Eviter l’angoisse de la page blanche pendant la rédaction

Comment rédiger sa thèse ? La question paraît simple, mais demeure sans doute l’une des plus épineuses parmi celles, nombreuses, que l’on se pose au long de son doctorat. S’il n’existe guère de formule ou de recette magique, contrairement à ce que prétendent certains, je vous propose de vous raconter comment je m’y suis pris pour essayer d’aborder ce moment avec davantage de sérénité.

L’illusion de la perfection
Plot lines, in Tristram Shandy, Lawrence Sterne
Plot lines, in Tristram Shandy, Lawrence Sterne, digitized by Project Gutenberg

Vos recherches sont faites et votre plan a été validé. Un certain soulagement s’installe, avant de laisser place au nerf de la guerre, qui suscite parfois son lot d’angoisses : ça y est, il faut désormais rédiger. Ce moment s’accompagne souvent de nombreuses attentes. On y a longuement pensé, le dos courbé sur les livres qui jonchent le bureau, et certains l’ont même idéalisé. La première astuce qui m’a personnellement aidée a été de ne pas attendre l’instant parfait, mais bien d’attaquer dès que je me suis sentie prête. J’avais souvent imaginé que la première phrase relèverait d’un travail d’orfèvrerie, où chaque mot, soigneusement choisi, délivrerait le sens profond de mes recherches.

Il me semble qu’il est, au contraire, plutôt utile de désacraliser les premiers paragraphes : il sera, de toute manière, sans doute nécessaire de les corriger à la fin de la rédaction. L’écrit, en outre, peut intimider. On craint tantôt de ne pas être suffisamment précis, tantôt de recourir excessivement au jargon. La rédaction, cependant, n’est pas figée dans le marbre ! Votre texte évoluera de nombreuses fois, au fil de vos propres corrections et des retours de votre directeur de thèse. Je serais ainsi tentée de recommander d’écrire au fil de la plume, afin d’éviter tout blocage ou peur de la page blanche. Bref, essayez de vous défaire de la tentation de céder aux sirènes de la perfection de manière à laisser l’écriture couler !

Venir à bout de son saboteur intérieur
Meme à partir du Cauchemar, Fussli, 1781, Detroit Institute of Arts.

Enfin, j’aimerais parler de cette petite voix que vous connaissez sans doute. Celle qui, lorsque vous buvez innocemment votre premier café de la matinée ou qui vous réveille à trois heures du matin, vous soufflant insidieusement : « à quoi bon ? Tu ne vas jamais y arriver ». Cette odieuse et discrète présence, je n’ai jamais réussi à l’éliminer. Toutefois, je suis parvenue, au fil des mois, à vivre avec et à l’empêcher de gagner du terrain.

La première astuce me semble demeurer de la reconnaître pour ce qu’elle est, à savoir une expression de l’angoisse que peut créer un travail de cette envergure. Il ne s’agit nullement d’une réalité objective, il n’y a aucune raison de l’écouter ! En second lieu, la régularité permet de la terrasser. En effet, si vous avancez, même lentement, mais de manière continue, vous disposez de preuves qui la contredisent et vous pouvez donc lui rétorquer en toute tranquillité : « mais qu’est-ce que tu racontes, j’ai écrit un paragraphe aujourd’hui ». Enfin, se reposer sur son entourage achève en général de la reléguer dans les tréfonds de son esprit. Prendre rendez-vous avec son directeur de thèse pour mieux percevoir ses avancées, discuter avec un camarade doctorant des difficultés que l’on rencontre, ou tout simplement demander un peu de soutien à ses proches s’avère souvent vital !

Ménager ses efforts
Umberto Eco par Aubrey en 2010

Enfin, n’oubliez pas que la rédaction est, par essence, un travail difficile et de longue haleine. Il est tout à fait normal de ne pas être performant à chaque instant, c’est un marathon, pas un sprint ! Malgré tout, la rédaction réserve aussi de jolis moments, où l’on explore de nouvelles idées et où quelques trouvailles se nichent, raison de plus pour ne pas sombrer dans la « névrose de la thèse » qu’évoque Umberto Eco et de reconnaître la rédaction pour le « travail divertissant » qu’elle est souvent ! (Comment écrire sa thèse, Paris, Flammarion, 2016 p. 83, p. 323).

 

Amélie Derome
Amélie Derome

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search