Où trouver des call for papers (CFP) pour communiquer ?

Vous avez envie de communiquer mais ne savez pas par où commencer ?  Voici quelques liens pour trouver des CFP (call for papers) pertinents pour les études anglo-américaines des XVIIe et XVIIIe siècles !

Votre unité de recherche et votre école doctorale

Pour une première communication, il est souvent plus rassurant de jouer à domicile. Vous pouvez ainsi consulter régulièrement les messages envoyés par vos unités de recherche et vos écoles doctorales afin de vous renseigner sur l’actualité de la recherche au sein de votre université. Ces instances envoient également souvent des emails permettant de se tenir au courant des journées d’études à venir, ainsi que des appels à communication, parfois réservés aux doctorants. 

Les sociétés savantes

Image Unsplash

Si vous avez adhéré à la SEAA 17-18, vous êtes automatiquement abonnés à sa newsletter, qui indique, mensuellement, les événements qui marquent notre champ de recherche. On y trouve notamment une section CFP ! En rejoignant la SAES ou l’AFEA, selon que vous soyez américaniste ou angliciste, vous pourrez également bénéficier de l’abonnement à la messagerie, où les collègues diffusent de nombreux appels à communication. Il peut également être utile d’adhérer à des sociétés savantes plus spécifiques, portant précisément sur votre sujet, afin d’obtenir les informations que vous cherchez. A l’international, on peut notamment glaner des appels auprès de la European Society for Studying English, de la British Society for  Eighteenth Studies ou de son équivalent américain, the American Society for Eighteenth Studies.

Les sites internet

Le site internet de Fabula fourmille de CFP portant avant tout sur les études littéraires. Celui de Calenda comprend de multiples opportunités pour ceux qui étudient l’histoire, la sociologie ou encore l’éducation et le langage. Si vous cherchez à communiquer dans un pays anglophone, l’université de Pennsylvanie dispose d’un site recueillant les appels internationaux. On peut trier les CFP par catégorie, ce qui demeure très précieux.

Afin de ne pas manquer l’opportunité idéale, vous pouvez par exemple décider de réserver un après-midi par mois à la veille des CFP, ce qui vous laissera le loisir d’y répondre sereinement ! 

Amélie Derome
Amélie Derome

Comment organiser ses sessions de rédaction de thèse ?

S’il existe autant de possibilités que de doctorants, je vous présente cependant quelques techniques qui m’ont été utiles pendant la rédaction de ma thèse.

Le plan et la préparation des chapitres 

Unsplash

Personnellement, je n’aurais pas été capable de rédiger ma thèse sans disposer au préalable d’un plan suffisamment clair. Je disposais ainsi des titres de mes trois parties ainsi que de chacun des chapitres, accompagnés de courts résumés (de l’ordre du petit paragraphe). J’avais également déjà préparé les transitions. Avant de rédiger un chapitre, je parcourais l’ensemble de mes notes, prises pendant la recherche, et les intégrais à un nouveau document. J’élaborai ensuite le plan du chapitre, classifiant mes recherches par thème ou problématique. Afin d’être certaine de ne rien oublier d’essentiel, je refaisais en général quelques recherches à ce stade. Cette étape durait, généralement, entre deux et dix jours. 

RELECTURE ET Rédaction de thèse

Je commençais systématiquement par la relecture de ce que j’avais écrit la veille. Cela me permettait non seulement de démarrer en douceur, mais également de corriger les erreurs ou maladresses éventuelles au fur et à mesure. Pour ce faire, je repérais mes tics de langage – j’ai à ce titre une pensée émue pour mes innombrables « en effet », qui me donnaient l’impression de me relancer lorsque je bloquais, et que j’ai majoritairement supprimés – mais j’utilisais également un dictionnaire de synonymes pour éviter les redites. Ce travail, non indispensable, permet cependant de limiter la casse lors des corrections finales ! J’indiquais les références bibliographiques – préparées pendant les recherches – à la fin de la journée, de manière à ne pas perdre le fil en rédigeant mon appel de note.

Privilégier la régularité

Analog Clock, Djim Loic

Lors des deux premiers mois de rédaction, je peinais à me lancer lorsque je n’avais pas le sentiment de disposer de conditions idéales. Je trouvais en effet difficile de rédiger si j’avais d’autres tâches à effectuer ou des cours à donner dans la même journée. Avec le temps, j’ai cependant remarqué que la régularité était bien plus efficace que les grands à-coups intermittents. En effet, lorsqu’on écrit un peu tous les jours, une forme de continuité s’installe, et l’on peine moins à s’atteler au travail !

Définir ses objectifs

Il me semble qu’il est important de trouver son propre rythme de croisière, celui qui vous sera personnel et avec lequel vous vous sentirez à l’aise. Cela prend un peu de temps, mais c’est primordial ! Il peut s’agit d’un objectif d’heures de travail ou de nombre de signes. Lorsque je donnais cours la journée, je rédigeais ainsi une heure, et lorsque j’étais libre, j’essayais d’atteindre une page. Au bout de quelques mois, je suis passée à trois pages par jour, mais cela m’aurait été impossible au début ! L’idée demeure surtout que ces petits objectifs soient adaptés à votre vie personnelle, afin de pouvoir ressentir régulièrement la petite satisfaction bienvenue du travail accompli. Ces conseils, bien entendu, ne sont pas universels, mais reposent sur mon seul exemple personnel, le plus important est que vous trouviez votre propre méthode !

Amélie Derome
Amélie Derome

Garder un livre ouvert pour prendre des notes : bookstand ou pince à linge ?

Qui n’a pas déjà été aux prises avec la tranche indomptable d’un livre qui ne veut pas rester ouvert ? Voici deux options pour dissiper votre frustration et prendre vos notes en toute sérénité.

Vous avez peut-être comme moi déjà essayé de coincer l’ouvrage récalcitrant sous votre clavier d’ordinateur ou sous votre coude afin de le maintenir ouvert et d’en tirer la substantifique moelle tout en continuant de taper vos notes sur word. L’opération, périlleuse et frustrante, peut être facilitée de deux manières différentes (au moins).

Le bookstand.

bookstand - fitzwilliam college - book
Le bookstand de la bibliothèque à Fitzwilliam College, Cambridge (credit: Louise McCarthy)

La première solution est probablement la plus efficace, mais elle vous coûtera une quinzaine d’euros : le bookstand. Vous pouvez, en passant commande sur internet, vous procurer cette sorte de petit chevalet en bois ou en métal fort pratique pour la prise de notes. J’ai découvert son existence à la bibliothèque de Fitzwilliam College (Cambridge) lorsque j’y étais en échange. L’objet, salutaire, a été pour moi une vraie révélation. Le principe est simple : vous placez votre livre ouvert dessus, ajustez l’inclinaison du support, rabattez la partie inférieure pour caler l’ouvrage, et vous voilà prêt.e à prendre vos notes dans la paix et la bonne humeur.

La pince à linge.

book - pince à linge
“Eastward Hoe” (Chapman, Jonson & Marston, 1605) dompté par ma pince à linge et fixé à un classeur (credit: Louise McCarthy)

L’alternative que j’ai trouvée – étant cette année privée de mon amour de bookstand – n’est pas spécifiquement conçue pour garder un livre ouvert, mais marche (presque) aussi bien : la pince à linge. Prenez-en une ou deux, pincez les pages ensemble, et celles-ci ne devraient pas se tourner d’elles-mêmes. Pour plus de confort encore, vous pouvez placer votre livre sur un classeur et l’y fixer, pages ouvertes, avec vos pinces à linge. Ainsi, l’inclinaison permettra aux mots de s’offrir à vos yeux sans la moindre résistance.

Louise McCarthy
Louise McCarthy

Eviter l’angoisse de la page blanche pendant la rédaction

Comment rédiger sa thèse ? La question paraît simple, mais demeure sans doute l’une des plus épineuses parmi celles, nombreuses, que l’on se pose au long de son doctorat. S’il n’existe guère de formule ou de recette magique, contrairement à ce que prétendent certains, je vous propose de vous raconter comment je m’y suis pris pour essayer d’aborder ce moment avec davantage de sérénité.

L’illusion de la perfection
Plot lines, in Tristram Shandy, Lawrence Sterne
Plot lines, in Tristram Shandy, Lawrence Sterne, digitized by Project Gutenberg

Vos recherches sont faites et votre plan a été validé. Un certain soulagement s’installe, avant de laisser place au nerf de la guerre, qui suscite parfois son lot d’angoisses : ça y est, il faut désormais rédiger. Ce moment s’accompagne souvent de nombreuses attentes. On y a longuement pensé, le dos courbé sur les livres qui jonchent le bureau, et certains l’ont même idéalisé. La première astuce qui m’a personnellement aidée a été de ne pas attendre l’instant parfait, mais bien d’attaquer dès que je me suis sentie prête. J’avais souvent imaginé que la première phrase relèverait d’un travail d’orfèvrerie, où chaque mot, soigneusement choisi, délivrerait le sens profond de mes recherches.

Il me semble qu’il est, au contraire, plutôt utile de désacraliser les premiers paragraphes : il sera, de toute manière, sans doute nécessaire de les corriger à la fin de la rédaction. L’écrit, en outre, peut intimider. On craint tantôt de ne pas être suffisamment précis, tantôt de recourir excessivement au jargon. La rédaction, cependant, n’est pas figée dans le marbre ! Votre texte évoluera de nombreuses fois, au fil de vos propres corrections et des retours de votre directeur de thèse. Je serais ainsi tentée de recommander d’écrire au fil de la plume, afin d’éviter tout blocage ou peur de la page blanche. Bref, essayez de vous défaire de la tentation de céder aux sirènes de la perfection de manière à laisser l’écriture couler !

Venir à bout de son saboteur intérieur
Meme à partir du Cauchemar, Fussli, 1781, Detroit Institute of Arts.

Enfin, j’aimerais parler de cette petite voix que vous connaissez sans doute. Celle qui, lorsque vous buvez innocemment votre premier café de la matinée ou qui vous réveille à trois heures du matin, vous soufflant insidieusement : « à quoi bon ? Tu ne vas jamais y arriver ». Cette odieuse et discrète présence, je n’ai jamais réussi à l’éliminer. Toutefois, je suis parvenue, au fil des mois, à vivre avec et à l’empêcher de gagner du terrain.

La première astuce me semble demeurer de la reconnaître pour ce qu’elle est, à savoir une expression de l’angoisse que peut créer un travail de cette envergure. Il ne s’agit nullement d’une réalité objective, il n’y a aucune raison de l’écouter ! En second lieu, la régularité permet de la terrasser. En effet, si vous avancez, même lentement, mais de manière continue, vous disposez de preuves qui la contredisent et vous pouvez donc lui rétorquer en toute tranquillité : « mais qu’est-ce que tu racontes, j’ai écrit un paragraphe aujourd’hui ». Enfin, se reposer sur son entourage achève en général de la reléguer dans les tréfonds de son esprit. Prendre rendez-vous avec son directeur de thèse pour mieux percevoir ses avancées, discuter avec un camarade doctorant des difficultés que l’on rencontre, ou tout simplement demander un peu de soutien à ses proches s’avère souvent vital !

Ménager ses efforts
Umberto Eco par Aubrey en 2010

Enfin, n’oubliez pas que la rédaction est, par essence, un travail difficile et de longue haleine. Il est tout à fait normal de ne pas être performant à chaque instant, c’est un marathon, pas un sprint ! Malgré tout, la rédaction réserve aussi de jolis moments, où l’on explore de nouvelles idées et où quelques trouvailles se nichent, raison de plus pour ne pas sombrer dans la « névrose de la thèse » qu’évoque Umberto Eco et de reconnaître la rédaction pour le « travail divertissant » qu’elle est souvent ! (Comment écrire sa thèse, Paris, Flammarion, 2016 p. 83, p. 323).

 

Amélie Derome
Amélie Derome

Communiquer pour la première fois, et avec sa directrice de recherche

Retour sur les étapes d’une première expérience de communication à un colloque avec sa directrice de recherche.

Communiquer pour la première fois et avec sa directrice de recherche

colloque - affiche - cartographie - maps
Affiche du colloque “Cartes et Cartographie” (janvier 2021)

En janvier 2021, le congrès annuel de la SEAA1718 se tient sur zoom où des participants du monde entier se retrouvent pour partager leur travail autour de la thématique « Cartes et Cartographie dans le monde anglophone aux 17e et 18e siècles » (Maps and Mappings in English-speaking countries in the 17th and 18th centuries). A l’affiche, il y a des chercheurs expérimentés mais aussi des jeunes chercheurs. Des membres phares de la prestigieuse Hakluyt Society sont également présents.

Alors, me direz-vous, que fais-je moi, mastérante étrangère aux pratiques du colloque, au milieu de tout ce monde-là ?

Le Professeur Ladan Niayesh me propose d’embarquer avec elle sur ce projet

Au printemps 2020, alors que ma préparation à l’agrégation d’anglais touche à sa fin et que je prépare mon projet de recherche pour le M2R, Ladan Niayesh me propose de participer avec elle au prochain colloque de la SEAA1718, colloque qui doit porter sur la cartographie, sujet qui m’occupe depuis ma 1ere année de master.

Faire converger deux axes de recherche

Nous sommes en juin 2020. L’idée généreusement lancée par mon ancienne et future directrice, je m’attelle à un travail de réflexion sur ce que je peux bien apporter à la discussion. Sur Skype, la proposition de communication pour le colloque est à l’ordre du jour. Résultat des opérations : notre communication doit faire ressortir conjointement la théâtralité des cartes de propagandes que j’étudie pour mon M2R, et la dimension géographique du théâtre jacobéen dont elle est spécialiste.

Rédaction, envoi et acceptation de la proposition

type - laptop - work
Photo by Glenn Carstens-Peters on Unsplash

Fin juillet 2020, Mme Niayesh envoie notre proposition intitulée “Cartography as Propagandist Design: From Company Maps to Prince Henry’s Virginian Masques (1613-14)”. La proposition tient en 361 mots sur word (un peu moins d’une page), est précédée du titre et suivie d’une courte biographie pour chacune. A ce stade (comme à d’autres étapes plus tard), je m’en remets à sa connaissance de la marche à suivre. Mme Niayesh prend la rédaction de la proposition en main, et je me contente de retoucher quelques détails concernant ma partie. Début octobre 2020, le comité d’organisation du colloque nous signale par email que notre proposition de communication a été retenue.

Réfléchir ensemble avant d’écrire à quatre mains

oxford - radcliffe camera - doorway
L’emblématique “Radcliffe Camera” à Oxford (credit: Louise McCarthy)

Début décembre 2020, après avoir pris le temps de réfléchir chacune de notre côté à ce que nous apportions à la communication et profitant de notre proximité géographique, nous nous retrouvons à Oxford où Ladan Niayesh est visiting fellow pour le trimestre. Nous avons la chance de pouvoir échanger de vive voix à propos de la carte de Tatton & Wright dont l’analyse constitue le cœur de ma partie, et au sujet des masques de cour qui l’intéressent. Cette conversation permet d’assurer la cohésion des différents morceaux du puzzle que nous tâchons d’assembler.

Ecrire à quatre mains

Au cours du mois de décembre 2020, nous travaillons conjointement à la rédaction du texte que nous présenterons au moment du colloque. Je rédige de mon côté la partie sur la carte à l’étude, ainsi que la conclusion de notre présentation. Ladan Niayesh, elle, se charge de sa partie sur les masques, mais aussi de l’introduction. Malgré la distance qui nous sépare en termes d’expérience et de savoir-faire, Mme Niayesh semble tenir à ce que la communication soit présentée de manière équilibrée par elle et par moi. Sa confiance me fait honneur et me terrifie, mais je suis déterminée à ne pas décevoir. A ce stade, nous nous mettons d’accord pour que je réalise le powerpoint qui doit nous servir de support visuel lors de la communication.

Présenter à deux voix : entraînement au LARCA et enregistrement backup

zoom - conference
Communiquer sur zoom (capture d’écran)

Ladan Niayesh nous ayant inscrites pour cette session au préalable, nous présentons notre travail lors d’un galop d’essai auprès du laboratoire de recherche LARCA (Université de Paris). La session nous fait comprendre qu’il faudra améliorer notre gestion du temps, et les conseils des membres du labo présents ce jour-là nous aident à affiner ce qui mérite de l’être. Période de pandémie oblige, il faut assurer ses arrières pour ne pas être prises au dépourvu le jour j dans l’éventualité où l’aspect technique nous ferait faux bond. Nous faisons une présentation à distance entre nous et enregistrons la chose pour avoir un plan B.

Présenter à deux voix : le colloque (enfin !)

Près d’un an après la proposition de ma directrice, nous partageons le fruit d’un travail commun au moment du colloque. La présentation se passe bien, et je suis fière de communiquer avec le Professeur Niayesh. Le travail n’est pas encore tout à fait terminé puisqu’il faut encore écrire l’article qui doit être publié dans la revue de la SEAA1718 un peu plus tard en 2021, mais j’ai déjà le sentiment d’avoir beaucoup appris…et d’avoir encore au moins autant à apprendre.

Louise McCarthy
Louise McCarthy

CFP: “Ecrire la nation”, JDJC (Caen, 2021)

Les propositions de communication, en français ou en anglais, d’une longueur de 300 à 500 mots, ainsi qu’une courte bio-bibliographie sont à adresser conjointement à Meriel Cordier (meriel.cordier[at]outlook.fr), Alix Desnain (alix.desnain[at]outlook.fr) et Mickaël Popelard (mickael.popelard[at]unicaen.fr) avant le 31 mai 2021. Les notifications d’acceptation seront envoyées aux participants autour du 15 juin 2021.

(Please scroll down for the English version)

Journées Doctorant.e.s et Jeunes Chercheurs 2021 de la SEAA17-18, en partenariat avec la Société d’étude du XVIIe siècle et la Société Française d’Étude du XVIIIe siècle (SFEDS)

21 et 22 octobre 2021

Université de Caen Normandie

Meriel Cordier, Alix Desnain, Juliette Misset et Mickaël Popelard (SEAA1718), Marie-Gabrielle Lallemand (Société d’étude du XVIIe siècle) et Alain Sandrier (SFEDS)

« Écrire la Nation en France, dans les îles britanniques et dans les Treize Colonies aux XVIIe et XVIIIe siècles »

Ces Journées Jeunes Chercheurs porteront sur l’écriture de la nation aux XVIIe et XVIIIe siècles, en France, dans les îles britanniques et dans les Treize Colonies, et notamment sur la façon dont un individu peut participer à la construction d’une identité nationale, et donc collective. La France et la Grande-Bretagne, puis l’Europe et l’Amérique, s’étant souvent définies en opposition l’une à l’autre, le rapport à la nation y est d’autant plus complexe qu’il s’inscrit dans un dialogue entre identité et altérité, singularité et pluralité. Comment, dans le contexte politique, social et religieux de la première modernité, marqué par la dissension et la coexistence de diverses « communautés imaginées » (Anderson 1983), ce sentiment national a-t-il pu se développer ?

L’objet du colloque est donc d’établir des liens entre l’essor d’une conscience et d’une écriture nationales. Dès la fin du XIIe siècle, le mot « nacion » en vieux français faisait référence à un peuple uni par une origine, une langue et une culture communes (CNRTL 1b), et l’on retrouve ce terme dans des textes anglais dès le XIVe siècle grâce à l’influence anglo-normande. Le cas de l’Angleterre (puis de la Grande-Bretagne) et de ses colonies américaines, ainsi que celui de la France, sont de ce point de vue particulièrement complexes du fait de la pluralité des origines ethniques et des mythes fondateurs qui mettent en question la possibilité d’une identité propre à chaque pays. Alors que la place à accorder au « roman national » dans nos sociétés fait débat aujourd’hui, les XVIIe et XVIIIe siècles voient déjà émerger une littérature qui façonne peu à peu une identité collective, notamment par l’appropriation ou la réappropriation de formes et de genres littéraires. Les écrivains de cette période réinventent un rapport au territoire par le biais de l’écriture, alors même que l’on observe une porosité culturelle entre les pays.

Cependant, l’identification à la nation n’est pas pensée, ressentie et représentée par tous de la même manière. Selon Richard Helgerson (1992), une identité commune passe par un langage commun ; de même, la construction de la nation passe par la construction parallèle de la figure de l’écrivain. Comment les dynamiques de rivalité et d’émulation entre des identités nationales naissantes peuvent-elles favoriser l’émergence d’une conscience collective ? Peut-on concilier la pluralité des textes (chroniques, poésie, théâtre, essais…) avec l’unicité a priori inhérente à l’idée de nation ? Comment l’individu peut-il s’identifier à la nation ou, au contraire, s’en distancier ? Et quel rôle jouent les conflits religieux et politiques—et, au premier chef, les Révolutions anglaises et américaines—dans l’affirmation et l’écriture de ce sentiment d’appartenance nationale?

Les participant.e.s sont invité.e.s à réfléchir, entre autres, aux axes suivants :

  • Inclusion ou exclusion de communautés ou d’individus dans les textes ; rapport à l’étranger (questions irlandaise et écossaise pour l’Angleterre, mais aussi statut particulier des Treize Colonies) ;
  • Dialectique de l’identité et de l’altérité ; tension entre ce qui est pensé comme un « centre » et ce qui est posé comme une « marge » ou une « périphérie », tant sur le Continent, que dans les îles britanniques (« Celtic fringes » vs « Home Counties », crises politiques et culturelles nées des deux Actes d’Union, etc.) et dans les Treize Colonies ; réversibilité des points de vue et construction dialectique des identités ;
  • Réappropriation de formes et de genres littéraires continentaux ; tension entre traditions continentales, anglaises ou propres aux espaces « coloniaux » ; poésie aristocratique et théâtre populaire ;
  • Recherche de liens avec un passé mythique ; caractère sacré de la nation ;
  • Insularité et frontières ; rapport entre territoire et individu ; relations entre territoire réel et territoires imaginaires ;
  • Sentiment belliqueux et « littérature engagée » ; sentiment national et velléités impérialistes ; textes de combat politique et d’émancipation nationale ;
  • Rôle du récit de voyage dans l’émergence de la nation ;
  • L’émergence d’une nation entre mère patrie et colonies, entre ancien monde et nouveau monde.

Post-Graduate Study Days 2021 organized by the SEAA17-18,the Société d’étude du XVIIe siècle, and the Société Française d’Étude du XVIIIe siècle (SFEDS)

21-22 October 2021

Université de Caen Normandie

Meriel Cordier (Université Clermont Auvergne), Alix Desnain (Université Clermont Auvergne), Marie-Gabrielle Lallemand (Université de Caen-Normandie), Juliette Misset (Université de Strasbourg), Mickaël Popelard (Université de Caen-Normandie), et Alain Sandrier (Université de Caen-Normandie)

Writing the Nation in France, the British Isles, and the Thirteen Colonies in the 17th and 18th centuries

These post-graduate study days will focus on the idea of writing the nation during the seventeenth and eighteenth centuries in France, the British Isles, and the Thirteen Colonies, with particular attention paid to the ways in which an individual can participate in the construction of a national, and therefore collective, identity. Seeing as France and Great Britain— followed by Europe and North America— have traditionally defined themselves in opposition to one another, their understanding of the concept of nation is particularly complex in that it is rooted in a dialogue between identity and alterity, singularity and plurality. How then was this national feeling able to develop, given the political, social, and religious context of the early modern period, marked as it was by dissent and the coexistence of various “imagined communities” (Anderson 1983)?

The aim of these study days is therefore to establish links between the rise of a national consciousness and national writing. As early as the end of the twelfth century, the word “nacion” in Old French referred to a people united by a common origin, language, and culture (CNTRL 1b), and this term can be found in English texts as early as the fourteenth century, thanks to Anglo-Norman influence. The cases of England (and later Great Britain), its American colonies, and France are thus particularly complex due to the plurality of ethnic origins and foundational myths that challenge the very possibility for each country to forge its own identity. While the place and function of “national literature” in our societies is heavily debated today, the seventeenth and eighteenth centuries saw the emergence of a body of works which gradually constructed a sense of collective identity through the appropriation or reappropriation of literary forms and genres. For writers of that period, writing was a way of reinventing the relation to territorial space, even as there was cultural porosity between the countries.

Nonetheless, identification to the nation was thought, felt, and represented in myriad ways. According to Richard Helgerson (1992), a common identity stems from a common language; similarly, the construction of the nation hinges on and coincides with the construction of the figure of the writer. How then might the dynamics of rivalry and emulation between burgeoning national identities foster the emergence of a collective consciousness? Is it possible to reconcile such a plurality of texts (chronicles, poetry, drama, essays…) with unity, given that unity might be seen as inherent to the concept of nation? How can individuals identify with the nation, or, conversely, distance themselves from it? And what role do religious and political conflicts—notably the English and American revolutions—play in the affirmation and writing of the feeling of national affiliation?

Contributions may address, but are not limited to, the following topics:

  • The inclusion or exclusion of communities or individuals in texts; the relationship to foreign lands (which includes the cases of Ireland and Scotland for England, but also the specific status of the Thirteen Colonies);
  • The dialectic of identity and alterity; the tension between what is conceived of as the “centre” and what is posited as part of the “margins” or “periphery,” on the Continent, in the British Isles (“Celtic fringes” vs. “Home Counties,” political and cultural crises arising out of the two Acts of Union, etc.), and in the Thirteen Colonies; the reversibility of points of view and dialectical construction of identities;
  • The reappropriation of continental literary forms and genres; the tensions between continental, English, and/or specifically “colonial” traditions; aristocratic poetry and popular theatre;
  • The search for links with a mythical past; the nation as sacred;
  • Insularity and borders; the relationship between individuals and territory; the relation between real and imagined territories;
  • Belligerent tendencies and “political literature”; national feeling and imperialist inclination; political and polemical texts and texts of national emancipation;
  • The role of travel writing in the emergence of the nation;
  • The emergence of a nation divided between the motherland and the colonies, between the Old World and the New World.

Abstracts (300-500 words) in English or in French, along with a short biographical note, should be sent to Meriel Cordier (meriel.cordier[at]outlook.fr), Alix Desnain (alix.desnain[at]outlook.fr) and Mickaël Popelard (mickael.popelard[at]unicaen.fr) by 31 May 2021. Notification will be sent by mid-June 2021.

À propos

Le carnet de recherche des doctorants et doctorantes de la SEAA 17-18 vise à regrouper des conseils sur le déroulement du doctorat en anglistique portant sur les XVIIe et XVIIIe siècles, des billets sur l’actualité de la recherche dans ce domaine, des informations sur les colloques jeunes chercheurs de la SEAA 17-18, des expériences personnelles de jeunes chercheurs, ainsi qu’une veille des bourses et opportunités.
Les membres du comité éditorial
Potrait de l'autrice, Alice Marion-Ferrand
Louis pichot
Alice Marion-Ferrand
Louis est doctorant à l’Université de Nantes où il réalise sa thèse sur la philosophie et l’histoire culturelle des Lumières écossaises sous la direction de Pierre Carboni et Laurent Jaffro.  Louis est rédacteur en chef du carnet de recherche des doctorant-es de la SEAA1718 depuis janvier 2024. Alice est doctorante  à l’Université Paul-Valéry de Montpellier, sous la direction de Florence March. Passionnée par le théâtre, elle travaille sur le théâtre anglais de la Restauration, plus particulièrement sur un corpus de comédies à sujet religieux adaptées de sources européennes. Elle est la représentante des doctorant-es de la SEAA 1718 depuis janvier 2024.
Louise McCarthy Ines Ettaoui
louise mccarthy
Inès Ettaoui
Louise est doctorante et enseignante à l’Université Paris Cité où elle travaille sous la direction de Ladan Niayesh sur la cartographie anglaise aux XVIème et XVIIème siècles.  Inès est doctorante à l’université de Strasbourg. Passionnée par la symbolique humaniste, elle travaille sur l’art emblématique des 16e et 17e siècles en Angleterre, sous la direction de Jean-Jacques Chardin. 
Soumettre un article
Si vous souhaitez nous proposer un article, merci de nous envoyer un message à l’adresse suivante, nous discuterons ensemble de votre idée et vous donnerons des indications concernant le format : carnetseaa1718[@]gmail.com

Image de la bannière : A London Coffeehouse, c. 1700.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search