Interview avec Juliette Misset, ancienne représentante des Doctorants de la SEAA1718 et membre fondatrice du carnet des doctorants

1)Comment as-tu vécu ton rôle en tant que représentante ? Qu’en retiens-tu ?

J : “Je me suis lancée dans l’aventure notamment pour voir et comprendre le fonctionnement interne d’une société savante. Ça m’a apporté des connaissances sur comment fonctionne une institution de la recherche – ce qui est complémentaire mais différent du travail de thèse. Une société savante cherche à apporter cohérence et visibilité à la recherche, à faire communauté autour de du travail de thèse qui reste majoritairement une tâche solitaire.” 

2)Pourquoi encouragerais-tu les autres doctorants à endosser ce rôle ? 

J : “Quand je suis arrivée il n’y avait rien, ça n’a donc pas été simple de tout mettre en place au début, savoir où aller, à qui s’adresser, etc. En revanche, ce qui a été d’un grand soutien c’est la mise en place d’une épique quand on a monté le projet du carnet, tout a réellement pris forme à ce moment-là, et je pense que ça a fédéré les membres doctorants de la société. Maintenant que la machine est lancée, l’engagement pèse moins lourd, ça permet à tout un chacun de s’intéresser à ce que les font autres et de faire des ‘trucs cool’ en collaboration.”

Quand on a une équipe, on peut prendre le relais quand c’est nécessaire, se soutenir mutuellement. 

J : “J’ajouterai finalement qu’être investi dans un tel projet permet d’avoir réellement un droit de cité dans ces institutions savantes, après tout, les doctorants sont la relève future, donc s’investir dans des institutions déjà bien établies c’est important pour faire vivre la recherche et faire valoir les expériences du doctorat. 

Les membres de l’équipe de la SEAA sont toutes et tous très bienveillants et portent un grand intérêt à ce que les jeunes chercheurs ont à apporter. Ils sont un vrai appui.”

3)Qu’as-tu envie de dire ou de souhaiter aux futur.e.s représentant.e.s ? 

J :  “Je leur dirais de continuer à créer des liens entre les doctorants de la société, à construire des choses utiles au parcours du doctorat qui est souvent difficile pour que les doctorants 17/18 soient finalement un groupe d’entraide.”

4)Le mot de la fin : quel a été le conseil le plus utile que tu as reçu et que tu voudrais transmettre ? 

J : “Ne vous censurez pas, osez, participez : vous êtes légitime et ce que vous avez à dire compte.”

Ines Ettaoui
Inès Ettaoui


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search