Se repérer dans un volume ‘early modern’ et comprendre sa pagination

early modern facsimile
Facsimile d’un pamphlet jacobéen

L’étude de documents imprimés à la période early modern (ou de facsimiles de ces documents) peut faire émerger des choses un peu cryptiques comme « A », « B2 », « C2r » ou « C3v » quelque part en bas de page. Faire référence à ces pages dans son mémoire/thèse/article/chapitre peut aussi initialement représenter un défi. Dans ce billet, je propose un condensé de ce que j’ai appris avec l’aide de ma directrice et de Dr Tim Eggington, musicologue, Fellow Librarian et Keeper of the Old Library à Queens’ College, Cambridge.

Exemple: Robert Gray, A Good Speed to Virginia (1607)

facsimile text
Facsimile de A Good Speede to Virginia (1607), Robert Gray

Sur la page ci-contre, la lettre « B » sous le texte indique qu’il s’agit du recto de la page B du volume. Pour citer « Then the children of Ioseph said, the Mountaine will/ not be inough for vs » sur cette page, on référencera l’extrait de la manière suivante: sig. B1r. La page qui suit, au verso, ne comporte pas de lettre? Pas de panique, l’on peut quand même y faire référence en indiquant: sig. B1v. Sur la page où l’on trouve B3, l’on indiquera: sig. B3r. La suivante sera sig. B3v, etc.

Une note de bas de page en bonne et due forme dans une thèse ressemblera donc à cela: Robert Gray, A Good Speed to Virginia (ed. Wesley F. Craven, New York: Scholars’ Facsimiles & Reprints, 1937), sig. B1v.

Plus tard dans le texte, on pourra simplement indiquer : Robert Gray, A Good Speed to Virginia, C2r.

Pourquoi un tel système ?

early modern printing
“Impressio Librorum” ©The Trustees of the British Museum

Si ces volumes early modern et leurs facsimiles ne font pas usage de la pagination qui nous est familière aujourd’hui (p. 1, p. 2, etc.), c’est à cause de la technique de production utilisée à l’époque. L’impression de volumes nécessitait la reproduction du texte sur des grandes pages que l’on repliait afin d’obtenir un livre.

Pour aller plus loin

Pour en savoir plus, l’on peut consulter le site de l’Université de Warwick pour l’article suivant: https://warwick.ac.uk/fac/arts/english/currentstudents/undergraduate/modules/fulllist/second/en228/citing_eebo_texts/

Il est aussi possible d’en apprendre davantage en parcourant Studying Early Printed Books, 1450-1800 : a Practical Guide (Hoboken: Willey Blackwell, 2019) de Sarah Werner.

Louise McCarthy
Louise McCarthy

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search