra de suivre scrupuleusement.

Protocole pour une recension pour la revue de l’Institut Français d’Histoire en Allemagne : https://journals.openedition.org/ifha/6431

Guide de l’université de Laval : https://roberge.mus.ulaval.ca/gdrm/09-recen.htm

Exemples de courtes recensions pour Espaces et Sociétés (2013) : https://www.cairn.info/revue-espaces-et-societes-2013-1-page-241.htm

Louise McCarthy
Louise McCarthy

Agenda artistique – Montpellier

Théâtre des 13 Vents (Centre Dramatique National), Domaine de Grammont, 34965 Montpellier et Théâtre la Vignette, Université Paul-Valéry Montpellier 3, 245 Avenue du Val de Montferrand, 34090 – Saison 2023-2024

Institut Ophélie

Du 7 au 20 décembre, le Centre Dramatique National des 13 Vents (déjà présenté dans un agenda artistique précédent) reprend son spectacle Institut Ophélie, inspiré par la figure shakespearienne d’Ophélie et déjà présenté aux 13 Vents à l’automne 2023. L’écriture d’Olivier Saccomano et la mise en scène de Nathalie Garraud étant en mouvement constant, le spectacle promet d’avoir bien évolué depuis ses premières représentations il y a un an – d’autant plus que le spectacle a tourné dans toute la France au printemps 2023.

7 au 20 décembre au Théâtre des 13 Vents

Juliette et Roméo sont morts

La saison des 13 Vents accueille un second spectacle en lien avec la première modernité : Juliette et Roméo sont morts, inspiré de Shakespeare. Le spectacle est co-accueilli par les 13 Vents et le théâtre de la Vignette, situé sur le campus Route de Mende de l’Université Paul-Valéry Montpellier 3 et étant une entité de son Centre Culturel Universitaire. La Vignette propose des tarifs étudiants à 10€ et des abonnements (appelés “laissez-passer”) à l’année pour 10€ permettant de payer chaque spectacle 2€.

Le spectacle de Céline Champinot met en scène trois acteurs d’une quarantaine d’années qui sont hantés par le Roméo et Juliette qu’ils ont joué lorsqu’ils avaient 14 ans.

27 & 28 mars à la Vignette

Potrait de l'autrice, Alice Marion-Ferrand
Alice Marion-Ferrand

CFP: Atelier SEAA1718 au congrès de la SAES 2024

À l’occasion du prochain congrès de la SAES, qui aura lieu du 30 mai au 1er juin 2024 à l’Université de Lorraine (Nancy), l’atelier de la Société d’études anglo-américaines des XVIIe et XVIIIe siècles accueillera des communications portant sur le thème retenu cette année, « Frontières & Déplacements ».

Le texte de cadrage est disponible à l’adresse ci-dessous :

https://congres2024.saesfrance.org/cadrages/textes-de-cadrage/

Les propositions de communication, en français ou en anglais, d’une longueur de 250 mots environ, ainsi qu’une courte bio-bibliographie (250 mots maximum), sont à envoyer simultanément à Nathalie Collé (nathalie.colle[at]univ-lorraine.fr) et à Pierre Lurbe (pierrelurbe[at]gmail.com) avant le 8 décembre 2023.

Les travaux qui seront présentés dans le cadre de notre atelier ont vocation à être publiés, après expertise selon la procédure habituelle, dans la Revue XVII-XVIII. Les articles soumis pour publication devront respecter les normes de rédaction figurant sur le site de la Revue (https://journals.openedition.org/1718/700). Ils seront accompagnés d’un résumé en anglais et en français, de 5 mots-clés en anglais et en français, ainsi que d’une courte notice bio-bibliographique, et devront être remis à cette adresse: rseaa[a]1718.fr avant le 1er novembre 2024.

Louise McCarthy
Louise McCarthy

Agenda artistique – Montpellier

Domaine d’O, 178 rue de la Carriérasse, 34090 Montpellier – Saison 2023-2024

Le Domaine d’O est un domaine d’art et de spectacles situé au nord-ouest de Montpellier. L’endroit se compose d’une pinède, une folie (maison de plaisance construite au 18e siècle) et plusieurs lieux de spectacle, notamment le théâtre Jean-Claude Carrière qui peut accueillir 600 spectateurs assis et jusqu’à 1200 debout, ainsi que l’Amphithéâtre d’O, théâtre de plein air qui comprend 1800 places. Le domaine accueille et produit de nombreuses manifestations au cours de l’année, comme le festival Arabesques ou les Nuits d’O, et produit également de sa propre saison culturelle, d’octobre à mars, avec des spectacles qui peuvent avoir lieu au domaine ou hors les murs.

Le prix des billets varie en fonction des évènements et du lieu où ils se déroulent, mais des tarifs étudiants sont généralement proposés.

La pinède du Domaine d’O. Crédit : Florence March

La saison 2023-24 du Domaine d’O présente trois pièces du dix-septième siècle, dont deux seront joués hors les murs, à l’Opéra-Comédie : Othello, Bérénice et L’Avare.

Othello

Jean-François Sivadier présente un Othello en tension entre tragédie et comédie, qu’il présente comme un « drame à trois personnages » abordant les thèmes éminemment actuels du racisme, du féminicide et de l’emprise.

Affiche de la conférence de Nathalie Vienne -Guerrin. Crédit : IRCL

Plusieurs évènements ont lieu autour du spectacle : une conférence de Nathalie Vienne-Guerrin, enseignante-chercheuse à l’Université Paul-Valéry Montpellier 3, autour de la langue des femmes chez Shakespeare le 4 octobre à 18h, et une projection du Othello (1952)d’Orson Welles le 2 octobre au cinéma Utopia, suivie d’une discussion animée par Sarah Hatchuel, également enseignante-chercheuse de l’université Paul-Valéry.

Du 4 au 6 octobre à l’Opéra-Comédie

Bérénice

Romeo Castellucci fait appel à Isabelle Huppert pour incarner la Bérénice de Racine, qu’il érige en « monument d’une pièce monumentale », icône qui évolue dans un univers fantasmatique peuplé de spectres.

Du 23 au 25 février au théâtre Jean-Claude Carrière du Domaine d’O

L’Avare

Après avoir monté Le Bourgeois Gentilhomme en 2022 avec la musique originale de Lully, Jérôme Deschamps revient avec L’Avare, qu’il met en scène et dans lequel il joue le rôle titre. Sur une scène dénudée, Deschamps et ses acteurs font résonner le texte de Molière, entre comique parfois cruel et subtile délicatesse.

Du 14 au 16 mars à l’Opéra-Comédie

Potrait de l'autrice, Alice Marion-Ferrand
Alice Marion-Ferrand

2021, “Ecrire la nation” (Université de Caen-Normandie)

Lien vers les actes de la journée/link to the contributions:

 

Numéro coordonné par Alix Desnain et Juliette Misset, avec la collaboration de Mickaël Popelard.

Résumés, mots-clefs et notices biobibliographiques ci-dessous.

Abstracts, keywords and bio-bibliographies below.

Louise McCarthy – Mapping the British nation in the New World: “La Virginea Pars” (1585-90), the “Map of Virginia” (1612) and “Ould Virginia” (1624)

Résumé

Trois ans après que Jacques VI d’Ecosse devint en 1603 Jacques Ier, roi de Grande Bretagne, ce dernier accorda des privilèges à la Virginia Company of London, encourageant ainsi officiellement les projets d’expéditions vers le Nouveau Monde. Présentant les activités de la compagnie comme projet national, la littérature de propagande de la compagnie (cartes comprises) s’évertuait à donner forme à une « Nova Britannia » (Nouvelle Grande Bretagne) en Amérique du Nord. Entreprise anglaise sous l’égide de Sir Walter Ralegh qui mena les expéditions désastreuses de Roanoke dans les années 1580, le Chesapeake devint la pièce maîtresse de la colonisation britannique sous le règne de Jacques Ier. Communauté résolument « imaginée » (Benedict Anderson), la nation britannique établie en Virginie se vit donner une forme cartographique qui vint à définir les limites géographiques et conceptuelles de la jeune nation britannique. S’appuyant en partie sur British Identities and English Renaissance Literature de Baker et Maley, ainsi que sur les travaux de Richard Helgerson sur le concept de nation à la Renaissance, cet article fait l’hypothèse que la cartographie permettrait d’explorer visuellement l’identité britannique à ses débuts. Il s’agit de comparer la Virginea Pars (1585-1593) de John White à la carte plus tardive de John Smith et William Hole en 1612 ainsi que celle de John Smith et Robert Vaughan en 1624 afin d’étudier les manières dont la cartographie permit de créer les premiers « héros » britanniques à l’étranger, et, à travers eux, de l’identité et de la nation britanniques.

Mots-clefs: cartographie, Compagnie de la Virginie, littérature de propagande, communauté imaginée, identité, colonisation, Baie de Chesapeake, Powhatans, John Smith, Jacques Ier.

Abstract

Three years after James VI of Scotland became James I of Great Britain in 1603, the King granted a charter to the Virginia Company of London as an official encouragement to expeditions to the New World. Advertising company activities as a national project, the company’s promotional literature – including maps – sought to give shape to a “Nova Britannia” (New Britain) in North America. From English design with Sir Walter Ralegh’s failed Roanoke voyages in the 1580s, the Chesapeake became the centrepiece of British colonisation under James I. A decidedly “imagined community” (Benedict Anderson), the British nation in Virginia was given visual cartographic expressions which came to define the geographical and conceptual boundaries of the young British nation. In part drawing on Baker and Maley’s British Identities and English Renaissance Literature, and Richard Helgerson’s work on early modern “forms of nationhood”, I would suggest that early colonial cartography was a tentative way of writing the British nation at the early stages of its existence. Taking John White’s Virginea Pars (1585-1593) as a starting point, I shall compare it to a later map by John Smith and William Hole (1612). Adding John Smith’s later version entitled “Oulde Virginia” and engraved by Robert Vaughan (1624), I wish to look at the ways in which cartographic discourse contributed to the creation of Britain’s first national “heroes” abroad, and through them, of Britishness and the British nation.

Keywords: cartography, Virginia Company, promotional literature, imagined community, identity, colonisation, Chesapeake Bay, Powhatans, John Smith, James I.

Notice bibliographique

Louise McCarthy est doctorante contractuelle normalienne en première année à l’Université de Paris où elle travaille sous la direction du Professeur Ladan Niayesh. Elle a pour objets de recherche la cartographie et la littérature de propagande produites par ou pour deux compagnies commerciales majeures de la période pré-moderne anglaise : la Compagnie des Indes Orientales et la Compagnie de la Virginie. Elle a co-organisé une journée d’étude sur « Richard Hakluyt and the French Connection » à l’Université d’Oxford. Elle a communiqué au Hakluyt Society Symposium de Warwick (novembre 2021), et a co-écrit l’article « Cartography as Propagandist Design: From Company Map to Virginian Masques (1613-14) » récemment paru dans  XVII-XVIII (n°78, 2021).

Bio-biobliography

Louise McCarthy is a PhD student and teaching assistant at the Université de Paris where she works under the supervision of Professor Ladan Niayesh. Her research focuses on maps and promotional literature produced by or for two major trading companies of the early modern period, the East India Company and the Virginia Company. She has co-organised the Paris-Oxford Partnership event on “Richard Hakluyt and the French Connection” (4th February 2022). She has recently given a paper for the annual symposium of the Hakluyt Society on “Decolonising Travel Studies” and has co-written an article on “Cartography as Propagandist Design: From Company Map to Virginian Masques (1613-14)” in XVII-XVIII (n°78, 2021).

Anna Lloyd Hellier – ‘PHILANGLUS’ or ‘Old England’s True Friend’: William Penn’s deployment of a nationalistic discourse in the writing of a new and better England

Résumé

Les écrits et les actions d’engagement politique du jeune William Penn offrent une illustration fascinante des tensions à l’œuvre dans l’élaboration d’un discours nationaliste fondé sur la notion d’une identité commune anglaise, mise au service de la défense de la liberté de conscience individuelle. En tant que quaker, la mission principale de Penn fut sa campagne pour l’égalité des droits religieux, politiques et civils pour tous les Anglais, sans distinction religieuse ou politique. Néanmoins, comme les niveleurs et autres républicains de son époque, il était convaincu que la meilleure façon d’atteindre cet objectif résidait dans une vision de guérison et d’unité nationales. Ainsi, il adopta, à l’époque de la Restauration de la monarchie anglaise, la rhétorique de l’ancienne constitution des républicains de l’époque des guerres civiles britanniques : celle des droits anciens et naturels de tout homme né anglais. Il s’agit d’un discours de nature nationaliste, mais Penn sut le mêler habilement avec d’autres discours européens, et chercha également à l’appliquer dans sa colonie de Pennsylvanie en Amérique de Nord. Cette écriture d’une nouvelle Angleterre, à la fois unie et diverse, apparaît principalement dans un trio de pamphlets écrits par Penn pendant les années 1670, dont One Project for the Good of England (1679), signé sous le pseudonyme évocateur ‘Philanglus’. L’unité nationale, les libertés individuelles, l’altérité et la communauté s’entrecroisent ainsi dans les écrits politiques du jeune William Penn pour nous fournir une ouverture fascinante sur l’histoire des idées en Angleterre, en Europe et dans les nouvelles colonies nord-américaines.

Mots-clefs: Discours nationaliste, droits civils, engagement politique, liberté religieuse, quakers

Abstract

The politically-engaged writings and actions of the young William Penn offer us a fascinating insight into the tensions at work in the construction of a nationalistic discourse, built around the notion of a common English identity, but ultimately intended to defend the right to individual liberty of conscience. Penn’s primary mission as a seventeenth-century Quaker was his campaign for the equality of religious, political and civil rights for all English people, irrespective of political or religious allegiance. However, like the Levellers and other republicans before him, he was persuaded that the best way to achieve this goal was through a vision of national healing and unity. Thus, in the Restoration era, Penn appropriated the rhetoric of the ancient English constitution, previously deployed by Civil-War republicans seeking to draw on a collective perception of a age-old birth-rights due to all freeborn Englishmen. Penn proved himself able to meld this inherently nationalistic discourse with other more European inspirations. Moreover, he sought to bring his vision to concrete application in colonial Pennsylvania. Penn’s writing of his vision for a new England, unified but plural, is most evident in a trio of tracts from the 1670s, including the aptly titled One Project for the Good of England (1679), signed under the evocative pseudonym ‘Philanglus’. National unity, individual liberties, togetherness and otherness are thus interwoven in the early politically-engaged tracts of William Penn, providing a fresh window onto the history of ideas in seventeenth-century Europe, England, and her new North American colonies.

Keywords: Civil rights, nationalistic discourse, politically-engaged, Quakers, religious liberties

Notice bibliographique

Anna Lloyd Hellier enseigne l’anglais à l’Université Rennes 2 depuis 2002. Professeur agrégé, elle a prépare sa thèse à Lettres Sorbonne Université sur la genèse de la pensée politique de William Penn, jeune quaker anglais à la période de la Restauration et futur fondateur de la colonie de Pennsylvanie. Elle a participé à de nombreux colloques en France, en Angleterre et aux Etats Unis. Elle s’intéresse particulièrement à l’émergence d’un discours radical politique chez les tout premiers quakers, face aux persécutions et injustices subies en tant que membres d’une secte religieuse minoritaire et non-conformiste, et à la transmission d’un véritable modèle d’engagement politique aux nouvelles recrues engagées de la période de la Restauration, dont le jeune William Penn. Sa thèse croise cet héritage quaker commun avec le parcours particulier du jeune Penn afin de mieux comprendre la pensée théologico-politique de cet homme, et, surtout, la complexité et la diversité des origines et des sources de ses arguments défendant la tolérance religieuse et les droits civils de tous. Elle a un chapitre publié dans un ouvrage collectif, Anne-Claire Faucquez & Linda Garbaye (Dir.), Citoyenneté et liberté dans l’Empire britannique et les jeunes États-Unis XVIIe-XIXe siècles, Presses Universitaires François-Rabelais (PUFR), 2021, et deux autres articles à paraître courant 2022.

Bio-bibliography

Anna Lloyd Hellier has been teaching English at Rennes 2 University since 2002. She prepared her thesis at Lettres Sorbonne Université, on the developing political thought of the young William Penn during the Restoration era, prior to his founding of the colony of Pennsylvania in North America. In recent years, she has given a series of papers at various conferences in England, France and the United States. Her work particularly addresses the question of the emergence of a radical discourse among the early Quakers, faced with persistent persecution and miscarriages of justice as religious non-conformists, and the transmission of a specific model of political activism to new recruits to the sect in the Restoration period, including the young William Penn. Her doctoral thesis analyses the intersection of this common Quaker heritage and the individual experience of the young Penn, in order to offer a better appreciation of the complex origins of his religio-political ideology. The intention is to demonstrate that Penn’s ideology, stemming as it did from a diverse range of sources, gives a particular richness to his arguments defending religious toleration, by incorporating these into a wider rhetoric of general civil rights due to all citizens of any well-governed and self-respecting nation or community. She has a chapter published in a collective work, Citoyenneté et liberté dans l’Empire britannique et les jeunes États-Unis XVIIe-XIXe siècles, Presses Universitaires François-Rabelais (PUFR), 2021, and two more publications forthcoming in 2022.

Adnana Sava – Écrire le roman, écrire la nation : étude de l’« insociable sociabilité » dans le processus de construction du roman anglais

Abstract

Cet article examine la question de l’écriture de la nation anglaise à travers un prisme littéraire, en s’intéressant au processus de construction du roman anglais au xviiie siècle et à son établissement en tant que forme d’écriture typiquement anglaise. On démontrera comment les premiers romanciers (Daniel Defoe, Samuel Richardson, Henry Fielding et Eliza Haywood notamment) et leurs défenseurs ont contribué, individuellement et collectivement, volontairement ou à leur insu, à l’essor du roman comme novel et, de fait, à la construction d’une identité nationale, tout en étant animés d’un esprit d’opposition, de contradiction et d’émulation en apparence peu propice à un développement coordonné et à une réflexion commune pourtant indispensables à l’élaboration conjointe d’un projet commun. Dans un premier temps, nous aborderons la visée subversive du roman comme novel, qui s’exprime à travers la volonté affichée par certains auteurs, pionniers d’une forme littéraire nouvelle, d’inscrire leurs récits en opposition aux romances, notamment français, du siècle précédent. Dans un deuxième temps, nous nous intéresserons à l’articulation entre le novel et la nation, telle qu’envisagée au xviiie siècle par les partisans de Richardson et de Fielding notamment, et promue par la suite par des critiques comme William Hazlitt, Walter Scott et Ian Watt. On remarquera qu’au xviiie siècle, la tendance nationaliste s’inscrit, elle aussi, dans une démarche conflictuelle. Enfin, nous examinerons le processus de construction du roman anglais au xviiie siècle en nous appuyant sur un corpus de textes écrits par Defoe, Richardson, Fielding et Haywood et en mettant en lien création littéraire et (in)sociabilité au siècle des Lumières.

Mots-clefs: Roman anglais du xviiie siècle – essor et construction – nationalisation du roman – insociable sociabilité – intertextualité

Abstract

This paper examines the idea of writing the nation from a literary perspective, by focusing on the emergence and development of the eighteenth-century English novel and its establishment as a specifically English literary form. It seeks to demonstrate how some of the very first novelists (particularly Daniel Defoe, Samuel Richardson, Henry Fielding and Eliza Haywood) as well as their supporters, contributed, individually and collectively, whether consciously or inadvertently, to the rise of the new literary form and thereby to the construction of a national identity, while being driven by a spirit of opposition, contradiction and emulation seemingly hardly suited to foster the cooperative and collaborative environment which the development of a common literary project seems to require. The first part shall focus on the subversive purpose of the eighteenth-century novel, as expressed through the stated intention of some writers, pioneers of a new literary craft, to conceive their works as a reaction against and rejection of the seventeenth-century French romance. The second part shall examine the articulation of nation and novel, an idea initiated by Richardson’s and Fielding’s supporters in the eighteenth century and afterwards promoted by literary critics throughout the nineteenth and twentieth centuries (William Hazlitt, Walter Scott, Ian Watt). We notice that, during the eighteenth century, the nationalist discourse is also tinged with an antagonistic, belligerent tone. The final part will be devoted to the construction process of the early eighteenth-century English novel. Based on the intertextual connections and seemingly dialogical relationship between texts written by Defoe, Richardson, Fielding and Haywood, our analysis will suggest a reading of the interactions between authors as a form of literary unsociability which contributed to the development of the novel.

Keywords: Eighteenth-century English novel – rise and development – nationalisation of the novel – unsociable sociability – intertextuality

Notice bibliographique

Titulaire de l’agrégation d’anglais, Adnana Sava est actuellement inscrite en 3e année de contrat doctoral à l’Université de Bretagne Occidentale (Brest). Elle travaille sous la direction du professeur Alain Kerhervé, en littérature britannique, au sein du laboratoire hcti (Héritages et Constructions dans le Texte et l’Image). Elle dispense, dans le cadre de sa mission d’enseignement, des td de littérature postcoloniale et de grammaire anglaise au département d’Anglais de l’ubo. Membre de la Société d’Études Anglo-Américaines des xviie et xviiie siècles depuis 2019, elle rejoint, la même année, le projet européen digit.en.s, financé par la commission européenne, piloté par l’ubo et par le laboratoire hcti, qui vise à développer la recherche sur la sociabilité britannique et à examiner la circulation de modèles de sociabilité en Europe durant le long dix-huitième siècle.

Sa thèse s’intitule « L’antiroman en Angleterre au xviiie siècle ». Ce sujet consiste à proposer une nouvelle approche épistémologique de l’essor du roman anglais comme un phénomène d’écriture expérimentale, nouvelle et populaire, fondée sur l’interaction entre œuvres d’auteurs contemporains et dont les normes se définissent au fur et à mesure des récits-réactions. Elle tente de procéder à la redéfinition et à la recatégorisation du terme « antiroman » qui, dans le contexte littéraire britannique de l’époque, suppose non seulement une confrontation texte contre texte, mais participe activement, par son caractère autoréflexif, à l’évolution, à la légitimation et la popularisation du roman anglais au xviiie siècle. Elle envisage, en outre, le dialogue entre œuvres de fiction comme une forme de sociabilité, souvent conflictuelle – un mécanisme social visant la communication des idées à travers des récits-réponse fictionnels, et tâche de déterminer dans quelle mesure cette forme d’insociabilité littéraire a contribué au développement du roman anglais au xviiie siècle.

Anna Hrdinová – “Our National Taste”: English Early Eighteenth-Century Stage as a Part of English National Identity

Résumé

Les écrivains et commentateurs anglais de la fin du XVIIe et du début du XVIIIe siècle se référaient souvent à une entité apparemment évidente appelée « scène anglaise ». Certains critiques ont publié des propositions pour l’amélioration du théâtre anglais, d’autres se sont inquiétés des influences théâtrales étrangères qui affectaient leur scène anglaise. L’article vise à explorer la relation entre le théâtre et l’identité nationale anglaise dans les écrits pour et sur les théâtres londoniens au début du XVIIIe siècle. En employant la théorie de la sphère publique et en s’appuyant sur des pièces de théâtre, des satires, des essais et d’autres récits contemporains sélectionnés, l’article soutient que la définition de la scène anglaise, qui a facilité un sentiment croissant d’identité théâtrale collective, a été éclairée par trois circonstances suivantes. Premièrement, à l’instar des identités nationales dans leur ensemble, l’identité théâtrale anglaise se définit par opposition aux genres étrangers, en particulier l’extravagant opéra italien. De plus, l’expression « scène anglaise » a acquis de nouvelles connotations de nostalgie et a perdu de sa valeur dramatique avec la commercialisation croissante du secteur du théâtre londonien après les années 1700 et la popularité croissante les soi-disant afterpieces, qui semblaient chasser le répertoire traditionnel de la restauration. Enfin, les connotations de la scène anglaise se sont développées avec la formation continue du canon littéraire anglais. Cet article vise à montrer que les angoisses nationalistes étaient très présentes dans le débat sur la scène anglaise dans les théâtres londoniens au début du XVIIIe siècle et que la culture théâtrale a également contribué à la conscience nationale du peuple anglais.

Mots-clefs: Théâtre du XVIIIe siècle; Identité théâtrale anglaise; théorie de la sphère publique; concurrence étrangère; commercialisation du théâtre

Abstract

Late 17th– and early 18th-century English writers and commentators often referred to a seemingly self-evident entity called the “English stage”. Some critics published proposals for the improvement of the English theatre, others were concerned about the foreign theatrical influences which were affecting it. This paper aims to explore the relationship between theatre and English national identity in the writings for, and about, London theatres in the early 18th century. By employing the theory of the public sphere and by drawing on selected plays, satires, essays and other contemporaneous accounts, the paper argues that the definition of the English stage, which facilitated a growing sentiment of collective theatrical identity, was informed by three following circumstances: first, not unlike national identities as a whole, the English theatrical identity was defined in opposition to foreign genres, especially the extravagant Italian opera; further, the phrase “English stage” acquired new connotations of nostalgia and lost dramatic value with the increasing commercialization of London theatre business after the first decade of the 18th century and the growing popularity of afterpieces, which seemed to drive away the traditional Restoration repertoire; lastly, the connotations of the English stage developed together with the on-going formation of the English literary canon. This paper aims to show that nationalistic anxieties were very much at play in the discussion about the English stage in London theatres in the early 18th century and that theatre culture also contributed to the national consciousness of the English people.

Keywords: Eighteenth-century theatre; English theatrical identity; theory of the public sphere; foreign competition; theatre commercialization

Notice bibliographique

Anna Mikyšková est doctorante au Département d’études anglaises et américaines de la Faculté des arts de l’Université Masaryk, en République tchèque. Ses recherches portent sur la production et la réception des genres théâtraux populaires de la Restauration anglaise et du début du XVIIIe siècle. En tant que traductrice et éditrice, elle travaille sur un projet « English Theatre Culture 1660-1737 », financé par la Czech Science Foundation et dont le but est de publier la première anthologie du théâtre de la Restauration en langue tchèque. Elle prépare un volume, co-édité avec Filip Krajník, initialement intitulé Restoration Reshaping: Shifting Forms, Genres and Conventions in English Theatre, 1660-1737 (à paraître en 2022). Elle a présenté ses recherches dans plusieurs conférences internationales par example à The European Research Shakespeare Association Conference (Rome, 2019), British Shakespeare Association Conference (Swansea, 2019) et Post-Graduate Study Days at Caen University (2021).

Bio-bibliography

Anna Mikyšková is a PhD student at the Department of English and American Studies at the Faculty of Arts, Masaryk University, Czech Republic. Her research focuses on the production and reception of popular theatre genres of the English Restoration and early eighteenth-century period. As translator and editor, she works on a project “English Theatre Culture 1660-1737”,which is funded by the Czech Science Foundation and whose aim is to publish the first anthology of Restoration drama in the Czech language. She is preparing a volume, co-edited with Filip Krajník, preliminarily entitled Restoration Reshaping: Shifting Forms, Genres and Conventions in English Theatre, 1660-1737 (forthcoming in 2022). She has presented her research on several international conferences including The European Research Shakespeare Association Conference (Rome, 2019), British Shakespeare Association Conference (Swansea, 2019) and Post-Graduate Study Days at Caen University (2021).

Julien Beckaert – Narrer les origines idéales de la nation : Critique et désaveu du gouvernement de William Pitt dans les leçons d’histoire de James Parkinson

Résumé

Dans la dernière décennie du xviiie siècle à Londres, alors que le mouvement radical était sévèrement réprimé par le gouvernement de William Pitt le Jeune, le médecin anglais James Parkinson (1755-1824) publia plusieurs pamphlets très critiques à l’égard du pouvoir sous le pseudonyme de « Old Hubert ». L’un d’entre eux s’apparente à une leçon d’histoire et survole une période s’étendant des premières conquêtes romaines dans les îles Britanniques au règne de Guillaume le Conquérant. Intitulé A Sketch of the Most Memorable Events in the History of England, cet essai propose une histoire événementielle de l’Angleterre où une douzaine de figures historiques décident du destin de la nation. Parkinson y représente les institutions et les libertés civiles anglaises comme s’originant dans une série de faits historiques précis, érigeantainsi ce que pourraient être les linéaments d’une culture démocratique en un modèle originel de démocratie directe déjà parfaitement abouti. Il conteste ainsi la légitimité politique de Pitt avec tout le poids du legs démocratique des figures légendaires de la nation. A Sketch est unroman national caustique et didactique, offrant au lecteur une contre-histoire de l’Angleterre.

Mots-clefs : James Parkinson, vulgarisation scientifique, radicalisme britannique, presse périodique radicale, études culturelles, William Pitt le Jeune, London Corresponding Society, censure, libertés saxonnes, Révolution française

Abstract

As Prime minister William Pitt the Younger and his cabinet intended to cripple the British radical movement by the last decade of the eighteenth-century, the English surgeon James Parkinson (1755-1824) wrote several pamphlets under the penname of ‘‘Old Hubert’’, which proved to be very critical towards the government. One of them resembles a history lesson, which covers a period ranging from the first Roman conquests in the British isles to the reign of William the Conqueror. A Sketch of the Most Memorable Events in the History of England offers an event-based history of England in which the nation’s fate is placed in the hands of a dozen historical figures. Parkinson regards English civil liberties and institutions as stemming from a combination of discrete events, thus turning what could be conceived as the inception of democratic values into a fully accomplished system of direct democracy. Parkinson aimed at denouncing Pitt’s legitimacy by comparing it to the invaluable democratic bequest of the nation’s most colourful figures. A Sketch is a pithy and didactic national myth, which challenges the dominant narrative of history.

Keywords: James Parkinson, popularisation, British radicalism, radical periodical press, cultural studies, William Pitt the Younger, London Corresponding Society, censorship, Saxon freedoms, French Revolution

Notice bibliographique

Ma thèse interdisciplinaire examine les stratégies éditoriales de trois périodiques radicaux – Pig’s Meat, Politics for the People et The Argus – publiés en Angleterre dans la dernière décennie du 18ème siècle. L’analyse littéraire et politique de ces publications mettra en évidence les modalités par lesquelles les éditorialistes londoniens Thomas Spence, Daniel Eaton et Sampson Perry ont utilisé une vaste littérature datant du xviie au xviiie siècle afin de promouvoir leurs convictions politiques radicales. Je suis rédacteur en chef du carnet de recherche du séminaire « Histoire globale, politiques et sociétés » de l’Axe 3 du Laboratoire CECILLE de l’Université de Lille.

Bio-bibliography My interdisciplinary doctoral thesis focuses on the editorial strategies of three radical periodicals – Pig’s Meat, Politics for the People and The Argus – published in England in the last decade of the eighteenth‑century. The literary and political analysis of these publications will reveal the modalities by which London‑based editorialists Thomas Spence, Daniel Eaton and Sampson Perry used a vast array of literary works dated from the 17th and 18th centuries in order to promote their radical political convictions. I am the editor of the academic blog dedicated to the seminar on ‘‘Global History, politics and societies’’ of the research unit CECILLE of Lille University.

Louise McCarthy
Louise McCarthy
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search