2021, “Ecrire la nation” (Université de Caen-Normandie)

Lien vers les actes de la journée/link to the contributions:

 

Numéro coordonné par Alix Desnain et Juliette Misset, avec la collaboration de Mickaël Popelard.

Résumés, mots-clefs et notices biobibliographiques ci-dessous.

Abstracts, keywords and bio-bibliographies below.

Louise McCarthy – Mapping the British nation in the New World: “La Virginea Pars” (1585-90), the “Map of Virginia” (1612) and “Ould Virginia” (1624)

Résumé

Trois ans après que Jacques VI d’Ecosse devint en 1603 Jacques Ier, roi de Grande Bretagne, ce dernier accorda des privilèges à la Virginia Company of London, encourageant ainsi officiellement les projets d’expéditions vers le Nouveau Monde. Présentant les activités de la compagnie comme projet national, la littérature de propagande de la compagnie (cartes comprises) s’évertuait à donner forme à une « Nova Britannia » (Nouvelle Grande Bretagne) en Amérique du Nord. Entreprise anglaise sous l’égide de Sir Walter Ralegh qui mena les expéditions désastreuses de Roanoke dans les années 1580, le Chesapeake devint la pièce maîtresse de la colonisation britannique sous le règne de Jacques Ier. Communauté résolument « imaginée » (Benedict Anderson), la nation britannique établie en Virginie se vit donner une forme cartographique qui vint à définir les limites géographiques et conceptuelles de la jeune nation britannique. S’appuyant en partie sur British Identities and English Renaissance Literature de Baker et Maley, ainsi que sur les travaux de Richard Helgerson sur le concept de nation à la Renaissance, cet article fait l’hypothèse que la cartographie permettrait d’explorer visuellement l’identité britannique à ses débuts. Il s’agit de comparer la Virginea Pars (1585-1593) de John White à la carte plus tardive de John Smith et William Hole en 1612 ainsi que celle de John Smith et Robert Vaughan en 1624 afin d’étudier les manières dont la cartographie permit de créer les premiers « héros » britanniques à l’étranger, et, à travers eux, de l’identité et de la nation britanniques.

Mots-clefs: cartographie, Compagnie de la Virginie, littérature de propagande, communauté imaginée, identité, colonisation, Baie de Chesapeake, Powhatans, John Smith, Jacques Ier.

Abstract

Three years after James VI of Scotland became James I of Great Britain in 1603, the King granted a charter to the Virginia Company of London as an official encouragement to expeditions to the New World. Advertising company activities as a national project, the company’s promotional literature – including maps – sought to give shape to a “Nova Britannia” (New Britain) in North America. From English design with Sir Walter Ralegh’s failed Roanoke voyages in the 1580s, the Chesapeake became the centrepiece of British colonisation under James I. A decidedly “imagined community” (Benedict Anderson), the British nation in Virginia was given visual cartographic expressions which came to define the geographical and conceptual boundaries of the young British nation. In part drawing on Baker and Maley’s British Identities and English Renaissance Literature, and Richard Helgerson’s work on early modern “forms of nationhood”, I would suggest that early colonial cartography was a tentative way of writing the British nation at the early stages of its existence. Taking John White’s Virginea Pars (1585-1593) as a starting point, I shall compare it to a later map by John Smith and William Hole (1612). Adding John Smith’s later version entitled “Oulde Virginia” and engraved by Robert Vaughan (1624), I wish to look at the ways in which cartographic discourse contributed to the creation of Britain’s first national “heroes” abroad, and through them, of Britishness and the British nation.

Keywords: cartography, Virginia Company, promotional literature, imagined community, identity, colonisation, Chesapeake Bay, Powhatans, John Smith, James I.

Notice bibliographique

Louise McCarthy est doctorante contractuelle normalienne en première année à l’Université de Paris où elle travaille sous la direction du Professeur Ladan Niayesh. Elle a pour objets de recherche la cartographie et la littérature de propagande produites par ou pour deux compagnies commerciales majeures de la période pré-moderne anglaise : la Compagnie des Indes Orientales et la Compagnie de la Virginie. Elle a co-organisé une journée d’étude sur « Richard Hakluyt and the French Connection » à l’Université d’Oxford. Elle a communiqué au Hakluyt Society Symposium de Warwick (novembre 2021), et a co-écrit l’article « Cartography as Propagandist Design: From Company Map to Virginian Masques (1613-14) » récemment paru dans  XVII-XVIII (n°78, 2021).

Bio-biobliography

Louise McCarthy is a PhD student and teaching assistant at the Université de Paris where she works under the supervision of Professor Ladan Niayesh. Her research focuses on maps and promotional literature produced by or for two major trading companies of the early modern period, the East India Company and the Virginia Company. She has co-organised the Paris-Oxford Partnership event on “Richard Hakluyt and the French Connection” (4th February 2022). She has recently given a paper for the annual symposium of the Hakluyt Society on “Decolonising Travel Studies” and has co-written an article on “Cartography as Propagandist Design: From Company Map to Virginian Masques (1613-14)” in XVII-XVIII (n°78, 2021).

Anna Lloyd Hellier – ‘PHILANGLUS’ or ‘Old England’s True Friend’: William Penn’s deployment of a nationalistic discourse in the writing of a new and better England

Résumé

Les écrits et les actions d’engagement politique du jeune William Penn offrent une illustration fascinante des tensions à l’œuvre dans l’élaboration d’un discours nationaliste fondé sur la notion d’une identité commune anglaise, mise au service de la défense de la liberté de conscience individuelle. En tant que quaker, la mission principale de Penn fut sa campagne pour l’égalité des droits religieux, politiques et civils pour tous les Anglais, sans distinction religieuse ou politique. Néanmoins, comme les niveleurs et autres républicains de son époque, il était convaincu que la meilleure façon d’atteindre cet objectif résidait dans une vision de guérison et d’unité nationales. Ainsi, il adopta, à l’époque de la Restauration de la monarchie anglaise, la rhétorique de l’ancienne constitution des républicains de l’époque des guerres civiles britanniques : celle des droits anciens et naturels de tout homme né anglais. Il s’agit d’un discours de nature nationaliste, mais Penn sut le mêler habilement avec d’autres discours européens, et chercha également à l’appliquer dans sa colonie de Pennsylvanie en Amérique de Nord. Cette écriture d’une nouvelle Angleterre, à la fois unie et diverse, apparaît principalement dans un trio de pamphlets écrits par Penn pendant les années 1670, dont One Project for the Good of England (1679), signé sous le pseudonyme évocateur ‘Philanglus’. L’unité nationale, les libertés individuelles, l’altérité et la communauté s’entrecroisent ainsi dans les écrits politiques du jeune William Penn pour nous fournir une ouverture fascinante sur l’histoire des idées en Angleterre, en Europe et dans les nouvelles colonies nord-américaines.

Mots-clefs: Discours nationaliste, droits civils, engagement politique, liberté religieuse, quakers

Abstract

The politically-engaged writings and actions of the young William Penn offer us a fascinating insight into the tensions at work in the construction of a nationalistic discourse, built around the notion of a common English identity, but ultimately intended to defend the right to individual liberty of conscience. Penn’s primary mission as a seventeenth-century Quaker was his campaign for the equality of religious, political and civil rights for all English people, irrespective of political or religious allegiance. However, like the Levellers and other republicans before him, he was persuaded that the best way to achieve this goal was through a vision of national healing and unity. Thus, in the Restoration era, Penn appropriated the rhetoric of the ancient English constitution, previously deployed by Civil-War republicans seeking to draw on a collective perception of a age-old birth-rights due to all freeborn Englishmen. Penn proved himself able to meld this inherently nationalistic discourse with other more European inspirations. Moreover, he sought to bring his vision to concrete application in colonial Pennsylvania. Penn’s writing of his vision for a new England, unified but plural, is most evident in a trio of tracts from the 1670s, including the aptly titled One Project for the Good of England (1679), signed under the evocative pseudonym ‘Philanglus’. National unity, individual liberties, togetherness and otherness are thus interwoven in the early politically-engaged tracts of William Penn, providing a fresh window onto the history of ideas in seventeenth-century Europe, England, and her new North American colonies.

Keywords: Civil rights, nationalistic discourse, politically-engaged, Quakers, religious liberties

Notice bibliographique

Anna Lloyd Hellier enseigne l’anglais à l’Université Rennes 2 depuis 2002. Professeur agrégé, elle a prépare sa thèse à Lettres Sorbonne Université sur la genèse de la pensée politique de William Penn, jeune quaker anglais à la période de la Restauration et futur fondateur de la colonie de Pennsylvanie. Elle a participé à de nombreux colloques en France, en Angleterre et aux Etats Unis. Elle s’intéresse particulièrement à l’émergence d’un discours radical politique chez les tout premiers quakers, face aux persécutions et injustices subies en tant que membres d’une secte religieuse minoritaire et non-conformiste, et à la transmission d’un véritable modèle d’engagement politique aux nouvelles recrues engagées de la période de la Restauration, dont le jeune William Penn. Sa thèse croise cet héritage quaker commun avec le parcours particulier du jeune Penn afin de mieux comprendre la pensée théologico-politique de cet homme, et, surtout, la complexité et la diversité des origines et des sources de ses arguments défendant la tolérance religieuse et les droits civils de tous. Elle a un chapitre publié dans un ouvrage collectif, Anne-Claire Faucquez & Linda Garbaye (Dir.), Citoyenneté et liberté dans l’Empire britannique et les jeunes États-Unis XVIIe-XIXe siècles, Presses Universitaires François-Rabelais (PUFR), 2021, et deux autres articles à paraître courant 2022.

Bio-bibliography

Anna Lloyd Hellier has been teaching English at Rennes 2 University since 2002. She prepared her thesis at Lettres Sorbonne Université, on the developing political thought of the young William Penn during the Restoration era, prior to his founding of the colony of Pennsylvania in North America. In recent years, she has given a series of papers at various conferences in England, France and the United States. Her work particularly addresses the question of the emergence of a radical discourse among the early Quakers, faced with persistent persecution and miscarriages of justice as religious non-conformists, and the transmission of a specific model of political activism to new recruits to the sect in the Restoration period, including the young William Penn. Her doctoral thesis analyses the intersection of this common Quaker heritage and the individual experience of the young Penn, in order to offer a better appreciation of the complex origins of his religio-political ideology. The intention is to demonstrate that Penn’s ideology, stemming as it did from a diverse range of sources, gives a particular richness to his arguments defending religious toleration, by incorporating these into a wider rhetoric of general civil rights due to all citizens of any well-governed and self-respecting nation or community. She has a chapter published in a collective work, Citoyenneté et liberté dans l’Empire britannique et les jeunes États-Unis XVIIe-XIXe siècles, Presses Universitaires François-Rabelais (PUFR), 2021, and two more publications forthcoming in 2022.

Adnana Sava – Écrire le roman, écrire la nation : étude de l’« insociable sociabilité » dans le processus de construction du roman anglais

Abstract

Cet article examine la question de l’écriture de la nation anglaise à travers un prisme littéraire, en s’intéressant au processus de construction du roman anglais au xviiie siècle et à son établissement en tant que forme d’écriture typiquement anglaise. On démontrera comment les premiers romanciers (Daniel Defoe, Samuel Richardson, Henry Fielding et Eliza Haywood notamment) et leurs défenseurs ont contribué, individuellement et collectivement, volontairement ou à leur insu, à l’essor du roman comme novel et, de fait, à la construction d’une identité nationale, tout en étant animés d’un esprit d’opposition, de contradiction et d’émulation en apparence peu propice à un développement coordonné et à une réflexion commune pourtant indispensables à l’élaboration conjointe d’un projet commun. Dans un premier temps, nous aborderons la visée subversive du roman comme novel, qui s’exprime à travers la volonté affichée par certains auteurs, pionniers d’une forme littéraire nouvelle, d’inscrire leurs récits en opposition aux romances, notamment français, du siècle précédent. Dans un deuxième temps, nous nous intéresserons à l’articulation entre le novel et la nation, telle qu’envisagée au xviiie siècle par les partisans de Richardson et de Fielding notamment, et promue par la suite par des critiques comme William Hazlitt, Walter Scott et Ian Watt. On remarquera qu’au xviiie siècle, la tendance nationaliste s’inscrit, elle aussi, dans une démarche conflictuelle. Enfin, nous examinerons le processus de construction du roman anglais au xviiie siècle en nous appuyant sur un corpus de textes écrits par Defoe, Richardson, Fielding et Haywood et en mettant en lien création littéraire et (in)sociabilité au siècle des Lumières.

Mots-clefs: Roman anglais du xviiie siècle – essor et construction – nationalisation du roman – insociable sociabilité – intertextualité

Abstract

This paper examines the idea of writing the nation from a literary perspective, by focusing on the emergence and development of the eighteenth-century English novel and its establishment as a specifically English literary form. It seeks to demonstrate how some of the very first novelists (particularly Daniel Defoe, Samuel Richardson, Henry Fielding and Eliza Haywood) as well as their supporters, contributed, individually and collectively, whether consciously or inadvertently, to the rise of the new literary form and thereby to the construction of a national identity, while being driven by a spirit of opposition, contradiction and emulation seemingly hardly suited to foster the cooperative and collaborative environment which the development of a common literary project seems to require. The first part shall focus on the subversive purpose of the eighteenth-century novel, as expressed through the stated intention of some writers, pioneers of a new literary craft, to conceive their works as a reaction against and rejection of the seventeenth-century French romance. The second part shall examine the articulation of nation and novel, an idea initiated by Richardson’s and Fielding’s supporters in the eighteenth century and afterwards promoted by literary critics throughout the nineteenth and twentieth centuries (William Hazlitt, Walter Scott, Ian Watt). We notice that, during the eighteenth century, the nationalist discourse is also tinged with an antagonistic, belligerent tone. The final part will be devoted to the construction process of the early eighteenth-century English novel. Based on the intertextual connections and seemingly dialogical relationship between texts written by Defoe, Richardson, Fielding and Haywood, our analysis will suggest a reading of the interactions between authors as a form of literary unsociability which contributed to the development of the novel.

Keywords: Eighteenth-century English novel – rise and development – nationalisation of the novel – unsociable sociability – intertextuality

Notice bibliographique

Titulaire de l’agrégation d’anglais, Adnana Sava est actuellement inscrite en 3e année de contrat doctoral à l’Université de Bretagne Occidentale (Brest). Elle travaille sous la direction du professeur Alain Kerhervé, en littérature britannique, au sein du laboratoire hcti (Héritages et Constructions dans le Texte et l’Image). Elle dispense, dans le cadre de sa mission d’enseignement, des td de littérature postcoloniale et de grammaire anglaise au département d’Anglais de l’ubo. Membre de la Société d’Études Anglo-Américaines des xviie et xviiie siècles depuis 2019, elle rejoint, la même année, le projet européen digit.en.s, financé par la commission européenne, piloté par l’ubo et par le laboratoire hcti, qui vise à développer la recherche sur la sociabilité britannique et à examiner la circulation de modèles de sociabilité en Europe durant le long dix-huitième siècle.

Sa thèse s’intitule « L’antiroman en Angleterre au xviiie siècle ». Ce sujet consiste à proposer une nouvelle approche épistémologique de l’essor du roman anglais comme un phénomène d’écriture expérimentale, nouvelle et populaire, fondée sur l’interaction entre œuvres d’auteurs contemporains et dont les normes se définissent au fur et à mesure des récits-réactions. Elle tente de procéder à la redéfinition et à la recatégorisation du terme « antiroman » qui, dans le contexte littéraire britannique de l’époque, suppose non seulement une confrontation texte contre texte, mais participe activement, par son caractère autoréflexif, à l’évolution, à la légitimation et la popularisation du roman anglais au xviiie siècle. Elle envisage, en outre, le dialogue entre œuvres de fiction comme une forme de sociabilité, souvent conflictuelle – un mécanisme social visant la communication des idées à travers des récits-réponse fictionnels, et tâche de déterminer dans quelle mesure cette forme d’insociabilité littéraire a contribué au développement du roman anglais au xviiie siècle.

Anna Hrdinová – “Our National Taste”: English Early Eighteenth-Century Stage as a Part of English National Identity

Résumé

Les écrivains et commentateurs anglais de la fin du XVIIe et du début du XVIIIe siècle se référaient souvent à une entité apparemment évidente appelée « scène anglaise ». Certains critiques ont publié des propositions pour l’amélioration du théâtre anglais, d’autres se sont inquiétés des influences théâtrales étrangères qui affectaient leur scène anglaise. L’article vise à explorer la relation entre le théâtre et l’identité nationale anglaise dans les écrits pour et sur les théâtres londoniens au début du XVIIIe siècle. En employant la théorie de la sphère publique et en s’appuyant sur des pièces de théâtre, des satires, des essais et d’autres récits contemporains sélectionnés, l’article soutient que la définition de la scène anglaise, qui a facilité un sentiment croissant d’identité théâtrale collective, a été éclairée par trois circonstances suivantes. Premièrement, à l’instar des identités nationales dans leur ensemble, l’identité théâtrale anglaise se définit par opposition aux genres étrangers, en particulier l’extravagant opéra italien. De plus, l’expression « scène anglaise » a acquis de nouvelles connotations de nostalgie et a perdu de sa valeur dramatique avec la commercialisation croissante du secteur du théâtre londonien après les années 1700 et la popularité croissante les soi-disant afterpieces, qui semblaient chasser le répertoire traditionnel de la restauration. Enfin, les connotations de la scène anglaise se sont développées avec la formation continue du canon littéraire anglais. Cet article vise à montrer que les angoisses nationalistes étaient très présentes dans le débat sur la scène anglaise dans les théâtres londoniens au début du XVIIIe siècle et que la culture théâtrale a également contribué à la conscience nationale du peuple anglais.

Mots-clefs: Théâtre du XVIIIe siècle; Identité théâtrale anglaise; théorie de la sphère publique; concurrence étrangère; commercialisation du théâtre

Abstract

Late 17th– and early 18th-century English writers and commentators often referred to a seemingly self-evident entity called the “English stage”. Some critics published proposals for the improvement of the English theatre, others were concerned about the foreign theatrical influences which were affecting it. This paper aims to explore the relationship between theatre and English national identity in the writings for, and about, London theatres in the early 18th century. By employing the theory of the public sphere and by drawing on selected plays, satires, essays and other contemporaneous accounts, the paper argues that the definition of the English stage, which facilitated a growing sentiment of collective theatrical identity, was informed by three following circumstances: first, not unlike national identities as a whole, the English theatrical identity was defined in opposition to foreign genres, especially the extravagant Italian opera; further, the phrase “English stage” acquired new connotations of nostalgia and lost dramatic value with the increasing commercialization of London theatre business after the first decade of the 18th century and the growing popularity of afterpieces, which seemed to drive away the traditional Restoration repertoire; lastly, the connotations of the English stage developed together with the on-going formation of the English literary canon. This paper aims to show that nationalistic anxieties were very much at play in the discussion about the English stage in London theatres in the early 18th century and that theatre culture also contributed to the national consciousness of the English people.

Keywords: Eighteenth-century theatre; English theatrical identity; theory of the public sphere; foreign competition; theatre commercialization

Notice bibliographique

Anna Mikyšková est doctorante au Département d’études anglaises et américaines de la Faculté des arts de l’Université Masaryk, en République tchèque. Ses recherches portent sur la production et la réception des genres théâtraux populaires de la Restauration anglaise et du début du XVIIIe siècle. En tant que traductrice et éditrice, elle travaille sur un projet « English Theatre Culture 1660-1737 », financé par la Czech Science Foundation et dont le but est de publier la première anthologie du théâtre de la Restauration en langue tchèque. Elle prépare un volume, co-édité avec Filip Krajník, initialement intitulé Restoration Reshaping: Shifting Forms, Genres and Conventions in English Theatre, 1660-1737 (à paraître en 2022). Elle a présenté ses recherches dans plusieurs conférences internationales par example à The European Research Shakespeare Association Conference (Rome, 2019), British Shakespeare Association Conference (Swansea, 2019) et Post-Graduate Study Days at Caen University (2021).

Bio-bibliography

Anna Mikyšková is a PhD student at the Department of English and American Studies at the Faculty of Arts, Masaryk University, Czech Republic. Her research focuses on the production and reception of popular theatre genres of the English Restoration and early eighteenth-century period. As translator and editor, she works on a project “English Theatre Culture 1660-1737”,which is funded by the Czech Science Foundation and whose aim is to publish the first anthology of Restoration drama in the Czech language. She is preparing a volume, co-edited with Filip Krajník, preliminarily entitled Restoration Reshaping: Shifting Forms, Genres and Conventions in English Theatre, 1660-1737 (forthcoming in 2022). She has presented her research on several international conferences including The European Research Shakespeare Association Conference (Rome, 2019), British Shakespeare Association Conference (Swansea, 2019) and Post-Graduate Study Days at Caen University (2021).

Julien Beckaert – Narrer les origines idéales de la nation : Critique et désaveu du gouvernement de William Pitt dans les leçons d’histoire de James Parkinson

Résumé

Dans la dernière décennie du xviiie siècle à Londres, alors que le mouvement radical était sévèrement réprimé par le gouvernement de William Pitt le Jeune, le médecin anglais James Parkinson (1755-1824) publia plusieurs pamphlets très critiques à l’égard du pouvoir sous le pseudonyme de « Old Hubert ». L’un d’entre eux s’apparente à une leçon d’histoire et survole une période s’étendant des premières conquêtes romaines dans les îles Britanniques au règne de Guillaume le Conquérant. Intitulé A Sketch of the Most Memorable Events in the History of England, cet essai propose une histoire événementielle de l’Angleterre où une douzaine de figures historiques décident du destin de la nation. Parkinson y représente les institutions et les libertés civiles anglaises comme s’originant dans une série de faits historiques précis, érigeantainsi ce que pourraient être les linéaments d’une culture démocratique en un modèle originel de démocratie directe déjà parfaitement abouti. Il conteste ainsi la légitimité politique de Pitt avec tout le poids du legs démocratique des figures légendaires de la nation. A Sketch est unroman national caustique et didactique, offrant au lecteur une contre-histoire de l’Angleterre.

Mots-clefs : James Parkinson, vulgarisation scientifique, radicalisme britannique, presse périodique radicale, études culturelles, William Pitt le Jeune, London Corresponding Society, censure, libertés saxonnes, Révolution française

Abstract

As Prime minister William Pitt the Younger and his cabinet intended to cripple the British radical movement by the last decade of the eighteenth-century, the English surgeon James Parkinson (1755-1824) wrote several pamphlets under the penname of ‘‘Old Hubert’’, which proved to be very critical towards the government. One of them resembles a history lesson, which covers a period ranging from the first Roman conquests in the British isles to the reign of William the Conqueror. A Sketch of the Most Memorable Events in the History of England offers an event-based history of England in which the nation’s fate is placed in the hands of a dozen historical figures. Parkinson regards English civil liberties and institutions as stemming from a combination of discrete events, thus turning what could be conceived as the inception of democratic values into a fully accomplished system of direct democracy. Parkinson aimed at denouncing Pitt’s legitimacy by comparing it to the invaluable democratic bequest of the nation’s most colourful figures. A Sketch is a pithy and didactic national myth, which challenges the dominant narrative of history.

Keywords: James Parkinson, popularisation, British radicalism, radical periodical press, cultural studies, William Pitt the Younger, London Corresponding Society, censorship, Saxon freedoms, French Revolution

Notice bibliographique

Ma thèse interdisciplinaire examine les stratégies éditoriales de trois périodiques radicaux – Pig’s Meat, Politics for the People et The Argus – publiés en Angleterre dans la dernière décennie du 18ème siècle. L’analyse littéraire et politique de ces publications mettra en évidence les modalités par lesquelles les éditorialistes londoniens Thomas Spence, Daniel Eaton et Sampson Perry ont utilisé une vaste littérature datant du xviie au xviiie siècle afin de promouvoir leurs convictions politiques radicales. Je suis rédacteur en chef du carnet de recherche du séminaire « Histoire globale, politiques et sociétés » de l’Axe 3 du Laboratoire CECILLE de l’Université de Lille.

Bio-bibliography My interdisciplinary doctoral thesis focuses on the editorial strategies of three radical periodicals – Pig’s Meat, Politics for the People and The Argus – published in England in the last decade of the eighteenth‑century. The literary and political analysis of these publications will reveal the modalities by which London‑based editorialists Thomas Spence, Daniel Eaton and Sampson Perry used a vast array of literary works dated from the 17th and 18th centuries in order to promote their radical political convictions. I am the editor of the academic blog dedicated to the seminar on ‘‘Global History, politics and societies’’ of the research unit CECILLE of Lille University.

Louise McCarthy
Louise McCarthy

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Louise McCarthy (19 septembre 2023). 2021, “Ecrire la nation” (Université de Caen-Normandie). Les doctorant·es de la SEAA 17-18. Consulté le 22 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/m7ia


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search