Contre-rendu des Journées des Doctorant·es et Jeunes Chercheur·es 2021

« Écrire la nation en France, dans les îles britanniques et dans les Treize Colonies aux XVIIe et XVIIe siècles», Université de Caen

Les 21 et 22 octobre 2021 se sont tenues à Caen, les Journées Doctorant·es et Jeunes Chercheur·es de la SEAA17-18, sur le thème « Écrire la nation en France, dans les îles britanniques et dans les Treize Colonies aux XVIIe et XVIIe siècles. » Ces journées ont été organisées en partenariat avec la société d’étude du XVIIe siècle et la Société Française d’Étude du XVIIIe siècle (SFEDS).

Le lancement de ces journées a été retardé par la tempête Aurore qui a perturbé le trajet de beaucoup de participant·es, avec l’annulation de tous les trains entre Paris et Caen. Tant bien que mal, ces journées ont fini par pouvoir commencer et ont donné lieu à des communications diversifiées pour apporter des éléments à ce sujet d’écriture de la nation.

Conférence plénière par Jennifer Ruimi

Ces journées ont débuté par la conférence plénière de Jennifer Ruimi sur les humanités numériques et la recherche. Le numérique était d’ailleurs au premier plan, puisque, suite aux intempéries, cette plénière a dû être donnée à distance en visio-conférence. Les humanités numériques sont encore un pan méconnu de la recherche, et lors de cette plénière, Jennifer Ruimi a exposé les nouvelles méthodes d’analyse de texte, notamment le distant reading.

Session 1 : L’écriture politique de la nation en Angleterre, en France et dans les Treize Colonies.

Cette première session s’est penchée sur la question de l’écriture au service de la politique, lors du façonnage d’une nation.

En premier, Anna Lloyd Hellier, jeune docteure, s’est intéressée aux écrits politiques et à l’activisme de William Penn, et notamment à son lien aux modèles d’engagement politique Quakers et huguenots. Elle a montré comment les écrits de William Penn, sous le pseudo de ‘Philanglus’ ont abouti à son cadre pour le gouvernement de la Pennsylvanie.

Ensuite, Julien Beckaert, doctorant à l’université de Lille, s’est penché sur les leçons d’histoire de James Parkinson. Lors de son intervention, il a analysé la façon dont la narration de l’histoire idéale (voire idéalisée) de la nation par Parkinson servaient une critique du gouvernement contemporain de William Pitt. Il a montré notamment la façon dont la focalisation de Parkinson sur telle ou telle figure historique permettait de commenter le gouvernement contemporain, liant ainsi écriture du passé et écriture du présent.

Enfin, Audrey Léandri, doctorante à l’université Paris 8, nous a présenté la façon dont les Amérindiens ont été décrits dans les écrits fondateurs des États-Unis. Elle a montré la façon dont leur description était modifiée en fonction des agendas politiques du moments. Qu’ils soient vus en tant qu’ennemis ou alliés, sauvage ou non, cela a permis d’influencer les esprits de leurs contemporains, et servait une intention politique, en montrant notamment que dans les écrits officiels et dans les écrits privés, la façon de les décrire changeait énormément.

Session 2 : Communautés imaginaires : inscrire la nation dans l’imaginaire collectif en Angleterre, en France, et dans les Treize Colonies.

Cette session matinale regroupait trois communications s’intéressant à la façon dont un produit culturel (ici, l’opéra, Shakespeare, et les cartes) participe à l’élaboration d’identités nationales à travers l’imaginaire collectif.

Tout d’abord, Anna Mikyskova, doctorante à l’université de Masaryk (République Tchèque) s’est penchée sur la nationalisation du théâtre et de l’opéra, notamment en opposition au format italien, considéré par John Dennis comme une influence corruptrice dans son pamphlet de 1698. Cette communication a retracé la délimitation d’une identité théâtrale propre à l’Angleterre comme « English Stage », à travers diverses productions culturelles de l’époque.

Louise McCarthy, doctorante à l’Université de Paris, s’est quant à elle intéressée à la façon dont la cartographie, et notamment les illustrations qui ornent les cartes, racontent une histoire de conquête et de naissance d’un monde. Elle s’est focalisée notamment sur les particularités de trois cartes illustrant la Virginie, et étudie les différences entre ces cartes et les histoires (et légendes) qu’elles décrivent à travers des représentations visuelles.

Susana Prieto Diaz est doctorante à l’université de Madrid. Sa présentation s’est intéressée aux représentations de Shakespeare dans les Treize Colonies. Elle a montré la façon dont les mots de William Shakespeare ont pu attiser les braises de l’indépendance qui se faisait ressentir dans les Treize Colonies. Shakespeare était utilisé des deux côtés : par les anglais comme arme pour défendre leur nation et leur histoire, ainsi que par les colons, qui se réapproprièrent certaines de ses pièces qu’ils estimaient faire écho à leur désir d’indépendance et à leur dénonciation d’injustice.

Session 3 : « Insociables sociabilités » : négociations individuelles et collectives.

Cette session du vendredi après-midi a tourné autour de l’écriture du roman, et la façon dont l’idée et l’identité de nation anglaise se sont, entre autres, construites à travers les représentations dans ce genre littéraire.

Juliette Misset, doctorante à l’Université de Strasbourg, a ouvert la session avec une communication autour des romans didactiques du tournant du dix-neuvième siècle et la façon dont ils prescrivent un certain idéal national. Ses résultats viennent en partie d’une analyse effectuée grâce au distant reading, où elle compare un corpus de romans didactiques à un corpus de référence de la même époque. Dans sa communication, elle décrit un lien entre l’ancrage dans le pays et les valeurs qui y sont attachées, comme récurrent dans le modèle didactique.

Adnana Sava, doctorante à l’Université de Brest, s’intéresse, elle aussi, au roman anglais, et notamment à sa construction. Elle se penche sur la naissance de cette forme d’écriture typiquement anglaise dans le contexte du XVIIIe siècle. À travers l’étude de Defoe, Richardson, Fielding et Haywood, elle montre la façon dont cette forme est née d’une communication entre les écrivain·es de l’époque. Elle finit par montrer que ces figures de la littérature britannique ont, individuellement, et collectivement, même à leur insu, contribué à la construction d’une identité nationale.

Moussa Traore, jeune docteur, marque la fin de cette session avec une conférence en direct du Sénégal. Il entreprend d’analyser la façon dont Montesquieu décrit la nation anglaise, et il propose de voir la façon dont le caractère et les passions de cette nation anglaise pensée par Montesquieu, expliquent la logique de ses mœurs sociopolitiques, sous l’effet du climat et de l’insularité.

Conférence plénière par Katy Gibbons.

Pour clôturer ces Journées, Katy Gibbons donne une conférence plénière autour de l’écriture des nations française et anglaise à la fin du XVIe siècle. Elle s’intéresse au contexte politico-religieux de l’époque, et à la façon donc celui-ci a pu influencer l’idée d’identité nationale, notamment dans le contexte des persécutions des catholiques, puisqu’elle montre, entre autres, que les catholiques anglais ne sont pas insulaires, mais ont au contraire des liens forts avec le monde catholique au-delà des frontières anglaises.

Nous tenons à remercier l’ensemble de participant·es, ainsi que les personnes qui sont venues assister à ces Journées qui furent très enrichissantes grâce à un panel divers de communications édifiantes. Nous vous donnons rendez-vous aux prochaines Journées Doctorant·es et Jeunes Chercheur·es qui seront organisées par l’Université de Brest. (En espérant ne pas avoir à braver une tempête pour y assister !)

Alix Desnain

 


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search