Journée d’étude: “Etudier le XVIIIe siècle aujourd’hui”, Strasbourg (6 avril 2022)

Journée d’études dix-huitiémistes interdisciplinaires du Collège doctoral européen. La journée doit se tenir le mercredi 6 avril 2022, de 9h à 16h.

Contact/organisation: Emmanuelle Sempère, <sempere[at]unistra.fr>

Programme

9h – Accueil

9h15 – Conférence inaugurale : Vincenza Perdichizzi (Études italiennes) : « ’Memini, ergo sum’. Lumières de la mémoire et identité nationale italienne. »

Session 1. Présidente de séance : Anne Bandry-Scubbi

10h00 – Filippo Sambugaro (Études italiennes), thèse en cotutelle dir. Emanuele Cutinelli-Rendina (Strasbourg) et Luca Frassineti (Naples) : « Éditer les textes du XVIIIe siècle : la Feroniade de V. Monti entre philologie et politique »

10h30 – Juliette Misset (Études anglophones), thèse dir. Anne Bandry-Scubbi : « La réception du roman didactique britannique autour de 1800 : méthodes croisées. »

Discussion.

Session 2. Président de séance : Jan Synowiecki

11h10 – Di Fan (Histoire de l’art), thèse dir. Martial Guédron : « Innovations dans la gravure anatomique du XVIIIe siècle »

11h40 – Sophie Lambéa, (Études anglophones), thèse dir. Hélène Ibata : « Jouer avec l’histoire : la propagande politique dans les jeux de cartes de Francis Barlow (1626-1704) ».

Discussion.

12h20-13h10 Buffet dans le hall du collège doctoral

Session 3. Président de séance : Lucien Derainne

13h15 – Présentation par les étudiants des travaux du séminaire de master 1 en Littérature française sur « Rousseau et la nature ».

13h45 – Jan Synowiecki (ATER en Histoire moderne) : « “Aller respirer un air libre et pur” (André Thouin). Les jardins parisiens au temps des Lumières »

Session 4. Président de séance : Martial Guédron

14h30 – Lucien Derainne (post-doctorat en Littérature française) : « Comment croiser l’analyse littéraire et l’histoire des sciences ? L’exemple de l’observation »

15h00 – Mathias Valverde, (Histoire moderne), thèse dir. Isabelle Laboulais (à distance) : « Écritures personnelles et travail savant. Famille, amitié et sexualité dans la production de savoirs savants 1770-1830 »

Discussion et clôture.

Louise McCarthy
Louise McCarthy

Colloque: “Genre Trouble in Early Modern England (1500-1800)”, en ligne (11 mars 2022)

genre trouble conference

Emma Bartel et Katie Ebner-Landy ont le plaisir d’annoncer la tenue, en ligne, de la conférence “Genre Trouble in Early Modern England (1500-1800)”. L’événement, soutenu par Queen Mary University of London et Sorbonne Université (VALE), aura lieu le 11 mars 2022 de 9:00 à 17:00 (GMT).

Pour s’inscrire, utiliser le lien suivant:  https://tinyurl.com/genre-trouble

Pour toute question, contacter les organisatrices à cette adresse: <genre.emp.conference[at]gmail.com>

Programme

9:00 Welcome Address

9.10 Life-Writing

Martin Thompson (University of Manchester) – ‘Un-editing’ the Autobiographical Fragments of Mary Ward (1585-1645): Taking the Texts on Their Own Terms

Emma Rayner (Australian National University) – Life-writing or Writing Lives? The Reception of Maternal Advice in Elizabeth Isham’s Spiritual Autobiography

10:10 Polemic

Laurent Curelly (Université de Haute Alsace) – ‘Must Invention labour into infinites?’ British Civil War Mercuries or Generic Innovation

Genevieve Bourjeaurd (Simon Fraser University) – Reading Receipts: Generic Language in Early Modern Churchwardens’ Accounts

11:10 KEYNOTE

Kathryn Murphy (University of Oxford) — Word Salads: Montaigne and the Essay Against Genre

12:10 LUNCH

13:10 Reading Genre

Jessica C. Beckman (Dartmouth College) – A marvelous hystory entitled Beware the Cat: Fiction, Compilation, and Early Modern Print

Ellen Roberts (Lancaster University) – The Horse, the Ass, and the Mule: a Linguistic Analysis of the Context, Development, and Mixing of Early Modern English Dramatic Genres

14:10 Paratexts

Béatrice Rouchon (Sorbonne Université) – ‘A Blue Coat without a Badge’: Generic Constraints in English Printed Paratexts (c.1580-1620)

Emily Smith (Université de Genève) – ‘His Comedie unto his Theatre’: Conceptions of Genre in the Early Modern Dramatic Epilogue

15:10 Hybridity

Abigail Shinn (Goldsmiths) – Popular Pastoral: Genre Trouble in Spenser’s Shepheardes Calender

Javiera Lorenzini Raty (King’s College London) – The Greekness of Hybrid Poems: Hermogenes of Tarsus’ Theory of Mixture and late Elizabethan Epyllion

16:00 Q&A

16:30 Breakout Room Drinks

Louise McCarthy
Louise McCarthy

Colloque: “Richard Hakluyt and the French Connection”, Oxford (4 février 2022)

Hakluyt Paris Oxford conference

Dr Lauren Working (Oxford and York, ERC-TIDE), Dr Emily Stevenson (Oxford, ERCTIDE), et Louise McCarthy (LARCA, Université de Paris) organisent une journée d’étude intitulée ‘Richard Hakluyt and the French Connection: Transfers of Global Geographical Knowledge from Paris to Oxford (late 16th and early 17th centuries)’. Elle se tiendra en présentiel à Oxford et en ligne (liens pour l’inscription ci-dessous). Les horaires du programme ci-dessous sont calculés selon le fuseau horaire GMT. 

Pour assister en personne : https://bit.ly/31UARAW

Pour assister en ligne : https://bit.ly/34KhfR4 

Programme

9:00-9:15 — Coffee and Introductory Remarks

9:15-10:45 — Keynote: Anthony Payne – ‘Hakluyt and France: People, Politics and Publication’

10:45-11:15 – Break

11:15-12:30 — Panel:

Marina Bezzi – ‘Geography as the eye of history’: Iberian colonial expansion and knowledge in the works of Richard Hakluyt and Lancelot Voisin de la Popelinière

Pierre-Ange Salvadori –  ‘Hakluyt, Guillaume Postel and the Arctic: inventing a « site of mediation’ in Late-Renaissance Paris and Europe’

Katherine Ibbett – ‘A navigation of feeling: Jacques Cartier and the translation of emotion’

12:30-14:00 — Lunch

14:00-15:30 — Keynote: Frank Lestringant – ‘When Richard Hakluyt meets André Thevet (1583-1588)’

15:30-15:45 — Coffee break

15:45-16:25 — Lightning talks & Discussion:

John Carrigy – ‘Richard Hakluyt as historian’

Lucas Aleixo Pires dos Reis – ‘The Account of Richard Rainolds and Thomas Dassel: commercial competition between the English, French, and Portuguese in the late 16th century Senegambia’

Nathalie Jeter – ‘‘Le plus beau & le meilleur païs que j’aie encore vu’: eyewitness as device in the recruitment pamphlet of Durand de Dauphiné ‘

Noah Michaud – ‘Prompts for African Principall Navigations: Knowledge of Africa Circulating in France at Hakluyt’s Arrival’

16:35-16:40 — Break

16:40-17:00 — Closing paper: Ladan Niayesh – ‘The French Mediator in English Voyage Drama: Fletcher and Massinger’s The Sea Voyage (1622)’

Louise McCarthy
Louise McCarthy

 

Paris: quelques cafés parisiens où écrire sa thèse

Chaque jour, les doctorants parisiens disparaissent mystérieusement sous terre, plongeant dans les entrailles de la BnF. Par-delà ses interminables escalators, le tapis rouge calfeutre les pas qui mènent vers la fourmilière universitaire la plus singulière de la ville. Le dos cognant contre les lourdes chaises, les yeux éblouis par les microfiches et les oreilles encombrées de boules Quies, chacun s’affaire à la préparation de sa thèse.

Soudain, les gargouillements viennent briser la douce mélodie des crissements feutrés et des reniflements réguliers. Il est l’heure de se restaurer et de regagner les « clubs », qui n’ont rien du repaire molletonné britannique, ou les deux cafés aux noms alarmants : Le Café du Temps et Le Café des Nombres. Quoi de plus inquiétant en effet que ces rappels du temps qui file et du nombre de pages à rédiger ? Voilà pourquoi, pendant mon doctorat, j’ai préféré rédiger à l’air libre et au niveau de la mer, jetant mon dévolu sur les cafés. Après des années passées à écumer les terrasses, je vous propose une petite cartographie de mes lieux préférés où écrire sa thèse.

A terrace with a view

La meringue qui évite de devenir foldingue

Si l’expression « a room with a view » fait désormais office de légende instagram mi-vantarde mi-touristique, je crois pourtant qu’E. M. Forster confirmerait qu’une vue dégagée offre le meilleur cadre possible pour la rédaction. La vue d’un peu de verdure, d’un enfant qui joue, ou même, plus prosaïquement, celle d’un pigeon en quête de sa pitance m’a toujours apporté un salutaire répit lorsque je m’efforçais de nouer mes transitions. Au Square Trousseau, le café demeure certes trop cher (3 euros), mais est accompagné d’une meringue maison qui apporte indubitablement les glucides nécessaires aux cerveaux en ébullition. La terrasse, qui donne sur un joli square, est exemplairement calme pendant l’après-midi et les serveurs ne poussent guère à la consommation. Le Square Gardette offre un cadre similaire, pour un café moins onéreux mais sans friandise. La Seine, petite terrasse paisible, ouvre quant à elle sur le charmant port de plaisance de l’Arsenal.

Un kawa pour nada

Le doux fumet des neurones en surchauffe

Trois autres lieux, cependant, ont vu ma thèse prendre forme sans creuser les trous parfois béants de mon porte-monnaie. Le Penty, sur la jolie petite place du marché d’Aligre, propose l’un des cafés les moins chers de Paris, ainsi qu’un thé à la menthe maison (pignons compris) pour une somme modique. Le 2bis, plus bruyant et rive gauche, demeure également l’un des meilleurs rapports qualité prix de la capitale. Mieux vaut s’y rendre le matin, car la fin d’après-midi voit les badauds en quête d’Happy Hour s’y ruer. La terrasse des Nautes, sur les quais de Seine, permet quant à elle de contourner entièrement la question du prix. Les tables et bancs sont accessibles en journée, tandis que le bar est fermé jusqu’à 17h00. Libre à vous d’emporter votre thermos et votre goûter préféré pour rédiger face au fleuve.

Quartier libre au Quartier latin

Bête sauvage en terrasse

Si vous aimeriez retrouver l’ambiance de vos années de premier cycle, plusieurs terrasses du 5earrondissement pourront combler vos élans nostalgiques. Au Petit Café, à l’abri de la circulation place de l’Ecole polytechnique, ou au Comptoir du Panthéon, en haut de la rue Soufflot, vous tiendrez compagnie aux étudiants qui préparent – plus ou moins sagement, il est vrai – leurs concours ou leurs partiels. L’occasion également de retourner dévaliser les rayons de Gibert ou de faire un tour par la Bibliothèque Sainte-Geneviève.

Un Americano à Paris

Walden-sur-Seine

Votre amour du café confine peut-être toutefois à l’obsession. Auquel cas, certains coffee shops parisiens n’ont rien à envier à leurs équivalents américains. Rue Faidherbe, les baristas de Kabane vous proposent les meilleurs crus internationaux, ainsi que des pâtisseries gluten-free et vegan. La Caféothèque, dans le Marais, s’avère également un lieu de choix pour les amateurs de torréfaction subtile.

Troquer les livres contre les troquets

Flyer surprise à l’Arsenal

Enfin, lorsqu’on souhaite combiner les ressources de la bibliothèque de l’Arsenal et la fraîcheur du plein air, la terrasse de Chez Margot, boulevard Henri IV, comprend des prises où charger vos ordinateurs, tandis que celle du Temps des Cerises, rue de la Cerisaie, paraît sortir d’une carte postale.

Voilà de quoi s’aérer avant de regagner les tréfonds du Rez-de-Jardin où, malgré tout, les distributeurs automatiques distillent sans relâche un café instantané.

Les adresses

4ème

  • Les Nautes, 1 Quai des Célestins
  • Chez Margot, 25 bis boulevard Henri IV
  • Le Temps des Cerises, 31 rue de la Cerisaie
  • La Caféothèque, 52 rue de l’Hôtel de Ville

5ème

  • Le Petit Café, 6 rue Descartes
  • Le Comptoir du Panthéon, 5 rue Soufflot
  • Le 2bis café, 2 bis rue des Écoles

11ème

  • Square Gardette, 24 rue Saint-Ambroise

12ème

  • Square Trousseau, 2 rue Antoine Vollon
  • Le Penty, 15 rue Emilio Castelar
  • La Seine, 32 ter boulevard de la Bastille

Amélie Derome
Amélie Derome

Paris: Nuage Café

Adresse

14, rue des Carmes 75005 PARIS

Description

nuage café - paris
Nuage café à Paris (credit: Nuage Café; with permission from Nuage Café)

Très joli café dans le Quartier Latin, à l’architecture originale, avec à la fois des espaces assez ouverts et des alcôves chaleureuses. On paye à l’heure ou à la journée un forfait qui donne accès aux différents espaces, au wifi, à des jeux, mais surtout…aux boissons et goûters du comptoir gourmand. Avis aux doctorant-es qui carburent à la caféine et au sucre, et sont en quête d’une ambiance conviviale et détendue.

nuage café - paris
Alcôve (credit: Nuage Café; with permission from Nuage Café)

L’endroit est idéal pour diverses tâches en solitaire (préparer ses cours, prendre des notes, effectuer des tâches administratives, répondre à ses emails…) mais aussi pour travailler en groupe, ce qui n’est pas habituel pour un café. On apprécie aussi de pouvoir faire un tour par les multiples librairies environnantes où l’on peut refaire ses stocks d’ouvrages et de fournitures. D’une pierre plusieurs coups, donc! 

Avantages

Originalité et centralité du lieu; boissons et goûters en libre accès; bon café; atmosphère détendue; solitude dissipée; affluence affichée en live sur leur page web; ouvert toute la semaine.

Inconvénients

Accès payant; peut être bruyant pour les adeptes du silence absolu.

Louise McCarthy
Louise McCarthy

CFP: Sociabilities on the move in the long eighteenth century (1650-1850)

H2020 DIGITENS closing conference – UNIVERSITE DE BRETAGNE OCCIDENTALE, 7-9 DECEMBER 2022

Call for papers

For the past ten years, the research work carried out by the international network formalized into the GIS Sociabilités/Sociability in 2017 has opened new paths in sociability studies by adopting an interdisciplinary and comparative approach. Building on the traditional historiography of social historians such as Maurice Agulhon, Norbert Elias, Daniel Roche or Peter Clark, our research has first focused on the emergence, evolution and resistance of British forms of sociability interpreted in national and transnational contexts, before shedding light on the importance of mutual exchanges, influences and tensions in the (re)definition of models of sociability in the long eighteenth century. Part of this research output is now available online on the DIGIT.EN.S website (www.digitens.org), a digital encyclopedia platform to be enriched in the coming months with new entries.

The dynamics of circulations in European and colonial societies has revealed the centrality of movement as a concept to grasp the ever-changing nature and function of sociability. Movement is a dynamic concept and process expressed and materialised through a variety of terms and actions: evolution, transformation, circulation, change, transport, mobility, transfer, exchange…

The commercial and colonial expansion as well as the Enlightenment debates on man and society contributed to a significant shift in both practices and discourses, fostering a far more dynamic conception of the social and sociable man. Moreover, the emergence of new sciences such as chemistry and anthropology in the second half of the eighteenth century set matter and bodies in motion, affected by an interplay of flux, powers and forces. The anxiety generated by this rising interest in phenomena of production, degeneration, transience and liminality paradoxically strengthened discourses promoting moral values of refinement and improvement, as well as a reflexive understanding of sociality.

Against a Western logic of space as abstract, stable, ordered and homogeneous, the concept of “movement” can offer a novel framework for the interpretation and analysis of sociabilities on the move. As underscored by Tim Ingold, “lives […] are never exclusively here or there, lived in this place or that, but always on the way from one place to another” (Kirby 32). Movement is at the core of the individual’s social life, providing opportunities of mobility or transgression, and as such is inevitably bound up with issues of control, hierarchy and exclusion. Movement stimulates by defying political and social strictures: de-familiarizing the gaze, shifting perspectives, creating fresh connections, making boundaries more permeable, enabling new prospects. It is the primal sign of life as well as the engine of social interaction, therefore key to research on sociabilities.

This international conference aims to explore new insights on forms, models and practices of sociability interpreted and analysed through the prism of movement. As such, it will conclude the H2020 DIGITENS project launched in January 2019 and initiate the new scientific programme of the GIS Sociabilités/Sociability.

We welcome proposals for individual papers (20-25 minutes given in English or French) or already constituted panels (3 papers) from various disciplinary fields (history, philosophy, art history, history of science, geography, sociology, anthropology, ethnology, literature, cultural studies, postcolonial studies). We encourage innovative methodologies and approaches as well as the use of digital technologies and techniques for the collection, storage, analysis and presentation of data.

A session of the conference will be dedicated to graduate students. We thus encourage graduate students from the institutions belonging to the DIGITENS consortium or to the GIS Sociability and working on a topic related to eighteenth-century sociability to submit a proposal for a poster presentation of their research work (10 minutes in French or English).

Submission

Deadline for submission: 30 March 2022

For individual paper proposals, please submit a title and a 200-word abstract, along with a short biography. For panel proposals, please also include a title, a 200-word abstract for each paper, a short biography for each speaker and contact details for one speaker on the panel.

Selection of contributions: 30 May 2022.

Send proposals to: gis.sociabilites@gmail.com

For further details, visit https://www.univ-brest.fr/hcti/menu/Actualites/Appels___Communication/Sociabilites-en-mouvement-au-cours-du-long-XVIIIe-siecle–1650-1850–

Following the conference, a selection of papers will be published.

Contre-rendu des Journées des Doctorant·es et Jeunes Chercheur·es 2021

« Écrire la nation en France, dans les îles britanniques et dans les Treize Colonies aux XVIIe et XVIIe siècles», Université de Caen

Les 21 et 22 octobre 2021 se sont tenues à Caen, les Journées Doctorant·es et Jeunes Chercheur·es de la SEAA17-18, sur le thème « Écrire la nation en France, dans les îles britanniques et dans les Treize Colonies aux XVIIe et XVIIe siècles. » Ces journées ont été organisées en partenariat avec la société d’étude du XVIIe siècle et la Société Française d’Étude du XVIIIe siècle (SFEDS).

Le lancement de ces journées a été retardé par la tempête Aurore qui a perturbé le trajet de beaucoup de participant·es, avec l’annulation de tous les trains entre Paris et Caen. Tant bien que mal, ces journées ont fini par pouvoir commencer et ont donné lieu à des communications diversifiées pour apporter des éléments à ce sujet d’écriture de la nation.

Conférence plénière par Jennifer Ruimi

Ces journées ont débuté par la conférence plénière de Jennifer Ruimi sur les humanités numériques et la recherche. Le numérique était d’ailleurs au premier plan, puisque, suite aux intempéries, cette plénière a dû être donnée à distance en visio-conférence. Les humanités numériques sont encore un pan méconnu de la recherche, et lors de cette plénière, Jennifer Ruimi a exposé les nouvelles méthodes d’analyse de texte, notamment le distant reading.

Session 1 : L’écriture politique de la nation en Angleterre, en France et dans les Treize Colonies.

Cette première session s’est penchée sur la question de l’écriture au service de la politique, lors du façonnage d’une nation.

En premier, Anna Lloyd Hellier, jeune docteure, s’est intéressée aux écrits politiques et à l’activisme de William Penn, et notamment à son lien aux modèles d’engagement politique Quakers et huguenots. Elle a montré comment les écrits de William Penn, sous le pseudo de ‘Philanglus’ ont abouti à son cadre pour le gouvernement de la Pennsylvanie.

Ensuite, Julien Beckaert, doctorant à l’université de Lille, s’est penché sur les leçons d’histoire de James Parkinson. Lors de son intervention, il a analysé la façon dont la narration de l’histoire idéale (voire idéalisée) de la nation par Parkinson servaient une critique du gouvernement contemporain de William Pitt. Il a montré notamment la façon dont la focalisation de Parkinson sur telle ou telle figure historique permettait de commenter le gouvernement contemporain, liant ainsi écriture du passé et écriture du présent.

Enfin, Audrey Léandri, doctorante à l’université Paris 8, nous a présenté la façon dont les Amérindiens ont été décrits dans les écrits fondateurs des États-Unis. Elle a montré la façon dont leur description était modifiée en fonction des agendas politiques du moments. Qu’ils soient vus en tant qu’ennemis ou alliés, sauvage ou non, cela a permis d’influencer les esprits de leurs contemporains, et servait une intention politique, en montrant notamment que dans les écrits officiels et dans les écrits privés, la façon de les décrire changeait énormément.

Session 2 : Communautés imaginaires : inscrire la nation dans l’imaginaire collectif en Angleterre, en France, et dans les Treize Colonies.

Cette session matinale regroupait trois communications s’intéressant à la façon dont un produit culturel (ici, l’opéra, Shakespeare, et les cartes) participe à l’élaboration d’identités nationales à travers l’imaginaire collectif.

Tout d’abord, Anna Mikyskova, doctorante à l’université de Masaryk (République Tchèque) s’est penchée sur la nationalisation du théâtre et de l’opéra, notamment en opposition au format italien, considéré par John Dennis comme une influence corruptrice dans son pamphlet de 1698. Cette communication a retracé la délimitation d’une identité théâtrale propre à l’Angleterre comme « English Stage », à travers diverses productions culturelles de l’époque.

Louise McCarthy, doctorante à l’Université de Paris, s’est quant à elle intéressée à la façon dont la cartographie, et notamment les illustrations qui ornent les cartes, racontent une histoire de conquête et de naissance d’un monde. Elle s’est focalisée notamment sur les particularités de trois cartes illustrant la Virginie, et étudie les différences entre ces cartes et les histoires (et légendes) qu’elles décrivent à travers des représentations visuelles.

Susana Prieto Diaz est doctorante à l’université de Madrid. Sa présentation s’est intéressée aux représentations de Shakespeare dans les Treize Colonies. Elle a montré la façon dont les mots de William Shakespeare ont pu attiser les braises de l’indépendance qui se faisait ressentir dans les Treize Colonies. Shakespeare était utilisé des deux côtés : par les anglais comme arme pour défendre leur nation et leur histoire, ainsi que par les colons, qui se réapproprièrent certaines de ses pièces qu’ils estimaient faire écho à leur désir d’indépendance et à leur dénonciation d’injustice.

Session 3 : « Insociables sociabilités » : négociations individuelles et collectives.

Cette session du vendredi après-midi a tourné autour de l’écriture du roman, et la façon dont l’idée et l’identité de nation anglaise se sont, entre autres, construites à travers les représentations dans ce genre littéraire.

Juliette Misset, doctorante à l’Université de Strasbourg, a ouvert la session avec une communication autour des romans didactiques du tournant du dix-neuvième siècle et la façon dont ils prescrivent un certain idéal national. Ses résultats viennent en partie d’une analyse effectuée grâce au distant reading, où elle compare un corpus de romans didactiques à un corpus de référence de la même époque. Dans sa communication, elle décrit un lien entre l’ancrage dans le pays et les valeurs qui y sont attachées, comme récurrent dans le modèle didactique.

Adnana Sava, doctorante à l’Université de Brest, s’intéresse, elle aussi, au roman anglais, et notamment à sa construction. Elle se penche sur la naissance de cette forme d’écriture typiquement anglaise dans le contexte du XVIIIe siècle. À travers l’étude de Defoe, Richardson, Fielding et Haywood, elle montre la façon dont cette forme est née d’une communication entre les écrivain·es de l’époque. Elle finit par montrer que ces figures de la littérature britannique ont, individuellement, et collectivement, même à leur insu, contribué à la construction d’une identité nationale.

Moussa Traore, jeune docteur, marque la fin de cette session avec une conférence en direct du Sénégal. Il entreprend d’analyser la façon dont Montesquieu décrit la nation anglaise, et il propose de voir la façon dont le caractère et les passions de cette nation anglaise pensée par Montesquieu, expliquent la logique de ses mœurs sociopolitiques, sous l’effet du climat et de l’insularité.

Conférence plénière par Katy Gibbons.

Pour clôturer ces Journées, Katy Gibbons donne une conférence plénière autour de l’écriture des nations française et anglaise à la fin du XVIe siècle. Elle s’intéresse au contexte politico-religieux de l’époque, et à la façon donc celui-ci a pu influencer l’idée d’identité nationale, notamment dans le contexte des persécutions des catholiques, puisqu’elle montre, entre autres, que les catholiques anglais ne sont pas insulaires, mais ont au contraire des liens forts avec le monde catholique au-delà des frontières anglaises.

Nous tenons à remercier l’ensemble de participant·es, ainsi que les personnes qui sont venues assister à ces Journées qui furent très enrichissantes grâce à un panel divers de communications édifiantes. Nous vous donnons rendez-vous aux prochaines Journées Doctorant·es et Jeunes Chercheur·es qui seront organisées par l’Université de Brest. (En espérant ne pas avoir à braver une tempête pour y assister !)

Alix Desnain

 

« I’d kill for office hours » : entre liberté et angoisse du jour sans fin

Maître-sse de son temps

clock - pen - book
(Credit: Eduardo Olszewski on Unsplash)

Vivre d’enseignement et/ou de recherche a l’avantage inestimable de nous rendre maîtres et maîtresses de notre temps. A l’exception de quelques cours, formations et colloques qui jalonnent nos semaines, nous jouissons d’une délicieuse liberté de structurer notre calendrier (plus ou moins) comme bon nous semble. C’est un luxe, indéniablement. Mais d’aucuns argueraient que cela peut virer au cauchemar : pourquoi ?

Des jours sans fin

book - drowning - hand
Drowning in work (credit: Dim Hou on Unsplash. Edited by Louise McCarthy)

L’ennui, c’est qu’avec des horaires si flous, les frontières de notre journée de travail tendent à s’étirer à l’infini, jusqu’à ce qu’on ne puisse plus vraiment faire la distinction entre thèse, préparation de cours, emails et temps pour soi. J’ai entendu l’autre jour à mon labo ce cri du cœur qui fait le titre du présent billet : « I’d kill for office hours ». En effet, n’ayant personne “sur le dos” pendant la journée, l’on devient soi-même son propre bourreau en s’imposant des horaires improbables et en s’infligeant de multiples tâches qui s’accumulent sans qu’on s’en aperçoive nécessairement. L’on se prend même à répondre à des emails à minuit passé et en toutes circonstances, l’accès instantané au courriel par le biais du smartphone aidant.

Conseils

Heureusement, il n’y a pas besoin d’en venir à de telles extrémités, et l’on peut puiser dans la liste suivante pour trouver un rythme de sorte que notre travail (du Latin « torturer avec le trepalium ») ne nous ramène pas aux origines étymologiques de ce mot dès la thèse. Ce billet propose ainsi de répertorier quelques idées glanées auprès de collègues doctorant-es et jeunes docteur-es :

out of office - sign - sky
“Out of Office” (Credit: Joshua Hoehne on Unsplash. Edited by Louise McCarthy)

  • « I’d kill for office hours » : se fixer des “horaires de bureau” qui permettent de bien délimiter les frontières temporelles de notre journée de travail.
  • « an office? what office? » : dissocier les lieux de travail (salle des doctorant-es, bibliothèque, café-fétiche près de la fac…) et les lieux de temps libre (chez soi, chez sa famille, café où retrouver ses ami-es…).
  • « one thing at a time » : compartimenter le temps dédié à l’enseignement et celui à la recherche, pour ne pas multiplier les heures de préparation de cours au prix de celui pour la recherche. En contrat doctoral, baliser une journée spécialement pour les cours, par exemple.
  • « you’ve got mail » : désinstaller l’application qui donne un accès instantané à ses emails, ou désactiver les notifications.
  • « gimme a break » : s’accorder des moments de pause dans la semaine pour sortir, faire du sport, ou ne rien faire du tout. Et contrairement à ce que beaucoup d’entre nous ont fait en prépa et/ou à l’ENS auparavant, prendre ce temps libre sans culpabiliser.
  • « mens sana in corpore sano » : acheter des légumes et produits à cuisiner, par exemple, plutôt que des plats tout faits – c’est sain pour le corps, et sain pour l’esprit !
  •  « now that’s an idea… » : travailler sur sa charge mentale et s’efforcer de ne pas voir partout du teaching material, une idée de projet de recherche ou un thème de journée d’étude.
  • « we’re all in the same boat » : éviter d’angoisser en permanence à propos de l’après-thèse et cultiver si possible une ambiance bienveillante et conviviale dans son labo.

N’hésitez-pas à partager en commentaire vos propres suggestions!

Louise McCarthy
Louise McCarthy

CPF: Women and Religion in Eighteenth-Century France

nuns in formation at a funeral of one of their own
Magdeleine Horthemels, ‘L’enterrement des religieuses’ (Musée de Port-Royal des Champs)

Symposium, 24 June 2022

Queen Mary, University of London

Keynote Speaker: Prof. Mita Choudhury

Call for Papers

In the decades since Peter Gay argued that religion occupied no place in the French Enlightenment, scholars including Dale Van Kley, Suzanne Desan and Mita Choudhury have shown how religious beliefs and controversies informed philosophical ideas, political practices, social relations and cultural identities in eighteenth-century France.

Owing to this scholarship, it has also become clear that women of faith – from the Jansenist nuns forcibly removed from Port-Royal to the Carmelites guillotined during The Terror – played an important role in French social, cultural and political life in the period. Representations of convents took on new and urgent meanings amidst mounting political
and financial pressure on the Ancien Régime. Influential women on the peripheries of religion were instrumental in the dissemination of controversial beliefs and new philosophical ideas, like the Protestant salonnière Mme Necker who hosted celebrated writers and academicians at her home and Mlle de Joncoux, known as l’invisible, who devoted her life to defending the nuns of Port-Royal. In the revolutionary period, nuns challenged the suppression of religious orders while Catholic women became symbols of resistance in the religious riots of the late 1790s.

Drawing on new approaches and sources, this interdisciplinary workshop will consider the identities, controversies, ideas, experiences and representations of religious women in eighteenth-century France. What role did these women play in the political and intellectual culture of the Ancien Régime and the French Revolution? How did they and their supporters or enemies navigate a period of extraordinary social change and political upheaval? In what ways did they adopt, challenge or subvert the religious canon, cultural norms and societal conventions as the understanding of religion, politics and power shifted rapidly throughout the eighteenth century?

We invite proposals for twenty-minute papers from scholars in History or related disciplines such as Art History, Gender and Sexuality Studies, Literary Studies and Theology. We especially welcome proposals from Graduate and Early Career researchers. Proposals for papers may wish to consider the following themes:

  • Devotional and liturgical practices
  • The circulation of religious ideas, books and objects
  • Representations of women religious in art, literature and material culture
  • Education
  • Charity and nursing
  • Interdenominational relations
  • The relationship between religious orders and the state
  • Marriage and motherhood
  • Popular and lay religion
  • Emotions and bodies

To apply, please email your abstract and a brief bio to m.s.giraud@qmul.ac.uk and c.i.mair@qmul.ac.uk by the deadline of 21 January 2022. Abstracts should be no more than 250 words for papers of 20 minutes in length. Please specify whether you would prefer to
present in person or online.

The symposium will take place in hybrid format, meaning speakers can attend in person or virtually via Microsoft Teams. The symposium will be free to attend and all speakers will be invited to dinner. Travel grants will be available to support PhD and ECR scholars speaking at the workshop.

For more information, please visit womenandreligionfrance2022.wordpress.com

Obtenir son détachement ou sa mise en disponibilité : un combat rude mais loin d’être perdu d’avance

Vous venez juste d’obtenir un poste d’ATER/de PRAG/un contrat doctoral ? Félicitations ! Il est maintenant temps de vous confronter à l’une des entités les plus terribles que vous aurez l’occasion de rencontrer au cours de votre carrière : le Rectorat.

Dans quelle situation demander un détachement ou une disponibilité ?

Afin de pouvoir prendre votre poste dans le supérieur sans perdre votre statut de professeur certifié ou agrégé, il vous faut obtenir un détachement ou une mise en disponibilité. Le détachement est généralement accordé pour un an (vous devrez donc refaire une demande chaque année, sauf si vous avez un poste fixe comme celui de PRAG) et vous permet de bénéficier du même régime d’avancement d’échelon et de cotisation retraite que les enseignants en poste dans le secondaire. La mise en disponibilité, quant à elle, ne vous permet pas de bénéficier de l’avancement et vous fait cotiser auprès de votre employeur et non de l’éducation nationale. La mise en disponibilité étant généralement accordée pour la durée de votre contrat, vous aurez simplement à notifier votre gestionnaire chaque année début juin que votre contrat court toujours. Le détachement est donc plus avantageux, mais peut aussi s’avérer plus compliqué à obtenir.

Malheureusement, le détachement et la mise en disponibilité ne sont pas de droit : si le rectorat estime avoir besoin de vous, il peut invoquer la nécessité de service pour refuser votre demande. Ces cas sont fréquents dans les académies peu attractives qui manquent de personnel, à savoir l’éternelle trinité Amiens, Créteil, Versailles. Je vous conseille donc vivement de les éviter si vous savez déjà que votre projet est de partir dans le supérieur.

carte des académies de l'éducation nationale
The Dark Trinity (source : note d’information sur l’attractivité des académies, 13/10/12, ministère de l’éducation nationale)

Quand et comment formuler sa demande ?

En théorie, les demandes de détachement et de mise en disponibilité doivent être formulées lors des mutations intra académiques. Dans les faits, le décalage entre les calendriers du secondaire et du supérieur fait que la plupart des demandes sont effectuées en juin ou en juillet, bien après les résultats des mutations intra. Une demande tardive ne signifie en aucun cas un refus assuré : il est possible d’obtenir son détachement ou sa mise en disponibilité fin août ou début septembre. Veillez simplement à informer votre gestionnaire que vous comptez postuler dans le supérieur et à formuler votre demande dès que vous obtenez votre poste afin de montrer votre bonne volonté.

Afin d’effectuer votre demande, il vous faut contacter votre gestionnaire (DPE 11 pour l’anglais), dont l’adresse mail (et parfois le numéro de téléphone) se trouve sur l’organigramme des ressources humaines de votre académie. La procédure consiste généralement à formuler une lettre adressée au recteur qui lui est transmise directement par votre gestionnaire. Il vous est possible de joindre des courriers à l’appui de votre demande. Je vous conseille vivement de demander une lettre à autant de personnes que possible : à la présidence de l’université et la direction de l’UFR ; si vous êtes en doctorat à votre directeur de thèse et la direction de l’école doctorale ; et pourquoi pas même à la présidence de la SAES qui connaît bien ce genre de situation. Le but de ces lettres est de montrer que l’université tient à vous et est prête à se battre pour que vous puissiez prendre votre poste – ces lettres permettent souvent d’échapper au refus initial presque automatique dans certaines académies (je vous laisse deviner lesquelles).

site de l'académie de créteil pour contacter la DPE






Contacter la DPE de Créteil (crédit : site de l’académie de Créteil, capture d’écran par Alice Marion-Ferrand)

En cas de refus, rien n’est perdu : vous pouvez effectuer un recours gracieux (également sous forme de lettre adressée au recteur), une demande de mise en disponibilité si vous aviez demandé un détachement, et même un recours contentieux – à éviter si possible : souvent mal vu, il mène à une procédure au tribunal administratif qui vous demandera de payer un avocat et peut prendre plusieurs mois.

En résumé : les 8 étapes pour obtenir son détachement ou sa mise en disponibilité

  1. Syndiquez-vous. Les syndicats sont de bon conseil et connaissent bien les rouages des différentes académies. Il est aussi possible de les contacter dans être syndiqué ;
  2. Lors des mutations inter académiques : fuir les académies d’Amiens, Créteil et Versailles si possible ;
  3. Lors des mutations intra académiques : demander un poste de TZR et déjà informer le rectorat de son intention de partir dans le supérieur ;
  4. Formuler votre demande auprès du recteur et y joindre le plus de lettres possible en soutien ;
  5. En cas de refus : formuler un recours gracieux, de nouveau avec des lettres à l’appui de votre demande ;
  6. Si vous aviez effectué une demande de détachement : faire une demande de mise en disponibilité ;
  7. En attendant de recevoir une réponse : monter un dossier pour le tribunal administratif. L’idéal est de trouver une personne ayant effectué une demande similaire à la vôtre mais ayant obtenu un avis favorable. Vous pourrez ainsi plaider la rupture d’égalité entre fonctionnaires ;
  8. Traîner le rectorat au tribunal administratif. Ultime recours, qui vous coûtera du temps, de l’argent et probablement le peu de santé mentale qui vous restera à ce stade.

En ce qui me concerne, j’ai effectué ma demande de détachement mi-juillet, auprès du recteur de Créteil, alors que j’avais obtenu un poste fixe en lycée aux mutations intra. Après un refus initial, j’ai effectué un recours gracieux et une demande de mise en disponibilité en parallèle, auxquelles j’ai joint cinq lettres. En deux jours, j’ai obtenu une mise en disponibilité pour la durée de mon contrat doctoral. Je n’ai absolument pas suivi la procédure indiquée mais ai tout de même obtenu gain de cause. Ne désespérez pas : la bataille est âpre, mais vous en sortirez vainqueur. Good luck and may the force be with you!

arrêté de mise en disponibilité
Le Graal : arrêté de mise en disponibilité (crédit : Alice Marion-Ferrand)

Quelques subtilités :

  • La mise en disponibilité pour convenances personnelles ne peut être attribuée qu’à des fonctionnaires titulaires. Si vous souhaitez partir dans le supérieur avant d’avoir effectué votre année de stage, il faudra demander un détachement ;
  • Si vous obtenez un détachement, il débutera en même temps que votre contrat, ce qui signifie que si votre contrat commence après le 1er septembre, vous devrez formuler une demande de mise en disponibilité pour la période entre le 1er septembre et le début de votre contrat.

Potrait de l'autrice, Alice Marion-Ferrand
Alice Marion-Ferrand

 

 

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search