Comment optimiser un séjour de recherche dans des archives ou en bibliothèque ?

 

Les séjours de recherche restent pour l’instant assez compromis, mais rien de nous empêche de nous préparer à leur retour…

Préparer son séjour

Il est important de prévoir combien de temps vous aurez à passer dans les bibliothèques ou archives, pour collecter les données dont vous avez besoin. Pour les bibliothèques, les catalogues en ligne permettent de localiser les ouvrages, et on trouve généralement dans leurs descriptions le nombre de page de chaque volume, ce qui peut aider à anticiper le temps qu’il faudra passer à les consulter. Certains ouvrages anciens doivent être conservés dans des conditions particulières, et il est parfois nécessaire de les réserver plusieurs jours à l’avance afin qu’ils puissent être acheminés en salle de lecture. Mieux vaut donc vérifier les conditions d’accès aux documents, pour ne pas se retrouver à perdre un ou plusieurs jours sur place.

Pour l’aspect pratique, pensez à vérifier les démarches éventuelles à faire à votre première arrivée : par exemple, à la British Library, il faut créer une carte de lecteur(gratuite lorsqu’on fait de la recherche), ce qui prend un peu de temps le premier jour. À la Chawton House Library, une bibliothèque spécialisée dans les écrits féminins de la première modernité dans un magnifique cadre rural, il est nécessaire de prendre rendez-vous et de réserver les ouvrages à l’avance, pour être accueilli·e personnellement et amené·e dans la petite salle de lecture au cœur d’un musée sur Jane Austen. Attention aussi aux horaires, certaines bibliothèques ferment ou ont des horaires réduits le weekend. Selon l’endroit où vous allez, vérifiez aussi à tout hasard le calendrier des fêtes nationales. (Petite pensée pour cette tentative de visite à la bibliothèque universitaire de Bâle, un jour parfaitement banal en France qui s’est avéré être férié en Suisse. Je ne faisais pas la fière dans mon train de retour vers Strasbourg.)

L’aspect financier

Les voyages pour travailler en archives lointaines peuvent être coûteux, entre les trajets, l’hébergement, et la vie sur place. Il est possible de postuler à des bourses qui financeront en partie ou totalement vos frais, il est donc toujours utile de jeter un œil aux opportunités de financements (nous tenons une veille des bourses sur ce carnet, et tous les réseaux sont bons à utiliser).

Une autre possibilité est de coupler le séjour en archives à une communication dans un colloque, car bien souvent votre école doctorale et/ou votre unité de recherche pourront contribuer aux frais de déplacement. Si les frais d’hébergement et de bouche hors colloque ne seront peut-être pas pris en charge, il est déjà bien appréciable de ne pas avoir à payer l’intégralité des trajets.

Sur place

Photo by Sigmund on Unsplash

Une fois sur place, à la bonne heure et les documents en main, reste la manière de procéder pour récolter les données utiles. Il faut savoir que certaines bibliothèques et archives n’autorisent pas les stylos, mais il est en général possible d’emporter un crayon à papier et son ordinateur. Si c’est possible, prendre des photos permet de pouvoir reporter à plus tard le travail de précision et de collecter toute la matière brute dont on peut avoir besoin. Si vous avez des montagnes de documents à analyser, pensez à inclure dans le cadre de vos photos tout ce qui permet d’identifier chaque document et à écrire la référence dans le titre. Ce serait dommage, plusieurs semaines ou mois plus tard, de ne plus savoir ce qui est quoi, et de pester en vain contre votre past self pour sa négligence… Mieux vaut certainement d’ailleurs récolter plus de donner que pas assez, quitte à ne pas tout utiliser immédiatement. Ce qui peut paraître superflu au début se révélera peut-être précieux plus tard.

Et enfin, même si le temps vous manque, profitez de ces moments dans la sérénité des bibliothèques et de ce qu’offre l’endroit où vous vous trouvez, on n’a pas tous les jours l’occasion de flâner dans la campagne du Hampshire. Enjoy!

Juliette-Misset
Juliette Misset