Compte-rendu de la journée d’études « Ut Pictura Poesis – Faire dialoguer le texte et l’image dans le monde anglophone de 1500 à 1800 »

 

Affiche de la journée d'étude
Affiche de la journée d’étude

 

Le 20 mars 2021 s’est tenue « à » Strasbourg (par écrans interposés, naturellement) la journée d’études « Ut Pictura Poesis – Faire dialoguer le texte et l’image dans le monde anglophone de 1500 à 1800 », organisée par quatre jeunes chercheurs/-euses spécialisés dans les aspects intersémiotiques de la littérature de la première modernité anglaise. L’éventail de thématiques possibles, ainsi que le bornage chronologique large, ont donné lieu à une série de propositions de communication variées, dont huit ont été retenues. D’abord conçue comme une journée doctorale, celle-ci a finalement attiré doctorant(e)s, chercheurs/-euses plus aguerris et même une professeure émérite, liés par l’intérêt partagé pour la question complexe et large du rapport entre le textuel et le visuel à la Renaissance anglaise.

Atelier 1 – La question intersémiotique au XVIIème siècle

Ce premier atelier s’est penché sur la question des interactions entre le texte et l’image dans plusieurs types de publication intersémiotique du dix-septième siècle.

D’abord, Vanessa Chaise-Brun, membre du Centre Interdisciplinaire de Recherche sur les Langues et la Pensée (CIRLEP, Université de Reims Champagne-Ardenne), s’est intéressée aux stratégies discursives et picturales mises en œuvre par les partis royalistes après l’exécution de Charles Ier, afin de réhabiliter le monarque, ainsi que la monarchie, aux yeux d’une population diverse et divisée. Afin de toucher un public très large, notamment à travers l’Eikon Basilike (1649), les royalistes s’appuient sur des images emblématiques frappantes, dont le célèbre frontispice de William Marshall, auxquelles sont associés des textes, qui, tout en explicitant le sens symbolique intrinsèque aux représentations visuelles, entrent avec celles-ci dans une dialectique intersémiotique particulièrement efficace d’un point de vue rhétorique.

Ensuite, Guillaume Braquet, membre de l’Institut d’Études Transtextuelles et Transculturelles (IETT, Université Lyon 3), a proposé une communication sur un ouvrage aux objectifs très différents, l’Ars Memoriae de Robert Fludd (1619), dans lequel l’image, mimétique comme symbolique, est mise à profit pour faciliter la mémorisation. Le texte et l’image s’inscrivent ici l’un dans l’autre, dialoguent et se complètent, remettant en cause leur cloisonnement supposé par Lessing et bien d’autres.

Enfin, Pierre Le Duff, membre de l’équipe Savoirs dans l’Espace Anglophone – Représentation, Culture, Histoire (SEARCH, Université de Strasbourg), s’est appuyé sur A Collection of Emblemes de George Wither (1635) en guise d’étude de cas afin de soulever plusieurs questions méthodologiques propres aux études intersémiotiques, surtout à l’époque de la première modernité. Comment les images étaient-elles perçues par ceux qui en usaient ? Quelle différence faisaient-ils entre l’image et le texte ? Comment envisageaient-ils la complémentarité des deux codes sémiotiques, et leur perception par leurs lecteurs ?

Atelier 2 – L’image par les mots : ekphrasis et illustration

Dans le cadre de cet atelier, nous avons eu le grand plaisir d’écouter deux chercheurs de renommée, Jean-Louis Claret et Danièle Berton-Charrière, qui se sont intéressés, respectivement, au cheminement du texte vers l’image, et de l’image vers le texte.

Jean-Louis Claret, MCF HDR à l’Université d’Aix-Marseille, nous a proposé une communication très originale portant sur la capacité du texte – en l’occurrence, du texte théâtral – de produire, dans l’esprit de son lecteur, des images visuelles poignantes qui donnent corps, d’une façon alternative à celle de la mise en scène, à un medium textuel. Après avoir examiné la question de l’« Ut Pictura Poesis » à la lumière, entre autres, d’auteurs comme Foucault ou Rancière, il nous a présenté une série d’illustrations de son cru, nées de sa lecture de plusieurs pièces de Shakespeare.

Danièle Berton-Charrière, Professeure émérite à l’Université Blaise Pascal Clermont-Auvergne, quant à elle, s’est intéressée aux représentations ecphractiques et intersémiotiques de Marie Stuart au fil de sa vie, des panégyriques la déifiant dans sa jeunesse aux représentations, parfois acerbes, de la Reine des Écossais déchue. Parmi ces représentations, tantôt visuelles, tantôt textuelles, tantôt intersémiotiques, cette communication a également soulevé la question de la place des autoportraits, en vers ou en broderie, de ce personnage historique fascinant.

Atelier 3 – Image et poésie

Ce dernier atelier, consacré à l’image produite par le texte poétique, a réuni trois communications centrées sur deux poètes métaphysiques : John Donne et Richard Crashaw.

Clémentine Bénard, membre du Centre interdisciplinaire d’étude des littératures d’Aix-Marseille (CIELAM, Université d’Aix-Marseille), s’est interrogée sur l’esthétique picturale de John Donne, notamment dans ses poèmes majeurs Metempsychosis et The First Anniversary, et sur la possibilité d’étudier ces textes à travers une grille de lecture propre aux arts visuels, ainsi que sur la question de la place qu’occupait cet aspect pictural dans le projet esthétique de Donne.

Jean du Verger, membre de l’équipe de recherche Voix Anglophones Littérature et Esthétique (VALE, Sorbonne), s’est penché quant à lui sur l’usage fréquent, par Donne, d’images directement tirées de la littérature emblématique et des codes héraldiques, et de la contribution de celles-ci aux caractéristiques presque visuelles et tactiles de sa poésie profane.

Enfin, Fabrice Schultz, membre, lui aussi, de l’équipe Savoirs dans l’Espace Anglophone – Représentation, Culture, Histoire (SEARCH, Université de Strasbourg), s’est intéressé à la question centrale du regard dans l’œuvre d’un autre poète métaphysique, Richard Crashaw. Crashaw, lui-même peintre de talent, propose à son lecteur une poésie destinée à son édification morale et religieuse, qui passe par l’éducation de son regard, afin que le lecteur adopte un mode herméneutique s’inscrivant dans la tradition méditative catholique et apprenne à transcender le regard physique pour se fier, plutôt, à celui de l’âme.

La journée s ‘est conclue par une table ronde, au cours de laquelle c’est la question de la possibilité, ou non, de « lire » une image (au sens où l’entendent des chercheurs comme Michael Leslie), approche qui constituerait une interface possible entre ces deux codes sémiotiques.

Pierre Le Duff

 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.