De la synthèse au développement: transformer une communication de 20 minutes en un article/chapitre de 8000 mots

Pour celles et ceux qui, comme moi, n’ont pas de talent particulier pour la synthèse, condenser toutes ses notes et idées en une communication de 20 minutes (et pas une de plus) peut s’avérer assez ardu. Puisqu’il faut se plier à ce format et ne pas franchir la limite des 1200 secondes (s’il s’agit bien d’une communication en 20min), l’on se retrouve naturellement avec un document qui n’excédera pas les 2000 mots.

manuscrit - flamel - alchimie
Nicolas Flamel, Alchimie de Flamel, écrilte en chiffres, en 12 clefs,… (BnF)

Si la communication est suivie d’une publication, il s’agira de développer son texte pour le transformer en article/chapitre plus riche et plus long.  Il se peut qu’on se retrouve alors bien en peine de faire l’exercice dans l’autre sens. Alors comment faire pour faire quadrupler le volume de son texte initialement si compact ? Ce billet propose d’aborder la question d’une transformation alchimique complexe que l’élaboration d’une formule (magique ?) pourra quelque peu faciliter.

[1/3] Aborder la chose

Travailler simultanément sur deux documents. Avec le document d’origine sous les yeux, surligner les passages qui peuvent être développés, explicités ou complétés. Créer un document distinct avec, pour chaque partie, une liste en bullet points des idées qui peuvent être insérées pour chaque passage surligné correspondant.

Technique bichromatique. Utiliser deux couleurs pour visualiser ce qui est d’origine, et ce qui a été ajouté/modifié.

[2/3] Le fond

Reprendre ses notes et brouillons. Faire un état des lieux de ce qu’on avait sacrifié au moment de l’élaboration de la communication de 20min.

Lectures complémentaires. Pour enrichir certains points délaissés plus tôt, identifier quelques articles ou chapitres susceptibles d’éclairer des aspects précis qui peuvent faire l’objet d’un développement supplémentaire.

Du tri. Reprendre les notes du brouillon et celles des lectures supplémentaires, puis les trier par thème.

[3/3] La forme

Le plan. Reprendre son plan et ajouter ou reconfigurer les différentes étapes et sections du texte. Cela peut notamment faire de la place pour les analyses sacrifiées en amont de la communication.

Citations. Compléter les citations coupées au montage pour la communication orale.

Notes de bas de page/bibliographie. Indiquer ses notes de bas de page complètes et bien formatées. Suivre les consignes données par les organisateurices et compléter son papier avec une bibliographie exhaustive, si c’est exigé.

La prose. Renouer avec une prose moins compacte et plus écrite.

Procéder par étapes

blank page - pen
(Credit: Ashley West Edwards on Unsplash)

La perspective d’avoir à quadrupler le volume d’un texte peut être intimidante et nous ramener à une terreur proche de celle éprouvée face à la fameuse page blanche [voir le billet Eviter l’angoisse de la page blanche pendant la rédaction]. Il peut alors être utile d’indiquer quelque part dans son brouillon les étapes à franchir. Mon propre « scoreboard » comprend le nombre de mots initial (2060), le compte actuel (3549), l’objectif sur le court terme (4000) et le but final (8000). Je procède personnellement par paliers de 500 mots, mais chacun-e adaptera bien sûr en fonction de ses capacités, du temps dont il/elle dispose et de l’urgence.

Louise McCarthy
Louise McCarthy

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search