Quêtes de Graals : (ne pas) mettre la main sur des sources primaires (partie 3/3)

Tout(e) jeune 17emiste se trouve sûrement, comme ses collègues pour d’autres périodes, plongé(e) dans les mines de JStor ou de ProQuest de manière régulière, en quête d’articles ou de numérisations. Si la pandémie a accentué ce besoin de s’appuyer sur internet pour y trouver des documents d’époque, il m’a occasionnellement été permis de dénicher des documents utiles à mes travaux de M2R et de préparation à la thèse au cours de mon année de lectorat à l’Université de Cambridge.

Je partage ici, et en trois brefs chapitres, mes expériences de contact avec le 17e britannique à travers un manuscrit (partie 1) et un ouvrage imprimé (partie 2). Je compléterai mon triptyque par le récit d’une déception (partie 3).

Tous les chemins ne mènent pas à Rome

dead end - sign
Claudio Schwarz on Unsplash

Si l’on disait que les ressources en matière première sont infinies à Cambridge, l’on ne serait pas bien loin de la vérité. Il n’en reste pas moins que certaines de mes recherches ne se sont pas révélées si fructueuses.

Trouver une référence intrigante…

queenscollege - cambridge - bridge
L’iconique “Mathematical Bridge” de Queens’ College (credit: Louise McCarthy)

M’intéressant un peu à un précurseur de la littérature de propagande anglaise en défense de la colonisation, j’emprunte à la bibliothèque universitaire un ouvrage de Mary Dewar intitulé Sir Thomas Smith : an Tudor Intellectual in Office (1964), dans lequel la spécialiste revient sur les aventures intellectuelles et politiques du personnage en question. Enthousiasmée par le constat que Thomas Smith était un alumnus de Queens’ College où je suis lectrice, je poursuis ma lecture et tombe sur une référence à une carte qu’aurait possédée Sir Thomas Smith. Cette carte figurait apparemment dans un inventaire des possessions léguées par Sir Thomas Smith à son alma mater à sa mort. Avec un peu de chance, Queens’ College aurait quelque part dans ses archives ce précieux document…

…qui mène à une impasse

gameover - library - read
Fin de quête: game over (credit: Louise McCarthy)

Dans l’espoir de faire suite à cette trouvaille et désirant voir si Smith aurait pu être un éventuel précurseur des propagandistes commerciaux et proto-coloniaux qui m’intéressent, je prends contact avec l’archiviste de la bibliothèque de Queens’ College. Celle-ci semble retrouver la référence à la carte dans l’inventaire mais m’apprend cependant que le College ne possède pas(plus?) un tel document. Dommage ! Mes spéculations en restent là, et je remets à plus tard une investigation plus poussée du rôle de la cartographie dans les projets de Sir Thomas Smith.

Louise McCarthy
Louise McCarthy


Citer ce billet
Louise McCarthy (2021, 27 mai). Quêtes de Graals : (ne pas) mettre la main sur des sources primaires (partie 3/3). Les doctorant·es de la SEAA 17-18. Consulté le 16 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/m7h4

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search